plaies et troubles du comportement stress et trauma n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Plaies et troubles du comportement « Stress et trauma » PowerPoint Presentation
Download Presentation
Plaies et troubles du comportement « Stress et trauma »

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 22

Plaies et troubles du comportement « Stress et trauma » - PowerPoint PPT Presentation


  • 167 Views
  • Uploaded on

Plaies et troubles du comportement « Stress et trauma ». Prof. Philippe Corten ULB 2006. Plaies et troubles du comportement. Plaies non accidentelles Plaies pseudo-accidentelles Troubles du comportement dus à des traumas. Scarifications et cicatrices Volontaires et conscientes:

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Plaies et troubles du comportement « Stress et trauma »' - montego


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
plaies et troubles du comportement
Plaies et troubles du comportement
  • Plaies non accidentelles
  • Plaies pseudo-accidentelles
  • Troubles du comportement dus à des traumas
plaies non accidentelles
Scarifications et cicatrices

Volontaires et conscientes:

Tatouages

Piercings

Rituels initiatiques (allochtones)

Subies:

Excisions

Sado-masochisme

Maltraitances

Agressions

Opérations esthétiques ratées

Automutilations

Délirantes

ex: autocastration

Impulsives

ex: automutilations chez des adolescentes border-lines

Suicidaires

ex: dépression

Plaies non accidentelles
plaies non accidentelles1
Attitudes du soignant

Scarifications et cicatrices volontaires:

Information des risques

Dépistage HIV, Hépatite C, infections autres

Subies:

Faut-il encore mettre la victime à l’abri ?

Comment assume-t-elle les séquelles?

Y a-t-il Post Traumatic Stress Disorder ? (voir infra)

Soutien psychologique ?

Automutilations:

Primum non nocere

Gestes d’urgence

Temporiser en faisant le nécessaire

Avis, soutien, traitement psy

Traitement esthétique en fonction de l’évolution psychologique

L’intervention peut améliorer l’état mental

Mais elle peut également être prématurée

=> Intérêt triade chirurgien-patient-psy

Plaies non accidentelles
plaies pseudo accidentelles
Récits accidentels qui doivent attirer notre attention:

Chute dans les escaliers

Alcool ?

Prise de calmants et somnifères ?

Tentative de meurtre ?

Bris de vitres

Violence familiale ?

Victime ou agresseur ?

Idéation suicidaire ?

Plaies ou brûlures chez les enfants et les jeunes

Négligence ou maltraitance ?

Plaies ou brûlures chez une personne âgée

Démence ? (bain trop chaud)

Violence familiale ou institutionnelle

Plaies ou brûlures à des endroits surprenants

Plaies « pseudo » accidentelles
plaies pseudo accidentelles1
Attitudes du soignant « non psy »:

Risque:

Non assistance de personne en danger

Le patient

Son entourage

Non protection d’un malade mental

Démence

Automutilation délirante

Que faire?

Etre aidé d’un psy

Plaies « pseudo » accidentelles
troubles du comportement dus des traumas
Stress aigu

Evénement ayant ou ayant pu mettre l’intégrité (physique) en danger

Comme victime ou comme témoin

Réaction de peur ou d’effroi intense au moment du trauma

Pendant ou après l’événement: symptômes dissociatifs

Torpeur

Réduction de conscience

Déréalisation

Dépersonnalisation

Amnésie post-traumatique

Evénement traumatique revécu constamment

Images, pensées

Flash-back

Cauchemars

Comme si

Exacerbation lors exposition à ce qui peut rappeler l’événement

Evitement persistant

Anxiété et symptômes neuro-végétatifs

Détresse significative

Durée au moins 2 jours et maximum 4 semaines, apparaissant dans les 4 semaines.

Troubles du comportement dus à des traumas
troubles du comportement dus des traumas1
Stress aigu (attitudes du soignant)

Mettre le patient à l’abri

Gestes d’urgence

Temesta expidet ou diazepam IM

Pas de debriefing immédiat

Entourage « supportant » durant les 48-72 premières heures ou protection médicale

Diazepam 10mg 3x/jour et hypnotiques durant 3 jours

Revoir 48 à 72 heures plus tard, puis toutes les semaines durant 6 à 8 semaines.

(Consignes de bonnes pratiques pour généralistes du SPF Santé Publique 2006)

Troubles du comportement dus à des traumas
troubles du comportement dus des traumas2
Post-Traumatic Stress Disorder (PTSD)

Evénement ayant ou ayant pu mettre l’intégrité (physique) en danger

Comme victime ou comme témoin

Réaction de peur ou d’effroi intense au moment du trauma

Apparaissant après 4semaines

Pas nécessairement de symptômes dissociatifs lors de l’événement

Revécu constant

Evitement persistant

Emoussement de la réactivité émotionnelle

Activation neuro-végétative persistante

Sommeil

Irritabilité

Concentration

Hypervigilance

Sursauts

Troubles du comportement dus à des traumas
troubles du comportement dus des traumas3
PTSD (attitudes du soignant)

!!! Évolution torpide, gravement invalidante

Suivi psychologique et psychiatrique indispensables

Antidépresseurs:

lutter contre la dégénérescence neuronale

Triade

chirurgien-patient-psy

« Tirer sur une salade ne la fait pas pousser plus vite »

Troubles du comportement dus à des traumas
troubles du comportement dus des traumas4
Stress chronique

Etat de tensionpersistante, perçu comme négatif

où l’individu est ou se sent incapable de répondre adéquatement aux exigences de la tâche,

où cette inadéquation peut avoir des conséquencessignificatives

et qui s’accompagne de dysfonctionnements au niveau physique, psychique et social.

Troubles du comportement dus à des traumas
troubles du comportement dus des traumas5
Stress chronique (attitude du soignant)

Supprimer

la source du stress

les stress inutiles

Prendre soin de soi

Somatique

Psychologique

« S’occuper de soi n’est pas de l’égoïsme »

Gérer son stress

Limiter l’exposition

Se détendre, les bulles

Mettre des limites

Relativiser

Humour

Positiver…

Et surtout….

Troubles du comportement dus à des traumas
troubles du comportement dus des traumas6
Plaies symboliques

Atteintes à l’identité imaginaire

Sein

Grands brûlés (moi-peau)

Les plaies « invisibles »

Parce que cachées

Parce que anodines pour les autres

Parce que morales

Le regard des autres

La répulsion dans le regard des autres

La pitié insupportable

Le « c’est du passé, tourne la page »

Troubles du comportement dus à des traumas
l identit imaginaire et le regard des autres
Plaies symboliques (attitude du soignant)

Dépistage

PTSD

Stress

Dépression

=> psychiatre

Soutien psychologique (maturation et deuil)

L’identité imaginaire et le regard des autres
il y a psychoth rapie et psychoth rapie
Plus de 200 thérapies différentes

Psychothérapies reconnues comme efficaces par le Comité Supérieur d’Hygiène

Thérapies de soutien

Thérapies cognitivo comportementales

Thérapies expérientielles centrées sur le sujet

Thérapies systémiques

Thérapies (d’inspiration) analytiques

Il y a psychothérapie et psychothérapie…
les diff rentes psychoth rapies
Psychothérapies de soutien

Principe: partager à un « confident » ses problèmes, ses émotions, son vécu

But: améliorer ses mécanismes de défense et son adaptation

Attitude du thérapeute: le thérapeute est actif, donne des conseils, cherche des solutions de commun accord avec le patient

Psychothérapies cognitivo comportementales

Principe: utiliser ses capacités cognitives pour réduire ses émotions négatives

But: modifier ses attitudes et ses comportements dans des situations spécifiques

Attitudes du thérapeute: actif et directif (apprentissages de techniques)

Patient: actif aussi en dehors des séances (exercices et entraînement)

Durée: limitée dans le temps, objectif spécifique

Individuel ou de groupe

Les différentes psychothérapies
les diff rentes psychoth rapies1
Thérapies expérientielles et centrées sur l’unité psycho corporelle du sujet

Principes:

L’ici et maintenant (ne pas vouloir expliquer à tout prix)

Ecouter ses émotions, ses sensations et ses besoins d’abord

Le corps et l’esprit ne font qu’un (Gestalt)

Puiser dans ses richesses personnelles

Attitude du thérapeute: empathique, chaleureux, égalitaire

Durée: pas de limite

Individuel ou de groupe

Thérapies systémiques

Principe: un couple, une famille ou un groupe est un système ouvert

Dont l’homéostasie doit être préservée (cad que les flux d’échanges avec le monde extérieur et à l’intérieur du système doivent être équilibrés)

Qui a tendance à l’entropie (cad qui nécessite un investissement d’énergie continuel pour ne pas évoluer vers la déstructuration)

Qui est doué d’inertie (cad qui résiste aux changements)

Le membre du groupe qui veut modifier l’un de ces trois éléments va être vécu comme un perturbateur « dangereux »: bouc émissaire

Attitude du thérapeute: désenclaver le « bouc émissaire », faire prendre conscience du fonctionnement du système

En famille ou en groupe

Durée: pas de limite

Les différentes psychothérapies
approches non m dicamenteuses et non psychoth rapeutiques
Approches non médicamenteuses et non psychothérapeutiques
  • Techniques corporelles et psycho corporelles
    • Kiné de relaxation (Schultz, Jacobson, Sophrologie)
    • Kiné de maintien
    • Hypnose et EMDR
    • Massages
    • Hydro et thalasso thérapies
  • Attention: une technique n’est jamais qu’un moyen thérapeutique
psychoth rapie le bon choix
Psychothérapie: le bon choix
  • Principes
    • C’est le patient qui fait le choix de la psychothérapie qu’il se sent le plus prêt à entamer
    • Plus que la technique ou le système théorique, c’est le lien interpersonnel avec le psychothérapeute qui fera qu’il sera efficace
      • =>
        • donner plusieurs noms
        • Avertir le patient que si au bout de deux ou trois séances le courant ne passe pas, il ne faut pas hésiter à changer de thérapeutes
conclusions l identit imaginaire et le regard des autres
« Tout comme le jeune enfant se construit dans le regard de sa mère, l’adulte maintient son intégrité dans un face à face continuel entre l’image qu’il a de lui et le regard de l’autre »Conclusions:L’identité imaginaire et le regard des autres

http://homepages.ulb.ac.be/~phcorten