Download
slide1 n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
MALADIE CHRONIQUE D COMPENS E PowerPoint Presentation
Download Presentation
MALADIE CHRONIQUE D COMPENS E

MALADIE CHRONIQUE D COMPENS E

548 Views Download Presentation
Download Presentation

MALADIE CHRONIQUE D COMPENS E

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

    4. DTERMINER UNE ORIENTATION TIOLOGIQUE Interrogatoire du patient ou des proches - antcdents - anamnse Examen clinique Radiographie pulmonaire au lit Gaz du sang NFS, iono Sg ECG

    5. EXAMEN CLINIQUE Temprature, FC, PA, FR Inspection signes de gravit recherche distension thoracique Palpation Auscultation Recherche de signes dIVD Percussion

    6. SIGNES RESPIRATOIRES - INSPECTION Dyspne : anomalie ventilatoire ressentie par le malade comme une sensation pnible d'essoufflement. Tachypne ou bradypne. Signes vocateurs d'hypercapnie : sueurs, tachycardie, hypertension rythrose du visage et des tguments. Signes vocateurs d'hypoxmie : cyanose. Elle signe un taux d'hmoglobine rduit (dsoxygne) > 5g/100 ml. Le plus souvent absente en cas d'anmie. Mouvements respiratoires anormaux :

    7. SIGNES AUSCULTATOIRES Diminution du murmure vsiculaire : faisant voquer un pneumothorax, un panchement pleural, une atlectasie, ou une consolidation pulmonaire Rles crpitants : fines crpitations de fin d'inspiration qui signent la prsence d'un dme alvolaire Ronchus : gros rles inspiratoires suggrant une pathologie bronchique Souffle tubaire : survient aux 2 temps de la respiration mais plus net durant la phase inspiratoire. Il indique une consolidation pulmonaire (pneumonie, atlectasie, infarctus). Souffle pleurtique : moins intense que le souffle tubaire, plus net l'expiration. Il signe l'existence d'un panchement pleural de faible abondance.

    8. SIGNES NEUROLOGIQUES Perturbation de l'humeur et du comportement avec tat d'agitation, inversion du rythme nycthmral, et au maximum coma. L'astrixis est galement un signe que l'on peut rencontrer. SIGNES CIRCULATOIRES Signes d'insuffisance cardiaque droite Prsence d'un pouls paradoxal Troubles du rythme SIGNES DIGESTIFS Il peut s'agir de troubles du transit associs ou non des douleurs abdominales.

    9. SIGNES RADIOLOGIQUES - ATTEINTES PLEURALES Pneumothorax : hyperclart entre la paroi thoracique et le parenchyme pulmonaire dlimite par une ligne bordante, associe ou non une dviation oppose du mdiastin en fonction du caractre compressif ou non compressif du pneumothorax. Epanchement liquidien : c'est une hyperdensit diffuse, homogne et dclive, dlimite par une ligne bordante, qui s'accompagne d'un effacement de la coupole et d'une hyperdensit entre la paroi thoracique et le parenchyme pulmonaire. Parfois, il ne s'agit que d'une hyperdensit diffuse d'un des deux poumons chez un patient en position allonge.

    12. SIGNES RADIOLOGIQUES - ATTEINTES PLEURALES Pneumothorax : hyperclart entre la paroi thoracique et le parenchyme pulmonaire dlimite par une ligne bordante, associe ou non une dviation oppose du mdiastin en fonction du caractre compressif ou non compressif du pneumothorax. Epanchement liquidien : c'est une hyperdensit diffuse, homogne et dclive, dlimite par une ligne bordante, qui s'accompagne d'un effacement de la coupole et d'une hyperdensit entre la paroi thoracique et le parenchyme pulmonaire. Parfois, il ne s'agit que d'une hyperdensit diffuse d'un des deux poumons chez un patient en position allonge.

    16. SIGNES RADIOLOGIQUES - ATTEINTES PARENCHYMATEUSES Atlectasie C'est une opacit homogne rtracte limites nettes et concaves qui s'accompagne d'un pincement intercostal et d'une dviation homolatrale des structures mdiastinales. Distension pulmonaire - une augmentation du nombre despaces intercostaux visibles - une augmentation de la clart rtrosternale - un aplatissement des coupoles diaphragmatiques - une augmentation de la taille des espaces intercostaux

    18. SIGNES RADIOLOGIQUES - ATTEINTES PARENCHYMATEUSES Atlectasie C'est une opacit homogne rtracte limites nettes et concaves qui s'accompagne d'un pincement intercostal et d'une dviation homolatrale des structures mdiastinales. Distension pulmonaire - une augmentation du nombre despaces intercostaux visibles - une augmentation de la clart rtrosternale - un aplatissement des coupoles diaphragmatiques - une augmentation de la taille des espaces intercostaux

    21. SIGNES RADIOLOGIQUES - ATTEINTES PARENCHYMATEUSES Syndrome alvolaire : C'est l'ensemble des signes radiologiques indiquant une lsion du parenchyme pulmonaire : Il est caractris par des opacits: - limites floues, - ayant une tendance la confluence, - ayant une volution rapide dans le temps, - associes la prsence d'un bronchogramme arique. Leur rpartition peut tre : - Systmatise : lobaire ou segmentaire. Tout effacement du bord mdiastinal traduit une localisation antrieure de latteinte alvolaire (signe de la silhouette) - Non systmatise en ailes de papillon.

    25. ALTERATIONS GAZOMETRIQUES : LE SYNDROME HYPOXMIE-HYPERCAPNIE Atteintes centrales et neuromusculaires. Lhypoxmie : Elle est due lhypercapnie. Elle est modre et facilement corrige par un faible enrichissement de lair en oxygne. L'hypercapnie : Elle traduit une hypoventilation alvolaire. Elle peut rsulter: dune baisse de la ventilation minute : altrations de la commande centrale ou lors des atteintes neuro-musculaires. dune augmentation de lespace mort physiologique : BPCO, les emphysmes ou le syndrome de dtresse respiratoire aigu. Le taux de bicarbonates sanguins permet de distinguer les hypercapnies aigus (datant de moins de 24 heures) et les hypercapnies chroniques (datant de plus de 24 heures). Il nexiste pas de sur-compensation rnale : en cas dacidose respiratoire, le pH sera toujours lgrement acide (pH < 7,38) si le patient nest pas ventil et ne reoit pas de bicarbonates.

    26. ALTERATIONS GAZOMETRIQUES : LE SYNDROME HYPOXMIE-HYPOCAPNIE On distingue deux grandes causes d'hypoxmies Hypoxmie par effet shunt mauvaise diffusion de loxygne dans lalvole du fait dun obstacle bronchique. crises dasthme, encombrements bronchiques, embolie pulmonaire et emphysme centro-lobulaire. Correction aprs une preuve dhyperoxie de 20 minutes. Hypoxmie par shunt vrai territoires alvolaires perfuss mais non ventils. mlange de sang dsoxygn provenant de ces territoires, avec du sang bien oxygn provenant des territoires bien ventils. Pas de correction en oxygne pur.

    27. ORIENTATION DIAGNOSTIQUE RAPIDE : GDS LAIR AMBIANT [PaO2 + PaCO2] > 120 mmHg

    28. LA RAPIDITE DE MISE EN ROUTE DU TRAITEMENT DPEND DE LEXISTENCE DE SIGNES DE GRAVIT Sueurs (stress sympathique li l hypercapnie) Cyanose (moindre si anmie, augmente si polyglobulie) Tachypne ou bradypne Mouvements respiratoires anormaux Signes neurologiques (de lagitation au coma) Signes dinsuffisance ventriculaire droite

    30. OXYGNOTHRAPIE TRS FAIBLE DBIT (<1L/MIN) FAIBLE DBIT DBIT LEV

    31. VENTILATION MCANIQUE Epuisement du patient bradypne, voire apne Agitation extrme ou coma altration de ltat de conscience Encombrement majeur Marbrures, tat de choc ou bradycardie qui prcdera de quelques minutes l'arrt cardiaque Hypoxmie svre persistant malgr loxygne fort dbit Autre pathologie justifiant la ventilation

    32. CONDUITE TENIR (1) RUNIR LQUIPE PARA-MDICALE PRPARER Le matriel pour une voie veineuse Le dtendeur oxygne Laspiration Le plateau dintubation (laryngoscope, Magil, guide) Les drogues sdatives + curares

    33. CONDUITE TENIR (2) FAIRE Installer la voie veineuse Installer le monitoring ECG (scope) Installer dynamap et saturomtre Enlever le matriel dentaire

    34. CONDUITE TENIR (3) FAIRE Proxygnation de 4 minutes Sdation Ventilation manuelle au ballon Intubation oro-trachale Vrification du bon positionnement de la sonde Ventilation mcanique Mettre en place dune sonde gastrique