th rapies cognitivo comportementales de la troisi me vague
Download
Skip this Video
Download Presentation
THÉRAPIES COGNITIVO-COMPORTEMENTALES DE LA TROISIÈME VAGUE

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 57

THÉRAPIES COGNITIVO-COMPORTEMENTALES DE LA TROISIÈME VAGUE - PowerPoint PPT Presentation


  • 516 Views
  • Uploaded on

THÉRAPIES COGNITIVO-COMPORTEMENTALES DE LA TROISIÈME VAGUE. DES THÉRAPIES À LA MODE DES THÉRAPIES MODE DE VIE. Manon Quesnel B.s.c de Université de Montréal Line Roy M.s.c de Université de Montréal sollicitent votre attention bienveillante .

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'THÉRAPIES COGNITIVO-COMPORTEMENTALES DE LA TROISIÈME VAGUE' - jela


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
th rapies cognitivo comportementales de la troisi me vague

THÉRAPIES COGNITIVO-COMPORTEMENTALES DE LA TROISIÈME VAGUE

DES THÉRAPIES À LA MODE

DES THÉRAPIES MODE DE VIE

slide2
ManonQuesnelB.s.c de Université de Montréal
  • Line Roy M.s.c de Université de Montréal

sollicitentvotre attention bienveillante.

Merci à l’hôpitalSacré-Coeur de Montréal pour la

participation financière.

plan de la pr sentation
PLAN DE LA PRÉSENTATION
  • HISTORIQUE
  • THÉORIES
  • THÉORICIENS
  • CLIENTÈLE-CIBLE
  • VALIDITÉ
  • APPLICATION CLINIQUE
  • IMPRESSIONS DES CLINICIENNES
premi re vague1
PREMIÈRE VAGUE
  • Entre les années 1950 et 1980
  • Les thérapiesbéhavioralessont issues de théories de l’apprentissage
  • Le conditionnementrépondant de WASTON 1924
  • Le conditionnementopérant de SKINNER 1938
  • L
selon skinner
SELON SKINNER
  • Estl’instigateur du béhaviorisme radical
  • Le comportementestcontrolé par sesconséquences
  • Les comportementsdésiréssontrenforcés par des artifices, des privilèges: jetons,cigarettes, sorties…..
  • Surtout utile dans les milieuxéducatifs et institutionnels;
suite skinner
SUITE SKINNER
  • Plus utile auprès de clientèleatteinte de déficience , autisme,schizoprèniesévère
  • Les limites de cetteapproche en cliniqueestqu`il ne s’agit pas de psychothérapie “ par la parole”
  • Applications limités=institutions
  • Non applicable avec les clientèle de la psychiatriegénérale.
watson
WATSON

Fondateur d’un béhaviorismeméthodologiquecestravauxontdonné lieu à la désensibilisationsystématique de Wolpe(1958,1975) .

Technique vise la modification des comporte-

ment.L’individuapprend par associations.

Essentielledans le tx des phobiesdiverses,etl’anxiété.

slide9
Des chercheurs et des “modificateurs de comportement” comme Lazarus ,Rachman ,Eysencket Shapiro sont des figures significatives du courant plus méthodologique
  • Tousregroupés sous l’appelationthérapiesbéhaviorales .
  • Critiques grandissantes:Accorder plus d’importance aux aspects mentaux de l’individu.
la r volution cognitive
LA RÉVOLUTION COGNITIVE
  • ALBERT ELLIS 1962
  • AARON BECK 1964
  • SONT LES PÈRES DES THÉRAPIES COGNITIVO-COMPORTEMENTALES.
  • MÉLANGE HARMONIEUX DE LA THÉRAPIE ÉMOTIVO-RATIONELLE.
  • ET DE LA THÉRAPIES COGNITIVE SANS PERDRE LES ACQUIS DU BÉHAVIORISME
  • Naissance en 1970 T.CC.
bases th oriques
BASES THÉORIQUES
  • Le client est à observer les événements /émotions /pensées / de comprendre les biaiscognitifs . Les penséesdysfonctionnelles ,les croyancesirréalistes, afind’atténuer les réponsesémotionnelles

trop intenses et de réduire les comportementsproblématiques.

t c c
T.C.C.
  • Les grilles d’auto-observations.
  • L’analyse des penséesautomatiques.
  • Le questionnementsocratique.
  • Les tableaux d’expériencescomportementales.
  • L’activationcomportementale .
  • Les échelles de mesure de la dépressiondeBECK.
  • Les échelles de mesure de l’anxiétéde BECK.
slide14
L’expositionsystématique in vivo,aide le client à se confronter à sescraintes en diminuantprogressivement

sescomportementsd’évitement.

.De nombreux guides de pratiqueindiquentétapes par étapes, la démarchethérapeutique.

t c c1
T.C.C.
  • La restructuration cognitive vise à modifier le dialogue intérieur et permet de prendre conscience des schémasdysfonctionnels.
  • Les thérapeutessont des “coach” qui enseignent des moyensdifférents de percevoir les événementsou de modifier les comportements.
  • Avec des outilspratiques :l’analyse des coûts –bénifices, vérification de la preuve, technique de la flècheascendante, réattribution/tarte des blâmes et plus,,,,,,,,
chercheurs et cliniciens ouvrent la voie l int gration
CHERCHEURS ET CLINICIENSouvrent la voie à l’ intégration

RAY HODSON et STANLEY RACHMAN en se basantsur les travaux de LANG(1963,1968,1970)ontdéveloppéunethéorie de l’approche des troissystèmes;

Comportementaux

Cognitifs-affectifs

Physiologiques.

Ce qui esttrèsvraidans le traitement des maladies affectives.Rachman1996

client le cible
CLIENTÈLE - CIBLE
  • En thérapie individuelle ou de groupe.
  • Dépression unipolaire ou bipolaire.
  • Avec les psychotiques.
  • Dans la majorité des troubles anxieux;Tag,Ps ,Toc .et les phobies, ESPT.
  • Avec les troubles alimentaires.
validit
VALIDITÉ
  • LA T.C.C.est la thérapie qui bénificieduplusd’appuiempirique (Roth etFonagy 2005)
  • La T.C.C. estefficace pour diminuerl’intensité des symptômesassociés aux troubles psychotiques (Morrison2002)
  • Lecomte et Leclerc en2004 ontreçuunesubvention des instituts de recherche en santé, pour une T.C.C des premiers épisodes.
le principal probl me avec la t c c l accessibilit
LE PRINCIPAL PROBLÈME AVEC LA T.C.C L’ ACCESSIBILITÉ
  • Dans LE CLINICIEN nov/déc/2009 : Savard ,Bugeaud,Dao,Turcotte,touspsychiatres au HSC notentquesi la T.C.C. n’est pas offertessoient le traitementpharmacologiquedevraprobablementêtreprolongésou la médicationaugmentée.
validit1
VALIDITÉ
  • INSTITUT DE SANTÉ PUBLIC DU QUÉBEC OFFRENT AVEC L’ÉQUIPE DE HÉLÈNE BROUILLET (2008-2009):DES FORMATIONS AUX CLINICIENS EN PREMIÈRE LIGNE DES GUIDES DES MEILLEURS PRATIQUES.
  • PROJET CIBLE-QUALITÉ
  • QUALAXIA.ORG
critique de la 2ieme vague
CRITIQUE DE LA 2ieme vague
  • Plusieurs la trouve beaucoup trop RATIONELLE.
  • Les ciblessont la diminution des symptômes sans se soucier de leursfonctions .
  • L’étude du processus de la penséen’a pas fait l’objetd’une analyse rigoureuse en recherche .
  • Voir Hayes et al,1999
  • Hayes,Luoma,Bond,Masudaet Lillis,2006 remettent en questions des prémisses de base.
  • Trop mécaniste ,la T.C.C ne tient pas suffisamentcompte du contexte,intégration des expériencesintimes.
vignette clinique
VIGNETTE CLINIQUE
  • R.M.
  • HOMME DE 60 ANS
  • POLICIER
  • ARRÊT DE TRAVAIL DEPUIS 6ANS ,BLESSÉ
  • AU TRAVAIL DANS L’EXERCICE DE SES FONCTIONS ET PAR SES DIFFICULTÉS À ÊTRE EN RELATION AVEC AUTRUI
  • DÉPRESSION ,DÉSILLUSION,SYNDROME DOULOUREUX,TAG SÉVÈRE,ISOLÉ.
traitement actuel
TRAITEMENT ACTUEL
  • RENCONTRE INDIVIDUELLE PLUS DE 20
  • TRAITEMENT PHARMACOLOGIQUE EN ACCORD AVEC LES RECOMMENDATIONS DU CANMAT
  • PSYCHIATRE PRÉSENT ET ATTENTIF
  • BONNE ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE
  • MOTIVÉ,FAIT LES LECTURES SUGGÉRÉES AINSI QUE LES EXPOSITIONS PLANIFIÉES.
et le doute s installe
ET LE DOUTE S’INSTALLE
  • JE NE SUIS PAS DOUÉE.
  • EST-CE LA BONNE APPROCHE ??
  • La TCC estparfois trop rationnelle.
  • La théorie de Bandura :certains clients refusent de suivre les directives de crainte de leurscapacités à les appliquercorrectement(1976).
  • L’impuissance apprise voir les travaux de Seligman (1975).
question majeure
QUESTION MAJEURE
  • EST- CE-QUE CE CLIENT CROIT AVOIR LE CONTRÔLE DE SA VIE OU CROIT IL QUE LA GUÉRISON =LE MIEUX –ÊTRE OU EST-CE L’EFFET DU HASARD ,DE LA CHANCE ,DU DESTIN ,OU DE CROYANCES EN UN CONTRÔLE EXTERNE VERSUS CROIT IL QU’IL EST LA CONSÉQUENCE DE SA PROPRE ACTIVITÉ.????
  • CROYANCES EN UN CONTRÔLE INTERNE????.
la saison des congr s
LA SAISON DES CONGRÈS
  • Frédérick Dionne et Marie-Claude Blais nous ont fait la démonstrationquel’activationcomportementale et l’ACTont plus de plus de “pouvoir” puisqueses plus récentesthérapiesciblent le coeur des personnessouffrantes.
  • 25 mai 2013 à L’ACTCC
et j apprends encore
ET J’APPRENDS ENCORE………….
  • Faire et faire faire des expériences de VIE:
  • VIVRE
  • INTÉGRALEMENT
  • L’EXPÉRIENCE
  • Sortir de l’intellectualisation,de la parole et sespièges pour revenir à la relation,pourrevenir à l’actionengagée,etêtredans le moment présent.
pour ce client patient
POUR CE CLIENT-PATIENT
  • Remplacerl’estime de soi par la compassion pour soicomme le définit la psychologue Kristin Neff 2003.
  • Apprivoiser la souffrance;le vivre avec ,ne jamais JAMAIS JAMAIS L’ABORDER EN NOMMANT L’ACCEPTATION.
  • Remplacerses MAIS par des ET.
  • Utiliser plus de métaphores et relire les techniques des livres/cf.bibliographie
  • Connaitre les hameçons de la souffrance.
la pratique de la troisi me vague
LA PRATIQUE DE LA TROISIÈME VAGUE
  • Favorisentl’acceptation
  • Créentunedistanciation par rapport aux pensées
  • Utilisent la pleine conscience
  • Augmentent le contact avec le moment présent
  • Intègrent le corps en psychothérapie
  • Mettentl’accentsur la relation thérapeutique
troisi me vague mod les bas s sur l acceptation
TROISIÈME VAGUE Modèlesbaséssurl’acceptation:
  • Thérapie de l’acceptation et de l’engagement (Hayes, 1999,2004,Eifert,2005)
  • Thérapie cognitive baséesur la méditation(Segal 2004)
  • Thérapiecomportementalebaséesurl’acceptation du TAG (Roemer,2004 ,2005)
  • Thérapiedialectique-comportementale(Linehan,1993)
troisi me vague suite

TROISIÈME VAGUE suite

Thérapie de couple comportementale intégrative( Jacobson,1996)

Prévention de la rechute basée sur la méditation(Marlatt,2005)

Psychothérapie fonctionnelle analytique (Kohlenberg,1991,2004)

th rapie cognitive bas e sur la m ditation segal williams et teasdale 2002

THÉRAPIE COGNITIVE BASÉE SUR LA MÉDITATION(SEGAL,WILLIAMS ET TEASDALE,2002)

BUT;diminuer les rechutesdépressives.

Dépressionsmajeuresrécurrente

Suicides(Williams)

Bipolaire(Palmer)

validit mbct teasdale 2000
VALIDITÉ MBCT (TEASDALE,2000)
  • Étudecontroléemulticentrique
  • TCBMvstraitement de routine
  • n=145 (63vs69)
  • f/u=60 semaines
  • 8 sessions de 2h,12clients/groupe
  • Clients avec 3 épisodesou plus TCMB diminue le taux de rechute de moitié:66%vs37%
pleine conscience
PLEINE CONSCIENCE
  • Le principal objectif est d’enseigner aux personnes un mode actif d’auto-soins.
  • Un traitement de la souffrance de plusieurs troubles du DSM-IV.
  • Nous invitons les personnes à s’engager avec curiositédans la méditation sans croire à un soulagement,ni à guérir,ni à relaxer.
  • Thérapie de groupe et pratiqueindividuelle ; p.r.n.
les groupes bois de boulogne sont depuis 2003
Les groupes à BOIS de BOULOGNE sontdepuis 2003
  • Groupe de 8 à 12 personnes.
  • 1 fois par semaine de 120 minutes qui s’engagent comme leurs thérapeutes à pratiquer.
  • 6 jours par semaine.
  • 45 minutes par jour.
  • 8 semaines.
comment
COMMENT
  • Chaque groupe débute par une méditation et se termine par une méditation.
  • Une expérience de méditations en mangeant /bougeant/marchant ou en contemplant sont expérimentés en groupe.
  • Contes et poèmes
  • L’écoute des sons et du silence est apprivoisées
slide40
QUOI
  • Nous aimons la définition de Kabat-Zinn 1990 qui s’en servit pour sa clinique de réduction du stress par la méditation Massachussetts USA

Où tu vas, tu es

slide41
Des questionnaires pré et post groupe sont remis et corrigés
    • Beck dépression
    • Beck anxiété
    • QIPS inquiétude
    • EII inquiétude/incertitude
    • DAS attitudes dysfonctionnelles
    • Réponse à la dépression
comment1
comment
  • Chaque participant méditant reçoit gratuitement:
  • Un guide écrit
  • Quatre disques compacts de méditation:
      • 1 CD Scan corporel
      • 1 CD de méditation assise
      • 2 CD de yoga
slide43
QUI
  • Actuellement les ateliers de TCC basée sur la méditation sont offerts par Dr Thanh-Lan Ngô & Manon Quesnel, inf.
  • Par le passé une équipe de 3 psychiatres animaient le groupe : Dr Larouche, Dr Gauthier, Dr Ngô
comment2
COMMENT
  • « Être pleinement conscient » veut dire: porter une attention spéciale:
  • INTENTIONNELLEMENT,
  • AU MOMENT PRÉSENT,
  • ET SANS JUGEMENT.

Jon Kabat-Zinn.

comment3
COMMENT
  • Un journal d’auto-observations soutient la pratique.
  • Les commentaires des méditants sont attendus et partagés en groupe.
comment4
COMMENT
  • Ainsi la personne est amenée à ÊTRE plutôt qu’à FAIRE ou réagir.
  • Elle est le témoin privilégié de son moment présent, autrefois consacré par le fameux: ICI MAINTENANT.
comment5
COMMENT
  • Pensées
  • Émotions
  • Sensations corporelles
  • Distractions sont observés SANS JUGEMENT et dans L’ACCEPTATION.
comment6
COMMENT
  • La pleine conscience cherche à se familiariser avec les sensations corporelles même désagréables qui peuvent avoir comme bienfait d’unir LE CORPS / ESPRIT.
  • Danscetteoptique:sontpratiqués
  • Yoga,étirements,marchelente.
  • Scan corporel=balayagecorporel
  • Segal&al 2002
comment7
COMMENT
  • Les pensées sont vus comme des pensées:
    • des événements mentaux
    • qui vont et viennent
    • Qui sont transitoires.
    • On peutchoisir de;
    • Réagirou non aux pensées
    • Les délaisser ,acceuillir,
    • Se féliciter de s’enêtre

aperçu et reprendre avec attention les respirations.

comment8
COMMENT
  • Le focus est mis intentionnellement sur la respiration, le moment présent.
  • Germer C 2006 dans Why meditate? Meditation in psychotherapy, Boston
  • Nous rappelle de rester tranquille
  • De laisser tranquilles les pensées et les émotions qui agitent l’esprit.

Sanskrit

comment9
COMMENT
  • IL FAUT QUE LA THÉORIE SOIT MISE EN PRATIQUE
comment10
COMMENT
  • Dans la MBCT de la dépression le but:
    • Diminuer les ruminations incessantes
    • Dans la MBCT du trouble bipolaire ont ajoute de ralentir, de moins faire, d’être en non-action d’être avec sa respiration/de faire des pauses
comment11
COMMENT
  • Dans l’approche dialectique comportementale des troubles de la personnalité de Martha Linehan (1993) la pleine conscience favorise une approche sans jugement avec plus de compassion.
  • L’écoute des cinq sens permet (odorat, vision, ouïe, toucher, goûter) de distraire et d’apaiser la réactivité.
  • Elle diminue l’impulsivité, améliore la sobriété en enseignant la tolérance à la détresse.
bibliographie
Bibliographie
  • Revue Québécoise de psychologie; la troisième génération de thérapie comportementale et cognitive, sous la direction de Frédérick Dionne volume 31 numéro 3, 2010.
  • La thérapie d’ acceptation et d’engagement; guide clinique, Benjamin Schoendorff, Jana Grand, Marie-France Bolduc de boeck 1ere édition 2011.
  • La théorie cognitivo-comportementale; théorie et pratique, Louis Chaloult et coll. ThanhLan Ngo, Jean Goulet et Pierre Cousineau. Gaétan Morin éditeur
suite bibliographie
Suite Bibliographie
  • Méditer 108 leçons de pleine conscience, Jon Kabat-Zinn éditions les arènes, 2010.
  • Le piège du bonheur, Russ Harris, les Éditions de l’Homme, 2009
  • Méditer pour ne plus déprimer; la pleine conscience, uneméthode pour vivre mieux. Mark Williams, John Teasdale, Zindel Segal, Jon Kabat- Zinn. Collection Odile Jacob, 2009.
  • Méditer jour après jour. Christophe André, collections l’iconoclaste 2011.
ad