alimentation diab te et grossesse
Download
Skip this Video
Download Presentation
Alimentation, diabète et grossesse

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 35

Alimentation, diabète et grossesse - PowerPoint PPT Presentation


  • 159 Views
  • Uploaded on

Alimentation, diabète et grossesse. Introduction. L’alimentation des femmes lors de la grossesse et de l’allaitement présente une importance toute particulière. D’elle dépend, pour l’essentiel, la croissance du fœtus et du nourrisson et le bon déroulement de la grossesse.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Alimentation, diabète et grossesse' - diella


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
introduction
Introduction

L’alimentation des femmes lors de la grossesse et de l’allaitement présente une importance toute particulière. D’elle dépend, pour l’essentiel, la croissance du fœtus et du nourrisson et le bon déroulement de la grossesse.

La grossesse est donc un état physiologique exigeant sur le plan nutritionnel.

limiter les risques
Limiter les risques
  • Listériose

Maladie bénigne et rare qui peut être grave pour le bébé à naitre. Elle se transmet par une bactérie : listéria.

Quelques petites consignes :

- Se laver les mains souvent

- Oublier certains aliments crus :coquillage, poissons fumés, surimi,tarama, lait cru, fromages au lait cru, fromages à la coupe, la croute des fromages

- Oublier certaines charcuteries : rillettes, pâtés, foies gras, charcuterie à la coupe, produits en gelée

- Dans la cuisine : laver soigneusement les légumes et les herbes

faire bien cuire les viandes, poissons

conserver séparément les aliments crus et les aliments cuits

consommer rapidement les restes ou les plats réchauffer

de travail

limiter les risques1
Limiter les risques
  • Toxoplasmose

Maladie due à un parasite, le toxoplasme. Certaines femmes enceintes sont déjà protégées. Les autres doivent prendre certaines précautions.

A table et dans la cuisine :

  • Laver soigneusement les légumes et les herbes
  • Faire bien cuire la viande : pas de viande saignante

A la maison et au jardin :

  • Jardiner qu’avec des gants
  • Eviter le contact avec les chats et surtout leur litière
prise en charge dietetique
PRISE EN CHARGE DIETETIQUE

Besoins liés à la grossesse

+ 150 Kcal au cours du premier trimestre

+ 350 Kcal au cours des 2 trimestres suivants pour faire face à l’augmentation d’énergie utilisé par le fœtus

La quantité d’énergie conseillée se situe entre 2000 Kcal et 2300 Kcal , ne pas descendre au dessous de 1600 Kcal car risque d’hypotrophie et des effets délétères de la cétose de jeun sur le foetus

prot nes
Protéïnes

70g de protéines/jour

+10g de protéines/jour au 3ème trimestre

Construire, entretenir et renouveler les tissus du corps du fœtus et de la mère.

Ce sont les nutriments batisseurs.

Il est important de varier les sources de protéines aussi bien d’origine animale que d’origine végétale.

prot ines
Protéines
  • Protéines d’origine animale

Viandes, volailles, poissons, œufs, abats, lait, produits laitiers natures, fromages

  • Protéines d’origine végétale

Lentilles, pois chiches, haricots blancs, haricots rouges, fèves…

prot ines1
Protéines

Equivalences protidiques

18 à 20g de protéines

100g de viandes, poissons, volailles, abats

2 œufs

½ litre de lait

4 yaourts natures

180g de fromage blanc

80g de camembert, gruyère

glucides
Glucides

Le fractionnement de l’apport glucidique est de 3 repas et de 3 collations sur la journée est souvent indispensable pour limiter les pics d’hyperglycémie postprondiale en particulier après le petit déjeuner et afin d’éviter les problèmes de cétose de jeun.

Les aliments à faible index glycémique doivent être privilégiés

(nouilles et pâtes, lentilles, pommes/jus de pommes, poires, oranges/jus d’orange, raisin, yaourt, pain aux céreales, légumes secs, chocolat…)

glucides1
Glucides

Quantités de glucides : 180g à 260g/jour

On distingue 2 sortes de glucides :

  • Sucres simples apportent de l’énergie immédiatement à l’organisme
  • Sucres complexes assurent une fourniture durable

Le glucose est l’élément de base des glucides est la principale source d’énergie utilisée par le fœtus.

glucides2
Glucides
  • Sources de glucides simples

Lactose : lait, produits laitiers

Fructose : fruit

  • Sources de glucides complexes

Farine, légumes secs, maïs, pâtes, riz, semoule, purée, pommes de terre, pain, biscottes, céréales

glucides3
Glucides

Equivalences glucidiques

20g de glucides

100g de pâtes, riz, semoule, purée, blé

150g de légumes secs, maïs, petits pois

2 petites pommes de terre (taille d’un œuf)

40g de pain

3 biscottes, 3 cracottes, 3 petits pains suédois

2 tranches de pains de mie

glucides4
Glucides

Equivalences glucidiques des fruits

20g de glucides

1 pomme, poire, pêche, brugnon, orange

2 kiwis, mandarines

½ pamplemousse, ¼ melon, ¼ ananas frais

250g de fraises, framboises

1 pot de compote s/sucre ajouté

3 abricots, 3 prunes

1 petite banane

20 cerises, 20 grains de raisin

lipides
Lipides

Indispensable au développement cérébral du fœtus, apportent notamment des vitamines indispensables

Privilégier les acides gras essentiels :

  • Acides gras d’origine animale : beurre, crème fraiche, viandes…
  • Acides gras d’origine végétale : huile, margarine
lipides1
Lipides

Varier les matières grasses

20g de beurre par jour

4 cuill. à soupe d’huile par jour

Huile : mélange d’huiles, olive, colza

aux fritures, feuilletés, plats cuisinés

min raux
Minéraux
  • Calcium

900 à 1200mg de calcium par jour

Essentiellement dans le lait et produits laitiers.

1 produit laitier = 1 verre de lait

1 yaourt nature

150 g de fromage blanc

30 g de fromage

¼ litre d’Hépar, Contrex, Talians

½ litre Salvetat, Quezac

1 litre Vittel, Badoit, San Pellegrino

min raux1
Minéraux
  • Fer

Certains facteurs augmentent l’absorption du fer comme les protéines d’origine animale et la vitamine C. D’autres facteurs réduisent l’absorption du fer, comme les tanins (café, thé, vin, bière) et le son.

Aliments riche en fer : abats (6 à 12mg)

légumes secs (2 à 6mg)

cheval, moules, huitres, jaunes (5mg)

coquilages, viandes, volailles (3mg)

épinards, fenouil, pissenlits (2mg)

vitamines
Vitamines
  • Vitamine B9 ou acide folique

Supplémentation à envisager à l’arrêt de la contraception. Important pour éviter les risques de malformation du tube neural du fœtus.

Aliments riche en vit. B9

Epinards (200ug), camembert, laitue (100ug), artichaut, haricots verts, radis, petits pois, poireaux (60ug), oeuf, rognon (50ug), asperges, choux, carottes, courgettes, endives, tomates, oignons, oranges (20 à 30 ug), champignons, concombre, navet, pomme de terre, banane, mandarine, pomme, pamplemousse, pêche, poire, poulet, thon, maquereau (10 à 20ug)

vitamines1
Vitamines
  • Vitamine D

Permet l’augmentation intestinale du calcium

Aliments riche en vit. D : poissons gras, œufs, produits laitiers

Mais elle est surtout fabriquée par la peau sous l’influence du soleil

vitamines2
Vitamines

En ce qui concerne les autres vitamines et oligo-éléments, les mécanismes d’adaptation permettent à des femmes bien nourries, ayant une disposition alimentaire variée, de mener une grossesse normale à son terme sans autre ressource que celle que procure leur consommation spontanée avec des choix judicieux. Les conséquences sur la santé du futur enfant rend les femmes enceintes plus réceptives aux conseils diététiques

boissons
Boissons

L’eau est la seule boisson indispensable, 1,5 litre par jour sous forme de tisane, eau minérale, gazeuse, de source, du robinet.

Café, thé, sodas contenant des substances non toxiques mais excitantes sont à limiter.

edulcorant
Edulcorant
  • Il existe 2 classes d’édulcorants :
  • Édulcorants intenses (saccharine, aspartame, succralose…)
  • Édulcorants de charge (polyols)

Le seul édulcorant qui est contre-indiqué pendant la grossesse et l’allaitement est la saccharine.

Tous les autres édulcorants sont à consommer avec modération

exemples de r partition
Exemples de répartition
  • Petit déjeuner

Un bol de café au lait

3 cracottes + 10 g de beurre

10h et 22h

2 biscottes + St Moret

Midi

1 assiette de carottes rapées

1 steak haché

Ratatouille + 100 g de riz

1 pot de fromage blanc

1 poire

16h

3 pains suédois + Emmental

Soir

Salade verte

Courgette farcie

2 petits suisses

Compote de pëches

d sagr ments de la grossesse
Désagréments de la grossesse

Nausées, vomissements

Fréquents au cours du 1er trimestre, ils sont en général bénins

Pour les éviter :

  • Ne pas sauter le petit déjeuner
  • Faire des plats plus légers et plus fréquents
  • Boire quelques gorgées de boissons gazeuses

Brulures d’estomac, acidité

Courantes en fin de grossesse

  • Eviter les aliments qui fermentent (choux, légumes secs…)
  • Supprimer les aliments acides (vinaigre, cornichons, citron)
  • Eviter de vous allonger après les repas

Constipation

  • Boire 1,5 litres d’eau par jour
  • Consommer des aliments riche en fibres
  • Au besoin boire de l’eau froide le matin à jeun
  • Faire un peu d’exercices
bien manger pour allaiter
Bien manger pour allaiter
  • Produire environ 800ml de lait par jour demande de l’énergie.

Etre attentive :

  • Apport en calcium, pour la croissance de l’enfant
  • Apport en fer, pour reconstituer vos réserves
  • Aux graisses essentielles, pour le cerveau du bébé
  • Aux boissons, pour fabriquer le lait : au moins 2 litres d’eau par jour

Aliments à éviter : aucun sauf alcool

Certains légumes au goût fort ou plats épices peuvent transmettre leur parfum au lait, si votre bébé apprécie, c’est une façon de l’initier à de nouvelles saveurs

conclusion
Conclusion

Les besoins nutritifs minimaux d’une femme enceinte diabétique restent les mêmes que ceux d’une femme enceinte, il faut simplement veiller à manger sainement, en alliant équilibre glycémique et surveillance du poids.

Généralement, trois repas sont nécessaires au début de la grossesse et trois collations entre les repas (ce qu’on nomme le fractionnement pour contrer les hyperglycémiespost-prandiales et les cétoses de jeun)

insulinotherapie fonctionnelle
INSULINOTHERAPIEFONCTIONNELLE

L’IF permet aux patients d’adapter son traitement en fonction de son mode de vie.

La mise en pratique de cette méthode repose sur une parfaite évaluation des glucides absorbés.

Cette thérapie permet donc une plus grande autonomie du patient qui devient responsable de la gestion de sa maladie.

concept
Concept

3 concepts :

  • Insuline pour vivre
  • Insuline pour manger
  • Insuline pour soigner la glycémie
insuline pour vivre
Insuline pour vivre

Dose de base se calcule en fonction du poids et correspond en moyenne à 0.3 à 0.4 unités d’insuline retard par kg et par jour.

L’efficacité de ces doses s’évalue lors d’un jeûne glucidique, la glycémie doit être mesurée toutes les 2 heures lors du test.

L’expérience de jeûne permet de comprendre que la base de ne doit jamais être arrêtée même s’il n’y a pas d’apports alimentaires et que la base n’est pas destinée à couvrir les repas

insuline pour manger
Insuline pour manger

Les doses prondiales correspondent le plus souvent :

  • 2 unités pour 10g de glucides au PDJ
  • 1 unité pour 10g de glucides au déjeuner
  • 1,5 unités pour 10g de glucides au diner

Lorsque le repas est très riche en glucides au-delà de 120 à 150g de glucides ou s’il est composé d’aliments à index glycémique important : il faut ajouter en moyenne 2 unités de plus. Le principe est le même pour les repas qui sont trop gras.

insuline pour soigner
Insuline pour soigner

L’insuline rapide pour soigner s’évalue à partir de l’étude de l’efficacité d’une unité d’insuline rapide.

1 unité d’insuline rapide abaisse la glycémie de 0.3 à 0.4g/l.

En cas d’hypoglycémie, prendre 15g de glucides simples augmentent en moyenne la glycémie de 0.5g/l.

conditions requises
Conditions requises
  • Désirer se prendre en charge et se responsabiliser par rapport au traitement de son diabète
  • Etre intéressé par la recherche des règles de besoins en insuline
  • Accepter certaines contraintes dans le déroulement de la journée
  • Etre capable de mesurer soi-même la glycémie et être disposé à le faire 4 à 5 fois par jour au moins
  • Comprendre les interrelations entre insuline, glycémie, repas et activité physique
  • Etre capable de calculer la quantité de glucides voire des lipides
exemple d une situation
Exemple d’une situation

TOTAL : 13 unités

autres exemples
Autres exemples

TOTAL : 8 x 1,5 = 12 unités

conclusion1
Conclusion

Avec l’IF , le conseil diététique a bien évolué, la prise en charge sera plus axée sur l’éducation du patient.

L’adaptation conseil diététique sera plus personnelle et devra prendre en compte le mode de vie et les habitudes alimentaires individuelle.

L’amélioration des traitements insuliniques permet une meilleure qualité de vie mais il est cependant important de ne pas encourager les dérives alimentaires.

ad