gestion des informations de l entreprise 1 introduction l.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Gestion des informations de l’entreprise 1 INTRODUCTION PowerPoint Presentation
Download Presentation
Gestion des informations de l’entreprise 1 INTRODUCTION

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 39

Gestion des informations de l’entreprise 1 INTRODUCTION - PowerPoint PPT Presentation


  • 162 Views
  • Uploaded on

Gestion des informations de l’entreprise 1 INTRODUCTION. ENSG-ENPC 9 décembre 2005. Plan du cours. 09/12/05 (1) : Introduction (Michel Volle) 09/12/05 (2) : Organisation et gestion du SI (Michel Volle) 16/12/05 (1) : « Knowledge Management » (Christophe Talière, Air France)

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Gestion des informations de l’entreprise 1 INTRODUCTION' - radley


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
plan du cours
Plan du cours
  • 09/12/05 (1) : Introduction (Michel Volle)
  • 09/12/05 (2) : Organisation et gestion du SI (Michel Volle)
  • 16/12/05 (1) : « Knowledge Management » (Christophe Talière, Air France)
  • 16/12/05 (2) : Les systèmes de gestion des ressources humaines (François Andrieux, ANPE)
  • 06/01/06 (1) : Les ERP (Jean-Michel Beving, SAP) 06/01/06 (2) : L’informatique de communication (Michel Volle)
  • 27/01/06 : Génie sémantique (Michel Volle)
quelques informations
Quelques informations
  • Michel Volle, 64 ans
  • Formation : X, ENSAE, docteur en histoire
  • Expérience : INSEE, cabinet ministériel, France Telecom, Air France, ANPE, Bouygues Telecom, création et direction d’entreprises.
  • Ouvrages :
    • Analyse des données
    • Histoire de la statistique industrielle
    • Le métier de statisticien
    • e-conomie
  • Délégué général du club des maîtres d’ouvrage des systèmes d’information
  • Conseil en systèmes d’information et enseignement (Université de Rennes, IAE de Paris, ENSG)
  • www.volle.com
  • michel.volle@volle.com
le dictionnaire r v lateur culturel
Le dictionnaire, révélateur culturel
  • Encyclopédie (1751-1765)
    • « le dessein d’exécuter quelque chose, ou l’exécution même de ce dessein »
  • Littré (1885)
    • « 1° dessein formé qu’on met à exécution ; 2° conditions déterminées pour l’exécution de certains travaux, pour une fourniture »
  • Larousse (2002)
    • « 1. Ce que quelqu’un entreprend. 2. Affaire commerciale ou industrielle ; unité économique de production »
la statistique r v lateur conceptuel
La statistique, révélateur conceptuel
  • Colbert (1699)
    • « Constater, par des termes numériques, la situation des fabriques du royaume »
  • De Tolosan (1788)
    • Tableau des « principales industries de la France » : priorité aux matières premières
  • Statistique générale de la France (1833)
    • Une approche monographique
  • Recensements industriels
    • 1861 : priorité aux produits
    • 1895 : priorité aux techniques
    • A partir de 1940 : priorité à l’articulation entre la finance, l’investissement et la production (Keynes et Leontief)
qu est ce que l entreprise
Qu’est-ce que l’« entreprise » ?
  • Elle est masquée par la trivialité du « business is business », la banalité du quotidien, le silence de la création culturelle
  • Hégémonie idéologique (Gramsci)
    • En Europe : l’Etat (et, avant l’Etat, l’Eglise)
    • Aux Etats-Unis : l’Entreprise
  • L’entreprise est un espace organisé (donc non marchand) plongé dans le marché
  • C’est une être vivant, donc sujet à des pathologies, qui relève de la biosphère comme de la noosphère, et qui est inséré dans la nature physique, humaine et sociale
  • Il met en œuvre la pensée pratique, orientée vers l’action, et non la pensée ontologique, orientée vers la contemplation de l’être dans sa permanence
une d finition biologique
Une définition « biologique »
  • Toute personne morale productrice est une entreprise
    • (y compris les administrations qui produisent des services)
    • Un « métier » est une entreprise dans l’entreprise
  • L’entreprise est le lieu où le travail des êtres humains s’organise afin d’agir sur la nature pour en obtenir des résultats utiles
  • On ne peut la décrire qu’à partir de « vues » que l’on souhaite pertinentes mais qui restent partielles : économie, organisation, finance, social, stratégie etc.
le concept fondamental l activit
Le concept fondamental : l’activité

Technique

Technologie

Savoir-faire

Activité

Input

Matières premières

Biens intermédiaires

Services

Output

Biens de consommation

Biens intermédiaires évolués

Services évolués

Ressources

Capital fixe

Travail

le processus pivot de l entreprise
Le processus, pivot de l’entreprise

Flux

Commande

Bouclage

Activité

Produit

(bien ou

service)

Processus

de production

le syst me d information urbaniser l entreprise
Le système d’information : Urbaniser l’entreprise

Entreprise

Processus

Composant

Donnée

Domaine

Activité

application composant processus
Application, composant, processus
  • Application
    • Structure de données + algorithmes de calcul
  • Composant
    • Ensemble de classes organisées autour d’une classe maître et décrivant un être du monde réel
    • Analogue à « dossier »
    • Passer de l’application au composant = faire passer la priorité des algorithmes aux données
  • Processus
    • Succession des tâches qui concourent à la production de valeur
    • Les applications ne contiennent pas d’information sur les processus
    • Les SI modernes automatisent le parcours des dossiers entre les divers agents qui doivent les traiter
de l urbanisation la mod lisation
De l’urbanisation à la modélisation
  • Une même démarche, une portée différente
    • Chronologie, granularité
  • La modélisation
    • Langage UML (Unified Modeling Language, 1997)
      • Domaines, processus, activités, composants, données
      • Diagrammes d’activité, de classe, de séquence
      • Un problème : la communication
    • Un pivot : le référentiel
avant 1880
Avant 1880
  • L’entreprise est dans les limbes aux Etats-Unis
  • « Back Office », « Front Office » : la boutique du village
  • Les chemins de fer suscitent le développement d’un nœud d’affaires à Chicago
    • Commerce des céréales et de la viande ; industries agricoles et alimentaires ; transport ; banque ; assurance.
  • Le travail de bureau s’organise dans les premiers gratte-ciels.
de 1880 aujourd hui
De 1880 à aujourd’hui

Back Office

Front Office

1975

petite chronologie
Petite chronologie
  • Avant 1900
    • Machine à écrire : 1868-1895 ; Machine mécanographique de Hollerith : 1890 ; Copieur : 1890
  • 1900-1950
    • Trombone : 1901 ; Classeur mécanique : 1904 ;Transistor : 1947
  • 1950-1975
    • Photocopie : 1960 ; Messagerie : 1964 ; Microprocesseur : 1971 ; Internet : 1973-1989 ; Traitement de texte : 1974
  • 1975-2000
    • Imprimante à laser : 1975 ; Post-it : 1980 ; Ethernet : 1980 ; PC d’IBM : 1981 ; MacIntosh : 1984 ; World Wide Web : 1991
2000 l entreprise en r seau

Documentation

Communication

Travail

Événement

externe

Départ

Événement interne

Arrivée

2000 : l’entreprise en réseau
1990 s les processus
1990’s : Les processus

Données &

Traitements

Événement

Activité

Transfert

Bouclage

articuler l eho et l apu
Articuler l’EHO et l’APU
  • L’informatique articule l’être humain organisé et l’automate programmable doué d’ubiquité
    • Spécialiser chacun dans ce qu’il fait le mieux :
      • L’être humain : comprendre, expliquer, décider, imaginer, concevoir
      • L’automate : classer, trier, mémoriser, calculer
  • La matière grise (logiciel) et le silicium (matériel) : progrès rapides de l’informatique
    • Un changement analogue à ceux apportés par l’écriture, l’imprimerie, les chemins de fer, l’électricité
  • Questions de savoir-faire et de savoir-vivre :
    • Relations entre langage conceptuel et langage naturel
    • Communiquer via l’informatique (messagerie, Intranet)
    • « Conduite du changement » et « changement de la conduite »
apports et faiblesse de l expression syst me d information
Apports et faiblesse de l’expression « système d’information »
  • Introduite en 1972 par Jacques Mélèse sous l’influence de Herbert Simon
  • Entend corriger la superposition d’applications non coordonnées
  • … mais aujourd’hui les trois systèmes s’interpénètrent
cycle de vie de l entreprise

valeur

Fusions etc.

Financiers, rentabilisation

Prédateurs, destruction

Organisateurs, rationalisation

Pionniers, innovation

temps

Cycle de vie de l ’entreprise
les quatre parties prenantes de la d cision
Les quatre parties prenantes de la décision

PDG ; relation avec les actionnaires, banquiers,

administration, gouvernement ; médias, communication

Politique

Stratèges (directeurs, décideurs) ;

experts (concepteurs métier) ;

organisateurs (managers) ; utilisateurs finals

Métiers

Administration

DG ; contrôle de gestion ; direction financière ;

direction de l’organisation

Informatique

Maîtrise d’œuvre; dimensionnement des ressources ;

architecture,

choix des solutions ; expertise technique ;

relations avec les fournisseurs ; exploitation

sociologie des dirigeants
Sociologie des dirigeants
  • En France les dirigeants ne sont pas des ingénieurs
    • Bien sûr, il y a des exceptions...
  • Ils n’ont jamais mis les mains sur un clavier
    • Ceux qui sont en place aujourd’hui ne le feront jamais
  • Se font parfois une « grande idée » sur le « système d’information »
    • Volontarisme = velléité
    • Toute réalisation est mesquine, comparée au rêve
  • Mépris de la technique, surestimation du médiatique
sociologie des m tiers
Sociologie des métiers
  • Détenteurs du savoir professionnel de l ’entreprise, mais...
  • 1) Problème intellectuel
    • Emboîtage de divers niveaux d’expertise
    • Difficulté à « réaliser »
      • Exemple : le workflow
    • Difficulté à modéliser, à prioriser
  • 2) Problème d’organisation
    • Crainte envers la transparence
    • Crainte envers les changements d’organisation, la suppression des niveaux hiérarchiques intermédiaires
    • Relation entre expertise métier et décision SI
la tache aveugle de l intellect

Concret =

individuel

Abstrait =

conceptuel

Concret =

habituel

Tache

aveugle

Abstrait =

nouveau

La tache aveugle de l’intellect
le si r v lateur des valeurs
Le SI, révélateur des valeurs
  • L’entreprise est-elle « nombriliste » ou « tirée par le marché » ?
    • Quelle est la structure déterminante : l ’organisation ou le marché (clients, concurrents, fournisseurs?)
  • Des révélateurs
    • Identifiants
      • Numéro de la ligne dans les télécoms ; numéro de compte dans les banques. Identifie-t-on les clients ou les services ?
    • Référentiels
      • une nomenclature de produits par usine ? Un SI par filiale ? Découpage des missions, des régions selon l’équilibre de pouvoir ?
    • Interopérabilité
      • Sait-on interfacer le SI avec ceux des partenaires ?
sociologie de l administration
Sociologie de l’administration
  • Compression des coûts
    • « enveloppe informatique »
  • Simplicité de l’organisation
    • refus de la distinction MOA/MOE
    • « tout ça c ’est de l ’informatique »
  • Confusion entre données comptables et indicateurs économiques
    • Le tableau de bord du Président est-il de bonne qualité ?
le compromis manag rial
Le compromis managérial
  • L’entreprise dévorée par son organisation interne
    • Une image : la cervelle aspirée par l’intestin
    • Le dirigeant à la recherche de la paix dans l’équipe de direction
      • Pérennité des découpages inadéquats
      • Le « pragmatisme » :
        • Ce n’est pas le recours méthodique à l’expérimentation…
        • … mais le fait de prendre son parti de l’organisation existante
      • Impossibilité pratique de l’administration des données
    • Effets pervers de la comptabilité analytique
    • Corruption et honnêteté
  • Refus de l’innovation
    • Une image : avancer à reculons, sous la pression d’une main posée sur la poitrine
      • Les chutes sont nombreuses
    • Le massacre des innocents
sociologie de l informatique
Sociologie de l’informatique
  • Culture du traitement des données
  • Méconnaissance de l’informatique de communication
    • « Ce n’est pas de l’informatique »
    • Difficultés de communication
      • Mauvaise maîtrise du langage connoté
  • La séduction des fournisseurs
    • Préférence pour les solutions chères
crise de l entreprise
Crise de l’entreprise
  • procédures longues et incertaines
  • délais et budgets incontrôlables et dépassés
  • négociations qui ne convergent pas
  • remise en question des décisions
  • désaveu des mandataires
  • ajournement des rendez-vous
  • absentéisme en réunion
  • réunions sans ordre du jour, durée limite ni compte rendu
  • pannes sans responsable identifié
  • messagerie et courrier infidèles
  • documentation non à jour
  • « certification qualité » substituant une sécurité illusoire à la vigilance et à l'esprit de responsabilité 
  • informatique désordonnée (ressaisies manuelles, ergonomie pénible, référentiels redondants)
crise du langage
Crise du langage
  • Jargon
    • Acronymes, anglicismes, noms propres, vocabulaire technique
    • Fréquence des mots « sérieux », « professionnalisme », « méthodologie », « rigueur »
    • Termes abstraits : « méthodologie » pour méthode, « problématique » pour problème, « technologie » pour technique, « générique » pour général, « spécifique » pour particulier ou pour local, « commanditaire » pour donneur d'ordres, « ordonnancement » pour mise en ordre
    • Abus du superlatif : le manque de contraste interdit la perception des priorités.
    • Expressions qui s’autodétruisent : « principes concrets », « schéma exhaustif », « synthèse détaillée », « pilotage stratégique »
  • Crise des concepts
    • On dit « organisation » mais on dessine un organigramme ; « processus » sans définir livrables, acteurs ni délais ; « qualité » (« méthodologie de démarche qualité ») sans indiquer de critères.
    • Confusions : données comptables / indicateurs économiques ; gestion / expertise ; observation / explication ; donnée statistique / donnée individuelle.
approche m dicale
Approche médicale
  • L’entreprise est sujette à des pathologies
    • C’est un être vivant : il est né et il mourra
    • Ne pas la supposer a priori rationnelle ni efficace
    • Dimensions de la pathologie :
      • sociologique
      • philosophique (refus de la modélisation)
      • intellectuelle (difficulté de la modélisation)
  • Aide au diagnostic : une check-list
  • L’approche médicale est longue, lente et discrète
    • Démarche sociologique et philosophique :
      • Modification indirecte des comportements (école de Palo Alto)
      • Un « compliment » à éviter : « Ce que vous faites est stratégique pour l’entreprise »
    • Démarche intellectuelle :
      • Professionnaliser la maîtrise d’ouvrage
sortir de la crise
Sortir de la crise
  • Priorité : restaurer le processus de décision
    • Le langage suivra
    • Il revient aux dirigeants de structurer l’architecture de l’entreprise: processus de production et de gestion, outils d’observation et interprétation, élaboration de la stratégie
  • Comment faire ?
    • Progresser par petits pas (méthode de Palo Alto)
    • Tableaux de bord sélectifs et clairs pour les dirigeants
    • Comités équilibrés
      • l’expertise technique s’exprime, la légitimité politique décide 
    • Qualité sémantique du système d’information
      • administration des données, référentiels
    • Équilibre entre maîtrise d'ouvrage et maîtrise d'œuvre du système d'information
un syst me d information m r
Un système d’information mûr
  • Pour y arriver
    • Surmonter les obstacles, modifier l’organisation, faire accepter de nouvelles valeurs et de nouvelles compétences
  • Qu’est-ce qu’un SI mûr ?
    • Référentiel en bon état, processus bien outillés, composants modulaires et évolutifs, interopérabilité avec les partenaires, processus administratifs équipés de workflows, divers médias bien articulés, SIAD en place, Intranet et Internet entrés dans les mœurs, SI urbanisé,
  • Utilisateurs satisfaits
    • « on sait ce qu’on a à faire », « la boîte marche bien », « c’est bien organisé », « on est bien dirigés » etc.
  • Que reste-t-il à faire ?
    • Utiliser le SI : former les nouveaux venus, animer les « bonnes pratiques », administrer les processus
    • Maintien à l’état de l’art : veille technologique, veille SI
    • Gérer les frontières :
      • « spécifique » / « progiciel »
      • interne / externe
    • Adapter le SI aux évolutions de l’entreprise
    • Minimiser le coût du SI