slide1 n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Picasso, «  Guernica  », 1937, 352cm X 782cm, Madrid PowerPoint Presentation
Download Presentation
Picasso, «  Guernica  », 1937, 352cm X 782cm, Madrid

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 6

Picasso, «  Guernica  », 1937, 352cm X 782cm, Madrid - PowerPoint PPT Presentation


  • 86 Views
  • Uploaded on

G, Comment l'art s'oppose t-il à la guerre et au fascisme ? L'exemple de Picasso. Picasso, «  Guernica  », 1937, 352cm X 782cm, Madrid. 1, Décrire le tableau 2 Décrire les personnes. Quels sentiments ressortent du tableau ? 3, Décrire les animaux. Que semblent-ils ressentir ?

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Picasso, «  Guernica  », 1937, 352cm X 782cm, Madrid' - overton


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
slide1

G, Comment l'art s'oppose t-il à la guerre et au fascisme ? L'exemple de Picasso

Picasso, « Guernica », 1937, 352cm X 782cm, Madrid

slide2

1, Décrire le tableau

2 Décrire les personnes. Quels sentiments ressortent du tableau ?

3, Décrire les animaux. Que semblent-ils ressentir ?

4, D'où vient la lumière dans le tableau ?

5, Le tableau montre t-il une scène intérieure ou extérieure ?

6, Que pouvez-vous dire des couleurs? Pourquoi l'auteur les a-t-elles choisies selon vous ?

7, Comment le tableau est-il organisé géométriquement ?

8, Que cherche à montrer ce tableau ?

slide3

Sur la gauche, un taureau à l'encolure retournée

Juste devant, une femme hurle sa douleur avec un enfant dans ses bras

Au centre, un cheval s'effondre, transpercé par une lance

En bas du tableau, un guerrier coupé en deux, main gauche ouverte, main droit crispée sur une arme cassée

Tout à droite, une femme transformée en torche tombe dans le vide

En dessous, le corps d'une autre femme, avec un pied difforme continue le mouvement, s'affalant sur le cheval

slide4

D'une fenêtre apparue de nulle part, sort une tête avec un bras vengeur tenant une torche. Ses seins sont cloutés

Une ampoule, qui éclaire violemment, casse l'ombre

Quatre flammes lui font un écho lugubre à droite.

Sur une table, agonise un oiseau frappé par une lumière violente.

La lumière ne vient ni de l'intérieur, ni de l'extérieur. Il est impossible de savoir le moment de la journée. La lumière vient de l'intensité de la scène : les personnages sont clairs, le décor est sombre.

Il n'y a pas de couleurs : le tableau est en noir et blanc. C'est ce qui donne la puissance dramatique au tableau.

slide5

On peut diviser le tableau en trois pans : le taureau et la femme à gauche. Le cheval et l'apparition au centre. La femme torche à droite. Ils sont reliés par le guerrier au sol à gauche et la femme qui s'effondre à droite.

Des triangles organisent ensuite le tableau

slide6

L'œuvre de Picasso déforme les personnages, les transformant en monstres. Fait habituel dans la peinture expressionniste. La particularité de Picasso est que ces monstres ne renvoient pas à un rêve ou à l'inconscient, mais bien à une réalité. Il allie l'expressionnisme et le symbolisme.

Au lieu de peindre la souffrance particulière d'une mère, d'une femme, d'un guerrier, Picasso démontre la souffrance de toutes les mères dépossédées, de tous les guerriers vaincus, de toutes les femmes brûlées vives. C'est une allégorie. Picasso dit : “La guerre d’Espagne est la bataille de la réaction contre le peuple, contre la liberté. Toute ma vie d’artiste n’a été qu’une lutte continuelle contre la réaction et la mort de l’art.”

Picasso a voulu exprimer dans cette œuvre la démembrement du monde en proie aux horreurs de la guerre.