Download
slide1 n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
A propos de la maladie d Alzheimer PowerPoint Presentation
Download Presentation
A propos de la maladie d Alzheimer

A propos de la maladie d Alzheimer

316 Views Download Presentation
Download Presentation

A propos de la maladie d Alzheimer

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

    1. A propos de la maladie dAlzheimer Louis PLOTON Professeur de grontologie Universit Lyon-2

    2. Pr. Louis PLOTON 2 Dfinition La maladie dAlzheimer (M.A.) est une affection comportant une atteinte progressivement invalidante de la mmoire et dau moins une des facults dveloppes par apprentissage; Son volution est lente et progressive (plus de six mois). Autrefois, pour porter le diagnostic on doit liminer toutes les autres causes neurologiques ou psychologiques connues. Actuellement: Le diagnostic se fait au moyen dune exploration (neuropsychologique) pousse des fonctions intellectuelles.

    3. Pr. Louis PLOTON 3 Plans dtude de la MA La maladie dAlzheimer (MA), associe: Des modifications neurologiques, Des dficits intellectuels et psychomoteurs, Des modifications psychologiques. NB/ pour le clinicien, la MA nest pas plus neurologique que psychologique, cest lexploration qui en est faite qui se situe sur un de ces terrains, avec des interactions probables entre eux.

    4. Pr. Louis PLOTON 4 Les modifications neurologiques Dans la MA on observe: Des zones datrophie crbrales (hippocampe) Des lsions microscopiques (subst. Amylode; subst. Tau) Des baisses de quantit de neuromdiateurs (acthylcholine) Sans quon sache vraiment quels lien de cause effet il y a entre les changements biologiques et les symptmes observs. Il y a une corrlation statistique lsions / dficit cognitif, mais avec des exceptions inexpliques.

    5. Pr. Louis PLOTON 5 Les dficits intellectuels et psychomoteurs Ils sont caractristiques de la de MA et ils permettent de la diffrencier des affections apparentes, avec notamment: perte progressive de la mmoire biographique (m. pisodique); Atteinte de lattention et de la mmoire de travail, perte progressive des apprentissages (mmoire procdurale) altrations du langage (manque du mot, erreurs de mots) dfaillances des oprations mentales (orientation, logique, abstraction, conceptualisation, sens figur, anticipation, planification.). Notion de perte de la commande consciente volontaire.

    6. Pr. Louis PLOTON 6 Chronologie des dficits Pannes de pense, diminution des capacits dassociation dides; Pertes de comptences ex: manger, shabiller, se laver (apraxies) mais aussi reconnatre des familiers (agnosies) Perte de la capacit de penser avec des mots (aphasie) ce qui influe sur lexploration de la mmoire; Absence dimages mentales, puis sentiment de vide de la pense; Perte de la diffrence: image / ralit; Incapacit de se reprsenter ce qui est absent (permanence de lobjet perdue).

    7. Pr. Louis PLOTON 7 Aspects psychologiques (1) Proccupations de mort; Dpendance affective et la mise en place de relations de type parent-enfant (la recherche dune mre); Difficult assumer des choix; Perte de la fonction anti-stress (cathartique) de la parole; Prdominance de lexpression comportementale (ex: incontinence).

    8. Pr. Louis PLOTON 8 Aspects psychologiques (2) Le maintien dune capacit de se dprimer, de se dmotiver et de devenir apathique (si oui = non) de prsenter des phnomnes anxieux et mme des peurs voquant des manifestations phobiques. Un vcu dabandon conduisant tre dans la demande (au moyen des conduites)en relation avecles dficits intellectuels, Lexistence dun possible sentiment de dvalorisation (honte), risque de se sentir indsirable (qui influence les conduites); Une tendance tre confus et hallucin (delirium) : ds le stade de infra-clinique (MCI) peut se situer dans le pass (plongeons rtrogrades, hallucinations mnsiques). capacit, dans des situations motionnelles qui rappellent des situations traumatiques antrieures rditer des conduites anciennes (dnues de sens pour ceux qui nont pas la clef).

    9. Pr. Louis PLOTON 9 La tendance aux troubles du comportement (TC) Prdisposition aux troubles du comportement, comme moyens dexpression, On constate que les conduites des MA rpondent trs souvent une forme de logique. Cest ainsi que la tendance aux TC tmoigne: du besoin de compter, dattirer lattention, de la demande, en relation avec le vcu dabandon (le mme que chez labandonnique, dautres ges, par ex: propos des chutes); du refus ou de la protestation(tenir compte de la personnalit); du sentiment de dvalorisation, de la honte, du besoin de se sentir exister (en criant?) dune raction des non dits (gnrateurs de biais relationnels?) Dune douleur somatique ignore (fcalome, infection urinaire).

    10. Pr. Louis PLOTON 10 Particularits de la M.A. (1) Dans la M.A. on assiste principalement un affaiblissement du fonctionnement intellectuel (cognitif), puis des altrations des capacits subjectives (donner du sens par associations dides) avec la perte du sens figur; La mmoire inconsciente (implicite) et lensemble du fonctionnement dans le registre purement affectif semblent longtemps prservs. Approche globale (approximative, mais non sans fondement) des situations et des relations avec autrui. Tout se passe comme si le malade gardait une forme de perception affective, assortie de capacits dexpression affectives (comportementales); Une conscience variable des troubles: ignorance (agnosie, dni?) fabulations, dissimulation; Des variations cliniques ponctuelles, moments dtat de grce .

    11. Pr. Louis PLOTON 11 Particularits de la M.A. (2) Cela voque un fonctionnement sappuyant sur des noyaux affectifs de penses (non formules et non formulables) restant ltat de cristaux, de germes, correspondant virtuellement la dimension affective dune pense, dsormais rduite cette seule dimension. Cette notion de trame affective de la pense, peut tre compare ce quest le rythme concernant le chant, tandis que la subjectivit correspondrait, elle, la mlodie et la cognition aux paroles. Cela conduit travailler en sappuyant sur lhypothse du maintien dune forme inconsciente de mmoire et dintelligence affective (dans une logique adaptative, dfensive).

    12. Pr. Louis PLOTON 12 Remarque sur la question de la rgulation des motions Chez le sujet normal, les motions sont rendues supportables par: La capacit de mettre des mots sur des motions; Le travail associatif de lesprit (cration de sens figur) Chez le malade dAlzheimer: Du fait du vide psychique, pas de travail associatif; Faute de mieux, comme dans la psychose, maintient dautrui distance au moyen de mcanismes dits dattaque la pense (qui neutralisent lautre en le stressant) En raction nous mettons en place des mcanismes de contrle de la distance relationnelle pour rguler nos propres motions.

    13. Pr. Louis PLOTON 13 Vers un modlisation de la M.A. Analogie: cerveau / rseau de neurones; Diffrentes causes de dficits en connexions efficaces: Mort ou inactivation de neurones, Problmatiques psychiques, Rle possible de la configuration (personnalit?) Mise en place dun fonctionnement de secours, vise adaptative, reposant sur des dlestages de fonctions; Risque dimpasses adaptatives.

    14. Pr. Louis PLOTON 14 En conclusion Conservation de la trame affective de la vie psychique et de la dynamique adaptative inconsciente; Possibilit de rejoindre le malade, en pleine rciprocit, dans le registre affectif (intuitif global) Ce faisant, le changement clinique peut reposer sur: Attitude thique consistant se reprsenter la maladie, du point de vue du malade; La qualit de notre investissement: alliance thrapeutique reposant sur lempathie, La modification de notre regard (de nos reprsentations) qui surdtermine nos conduites, Limportant: ce nest pas ce quil faudrait faire, mais ce que nous pensons, le pari du sens, qui va tout changer..