paludisme grave n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Paludisme grave PowerPoint Presentation
Download Presentation
Paludisme grave

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 29

Paludisme grave - PowerPoint PPT Presentation


  • 366 Views
  • Uploaded on

Paludisme grave. Dr Lila Bouadma CCA- réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat, Paris. Risque de paludisme. 90 pays d’endémie > 2 milliards de personnes exposées (36% population) 300 à millions de cas par an 1,75 à 2,7 millions de morts (enfants ++)

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Paludisme grave' - arleen


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
paludisme grave

Paludisme grave

Dr Lila Bouadma

CCA- réanimation médicale et infectieuse

Hôpital Bichat, Paris

slide2

Risque de paludisme

  • 90 pays d’endémie
  • > 2 milliards de personnes exposées
  • (36% population)
          • 300 à millions de cas par an
          • 1,75 à 2,7 millions de morts (enfants ++)
          • 90% des morts surviennent en Afrique

Sachs & Malaney, Nature, 2002

slide3

Décès de cause infectieuse/an

Pneumonie

3,96 millions

VIH

2,67 millions

Diarrhée

2,2 millions

Paludisme

1,7-2,7 millions

Tuberculose

1,67 millions

slide4

Paludisme : nombre de cas notifiés et estimés en France métropolitaine, Années 1985 à 2000, CNRMI.

Environ 4000 cas/an en France

3% de formes graves, 10% de mortalité

slide5

Introduction

  • Seul P falciparum est responsable du paludisme grave (paludisme pernicieux)
  • Le paludisme grave concerne presque toujours des sujets non immuns (c ’est à dire des voyageurs occasionnels n ’ayant pas pris de prophylaxie adéquate
  • Un paludisme grave est toujours la conséquence d ’une ou plusieurs erreurs: prophylaxie absente ou incorrecte, retard au diagnostic, retard à la mise au traitement
  • Toute fièvre au retour de zone d ’endémie doit faire pratiquer immédiatement un frottis et une goutte épaisse
slide6

Un homme de 45 ans est amené aux urgences d’un hôpital pour troubles de la conscience et fièvre. L’interrogatoire de son épouse permet d’apprendre qu’il a effectué un voyage d’affaires au Cameroun ayant duré 10 jours. Environ 8 jours après le retour et 3 jours avant l’admission, il a commencé à se sentir fébrile mais n’a pas pris sa température. En même temps sont apparus des céphalées, des vomissements et quelques selles diarrhéiques. Un médecin consulté 24 heures plus tard a parlé de la possibilité d’une hépatite débutante et a prescrit du repos. Une prophylaxie contre le paludisme par chloroquine (100 mg/jour) avait été débutée au début du séjour au Cameroun et arrêtée à l’arrivée en France.

slide7

A l’examen clinique, vous constatez les signes suivants :

  • Température : 39,5°C
  • Pression artérielle : 90-50 mmHg
  • Fréquence cardiaque : 130/min
  • Fréquence respiratoire : 30/min
  • Coma avec score de Glasgow à 8, nuque souple, pas de signes neurologiques de localisation,
  • Sub-ictère conjonctival.
slide8

Q1:Vous envisagez le diagnostic de paludisme. Quels sont les signes cliniques de gravité présents et à rechercher ?

slide9

Q1: Signes de gravité et de danger

  • Troubles de la conscience
  • Hypotension artérielle
  • Polypnée à 30/min
  • Vomissements
slide10

Signes de gravité: définis par l ’OMS

Critères de gravité et complications du paludisme à P. falciparum selon l ’OMS (1990)

World Health Organization. Severe and complicated malaria. Trans R Soc Trop Med Hyg 1990;84 (Suppl 2):1-65.

slide11

Signes de gravité: définis par l ’OMS

1) World Health Organization. Severe and complicated malaria. Trans R Soc Trop Med Hyg 1990;84 (Suppl 2):1-65.

2) World Health Organization. Severe falciparum malaria. Trans R Soc Trop Med Hyg 2000;94 (Suppl 1):1-90.

Paludisme d ’importation: pertinence ?

slide12

Signes de gravité: défaillance d’organes

  • Facteurs de mauvais pronostic:
  • coma
  • choc
  • acidose métabolique
  • œdème pulmonaire
  • Une aggravation clinique neurologique ou l ’accentuation transitoire de la parasitémie dans les 12-24 heures suivant l ’instauration du traitement par la quinine IV n ’a pas de signification péjorative particulière
slide13

Paludisme et coma

  • Très fréquent
  • Gravité variable: confusion  coma très profond
  • Convulsions rares chez l ’adulte
  • Possibilité d’aggravation brutale dans les premières heures du traitement
  • Eliminer une hypoglycémie (nécessité de perfuser du G10% dans les premiers jours)
  • Durée moyenne: 4 jours.
  • Généralement: pas de séquelles (adulte)
slide15

Q2: Quels examens, autres que celui ou ceux nécessaires au diagnostic, prescrivez vous ?

Indiquez brièvement ce que vous en attendez

slide16

Q2: autres examens(signes biologiques de gravité)

  • NFS avec plaquettes
  • Ionogramme sanguin (avec créatininémie) + Ionogramme urinaire sur échantillon : Insuffisance rénale : diurèse<12 ml/kg/j et créatininémie>265 µM, hémoglobinurie palustre
  • Glycémie hypoglycémie <2,2 mM)
  • Gaz du sang artériels acidose pH<7,25 ou HCO3-<15 mM
  • Lactatémie artérielle
  • Enzymes hépatiques + Bilirubinémie
  • Hémostase complète coagulation intravasculaire disséminée
  • Une hémoculture
  • ECG + Cliché thoracique
slide17

Vous obtenez en urgence la confirmation du diagnostic de paludisme à P. falciparum

  • Frottis sanguin ou goutte épaisse ++
  • Mesure de la parasitémie, seulement par le frottis

P. falciparum est le seul à pouvoir provoquer un accès grave

slide19

Paludisme et insuffisance rénale aiguë

  • Complication fréquente (environ 50%)
  • Au début fonctionnelle
  • Mécanisme habituel: nécrose tubulaire aiguë
  • Ne semble pas avoir de conséquences pronostiques dans les pays développés
slide20

L’anémie

  • Elle est constante
  • Initialement modérément intense: si hémolyse majeure il faut envisager une fièvre bilieuse hémoglobinurique (mais le contexte est différent), une rupture de rate, une anémie pré-existante
  • A J4-J5, l’anémie peut devenir intense (rôle de l’insuffisance rénale, de la dysérythropoièse)
  • La respecter le plus possible (pas de transfusion dans les 3 premiers jours sauf si Hb < 6g/dl)
  • Attention au risque d’aggraver un œdème pulmonaire si transfusions
slide21

Fievre bilieuse hémoglobinurique

  • Anémie grave + état de choc + IRA
  • Réaction de type immuno-allergique chez des sujets prenant une prophylaxie irrégulière par la quinine
  • CI formelle à la quinine
slide22

Les troubles de l’hémostase

  • La thrombopénie est très marquée
  • La CIVD est possible mais rare
  • Les hémorragies significatives sont peu fréquentes et souvent provoquées par des gestes invasifs ou des explorations
  • Les hémorragies cèdent vers J3-J5
  • Si les plaquettes ne remontent pas après J5, rechercher une autre cause (sepsis, hématome, exceptionnelle thrombopénie induite par la quinine)
  • Pas d’héparine dans les premiers jours
slide23

Q3: interprétez le résultat des gaz du sang artériel (air ambiant)

  • pH: 7,33
  • CO2T: 15 mmol/l
  • PaCO2: 32 mmHg
  • PaO2: 50 mmHg
  • SaO2: 78%

Acidose métabolique

Hypoxémie

Hyperventilation

slide24

Paludisme sévère et insuffisance respiratoire aiguë

  • Pneumonie d’inhalation liée aux troubles de la conscience (S. pneumoniae, H. influenzae, S. aureus)
  • Oedème pulmonaire lésionnel favorisé par une expansion volémique intempestive
  • SDRA dans le cadre d’une infection bactérienne concomitante (pulmonaire ou par translocation digestive)
slide26

Q4: traitement initial

  • 1. Traitement symptomatique
  • Mise en place d’une voie veineuse de bon calibre
  • de macromolécule
  • Perfusion de Glucosé à 10%
  • Surveillance par un scope
  • Expansion volémique par 500 ml de soluté physiologique et O2 nasal au masque à haute concentration
  • Appel du réanimateur tout patient présentant un paludisme grave doit être hospitalisé en soins intensifs, en raison du risque permanent de complications brutale mettant en jeu le pronostic vital et nécessitant la mise en œuvre de techniques de réanimation
slide27

Q4: traitement initial

  • 2. Traitement étiologique
  • Quinine IV en urgence
  • 17 mg/kg sur 4 heures (dose de charge) à la seringue électrique
  • 3. Surveillance des 4 première heures
  • Paramètres vitaux cliniques hémodynamiques et respiratoires (PA, FC, FR, SPO2)
  • Conscience (score de Glasgow)
  • Glycémie au doigt toutes les heures
slide28

Schéma thérapeutique

Plasmodiumfalciparum

NON

Chloroquine

(Nivaquine)

OUI

Signes de gravité

ou

vomissements

NON

OUI

Atovaquone-Proguanil (Malarone)

Méfloquine (Lariam)

Quinine per os

Quinine IV

REANIMATION

slide29

Critères de prise en charge ambulatoire

  • Résultat du diagnostic parasitologique connu le jour même de l’examen.
  • Forme simple sans signe de gravité ; sans troubles digestifs.
  • Parasitémie < 5 %.
  • Pas de facteur prédictif de mauvaise observance du traitement.
  • Absence de facteur(s) de risque - âge avancé- splénectomie- grossesse- pathologie sous-jacente notamment cardiologique- personne vivant seule
  • Proximité d’un établissement hospitalier.
  • Médicaments disponibles en pharmacie et accessibles au patient pour une prise immédiate.
  • Consultations à J3, J7, J28
  • Chez le jeune enfant, la rapidité d ’évolution des symptomes et la frequence des troubles digestifs ne permettent pas de proposer une prise en charge ambulatoire intégrale

Conférence de consensus de 1999: Prise en charge et prévention du paludisme d ’importation à Plasmodium Falciparum.