maladie d alzheimer syndromes apparent s l.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Maladie d’Alzheimer syndromes apparentés PowerPoint Presentation
Download Presentation
Maladie d’Alzheimer syndromes apparentés

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 82

Maladie d’Alzheimer syndromes apparentés - PowerPoint PPT Presentation


  • 466 Views
  • Uploaded on

Maladie d’Alzheimer syndromes apparentés. Dr B. Durand-Gasselin IFSI - 06/2008. Marguerite. Née en 1920 Mariée puis veuve (1939). Pas d’enfants (fausse couche à la libération, hystérectomie) Laborantine Retraite 1980 Une nièce médecin.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Maladie d’Alzheimer syndromes apparentés' - adamdaniel


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
maladie d alzheimer syndromes apparent s

Maladie d’Alzheimersyndromes apparentés

Dr B. Durand-Gasselin

IFSI - 06/2008

marguerite
Marguerite
  • Née en 1920
  • Mariée puis veuve (1939). Pas d’enfants (fausse couche à la libération, hystérectomie)
  • Laborantine
  • Retraite 1980
  • Une nièce médecin
incidence de la maladie d alzheimer
Marguerite s’inquiète parfois de la maladie d’Alzheimer.

Sa nièce la rassure : c’est assez rare, finalement : l’année dernière, elle n’a diagnostiqué qu’un seul cas dans sa clientèle

215 000 nouveaux cas par an

50% de patients diagnostiqués

Un nouveau cas/an/médecin de famille

Incidence de la maladie d’Alzheimer
pr valence
Pourtant Marguerite sait bien qu’on en parle de plus en plus, et que cette maladie concerne surtout les personnes âgées.

Sa nièce essaye d’être rassurante : elle n’a que 3 cas dans sa clientèle

860 000 malades d’Alzheimer et apparentés en France

25 à 30% après 80 ans, 50% en hospitalisation, 80% en institution

3 cas par médecin de famille

Prévalence
physiopathologie
Discussion de salon : « elle est due à quoi, cette maladie ? »

Modifications cellulaires liées à l’accumulation d’une protéine anormale (la protéine tau) :

Plaques séniles

Dégénérescence neuro-fibrillaire

Résultante : diminution de la performance des cellules

Diminution de la circulation des informations

Physiopathologie
facteurs de risque et facteurs protecteurs
Son médecin lui avait dit qu’il était peu probable qu’elle ait cette maladie :

elle a toujours été très active, fait encore du bénévolat

Dans sa famille, personne n’a eu cette maladie

Elle ne néglige pas un petit Bordeaux de temps à autre

Facteurs de risque :

Famille (20% des cas).

Plainte mnésique

Dépression

Facteurs protecteurs :

Vie relationnelle riche

Un verre de vin rouge à chaque repas

Facteurs de risque et facteurs protecteurs
d couverte de la maladie et le risque de banalisation
Marguerite continue à être inquiète :

Quand elle bavarde avec ses voisines, elle ne retrouve pas certains noms propres

Elle est obligée de faire des listes pour aller à Monoprix

Elle n’a pas retrouvé son salon de coiffure habituel gare de Nord

Les euros, on ne peut vraiment pas s’y faire

Pour sa nièce médecin, « c’est normal, à ton âge ! »

Ne pas confondre maladie et grand âge sous prétexte que la maladie devient plus fréquente dans le grand âge. Exemple : cataracte – surdité – anémies…mémoire

La « sénilité » n’existe pas en médecine

NB : âge moyen de diagnostic = 78 ans

Découverte de la maladieet le risque de banalisation
d couverte de la maladie les intrumental activities of daily living iadl
Marguerite continue à être inquiète :

Quand elle bavarde avec ses voisines, elle ne retrouve pas certains noms propres

Elle est obligée de faire des listes pour aller à Monoprix

Elle n’a pas retrouvé son salon de coiffure habituel gare du Nord

Les euros, on ne peut vraiment pas s’y faire

Pour sa nièce médecin, « c’est normal, à ton âge ! »

Début insidieux

Plainte mnésique, manque du mot

Recours de plus en plus fréquent à des listes, des post-it, un agenda

Difficultés à faire ses impôts, à utiliser les transports, à utiliser le téléphone, à prendre seule tous ses médicaments

Découverte de la maladieLes intrumental activities of daily living (IADL)
consultation m moire
Appel de Marguerite au secrétariat de gériatrie : un RDV pour la mémoire tout de suite !

Appel à sa nièce médecin : il n’y a rien d’urgent, objectivement, ca fait peut-être déjà plusieurs mois que ça dure

Environ 350 centres en France

2 niveaux : consultations de proximité, centre de ressource et de recherche

Cahier des charges (activité, personnel, compétences), label

Délais RDV : 4 mois

Consultation mémoire
consultation m moire13
Consultation standardisée :

Interrogatoire

Recherche d’une dépression

Examen clinique rapide

Tests de débrouillage

Hôpital de jour pour complément si besoin

Consultation d’annonce du diagnostic

Plan de soin

Consultation mémoire
diagnostic interrogatoire
Maguerite dit n’avoir jamais été malade

Ses parents sont morts jeunes mais n’ont jamais eu de trouble de la mémoire

Elle constate en effet que :

La mémoire de son enfance, de son métier…est intacte,

Mais a encore perdu ses lunettes pour le troisième fois

Elle a arrêté de conduire suite à deux petits accidents elle ne sait plus très bien quand

Antécédents

Facteurs de risque cardio-vasculaires et accidents vasculaires cérébraux

Dépression

Traumatisme crânien

Famille

Début insidieux

Mémoire immédiate

Comportement anormal ou changement de caractère

Manque du mot

Retentissement sur le quotidien

DiagnosticInterrogatoire
diagnostic observation
En réalité, c’est la troisème fois que Marguerite prend le RDV de consultation, mais la première fois qu’elle se présente au bon endroit, à la bonne heure… accompagnée de sa nièce

Elle porte une chemise, une jupe écossaise, un tablier à pois en en Tergal, et des bottes (on est en juillet)

Son discours est finalement assez peu précis, peu informatif. Elle ne termine pas complètement ses phrases, et a dit trois fois « machin » en cinq minutes…

RDV

Accompagnant

Habillage, maquillage

Langage

DiagnosticObservation +++
diagnostic examen clinique
L’examen somatique rapide est sans particularité : 63 kg, PA 135/85, pouls 76, réflexes symétriques, pas de trouble de la marche, de la vue, de l’audition.

Marguerite pense quand même que, « de toutes façon, à son âge, elle ne sert plus à grand-chose… »

Eliminer

Signe de localisation neurologique

Altération de la vue et de l’audition

Dépression (Mini-GDS)

DiagnosticExamen clinique
mini gds geriatric depression scale
Vous sentez-vous souvent découragé et triste ?

Avez-vous le sentiment que votre vie est vide ?

Etes-vous heureux la plupart du temps ?

Avez-vous l'impression que votre situation est désespérée ?

Mini GDS (Geriatric Depression Scale)
diagnostic examen clinique18
L’examen somatique rapide est sans particularité : 63 kg, PA 135/85, pouls 76, réflexes symétriques, pas de trouble de la marche, de la vue, de l’audition.

Marguerite pense quand même que, « de toutes façon, à son âge, elle ne sert plus à grand-chose… »

Eliminer

Signe de localisation neurologique

Altération de la vue et de l’audition

Dépression (Mini-GDS)

Tests de débrouillage

Mini-mental status

Horloge

Dubois

Fluence verbale

DiagnosticExamen clinique
mini mental status orientation temporelle
Quelle est la date complète d'aujourd'hui ?

En cas de réponse incomplète, poser les questions suivantes :

“En quelle année sommes-nous?”

“En quelle saison sommes-nous?”

“Quel mois sommes-nous?”

“Quelle est la date d'aujourd'hui?”

“Quel jour de la semaine sommes-nous?”

Mini Mental StatusOrientation temporelle
mini mental status orientation spatiale
Je vais vous poser maintenant quelques questions sur l'endroit où nous sommes

“Où sommes-nous (nom de l'hôpital, de la clinique, du cabinet...)?”

“Dans quelle localité sommes-nous?”

“Dans quel département se trouve cette localité?”

“Dans quelle province (ou région) est situé ce département?”

“A quel étage (de l'hôpital, de la clinique...) sommes-nous ici?”

Mini Mental StatusOrientation spatiale
mini mental status m moire imm diate et concentration
Répétez après moi les trois mots suivants et essayez de bien vous en souvenir car je vous les redemanderai tout à l’heure :

citron,

clé,

ballon

Comptez à partir de 100 en retirant 7 à chaque fois

93

86

79

72

65

Mini Mental StatusMémoire immédiate et concentration
mini mental status d nomination et phasie
Comment s’appelle cet objet ?

Et celui-ci ?

Répétez après moi :

«pas de si, de mais, ni de et »

Ecrivez une phrase, une phrase qui vous passe par la tête, mais une phrase entière

Mini Mental StatusDénomination et phasie
mini mental status praxies
Ecoutez moi bien et faites ce que je vous dis :

Prenez la feuille avec la main gauche,

Pliez-la en deux,

Puis jetez-la par terre,

Faites ce qui est écrit  : FERMEZ LES YEUX

Mini Mental StatusPraxies
mini mental status interpr tation
Quantitative :

Dépendant du niveau socio-culturel

30-26 : normal

25-20 : stade léger

19-10 : stade modéré

< 10 : stade sévère

Perte de 3 points par an en moyenne

Qualitative :

M d’Alzheimer typique : difficultés d’abord aux rappel différé des 3 mots, puis à l’orientation temporo-spatiale et au calcul mental

Sinon, ne pas conclure et faire d’autres tests

Mini Mental StatusInterprétation
le test de l horloge
Le test de l’horloge
  • " On va dessiner une horloge. Moi, je fais le quadrant, vous, vous mettez les chiffres qui correspondent aux heures  "
  • Dessiner un grand rond, faire mettre les heures
  • Puis faire mettre les aiguilles à une heure donnée (par exemple, 8 heures moins 20).
  • En cas d’incompréhension, répéter la consigne autant de fois que nécessaire
  • Pas de temps limite
  • Pas de score : test réussi ou échoué
le test de l horloge interpr tation
Le test de l’horloge : interprétation
  • Test réussi quand :
    • Toutes les heures
    • Bien placées
    • Bonne position des aiguilles
    • Pas d’inversion des aiguilles

 très faible probabilité de démence

  • Test échoué :
    • Dans tous les autres cas

 Ne pas conclure trop vite ; faire d’autres tests

le test des 5 mots de dubois principe
Le test des 5 mots de DuboisPrincipe
  • Permet non seulement de tester la mémoire immédiate, mais aussi de donner des arguments supplémentaires pour une maladie d’Alzheimer (absence d’aide par l’indiçage)
le test des 5 mots de dubois apprentissage
Le test des 5 mots de DuboisApprentissage
  • « Je vais vous demander d’apprendre 5 mots par cœur »
  • Ecrire : Sauterelle

Camion

Musée

Limonade

Passoire

le test des 5 mots de dubois apprentissage et indi age
Le test des 5 mots de DuboisApprentissage et indiçage
  • « Montrez-moi le mot qui correspond à …(citer l’indice) : insecte/moyen de transport/bâtiment/boisson/ustensile de cuisine »
  • « Relisez une dernière fois ces mots » (<1 minute)
le test des 5 mots de dubois rappel imm diat
Le test des 5 mots de DuboisRappel immédiat
  • (Retourner la liste) «  Quels étaient les 5 mots? »
  • En cas d’oubli, donner l’indice
epreuve interf rente
Epreuve interférente
  • Durée 2 à 3 minutes

Exemple :

  • Compter de 100 à 80 à l’envers
  • Horloge
5 mots de dubois intrusion
5 mots de DuboisIntrusion
  • Restitution d’un mot qui n’était bas dans la liste, en particulier au moment de l’indiçage
  • Très évocateur de maladie d’Alzheimer
  • Exemples :
    • « …boisson ? »  «  Bière ! »
    • « …insecte ? »  « Je sais pas, fourmi ? »
conclusion de la consultation m moire
Conclusion de la consultation mémoire
  • Interrogatoire peu informatif
  • Présentation inhabituelle
  • Examen somatique normal
  • MMS 21/30, Horloge échouée, Dubois 8/10 (2 intrusions), fluence verbale limite (16 noms d’animaux en 60 secondes)
diagnostic h pital de jour diagnostique
Premières explications à Marguerite : ses tests de mémoire sont dans les limites de la normale, il faudrait les compléter par d’autres tests plus détaillés, en HJ

Il faudrait faire aussi un scanner pour vérifier qu’il est normal

Dans le même temps, on va faire un petit chek–up pour s’assurer que tout va bien par ailleurs

Quand on ne peut conclure à la consultation mémoire initiale

Tests psychométriques détaillés (neuropsychologue)

Imagerie (IRM sinon scanner) : normale. Élimine une autre cause.

Biologie, ECG, radio de thorax : normaux

+/- consultation de neurologie

+/- consultation de psychiatrie : pour éliminer une dépression

Staff multidisciplinaire

DiagnosticHôpital de jour diagnostique
diagnostic maladie d alzheimer
Début insidieux deux à trois ans en moyenne avant le diagnostic

Amnésie antérograde, désorientation temporo-spatiale, syndrome aphaso-apraxo-agnosique

Retentissement sur le quotidien

Examen clinique et imagerie normaux par ailleurs

Tests psychométriques évocateurs

DiagnosticMaladie d’Alzheimer
diagnostic autres d mences
Démence vasculaire

Facteurs de risque cardio-vasculaires : HTA, diabète, tabac, hypercholestérolémie, obésité, famille

Antécédent d’accident vasculaire cérébral

Evolution par à-coups

Séquelles vasculaires au scanner

Traitement :

Des facteurs de risque : diabète, HTA, (cholestérol ?)

Antiagrégants plaquettaires

Démence mixte

Entre M d’Alzheimer et démence vasculaire

DiagnosticAutres démences
diagnostic autres d mences49
Maladie à corps de Lewy

Entre maladie de Parkinson et maladie d’Alzheimer

Hallucinations, chutes inexpliquées, hypersensibilité aux neuroleptiques

Profil neuropsychologique caractéristique sur les tests

Traitement : anticholinestérasiques

Démence fronto-temporale

Troubles du comportement au premier plan

Atrophie cérébrale au scanner

Profil neuropsychologique caractéristique sur les tests

Pas de traitement spécifique

DiagnosticAutres démences
diagnostic consultation d annonce du diagnostic
3 semaine après, en consultation de synthèse

Avec la nièce dans le couloir

« Alors docteur, c’est pas Alzheimer j’espère … ? »

Explications

Réconfort, réassurance, projet thérapeutique

après

Un lieu (cabinet de consultation)

Du temps (30 à 60 min)

Sans puis avec l’entourage

Par étapes

En répondant aux questions

En annonçant un plan de soins

DiagnosticConsultation d’annonce du diagnostic
traitement plan de soins
On fait rentrer la nièce avec l’accord de la patiente, réexplications.

Annonce du plan de soin :

Orthophonie

Aide ménagère (si elle le souhaite) pour les grosses courses

Première consultation de suivi dans 3 mois au plus tard

Information et soutien de l’entourage

Aides humaines

Sanitaires

Sociales

Aides administratives

Aides techniques

Hôpital de jour, accueil de jour

Médicaments

TraitementPlan de soins
entourage
Aidant principal :

femme (2/3), conjointe, fille, belle-fille

Parfois ayant déjà des problèmes de santé personnels (époux) sinon en en activité professionnelle (enfants) nécessitant des aménagements

Fardeau :

En moyenne plus de 6h/j consacrés à la personne malade

Absence de temps libre dans 30% des cas

Aidant sous antidépresseur, somnifère ou anxiolytique dans 30% des cas

Entourage
information de l entourage
Maladie chronique (10 ans)

Aggravation lente

Complications

Efficacité limitée des traitements

Détail du plan de soin

Aides à domicile à majorer progressivement

Information de l’entourage
les complications volutives de la maladie d alzheimer
Les complications évolutivesde la maladie d’Alzheimer

Dépression

Anxiété

Thèmes persécutifs

Apathie

Inversion du rythme J/N

Agitation

Hallucinations

Fugues

Dénutrition

Troubles de la marche et chutes

Etat grabataire

Diagnostic

les complications de la maladie d alzheimer
Dépression

Tristesse, auto-dévalorisation perte d’appétit, insomnie

 En parler au médecin pour antidépresseur

Thèmes persécutifs

Vol, agression, viol, espionnage, complot, voisinage

 écouter activement puis exposer un autre point de vue

Agitation

Fréquemment dans un contexte de stress, parfois passé inaperçu, ou connu : deuil, déménagement, hospitalisation, maladie intercurrente

Le plus souvent secondaire à une réaction inadaptée de l’entourage

chercher et traiter la cause

Apathie

Manque d’initiative : ne fait plus rien, semble dormir tout le temps

 Organiser des passages de professionnels dans la journée

Les complications de la maladie d’Alzheimer
les complications de la maladie d alzheimer56
Fugues

En réalité, le patient s’en va mais on ne comprend pas pourquoi

 Mettre des papiers d’identité dans le sac

Dénutrition

Objectivée par la perte de poids et la fonte musculaire

 Repas portés, aide ménagère, suppléments alimentaires, grignotage, convivialité

Chutes

Peur de sortir seule, ecchymoses, plaies

Kinésithérapie +++

Les complications de la maladie d’Alzheimer
soutien de l entourage
Ecoute et psychothérapie

Reconnaissance et valorisation

Accompagnement dans la durée

Répit

France-Alzheimer

Soutien de l’entourage
france alzheimer
Association de familles

Bénévoles

Groupes de parole

Soutien psychothérapeutique

Séjours-vacances

Séances de formations

France-Alzheimer
traitement plan de soins59
On fait rentrer la nièce avec l’accord de la patiente, réexplications.

Annonce du plan de soin :

Orthophonie

Aide ménagère (si elle le souhaite) pour les grosses courses

Première consultation de suivi dans 3 mois au plus tard

Information et soutien de l’entourage

Aides humaines

Sanitaires

Sociales

Aides administratives

Aides techniques

Hôpital de jour, accueil de jour

Médicaments

TraitementPlan de soins
aides humaines
Aides sanitaires

Orthophoniste : rééducation de la mémoire et du langage. A domicile si besoin

IDE

Kiné : entretien de la marche, lutte contre la perte d’autonomie et le risque de chute

Hôpital de jour

Aides sociales

Aide ménagère : courses, cuisine, ménage

Auxiliaire de vie = garde malade

auxiliaire de vie sociale

Repas portés

Accueil de jour

Aides humaines
aides administratives
Le « 100% » : la maladie d’Alzheimer est sur la liste des ALD 30 (30 affections de longue durée) et relève d’une prise ne charge compète par la sécurité sociale

Mesure de protection juridique

Sauvegarde de justice : permet d’attester de la n on-responsabilité du patient. Utile en cas de poursuite judiciaire

Curatelle : laisse une certaine liberté pour certains actes, assistance pour d’autres

Tutelle : tous les droits sont confiés à un tiers

Allocation personnalisée à l’autonomie :

Indexée aux revenus et aux handicaps mesurés sur la grille AGGIR

< 1000 €/mois, sous forme de salaire

Aides administratives
aides techniques
Matériel médical :

Pris en charge sécurité sociale

Lit médicalisé, adaptable, fauteuil, fauteuil roulant, chaise percée

Aides de marche : cannes, déambulateur

Aménagement du domicile : barres de maintien, réhausseur de WC, salle de douche

Téléalarme

Cahier de liaison

Aides techniques
traitement plan de soins64
On fait rentrer la nièce avec l’accord de de la patiente, réexplications.

Annonce du plan de soin :

Orthophonie

Aide ménagère (si elle le souhaite) pour les grosses courses

Première consultation de suivi dans 3 mois au plus tard

Information et soutien de l’entourage

Aides humaines

Sanitaires

Sociales

Aides administratives

Aides techniques

Hôpital de jour, accueil de jour

Médicaments

TraitementPlan de soins
les centres de jour dans la maladie d alzheimer h pital de jour accueil de jour
Crise : trouble du comportement, dépression, amaigrissement

Personnel médical :

Médecin (gériatre, psychiatre)

Soignants : IDE, AS, psychologue, orthophoniste, psychomotricienne, psychologue

Prix de journée : pris en charge par la sécu

Transport :

Médicalisé (VSL, ambulance)

Maladie stable

Personnel non médical : animateurs

Prix de journée à la charge du patient

Transport :

Pas toujours organisé

Prise en charge inconstante

Les centres de jour dans la maladie d’AlzheimerHôpital de Jour Accueil de jour
traitement plan de soins66
On fait rentrer la nièce avec l’accord de la patiente, ré-explications.

Annonce du plan de soin :

Orthophonie

Aide ménagère (si elle le souhaite) pour les grosses courses

Première consultation de suivi dans 3 mois au plus tard

Information et soutien de l’entourage

Aides humaines

Sanitaires

Sociales

Aides administratives

Aides techniques

Hôpital de jour, accueil de jour

Médicaments

TraitementPlan de soins
m dicaments
Marguerite ne veut pas de médicaments. A-t-elle raison ?

Spécifiques

Anticholinestérasiques

Antiglutamates

Adjuvants

Antidépresseurs

Anxiolytiques

Neuroleptiques

Médicaments
les anti choline est ras iques
La substance qui transmet l’information s’appelle acétylcholine

L’enzyme qui la détruit s’appelle acétylcholine- estérase

Donc l’anti-cholinestérasique empêche la destruction de neurotransmetteur qui se retrouve en excès  l’information passe mieux

Les anti-[choline-estéras]-iques
les anticholinest rasiques
Aricept*, Exelon*, Réminyl*

Début à ½ dose

Une à deux prises par jour

Effets indésirables : digestifs (nausées, vomissements, diarrhées, constipation) et cardiaques (bradycardie)

 surveillance : poids, pouls

Deux indications : maladie d’Alzheimer, maladie à corps de Lewy

Coût traitement journalier : 3 €

Les anticholinestérasiques
les antiglutamates
Ebixa*

Deux prises par jour

Effets indésirables : neurologiques (agitation, insomnie, vertiges, céphalées)

Diminuer la dose en cas d’insuffisance rénale

Seule indication : maladie d’Alzheimer

Coût traitement journalier : 3 €

Les antiglutamates
efficacit m diocre des anticholinest rasiques et antiglutamates
1/3 de patients répondeurs dans les études

2/3 intolérants ou non répondeurs

Effet à peine perceptible (1 à 2 points de MMS en plus)

Échappement au bout de 6 à 12 mois

Mauvais rapport coût/efficacité

La moitié seulement des patients sont traités

Intérêt des associations en cours de démonstration

Efficacité médiocre des anticholinestérasiques et antiglutamates
  • Marguerite n’a pas forcément raison, mais n’a pas tord non plus…
m dicaments symptomatiques
Antidépresseurs

Deroxat*, Seropram*, Athymil*, Stablon*…

Constamment efficaces en cas de … dépression

Anxiolytiques

Lexomil*, Equanil*…

Efficaces sur l’anxiété et l’agitation

Neuroleptiques

Haldol, Tiapridal, Risperdal

Très efficaces pour éviter les états d’agitation mais « tassent » le patient avec risque important de chute, d’état grabataire, d’inversion du rythme jour/nuit

 à utiliser en dernier recours

Médicaments symptomatiques
maladie d alzheimer et service d urgences
Deux ans après (à la dernière consultation de suivi, le MMS était à 15/30), Marguerite est retrouvée à terre (depuis la veille probablement) par son aide ménagère.

Aussitôt : pompiers, urgences…

Marguerite ne comprend pas pourquoi, s’agite sur son brancard, et termine contenue (abdomen, poignets)

Heureusement le bilan traumatologique est négatif

La contention est une prescription médicale, utilisée en dernier recours quand les autres solutions ont échoué :

Prendre le temps de communiquer avec le patient et de comprendre la cause de l’agitation (douleur ? Anxiété ? Besoins impérieux ? Inconfort ?)

Traiter la cause de l’agitation

Le risque lié à l’agitation (chute, fugue, agression) est le plus souvent moindre (en fréquence et en gravité) que la contention et ses complications (notamment, escarres, perte de la marche, dépression…)

Il n’y a quasiment jamais de contention dans les services de gériatrie où le personnel (médecins et soignants) est formé aux troubles du comportement

Maladie d’Alzheimer et service d’urgences
maladie d alzheimer et communication reconna tre la d mence
Bonsoir Madame B !

Quel âge avez-vous ?

Depuis quand êtes vous-là ?

Comment êtes-vous arrivée ?

Vous a –t-on expliqué comment s’appelle l’hôpital ici, et ce qu’on va vous faire ?

Premier contact

Quel âge avez-vous ?

Depuis quand êtes-vous ici ?

Vous a-t-on dit comment s’appelle l’hôpital ?

Observation de la présentation

Dérsordonnée, négligée

Incurique

Analyse du langage

Peu informatif

Paraphasies sémantiques

Maladie d’Alzheimer et communicationReconnaître la démence
maladie d alzheimer et communication favoriser la communication
Je m’appelle Laure (en posant la main sur la sienne)

…/…

Venez par ici, je vais vous expliquer

…/…

Je m’appelle Laure, je vais vous expliquer

Avez-vous besoin de quelque chose ?

Avez-vous de la famille ? Comment s’appelle votre nièce ?

Se mettre à côté du patient, établir un contact visuel ou tactile

Se nomme, nommer la personne par son nom

Avoir un ton de voix normal, apaisant

Utiliser des phrases simples et courtes

Ne pas hésiter à se répéter

Une seule directive à la fois

Ne pas interdire mais proposer une solution alternative

Savoir se mettre à l'écart si le patient refuse de collaborer

Essayer de deviner les intentions du patients ou ce qu'il veut nous dire, lui proposer des réponses en oui/non

Maladie d’Alzheimer et communicationFavoriser la communication
maladie d alzheimer et communication limiter les troubles du comportement
Anticiper les situations anxiogènes : examen, départ de l'aidant. Expliquer, faire diversion si besoin.

Essayer de deviner et de prendre en compte les besoins du malade : incontinence, faim, douleur

Relever les facteurs apaisant : famille (à nommer par le prénom), métier

Proposer des réponses en oui/non

Proposer des distractions

Maladie d’Alzheimer et communicationLimiter les troubles du comportement
maladie d alzheimer et communication a viter
« Alors ma ’tite mamie, on va manger un peu ? »

Le médecin (sans se présenter) : vous n’avez pas compris, vous ne devez pas prendre ce comprimé de biphosphonate susceptible de générer des oesophagites peptiques sans rester debout pendant un moment sinon en plus votre densitométrie qui est déjà assez mauvaise risque de s’aggraver encore mais de toutes façon c’est à vous de choisir. Excusez moi il faut que je reparte on m’appelle…

Emploi du "on" (dépersonnalisant)

Raisonnements trop longs, abstraits ou complexes

Mots complexes

Mise en échec

Attitudes infantilisantes (« mamie », « ma petite dame », …)

Phrases contenant une négation, interdictions

Corrections des erreurs du patient

Escalade symétrique

Maladie d’Alzheimer et communicationA éviter…
maladie d alzheimer et hospitalisation
Après qu’on m’ait mise dans un service de gériatrie « par ce que le maintien à domicile est devenu impossible » on veut « me placer ».

Mais qui m’a expliqué pourquoi ? Qui m’a demandé mon avis ?

J’ai entendu parler de tutelle ? Que va-t-il me rester ?

L’isolement social associé aux handicaps croissants de la maladie justifie souvent la rentrée en institution…avec l’accord du patient qu’il faudra convaincre.

Si cela n’est pas possible, le retour à domicile « à risque » est le plus souvent moins dangereux que l’institutionnalisation forcée (avec anorexie, dépression, et mort rapide)

Attention : si le raisonnement est atteint, les émotions persistent

Maladie d’Alzheimer et hospitalisation
complications terminales de la maladie d alzheimer
2010. Marguerite vit ses dernières semaines de vie dans un Établissement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD).

Elle sort tout juste d’une pneumopathie de déglutition pour laquelle, heureusement, il n’a pas été nécessaire de l’hospitaliser.

Installation d’un cercle vicieux : anorexie (pour des raisons endogènes), réduction des ingestas (apraxie de l’alimentation, fausses routes)  dénutrition  diminution des défenses immunitaires  infections sévères(exple pneumopathies)  anorexie  dénutrition  diminution des défenses etc…

Complications terminales de la maladie d’Alzheimer
maladie d alzheimer et complications de d cubitus
Marguerite pèse maintenant 48 kg. Elle est grabataire au lit, ne peut manger seule. Des retractions tendineuses se sont installées en flexion, aux membres inférieurs. Les talons et les fesses sont douloureux et rouges.

Peu à peu un état grabataire s’installe avec son lot de complications de décubitus :

Dépression

Pneumopathie de déglutition

Constipation, fécalome

Rétention d’urines, infection urinaire,

Phlébite et embolie pulmonaire

Escarres

Rétractions tendineuses

Amyotrophie

Maladie d’Alzheimer et complications de décubitus
maladie d alzheimer et fin de vie
Une équipe mobile de soins palliatif qui vient de démarrer dans l’EHPAD va passer la semaine prochaine : Marguerite est rassurée.

Elle ne souhaite qu’une chose : revoir sa nièce et s’endormir à jamais, paisiblement

Il est temps alors d’identifier la sévérité du pronostic fonctionnel et vital, et de discuter, au cas par cas, d’un objectif de soins palliatifs.

Reconnaître et traiter la douleur, peser le pour et le contre d’une hospitalisation, éviter l’obstination déraisonnable et l’acharnement thérapeutique

Maladie d’Alzheimer et fin de vie
maladie d alzheimer et syndrome apparent s a retenir
Maladies durables, handicaps croissants

Diagnostic difficile

Peu de médicaments, peu efficaces

Nécessité d’un plan de soin bien conduit

Patients fragiles y compris en hospitalisation

Réflexions éthiques en de fin de vie

Maladie d’Alzheimer et syndrome apparentésA retenir