LES INFECTIONS SEXUELLEMENT
Download
1 / 83

LES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES - PowerPoint PPT Presentation


  • 277 Views
  • Uploaded on

LES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES. Pr M. NAIM. SOMMAIRE. Généralités Situation épidémiologique actuelle Microbiologie des principaux agents étiologiques Rôle du laboratoire dans le diagnostic des IST Traitement et Prise en Charge Conclusion. GENERALITES.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'LES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES' - rocco


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
Sommaire 1336929

LES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

Pr M. NAIM


Sommaire
SOMMAIRE

Généralités

Situation épidémiologique actuelle

Microbiologie des principaux agents étiologiques

Rôle du laboratoire dans le diagnostic des IST

Traitement et Prise en Charge

Conclusion



Sommaire 1336929

Infections Sexuellement Transmissibles (I.S.T)

Maladies Sexuellement Transmissibles

Maladies vénériennes

DEFINITION


Sommaire 1336929

  • Maladies infectieuses , contagieuses

  • Etiologies très diverses :

    Bactéries, Virus, Champignons, Parasites

  • Expressions cliniques variées

  • Propagation entre personnes par contact sexuel


Sommaire 1336929


Sommaire 1336929

Actuellement,

environ trente (30) I.S.T ont été identifiées


Sommaire 1336929


Rappel anatomique

Schéma: appareil génital masculin

Schéma: appareil génital féminin

RAPPEL ANATOMIQUE



Classification des i s t1

Classification clinique

Classification étiologique

CLASSIFICATION DES I.S.T


Classification clinique des i s t
Classification clinique des I.S.T

Ecoulements

Ulcérations

Végétations

Douleurs pelviennes chez la femme

Sans atteinte génitale

apparente

I.S.T asymptomatiques  Rôle important dans la propagation


Sommaire 1336929

Uréthrites chez l’homme

Cervico- vaginite chez la femme

IST avec écoulements


Sommaire 1336929

Chancre mou ou Chancrelle

Syphilis

Lympho- granulomatose vénérienne ou maladie de Nicolas-Favre

Herpès génital

Donovanose ou Granulome inguinal

I.S.T avec ulcérations


Sommaire 1336929

Condylomes,verrues

Salpingite, Endométrite

I.S.T avec végétations

I.S.T avec douleurs pelviennes chez la femme


Sommaire 1336929

I.S.T sans atteinte génitale apparente

Hépatite virale B et C (rarement)

SIDA


Classification tiologique des i s t

Bactéries

Virus

Protozoaires

Agentsfongiques

Ecto parasites

Classification étiologique des I.S.T



Dans le monde
Dans le monde

  • I.S.T en pleine recrudescence dans tous les pays du monde

  • 350.000.000nouveaux cas chaque année ( O.M.S )

    Trichomonase: 173.000.000 cas

    Chlamydiose: 92.000.000 cas

    Gonococcies: 72.000.000 cas

    Syphilis: 12.000.000 cas


Sommaire 1336929


En alg rie
En Algérie

  • VIH jusqu’au 31 decembre 2005:

    700 cas de SIDA et 1908 cas de séropositifs

    ( 800 ) (2000)

  • Autres IST:

    Pas de données épidémiologiques fiables

    Manque de laboratoires efficaces

    Insuffisance de formation dans le domaine des IST


Quelques resultats de travaux de recherche
QUELQUES RESULTATS DE TRAVAUX DE RECHERCHE

URETRITES EN MILIEU MILITAIRE

  • Thèse du Pr.NAIM 1995

  • Communication au 14ème Congrès Européen de Microbiologie et de Maladies Infectieuses, PRAGUE 2004


Sommaire 1336929

  • Prévalence des urétrites

  • 2 fois plus élevée dans les régions du sud par rapport à celles du nord du pays

  • TAMANRASSET est la zone la plus touchée


Sommaire 1336929

Le gonocoque constituait la première étiologie des urétrites

suivi de Chlamydia trachomatis

Chlamydia trachomatis a supplanté le Gonocoque

  • Etiologies des urétrites

  • Jusqu’en 1998

    A partir de 1999, rôles inversés


Sommaire 1336929


Sommaire 1336929

Ulcérations génitales

  • Haemophilus ducreyi (chancre mou) est l’agent étiologique le plus fréquemment rencontré, suivi de Treponema pallidum (syphilis)

  • Résultats similaires observés dans d’autres pays en voie de développement

  • Pays développés, l’herpès génital prédomine



Sommaire 1336929

BACTERIES

Chlamydia trachomatis

  • Serotypes: D,E,F,G,H,I,J,K

    UNG+++ Chez l’homme

    Cervicite chez la femme

    Stérilite du couple

  • Serotypes: L1,L2,L3

    Maladie se NICOLAS-FAVRE


Sommaire 1336929

Neisseria gonorrhoeae

  • Diplocoque à Gram –

    en grains de café

    Aérobie strict

    NGPP 60% en Algérie


Sommaire 1336929

MYCOPLASMES

  • Bactéries sans paroi

  • Ureaplasma urealyticum

    (forme d’oursin)  UNG

  • Mycoplasma hominis

    (forme d’œuf au plat)

    cervico-vaginite

  • Mycoplasma genitallium

    (culture difficile)UNG


Sommaire 1336929

Haemophilus ducreyi

  • Agent du chancre mou

  • Petit bacille à Gram négatif

  • très exigent

  • Aspect pathognomonique

    « en chaîne de vélo »



Sommaire 1336929

Treponema pallidum

  • Agent de la syphilis

  • Spirochète non cultivable

  • Très mobile

  • visible uniquement au microscope à fond noir.


Sommaire 1336929

Calymmabacterium granulomatis

  • Petit bacille à Gram négatif ressemblant à Klebsiella

  • Bactérie visualisée à partir d’un frottis coloré par MGG, LEISHMAN………….

  • Culture sur système cellulaire (œuf de poule embryoné)


Autres bacteries
AUTRES BACTERIES

  • D’autres bactéries pathogènes banales peuvent êtres impliquées dans les IST:

  • Entérobactéries (salmonelle,shigelle) chez les homosexuels

  • Gardnerella vaginalis dans la vaginose bactérienne par déséquilibre de la flore vaginale


Virus
VIRUS

VIH ;Virus de l’Immuno-défience Humaine

  • VIH 1 (1983) et VIH 2 (1986)

  • Rétrovirus :

    -Virus a ARN

    -Transcriptase reverse

    -Extrême variabilité génétique

    Sensible à la chaleur, l’alcool et à l’eau de javel,

    donc facilement détruit par les procédés usuels de

    désinfection et de stérilisation

    Diagnostic:

  • Dépistage par 02 techniques ELISA

  • Confirmation par WESTERN-BLOT (2ème sérum)


Sommaire 1336929

  • Virus de l’herpes simplex type 1 et 2

  • Virus a ADN enveloppés

  • Responsables d’Herpès génital

  • Cause la plus fréquente des ulcérations génitales dans

    les pays développés

  •    HSV2 est responsable de 70% des cas

  • HSV1 de 30% des cas


Sommaire 1336929


Papillomavirus humain pvh
PAPILLOMAVIRUS HUMAIN (PVH) utérin

  • Végétations vénériennes, condylomes ,verrues

  • Virus à ADN non cultivables

  • Existent plus de 60 types

  • Certains types sont oncogènes 16,18,63

  • Mise en évidence par :

    - Microscopie électronique

    - Biologie moléculaire (PCR et sondes nucléiques)


Virus de l h patite b
Virus de l’Hépatite B utérin

  • Virus à ADN enveloppé

  • Plus résistant en milieu extérieur que le VIH

  •      Différents antigènes ( Ag Hbs – Ag Hbe –….)

  •      Prévention : vaccination++++


Autres virus
Autres virus utérin

- Virus du molluscum contagiosum

Poxvirus responsable de Tumeur bénigne contagieuse

auto inoculable


Sommaire 1336929

PROTOZOAIRES utérin

  • Trichomonas vaginalis

  • Responsable devaginite mousseuse

  • Protozoaire plus gros qu’un polynucléaire

  • Très mobile grâce à ses flagelles et à sa membrane ondulante

  • Facilement reconnaissable au microscope à l’état frais

  • Milieux d’enrichissement

  • ( Milieu de ROIRON)


Sommaire 1336929

Agents fongiques (Champignons) utérin

Candida albicansVaginite prurigineuse

Examen direct => Levures et filaments mycéliens

Culture sur Sabouraud


Sommaire 1336929

Ectoparasites utérin

  • Phtirius pubis

  • Agent dumorpion ou phtiriase du pubis

  • Insecte de l’ordre Anoplura

  • - 1 à 2 mm de long avec 6 pattes dont les

  • 2 dernières sont adaptées pour

  • s’accrocher à la racine du poil

  • Cliniquement

  • - Démangeaisons à recrudescence

  • nocturne 

  • Diagnostic

  • - par examen visuel

  • - parfois il est nécessaire d’examiner un

  • poil au microscope


Sommaire 1336929

  • Sarcoptes scabiei hominis utérin

  • Agent de la Gale

  • Acarien de la famille des Sarcoptides

  • Vit dans l’épiderme

  • La femelle creuse des sillons 

  • Cliniquement: prurit intense touchant surtout les

  • parties antérieures du corps

  • Diagnostic:

  • Mise en évidence des sillons par dépôt d’une gouttelette de teinture d’iode qui les visualisera en les colorant en brun



Sommaire 1336929

  • Les IST sont dues à des utérinmicro-organismes très divers

  • Le rôle du laboratoire est de rechercher et d’identifier l’agent ou l’association d’agents responsables des manifestations cliniques ayant conduit le patient à consulter

  • Bonnerelation entre cliniciens et microbiologistes indispensable


Sommaire 1336929

Diagnostic microbiologique d’une IST utérin

Diagnostic direct

Diagnostic indirect


Diagnostic direct
Diagnostic direct utérin

  • Met en évidence directement dans le prélèvement pathologique:

  • - le micro – organisme

  • - ses antigènes

  • Différentes techniques microbiologiques allant de l’examen microscopique simple (à l ’état frais ou après colorations usuelles) jusqu’à l’isolement et l’identification après mise en culture sur des milieux appropriés


Les pr l vements
Les prélèvements utérin

  • Procéder au préalable à un interrogatoire rigoureux du patient

    - Notion de rapports sexuels non protégés

    - Début des troubles (temps d’incubation)

    - Signes fonctionnels d’accompagnements

    - Origine géographique

    - Séjour dans un pays tropical


Sommaire 1336929

  • Accompagner l’interrogatoire d’un utérinexamen clinique soigneux (organes génitaux + tous les autres appareils)

  • Effectuer les prélèvements au niveau des zones génitales infectées de l’homme ou de la femme

    • Absence de toilette de la région génito-anale depuis au moins la veille

    • Absence de tout traitement général ou local par les antibiotiques ou le antiseptiques depuis au moins 48 heures


Sommaire 1336929


Les examens microscopiques
Les examens microscopiques oro-pharyngée

  • Orientent le diagnostic

  • Sont primordiaux et déterminants dans certains cas

    Examens à l’état frais

    Examens après colorations

    Examen en immunofluorescence directe


Examen l tat frais
Examen à l’état oro-pharyngéefrais

  • Entre lame et lamelle sans aucune préparation

  • ·Microscope à fond noir (ultramicroscope) :

  • diagnostic de la Syphilis primaire en observant Treponema pallidum dans le prélèvement du chancre

  • ·Microscope ordinaire : diagnostic étiologique de certaines vaginites (Trichomonas vaginalis ,Candida albicans)


Examen apr s coloration
Examen après coloration oro-pharyngée

·Bleu de méthylène : met en évidence les polynucléaires altérés avec des bactéries intra et extracellulaires

· Gram : Aspect morpho- tinctorial,parfois pathognomonique

exp: Urétrite gonococcique chez l’homme / frottis coloré au Gram diplocoques Gram négatifàl’intérieur depolynucléaires altérés

·


Sommaire 1336929

  • MGG oro-pharyngée(May-Grunwald-Giemsa) :

    - Abondance des polynucléaires

    - Met en évidence Trichomonas vaginalis

    - Bacilles assemblés en chaîne de bicyclette évocateurs de

    l’ Haemophilus ducreyi 


Examen en immunofluorescence directe
Examen en oro-pharyngéeImmunofluorescence directe

  • ·      Nécessité d’un microscope à fluorescence coûteux !!!

    ·      Examen plus spécifique que celui obtenu avec les autres colorations

    · Permet le diagnostic rapide :

    - de la Syphilis primaire

    - des infections à Chlamydia trachomatis

    - des infections à Herpes simplex virus type1 et 2


Mise en culture et isolement
Mise en oro-pharyngéeculture et isolement

  • Milieux spécifiques à chaque germe

  • Exemples:


Identification biochimique
Identification biochimique oro-pharyngée

  • Tests +/- simples souvent regroupés en une batterie de réactions biochimiques = galerie d’identification

  • L’isolement et l’identification du germe confirment le diagnostic


Tests de sensibilit aux antibiotiques
Tests de sensibilité aux antibiotiques oro-pharyngée

  • Antibiogramme par diffusion en milieu gélosé

  • Recherche de la b lactamase chez le gonocoque

    l’Haemophilus ducreyi

  • Détermination de la concentration minimale inhibitrice (CMI)

  • Intérêts : - Thérapeutique  choix des antibiotiques

    - Surveillance de l’évolution de la résistance

    aux antibiotiques


Diagnostic indirect
Diagnostic indirect oro-pharyngée

  • Mise en évidence et dosage des anticorps spécifiques

  • Preuve indirecte qui n’a pas la valeur du diagnostic direct

  • L’interprétation n’est valable que lorsqu’il y a 2 sérums à 15- 21 jours d’intervalle


Sommaire 1336929


Nouvelles techniques de biologie mol culaire
Nouvelles techniques de biologie moléculaire limitée à

  • Véritable révolution diagnostique des années 1990

  • Techniques génétiques basées sur l’hybridation des acides nucléiques

  • PCR (Polymérase Chain Réaction) : technique d’amplification enzymatique in vitro

  • Sondes nucléiques


Sommaire 1336929


Sommaire 1336929

  • Rôle capital du laboratoire dans le diagnostic étiologique d’une IST

  • Bonnes conditions de prélèvement  résultats fiables

  • L’identification du ou des agents en cause permet d’adapter le traitement, car il n’y a aucune substance antimicrobienne active sur l’ensemble des germes responsables d’ IST



Traitement curatif
Traitement curatif d’une IST

  • Le traitement antimicrobien optimal des IST repose sur la précision du diagnostic étiologique

  • Les tests de laboratoire ne sont malheureusement pas toujours disponibles

  • Des techniques de prise en charge syndromique ont été mises au point


Sommaire 1336929

  • l’OMS a élaboré des d’une ISTalgorithmes de traitement pour plusieurs syndromes ( ulcération, écoulement urétral chez l’homme, leucorrhées chez la femme ,etc.…)

  • Inconvénients de cette approche syndromique:

    - Inefficacité totale pour détecter les cas asymptomatiques

    - Utilisation excessive d’antibiotiques suite à une exagération diagnostique

    Exemple : femmes avec pertes vaginales suite à une infection endogène classées à tort comme ayant une IST)


Sommaire 1336929

Quelques d’une ISTschéma thérapeutiques utilisables en Algérie sur la base des données épidémiologiques

( étiologies microbiennes et sensibilité aux antibiotique )





Pr vention
Prévention chez la femme

  • Diagnostic difficile pour certaines IST

  • Absence de traitements spécifiques efficaces pour d’autres

    Prévention de la transmission


Sommaire 1336929

  • Prévention à deux niveaux, individuel et collectif chez la femme

  • Individuel : - comportements sains

    - abstention sexuelle illégitime ou

    utilisation de préservatifs

  • Collectif : - éducation sexuelle

    - encourager les messages de prévention

    et de protection

      - Vulgarisation et accessibilité aux

    méthodes contraceptives de barrière

    ( préservatifs)


Conclusion
CONCLUSION chez la femme


Sommaire 1336929

  • Toute infection touchant le tractus génital masculin ou féminin n’est pas forcément une IST

  • De même qu’une véritable IST peut être localisée en dehors et loin des zones génitales

  • Devant tout cas d’IST diagnostiqué, penser à dépister et à traiter le ou les partenaires

  • La meilleure façon d’éviter les IST est de s’abstenir de rapports sexuels illégitimes sinon utiliser les préservatifs


Sommaire 1336929

Urétrite à Chlamydia féminin n’est pas forcément une IST

Urétrite gonococcique


Sommaire 1336929

Chancre syphilitique féminin n’est pas forcément une IST

Chancre mou


Sommaire 1336929

Herpes féminin n’est pas forcément une IST

Donovanose

Condylomes


Sommaire 1336929

Cervico-vaginite féminin n’est pas forcément une IST