Chapitre 2 : La guerre froide - PowerPoint PPT Presentation

chapitre 2 la guerre froide n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Chapitre 2 : La guerre froide PowerPoint Presentation
Download Presentation
Chapitre 2 : La guerre froide

play fullscreen
1 / 15
Chapitre 2 : La guerre froide
95 Views
Download Presentation
urban
Download Presentation

Chapitre 2 : La guerre froide

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Chapitre 2 : La guerre froide

  2. L’après guerre (1945-1952) • Objectif militaire : disposer d’un missile capable de transporter une tête nucléaire • URSS et Etats-Unis vont récupérer les travaux allemands pour concevoir leurs missiles Redstone et Scud : premiers missiles balistiques courte portée • Prochaine étape : missiles intercontinentaux !

  3. R-7 « Semyorka » (1957- ) • Masse : 280 T • Poussée : 400 T • 4 propulseurs latéraux • 1 étage central • Moteurs en faisceaux • 5 à 6 T en orbite basse La fusée R-7 en 1957 Source : CNES

  4. SATURN V (1967-1972) • 110 mètres de hauteur • 3000 T au décollage • 3500 T de poussée • 1er étage : K/LOX • 2ème et 3ème : LOX/LH2 • LEO -> 120 tonnes • TLI -> 65 tonnes La fusée Saturn V en exposition Source : NASA

  5. La fusée N1 (1967-1972) • Taille : 105 mètres • 2900 T au décollage • 4600 T de poussée • LEO : 85 tonnes • 3 étages utilisant K/LOX • 1er étage : 30 moteurs La fusée N1 en cours d’assemblage Source : aerospaceweb.org

  6. Comparaison Saturn V / N1 Saturn V : • Innovations : • Moteurs gigantesque • Moteurs à Hydrogène • > Développement long et couteux N1 : • Utilisation de techniques existantes à plus grande échelle -> complexification de la fusée donc elle devient moins robuste Saturn V : plus fiable et plus performante 12 succès sur 12 lancements N1 : 4 échecs sur 4 lancements

  7. La navette spatiale (1981-) • 56 m de hauteur • 2000 T au décollage • 2500 T de poussée • 2 étages à poudre • 3 moteurs LH2/LOX • 24 T en orbite basse • 3,8 T en orbite GEO Décollage de la navette Columbia en 1981 Source : NASA

  8. Energia (1988-1991) • 58 m de hauteur • 2400 T au décollage • 3550 T de poussée • 4 étages latéraux K/LOX • 6 moteurs LH2/LOX • 100 T en orbite basse • 32 T en injection lunaire La fusée Energia avec la navette spatiale Burane. Source : Buran.fr

  9. Innovations des deux lanceurs • Navette spatiale américaine : - étages d’accélération à poudre (-> Ariane 5) - moteurs à hydrogènes à haut rendement (SSME) -> le moteur RS-68 qui équipe les Delta IV en dérive • Lanceur Energia: - modularité de la fusée (Zénith, Energia, Energia-M, Vulcan) - moteurs RD-170 puissants et économes -> le moteur RD-180 qui équipe la fusée Atlas 5 en dérive

  10. Chapitre 3 : Les lanceurs actuels et futurs

  11. Le programme Ariane (1979- ) • Objectifs : indépendance spatiale européenne lanceur fiable et à bas coût 2 à 3 lancements en orbite GEO par an

  12. Ariane 5 (1996-) • 54 mètres de hauteur • 775 T au décollage • 1300 T de poussée • 2 étage à poudre • 1 moteur centrale LH2/LOX • 20 tonnes en orbite basse • 10 tonnes en orbite GEO • 50 % du marché en GEO La fusée Ariane 5 Source : ESA

  13. Les concurrents d’Ariane 5 • -> Proton (GTO : 6,3 T) • -> Zénith (6,1 T) • -> Delta IV (6-13 T) -> Atlas V (6-8 T) • -> Long March 3 (GTO : 3,8 T)

  14. La propulsion nucléaire • Voyages interplanétaires : propulsion chimique insuffisante Principe d’un moteur nucléaire Source : NASA

  15. Conclusion • Avancés et innovations : volonté politique ou militaire (guerre froide) • Aujourd’hui, les études se focalisent sur la réduction des coûts • Objectif : se placer sur un marché rentable et être compétitif • Pas de grandes évolutions en vue