slide1 n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
La sécu n’aura jamais autant dépensé pour le médicament qu’en 2008, malgré les génériques et les baisses de prix ! PowerPoint Presentation
Download Presentation
La sécu n’aura jamais autant dépensé pour le médicament qu’en 2008, malgré les génériques et les baisses de prix !

Loading in 2 Seconds...

  share
play fullscreen
1 / 24
Download Presentation

La sécu n’aura jamais autant dépensé pour le médicament qu’en 2008, malgré les génériques et les baisses de prix ! - PowerPoint PPT Presentation

colette
84 Views
Download Presentation

La sécu n’aura jamais autant dépensé pour le médicament qu’en 2008, malgré les génériques et les baisses de prix !

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. La sécu n’aura jamais autant dépensé pour le médicament qu’en 2008, malgré les génériques et les baisses de prix ! La prescription des psychotropes en France entre 2001 et 2008 François PESTY, Consultant (*) : Dépenses de remboursements de médicaments par le régime général en métropole et hors sections locales mutualistes 20/11/2009

  2. La réforme 2004 a-t-elle modifié les comportements de prescription ? Les économies attendues, suite à la perte des brevets de nombreux médicaments psychotropes, ne sont pas au rendez-vous en 2008 ! Mais que s’est-il donc passé ? Les industriels du médicament ont su admirablement bien contourner les génériques des antidépresseurs, ce qui a réduit comme une peau de chagrin la baisse des dépenses pour cette classe ; Mais ils ont surtout brillé en faisant doubler sur la période les antipsychotiques, un véritable « relai de croissance » (médicaments anciennement appelés « neuroleptiques ») ;

  3. La réforme 2004 a-t-elle modifié les comportements de prescription ? Malgré les génériques nombreux, et le « plan médicaments 2006 » qui a fait baisser le prix des médicaments du répertoire, le coût moyen par patient, estimé à partir du ratio « Montants remboursés / dénombrements des patients », a peu fléchi pour les antidépresseurs, et a presque doublé pour les neuroleptiques, une classe relai de croissance pour une industrie en panne de recherche !

  4. La réforme 2004 a-t-elle modifié les comportements de prescription ? Globalement, le niveau réputé élevé de la consommation des psychotropes en France, parmi les plus hauts au monde, s’est maintenu en l’état depuis 2004 !

  5. La réforme 2004 a-t-elle modifié les comportements de prescription ? Cependant, les neuroleptiques ont rejoint au cours de la période les antidépresseurs en termes d’importance des montants remboursés…

  6. La réforme 2004 a-t-elle modifié les comportements de prescription ? Même si, dieu merci, nous avons globalement 2 fois plus de patients sous hypnotiques et sédatifs, 3 fois plus sous antidépresseurs et 4 fois plus sous anxiolytiques que sous neuroleptiques …

  7. La réforme 2004 a-t-elle modifié les comportements de prescription ? Les économies attendues sur les antidépresseurs ne sont pas au rendez-vous ! Il ne s’agit pas d’une carte des lignes du métro parisien, mais d’une chorégraphie illustrant combien il aura été facile pour les laboratoires de remplacer au pied levé les médicaments génériqués à chaque tombée de brevet ! Dernier lancé, CYMBALTA® dépassera un jour tous les autres…

  8. La réforme 2004 a-t-elle modifié les comportements de prescription ? Les économies attendues sur les antidépresseurs ne sont pas au rendez-vous ! C’est qu’il est bougrement plus cher ce CYMBALTA® ! Son prédécesseur SEROPLEX® était déjà bien plus onéreux que les autres antidépresseurs ; Mais, croyez-vous qu’ils soient tellement supérieurs ?

  9. La réforme 2004 a-t-elle modifié les comportements de prescription ? Les économies attendues sur les antidépresseurs ne sont pas au rendez-vous ! Bref, après l’une des plus impressionnantes série de chutes brevetaires de l’histoire du générique, PROZAC®, DEROXAT®, SEROPRAM®, ZOLOFT®, EFFEXOR®, pour ne citer que les « poids lourds », nos belles espérances ont fait « pschittt » !

  10. La réforme 2004 a-t-elle modifié les comportements de prescription ? Les économies attendues sur les antidépresseurs ne sont pas au rendez-vous ! Les nouveaux médicaments sont tellement plus onéreux qu’ils n’ont nullement besoin de prendre de grosses parts de marché en patientèle pour occuper le devant de la scène en montants remboursés…

  11. La réforme 2004 a-t-elle modifié les comportements de prescription ? Les économies attendues sur les antidépresseurs ne sont pas au rendez-vous ! Depuis 2004, les prescriptions d’antidépresseurs se sont maintenues sur leur plus haut niveau !

  12. La réforme 2004 a-t-elle modifié les comportements de prescription ? L’incroyable ascension des neuroleptiques dans notre pays ! Autant la baisse des dépenses d’antidépresseurs n’est pas au rendez-vous en 2008, autant l’ascension des neuroleptiques est-elle stupéfiante. Leurs montants remboursés ont presque doublé depuis 2001 ! ABILIFY®, le petit dernier, dépassera-t-il un jour tous les autres ?

  13. La réforme 2004 a-t-elle modifié les comportements de prescription ? L’incroyable ascension des neuroleptiques dans notre pays ! Il est nettement plus onéreux cet ABILIFY® ! Ses 3 prédécesseurs SOLIAN®, RISPERDAL® et ZYPREXA® étaient déjà bien plus chers que les autres antipsychotiques ; Mais, croyez-vous qu’ils soient si supérieurs ?

  14. La réforme 2004 a-t-elle modifié les comportements de prescription ? L’incroyable ascension des neuroleptiques dans notre pays ! En parts de patientèle, les basculements de la prescription sont évidents, les anciens neuroleptiques HALDOL®, FLUANXOL®, DOGMATIL®, NOZINAN®, sont remplacés par les nouveaux : RISPERDAL®, ZYPREXA®, ABILIFY®

  15. La réforme 2004 a-t-elle modifié les comportements de prescription ? L’incroyable ascension des neuroleptiques dans notre pays ! L’effet « structure », basculement des prescriptions vers des médicaments plus récents et plus coûteux, est accentué par une croissance modérée mais indiscutable de la patientèle (dénombrements) ;

  16. La réforme 2004 a-t-elle modifié les comportements de prescription ? L’incroyable ascension des neuroleptiques dans notre pays ! L’exemple remarquable du RISPERDAL®, rispéridone, injectable retard : La stratégie industrielle de contournement des génériques a fonctionné à merveille : Avec environ 10% des patients traités, cette forme 35 fois plus onéreuse que des comprimés, totalise 48% des dépenses de rispéridone ! • « COMMISSION DE LA TRANSPARENCE - AVIS DE LA COMMISSION / 02 juin 2004 • RISPERDAL CONSTA LP INJECTABLE A 25MG, 37,5MG, 50MG • Conclusion de l’analyse des données disponibles : • Plus efficace que le placebo ; • Pas inférieur à la rispéridone voie orale ; • Tolérance comparable à celle de la rispéridone voie orale mentionnée au RCP ; • La commission regrette cependant : • L’absence d’une étude d’efficacité comparative long terme versus traitement de référence ; • L'absence de comparaison avec un neuroleptique classique sous forme orale ou sous forme retard injectable (HALDOL) ; • Aucune étude n'a montré une meilleure observance du traitement ni une diminution des hospitalisations ni du taux de rechutes. • ASMR : En tant que modalité d'administration susceptible d'améliorer la prise en charge des patients souffrant de psychose schizophrénique, RISPERDALCONSTA LP apporte une amélioration du service médical rendu mineure (ASMR IV) par rapport à la rispéridone orale ».

  17. La réforme 2004 a-t-elle modifié les comportements de prescription ? Où la maîtrise purement comptable est suffisante, en l’absence de relève… Rien de bien nouveau pour soulager une anxiété depuis XANAX®, LEXOMIL®, TRANXENE® ou TEMESTA®… Pas étonnant dans ces conditions que les baisses de prix suffisent à contrôler la situation…

  18. La réforme 2004 a-t-elle modifié les comportements de prescription ? Où la maîtrise purement comptable est suffisante, en l’absence de relève… Bien que génériqué, BUSPAR®, buspirone, reste 3,5 fois plus cher que VALIUM®, diazépam !

  19. La réforme 2004 a-t-elle modifié les comportements de prescription ? Où la maîtrise purement comptable est suffisante, en l’absence de relève… Parmi les anxiolytiques, néanmoins, de vieux produits non génériqués refont surface : ATARAX®, LYSANXIA®…

  20. La réforme 2004 a-t-elle modifié les comportements de prescription ? Où la maîtrise purement comptable est suffisante, en l’absence de relève… Le TEMESTA® rattrapé dans son envol par un lâché de génériques …

  21. La réforme 2004 a-t-elle modifié les comportements de prescription ? Où la maîtrise purement comptable est suffisante, en l’absence de relève… Faute aussi de combattants (mais pour combien de temps encore ?), les dépenses d’hypnotiques et autres sédatifs se sont assagies sous la seule action de la maîtrise comptable …

  22. La réforme 2004 a-t-elle modifié les comportements de prescription ? Où la maîtrise purement comptable est suffisante, en l’absence de relève… Les prix unitaires de ces médicaments déjà bien modestes, tant ils sont anciens, ont encore baissé sous les effets du plan médicament 2006.

  23. La réforme 2004 a-t-elle modifié les comportements de prescription ? Où la maîtrise purement comptable est suffisante, en l’absence de relève… Sera-t-il possible de trouver rapidement un fringuant successeur au STILNOX® et à l’IMOVANE® ?

  24. La réforme 2004 a-t-elle modifié les comportements de prescription ? Où la maîtrise purement comptable est suffisante, en l’absence de relève… Cela dit, même en l’absence d’effort promotionnel des laboratoires, la prescription des somnifères et calmants est tellement bien ancrée dans la pratique, qu’elle ne refluera pas spontanément de si tôt ? Si les pouvoirs publics s’imaginent qu’il suffit d’élaborer des référentiels tels que celui de la HAS « Améliorer la Prescription des Psychotropes chez le Sujet Agé », pour que les comportements changent, ils se trompent lourdement…