prise en charge diagnostique et th rapeutique des thrombophlebites cerebrales l.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Prise en charge diagnostique et thérapeutique des THROMBOPHLEBITES CEREBRALES PowerPoint Presentation
Download Presentation
Prise en charge diagnostique et thérapeutique des THROMBOPHLEBITES CEREBRALES

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 29

Prise en charge diagnostique et thérapeutique des THROMBOPHLEBITES CEREBRALES - PowerPoint PPT Presentation


  • 472 Views
  • Uploaded on

Prise en charge diagnostique et thérapeutique des THROMBOPHLEBITES CEREBRALES. de MATTEIS Olivier DESC Réanimation médicale Grenoble 06/2006. Epidémiologie. Rare: Incidence Adulte: 3 à 4 / 1 000 000 / an Enfant: 7 / 1 000 000 / an 75% Femmes Age moyen 38,7 ans (+/- 14,8 ans)

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Prise en charge diagnostique et thérapeutique des THROMBOPHLEBITES CEREBRALES' - Audrey


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
prise en charge diagnostique et th rapeutique des thrombophlebites cerebrales

Prise en charge diagnostique et thérapeutique des THROMBOPHLEBITES CEREBRALES

de MATTEIS Olivier

DESC Réanimation médicale

Grenoble 06/2006

epid miologie
Epidémiologie
  • Rare: Incidence
    • Adulte: 3 à 4 / 1 000 000 / an
    • Enfant: 7 / 1 000 000 / an
  • 75% Femmes
  • Age moyen 38,7 ans (+/- 14,8 ans)

Ameri A et al. Neurol Clin. 1992

  • Amélioration du pronostic:
    • > 80% d’évolution favorable
    • séries récentes: mortalité < 10%.
  • Pronostic meilleur que les AVC artériels mais difficilement prévisible.

Bousser MG. Cerebral Venous Thrombosis. 1997

slide3

Physiologie

  • Le LCR est produit par les plexus choroïdes.
  • Il remplit les ventricules
  • S’écoule dans l’espace sous-arachnoïdien au niveau du 4e ventricule.
  • Remplit l’espace sous-arachnoïdien
  • Est réabsorbé par le sang au niveau des villosités arachnoïdiennes.

LCR remplissant les ventricules renouvelé 3 à 4 fois par jour

slide4

Sinus veineux

Villosité arachnoïdienne

Le liquide céphalo-rachidien retourne dans le sang au niveau des villosités arachnoïdiennes

physiopathologie
Physiopathologie

2 Mécanismes intriqués:

  • 1°) Thromboses des veines cérébrales et des sinus
    • Oedème cérébral cytotoxique (Intracellulaire, lié à l’ischémie)
    • Oedème cérébral vasogénique (Interstitiel, lié à la destruction de la barrière hémato-encéphalique)
    • Infarcissement veineux
    • Hémorragie / Hématomes
  • 2°) HTIC
    • Par occlusion des sinus veineux (augmentation de la pression veineuse d’aval + troubles de la résorption du LCR)
diagnostic de thrombophl bites cerebrales tpc
Diagnostic de Thrombophlébites Cerebrales (TPC)
  • Evoqué sur:
    • Le Tableau Clinique
    • Le TDM
      • Souvent simple présomption de TPC)
      • Intéret = éliminer les diagnostic différentiels et mettre en évidence les hémorragies
  • Confirmé par l'IRM + ARM (Gold Standard).
  • Si la confirmation ne peut être obtenue par IRM  angiographie
  • Aigu ou progressif sur plusieurs jours voire semaines
  • Diagnostic généralement posé vers le 7e jour.
  • Clinique polymorphe +++, intérêt de prendre en compte le terrain
terrain et etiologies
Terrain et Etiologies
  • Cause identifiée = 85% des cas  15% idiopathique
  • Souvent facteur précipitant sur terrain prédisposant.
  • Risques notables:
    • Contraception orale +++

Martinelli I et al. N Engl J Med 1998

de Bruijn SF et Al. BMJ 1998

    • Grossesse (3e tr) et post partum  12 / 100 000 accouchements

Cantu C et al. Stroke 1993

    • Traumatismes
      • Direct du sinus ou des jugulaires (Neurochirurgie, cathéter veineux...)
      • PL (traction sur les veines corticales et les sinus par l’aspiration induite par la soustraction de LCR)

Wilder-Smith et al. J Neurol Neurosurg Psychiatry 1997

    • Infections
      • Otites, mastoïdites, infections locales ou générales.
      • En  (6 à 12% des TPC). Surtout enfants
      • TP du sinus caverneux: furoncles centro-faciaux
slide9

1.Thrombophilie

2.Etats prothrombotiques: Cancers ++

3.Infections

4.Maladies systémiques

5.Maladies hématologiques

6. Oestroprogestatifs et grossesse

7.Causes locales mécaniques et traumatiques

manifestations cliniques

Cas particuliers

  • Coma
    • Si volumineux hématomes ou infarctus. Risque engagement et décès
    • Etat de mal épileptique
  • Fièvre et signes ophtalmologiques
    • Si TP infectieuse du sinus caverneux
    • Oedème périorbitaire, chémosis.
    • Paralysie oculo-motrices
  • HTIC isolée: «pseudo tumor cerebri» (30%)
    • Céphalées
    • +/- Diplopie par paralysie du VI
    • Oedème papillaire (50%) au FO voire cécité
  • Signes neuropsychiatriques
    • Délire, confusion, amnésie, mutisme, troubles du comportement parfois isolés
    • Si atteinte du sinus droit (atteinte thalamique bilatérale)
Manifestations cliniques
  • Céphalées intenses
    • 90% des adultes
    • Progressives ou brutales mimant une hémorragie méningée
  • Signes de focalisation neurologiques
    • 50 %
    • Déficit sentivo-moteur (35%), aphasie (12%), paralysie N crâniens (12%)
    • Classique mais rare (3%): déficit unilatéral (hémiplégie, aphasie) suivi d’un déficit controlatéral. (développement des lésions de part et d’autre du sinus longitudinal supérieur)
  • Convulsions
    • 40 %
    • 50 % focales.
    • Parfois état de mal menaçant le pronostic vital
scanner signes directs indirects de tvc
SCANNER Signes directs + indirects de TVC
  • Normal (> 20 %)
  • Signes directs
    • Sans inj: hyperdensité du caillot dans veineau stade initial de la thrombose (< 10 %).
    • Avec inj:
      • signe du delta: lumière du sinus hypodense, prise de contraste périphérique des parois du sinus hyperhémié (20%)
      • Retardé: 2 à 3 jours après l'occlusion veineuse
      • Prise de contraste intense méninges au voisinage
  • Signes indirects = retentissement de la TVC
    • Oedème cérébral
    • Infarctus souvent hémorragique (Ramollissement veineux)
      • Hémorragies le plus souvent discrètes, parfois volumineuses
        • Lésions irrégulières au sein d’une hypodensité oedémateuse.
        • Multifocales ou bilatérales
        • Cortico-sous-corticales
      • Prises de contraste «gyriformes » ou « nodulaires » sous-corticales au sein de la zone hypodense (= Rupture fréquente de la barrière hémato-encéphalique)
slide12

Thrombose du sinus droit

Oedème thalamique bilatéral

Volumineux infarctus hémorragique pariétal droit

Oedème et effet de masse

TDM des TPC

slide13

Angio-TDM Veineux (En développement)

Image normale

Hyperdensité spontanée du SLS sur le TDM Sans Injection  Thrombophlébite aigue

slide14
IRM

Technique particulière: informer le neuroradiologue si suspicion de TPC

  • Signes directs: Occlusion du sinus
    • En T1,T2
      • les premiers jours le sinus perd son hyposignal  isosignal T1
      • 5e jourhypersignal T1
      • Et peu après hypersignal T2
      • > 3- 4e semaine hypersignal T1 disparait alors que les anomalies en T2 restent visibles aussi longtemps que persiste la thrombose veineuse.
    • Angio-IRM très utile (ARM) absence de flux au niveau des veines occluses
  • Signes indirects: infarctus veineux
    • Lésions ovalaires ou arrondies cortico-sous-corticales très oedémateuses et souvent hémorragiques (80%)
    • T1  hyposignal (oedème) + zones en hypersignal (hémorragies)
    • T2  hypersignal (oedème) au sein duquel hypersignal + intense bordé d'un fin liséré d'hyposignal (zone d'hémorragie)

Signal anormal dans un sinus + Absence de flux

= Confirmation diagnostique

slide15
IRM

Difficultés:

  • Faux + ou -: Artefacts, peut rater des thromboses purement corticales
  • Disponibilité de l’IRM,
  • Etat du patient: instabilité, agitation

Hypersignal T1 du SLS

ARM: absence de signal du SLS

Signal normal dans le sinus transverse

slide16

IRM

T1: TVC subaigue du SLS et du Sinus transverse

T1: TVC Sinus latéral Gauche

AVC Oedemateux + Hémorragique

angiographie c r brale
Angiographie Cérébrale
  •  indications depuis l'IRM.
  • Si impossibilité technique, insuffisance ou contre-indication de l'IRM.
  • Intéret dans les rares TP corticales isolées sans thromboses du sinus
  • 3 signes:
    • Retard circulatoire: très fréquent = stagnation du produit de contraste dans les veines cérébrales, en amont de l'occlusion.
    • Occlusions veineuses: absence d'opacification
    • Voies de suppléance: dilatation d'un réseau collatéral
      • Veines corticales  aspect tire-bouchonné et irrégulier,
      • Anastomoses trans-cérébrales ou extra-cérébrales (méningées voire superficielles).
slide18

Artériographie

Absence d’opacification d’une grande partie du SLS

et de certaines veines corticales

Sinus transverses et sigmoides normaux

Vue latérale Gauche

Excès de contraste dans les veines corticales frontales

Réseau anastomotique: «veine de Trolard»

traitement
Traitement

A.Traitement symptomatique: stabiliser le patient + prévenir HTIC et engagement

  • Mesures générales de réanimation selon gravité
  • Ttt de l’HTIC, selon sévérité:
    • Mannitol, Acetazolamide
    • Drainage chirurgical d’un hématome compressif
    • Craniectomie de décompression

Stefini R et al. Neurosurgery 1999

    • Fenestration du nerf optique
    • Dérivation LCR, PL répétées
    • Corticothérapie efficacité inconnue
  • Antiépileptiques systématiques?
    • Pas d’étude randomisée
    • Oui si convulsions précoces, oedème majeur, lésions cérébrales sur TDM ou IRM

B.Traitement étiologique +++

    • Indispensable et précoce
    • Recherche et traitement d’une infection (Antibiothérapie...), etc...
slide20
C. Traitement spécifique de la thrombose: anticoagulation
  • Objectifs:
    • prévenir extension de la thrombose à d’autres sinus
    • permettre le développement d’une circulation collatérale
    • prévention d’infarctus veineux
    • lutter contre l’EP.
  • Risque théorique: hémorragie
    • 40% des patients ont une hémorragie avant le début du traitement
  • Seulement 3 études randomisées disponibles en 2006.
1 re tude
1 ère étude

Heparin treatment in sinus venous thrombosis.Einhaupl KM et al. 1991, Lancet.

  • Héparine IVSE VS Placebo
  • Essai stoppé après inclusion de 10 patients dans chaque groupe car:
    • A 3 mois: dans le groupe Héparine 8 patients sans séquelles et 2 avec séquelles légères 1 sans séquelles dans le groupe PCB, 6 avec séquelles neurologiques et 3 décès.
    • Différence significative dès J+3 de traitement (p < 0,05), à J+8: p < 0,01. A 3mois p < 0,01.
  • Mais
  • Une analyse utilisant l’échelle pronostic usuelle des AVC ne montre plus de différence significative si l’on considère comme guéris les patients avec un déficit résiduel mineur.
  • Délai de 4 semaines entre les premiers symptômes et l’inclusion (biais de sélection de patients moins sévères ?)
2e tude
2e étude

Randomized, Placebo-Controlled Trial of Anticoagulant Treatment With Low-Molecular-Weight Heparin for Cerebral Sinus Thrombosis.

de Bruijn and J. Stam. 1999, Stroke

Nadroparine (Fraxiparine*) SC dose curative 3 semaines puis AVK 3 mois VS Placebo (60 patients)

 Pas de différence significative

  • Critique
    • Biais: pronostic plus favorable du groupe placebo
    • Bousser MG, Stroke 1999
3e tude
3e étude

Randomized controlled trial of heparin in puerperal cerebral venous/sinus thrombosis.

Nagaraja D et al. NIMHANS J. 1995

HNF VS Placebo; 57 femmes indiennes, TVC puerpérale

 Pas de différence significative

  • Critique
    • Diagnostic confirmé ni par IRM ni angiographie
anticoagulants
Anticoagulants ?

Méta-analyse: différence non-significative (p=0,46)

  • 23 % d’évolution défavorable (décès ou dépendance) dans le groupe placebo 10% dans le groupe anticoagulation
  • 2 embolies pulmonaires dans le groupe placebo
  • Pas de majoration du risque hémorragique même si hémorragie initiale

Pas de preuve du bénéfice de l’anticoagulation

Cependant

Un traitement anticoagulant à dose curative est recommandé chez tous les patients ayant une thrombose veineuse cérébrale certaine, y compris en cas d’aspect hémorragique à l’imagerie (grade B).

ANAES. Sept 2002

anticoagulants25
Anticoagulants
  • Durée optimale inconnue
    • Récurrence = 2%
    • 4% de thrombose extra cérébrale dans l’année
    • Habituellement AVK pendant 3 à 6 mois. INR=2,5.
    • Au long cours si facteur prédisposant
  • Aucune étude comparant HNF  HBPM
    • Efficacité HBPM comparable avec moins de complications hémorragiques dans la TVP
    • L’Anaes (2002) recommande HNF 7 jours + relais AVK

Woimant F. Rev Prat1998

Kearon C et al. N Engl J Med 1999

thrombolyse
Thrombolyse
  • Littérature: seulement case-reports et études non controllées.

Série d’Horowitz et al (13 cas). Ann Neurol, 1995

  • Impossible de conclure à une supériorité par rapport à l’héparine. rapport bénéfice-risque inconnu. Risque hémorragique majoré.

Canhao P et al. Cerebrovasc Dis; 2003

  • Thrombolyse endovasculaire intrasinusienne
    • Urokinase habituellement, rtPA récemment
    • Parfois combiné à une thrombectomie mécanique (fogarty, angiojet)
    • Souvent abord fémoral, parfois jugulaire interne
    • Résultats parcellaires mais intéressants +++

Kim SY et al. AJNR Am J Neuroradiol, 1997

Wassay M et al. Stroke, 2001

  • Anti GP IIb-IIIa en étude

Actuellement réservée aux centres de neuroradiologie interventionnelle expérimentés chez des patients ayant un mauvais pronostic ou s’aggravant sous anticoagulation bien menée

pronostic

Prognosis of Cerebral Vein and Dural Sinus Thrombosis:

Results of the International Study on Cerebral Vein and Dural Sinus Thrombosis (ISCVT)

José M. Ferro, et al. 2004; Stroke

Etude multinationale, multicentrique prospective observationnelle du pronostic des patients ayant présenté une TPC entre 1998 et 2001.

624 adultes inclus. 80% traités par héparine.

Pronostic

79% bon pronostic

8% Handicap mineur

5% Handicap sévère

8% décès

pronostic28
Pronostic

Evolutions favorables même si tableau préoccupant +++

Aggravations brutales même si tableau rassurant +++

Bon pronostic

  • Post partum

Mauvais pronostic (13%)

  • Homme
  • >37 ans
  • Coma
  • Hémorragie cérébrale initiale
  • Infection
  • Cancer
  • Trouble des conscience
  • Thrombose système veineux profond ou veines cérébelleuses
  • Embolie pulmonaire

de Brujin SF et al. J Neurol Neurosurg Psychiatry 2001

Ferro JM et al. Stroke 2004

Diaz JM et al. Acta Neurol Scand 1992

r f rences
Références

Cerebral Venous Thrombosis. A Review

Ehtisham et al. The Neurologist 2006

Thrombosis of the Cerebral Veins and Sinuses. Review article

Jan Stam, M.D. N Engl J Med, 2005

Recommandations Pour La Pratique Clinique.

Prise en charge initiale des patients atteints d’accident vasculaire cérébral. Aspects médicaux.

ANAES. Sept 2002