slide1 n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Une approche de la réalité intérieure de l’enfant nouvellement arrivée en France et de la relation d’apprentissage PowerPoint Presentation
Download Presentation
Une approche de la réalité intérieure de l’enfant nouvellement arrivée en France et de la relation d’apprentissage

Loading in 2 Seconds...

  share
play fullscreen
1 / 15
Download Presentation

Une approche de la réalité intérieure de l’enfant nouvellement arrivée en France et de la relation d’apprentissage - PowerPoint PPT Presentation

gordy
111 Views
Download Presentation

Une approche de la réalité intérieure de l’enfant nouvellement arrivée en France et de la relation d’apprentissage

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Une approche de la réalité intérieure de l’enfant nouvellement arrivée en France et de la relation d’apprentissage Vijé FRANCHI Psychologue clinicienne Maître de conférences, HDR, Université Paris V Cofondatrice de l’AFRAPE Vije.franchi@wanadoo.fr

  2. OBJECTIFS • Penser ensemble la réalité intérieure de l’enfant NAF et l’impact réciproque entre son expérience interne et celle de ses parents et enseignants. • Penser la relation entre ses référents adultes (parents et profs) et le type d’objet combiné qu’on lui donne à intérioriser • Explorer en quoi l’expérience qui peut être celle de l’enfant NAF diffère de celle d’un enfant né en France de parents immigrés et discriminés • Elucider la dimension émotionnelle de l’apprentissage et la place de la relation dans l’accès et l’intériorisation des apprentissages.

  3. Comment penser l’enfant NAF • Avant de tenter une réponse, il convient de prendre la précaution suivante: • Focaliser sur • (1) comment la migration et l’acculturation impactent sur son identité et ses relations à ses objets internes (parents, famille, amis) et, • (2) comment la relation que ses référents adultes (parents et enseignants) entretiennent entre eux permet à l’enfant de vivre une expérience suffisamment contenante et structurante pour favoriser l’apprentissage, • Ne signifie pas de mettre réduire l’expérience de l’enfant à un schéma préétabli!

  4. Une expérience singulière • Un cadre et des outils pour le penser ne signifient pas de fixer une expérience commune à tous les enfants NAF • comme s’il existait une expérience faite par tout ENAF. • Comme si ses besoins, les réactions, les difficultés de l’enfant pouvaient être comprises simplement en pensant connaître les coordonnées historiques de sa réalité extérieure (migration, années en France, langue maternelle) • L’expérience de chaque enfant est singulière!

  5. Rester au plus près de la réalité intérieure de l’enfant • Que suscite cette expérience comme phantasmes, conflits intérieurs, défenses éventuels? • Quels sont les états d’esprit de l’enfant • Quelle est la qualité et la nature de ses relations à ses objets internes ? • Comment l’expérience singulière de la migration, l’installation, l’acculturation, la scolarisation en France interagit-elle avec les expériences précédentes de l’enfant? • Quelle sont les possibilités d’orientation du soi qu’offre le nouveau contexte relationnel?

  6. I : LA REALITE INTERIEUR DE l’Enfant NAF : Du deuil des repères perdus a l’intériorisation de nouveaux repères et expériences dans son monde référentiel interne • L’expérience subjective et partagée de l’enfant NAF et sa manière de vivre à l’intérieur des situations telles: • Le départ avec ou sans ses parents et sa famille d’un lieu qu’il sentait ou pas comme ‘son pays’, • Le voyage et le processus interne qu’il déclenche • (nous pourrions parler d’immobilisme/pietrification à un extrême et • à l’autre, de fuite de tout ce qui est connu et reniement des liens et des expériences perdues. • Au milieu on peut parler des différents degrés de voyage à l’intérieur de soi et de remaniement du connu en fonction des phantasmes qu’on se fait de ce qui nous attend. • L’installation seul ou en famille dans un nouveau appartement, quartier, ville, école. Tout nouveau (nostalgie, soulagement d’être en sécurité, précarité de la situation, éponge aux vécus des parents) et • Sa scolarisation dans sa nouvelle école !! Dans un certain sens celle-ci est sa première expérience à LUI / ELLE depuis le départ.

  7. Créativité ou atteintes à la dynamique identitaire:Le cas de l’apprentissage d’une deuxième langue Besoin d’un sentiment d’exister dans sa propre peau Besoin d’un sentiment d’avoir une peau qui tient ensemble les différentes parties du soi Besoin de se vivre « en construction », ouvert sur le futur Besoin du dynamisme et à la promesse inhérents à l’adolescence Besoin de croire en la capacité de l’autre à résister à sa propre agressivité Besoin d’espoir et de curiosité pour grandir

  8. II CE QUE L’ENAF DONNE A VIVRE A SES ENSEIGNANTS • Les enjeux que sa scolarisation et l’accompagnement de son intégration posent à leur tour aux enseignants et encadrants éducatifs qui l’accueillent

  9. III A RELATION ENTRE SES OBJETS EXTERNES ET L’INTERIORISATION D’UN COUPLE CONTENANT, STRUCTURANT ET CREATIF • L’enfant n’existe pas sans sa famille et les enseignants (référents directs pour son développement psychique et sa socialisation)Les vécus respectifs de contact entre la famille et l’équipe éducative doivent prendre une place centrale dans la problématisation de l’intégration et de l’accès aux apprentissage de l’enfant.

  10. IV VERS UNE CLARIFICATION DES DIFFERENCES ET RESSEMBLANCES ENTRE LES VECUS PROPRES A L’ENAF ET LES VECUS PROPRES A L’ENFANT NE EN FRANCE ET ISSU DE FAMILLES MIGRANTES DISCRIMINEES • Confrontation de la situation d’enfants nouvellement arrivés avec celle des enfants nés en France (et français) à des parents immigrés -> Permet d’affiner la compréhension de la réalité intérieure de l’enfant et de sa famille • Les dangers inhérents dans toute projection (imposer) d’une vision construite à partir de la réalité extérieure* sur le vécu subjectif de l’enfant et de sa famille. • *pensée en termes de spécificité culturelle ou encore d’entre deux interculturel ou encore d’acculturation

  11. EST COMMUN AUX DEUX LE RISQUE D’ETHNICISATION DE LEURS SUBJECTIVITES Les processus d'ethnicisation sont une forme de stigmatisation et de discrimination qui enferment la personne dans une identité dévalorisante et inférieure, propre au statut social qui lui est réservé dans l'ordre asymétrique de notre société. Dans leur effet le plus pervers ils mènent à l’intériorisation de leur mécanismes de persécution

  12. CE QUI EST DIFFERENT La forme de socialisation et le rapport aux systèmes de références culturelles: • Enculturation -> mode : mise en résonance et intériorisation de l’implicite et de la logique. • Acculturation -> mode: contact prolongé et proximal avec une logique et des façons de faire culturelles nouvelles. • Interculturation -> mode: construction d’un sentiment du soi et identitaire au sein même du croisement et du mariage (harmonieux ou conflictuel) entre repères culturels en interaction permanente.

  13. ATTEINTES AU SENS, A LA VALEUR, A L’ANCRAGE ET A L’INTEGRITE DU SOI Cette violence identitaire parvient à figer la dynamique identitaire dans une définition qui ne reflète ni le sens profond que l'individu s’attribue ni sa valeur et ne reconnaît pas son droit le plus fondamental à se définir dans ses propres termes ?

  14. L’IMPACT SUR L’ENFANT ET L’ADOLESCENT • Enfermement dans la différence / le stigmate / des perspectives d’échec, de souffrance, d’impuissance • Activation des angoisses archaïques de persécution • Dévalorisation -> Atteinte à l’estime de soi ; • Atteinte à la capacité à se projeter dans le futur -> Absence d’espoir • Atteinte à la confiance en l’autre (dystonie du moi et repli sur un groupe minorisé) • Sentiment d’habiter un monde malveillant, menaçant, ou règne le danger, la méfiance et la peur

  15. V L’EXPERIENCE EMOTIONNELLE DE L’APPRENTISSAGE ET SES RACINES DANS LA RELATION A UN OBJECT COMBINE ET CREATIF • L’expérience émotionnelle de la relation d’apprentissage • > facilite ou inhibe l’apprentissage et l’intégration de l’enfant. • La relation est le socle de son éveil intellectuel et de sa capacité à rentrer dans les apprentissages et à apprendre de son expérience.