Chapitre 1 Théorie de la firme et de la production - PowerPoint PPT Presentation

chapitre 1 th orie de la firme et de la production n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Chapitre 1 Théorie de la firme et de la production PowerPoint Presentation
Download Presentation
Chapitre 1 Théorie de la firme et de la production

play fullscreen
1 / 142
Chapitre 1 Théorie de la firme et de la production
157 Views
Download Presentation
audra
Download Presentation

Chapitre 1 Théorie de la firme et de la production

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Chapitre 1 Théorie de la firme et de la production

  2. Qu’est-ce qu’une entreprise ? • Cette question n’est pas aussi saugrenue qu’elle ne le paraît. • Une entreprise (firme) se présente comme un réseau de relations contractuelles entre individus organisées autour de la production. • Relations contractuelles: propriétaires vs managers, managers vs travailleurs, propriétaires vs créanciers, etc. • Production: transformation de certains biens (travail, machine, espace, électricité, etc.) en d’autres biens.

  3. Deux approches de l’entreprise • Approche néo-classique: s’en tient à la définition descriptive de la firme comme institution qui produit (transforme certains biens (inputs) en d’autres biens (outputs). • Approche institutionnelle (Williamson, prix Nobel 2009): essaie d’expliquer la constitution du réseau de relations contractuelles sous-jacents à l’entreprise. • Exemple: Renault: plusieurs usines fabriquent des voitures à partir de composantes parfois fabriquées en interne, parfois achetées à des entreprises externes. • Qu’est-ce qui explique la décision de fabriquer en interne plutôt que d’acheter à une autre entreprise (intégration) ?

  4. Intégration de l’entreprise • Verticale: Une entreprise achète certains de ses fournisseurs ou de ses détaillants pour intégrer le processus de production de l’amont à l’aval. • Horizontale: L’entreprise achète ses concurrents ou des entreprises produisant des biens complémentaires. • Exemple: Orange fait produire ses « Live box » par Sagem ou Thomson. Il s’agit d’une décision de (dés) intégration verticale. • Exemple: Air France et KLM décide de fusionner (intégration horizontale).

  5. Les 2 approches de l’entreprise • se distinguent par l’importance qu’elles attachent à ces aspects complémentaires. • L’approche néo-classique prend l’existence de la firme comme donnée (le fait que Renault soit organisée en plusieurs branches intégrées ou en une seule, qu’elle sous-traite certaines unités à d’autres firmes ou non est négligé). • L’approche institutionnelle explique l’intégration et la désintégration des firmes au moyen de l’économie des coûts de transaction. • Ce cours privilégiera l’approche néo-classique).

  6. L’approche Néo-classique (1) • Décrit la production d’outputs (produits) au moyen d’inputs (facteurs, intrants). • Exemples d’inputs. • Le travail (en fait différents types, qualifié, peu qualifié, travail ouvrier, travail d’ingénieur). Mesuré naturellement en flux (e.g. heures par mois/ par semaine, etc.) • Le capital (les machines, l’équipement) (stock, dure plusieurs période, doit être mesuré par flux de service produit par période). • Distinguer capital physique et capital financier. • Les matières premières (fer, bois, etc.). • Energie • Espace (terre) • Etc.

  7. L’approche Néo-classique (2) • On considère pour simplifier une firme ne produisant qu’un seul bien (output) (la généralisation à plusieurs biens ne posant pas de problèmes particuliers). • La firme utilise ninputs pour produire cet output. • L’ensemble des activités productives que la firme peut mettre en œuvre est décrit au moyen d’une fonction F: n+ +qu’on appelle fonction de production. • Cette fonction associe à toute combinaison d’inputs (x1,…,xn) n+ la quantité maximale y =F(x1,…,xn) d’output qu’il est techniquement possible de produire pour la firme avec cette combinaison d’inputs. • La fonctionF est donnée à la firme; elle décrit sa technologie.

  8. Fonction de production à un facteur • La notion de fonction de production se conçoit aisément en supposant qu’il n’y ait qu’un seul facteur (e.g. le travail). • Supposons une entreprise installée dans un certain bâtiment, avec certaines machines, un abonnement électrique donné, etc. • Voyons comment la production de cette entreprise dépend de son emploi de travail (mesuré par exemple en heures/mois)

  9. Fonction de production à un facteur

  10. Fonction de production à un facteur

  11. Fonction de production à un facteur

  12. Fonction de production à un facteur

  13. Fonction de production à un facteur

  14. Fonction de production à un facteur

  15. Fonction de production à un facteur

  16. Fonction de production à un facteur

  17. Fonction de production à un facteur

  18. Fonction de production à un facteur

  19. Fonction de production à un facteur

  20. Fonction de production à un facteur

  21. Fonction de production à un facteur

  22. Fonction de production à un facteur

  23. Fonction de production à un facteur

  24. Fonction de production à un facteur Fonction de production

  25. Fonction de production à un facteur La productivité moyenne croît, puis décroît

  26. Fonction de production à un facteur La productivité marginale: en haut de la productivité moyenne quand celle-ci croît.

  27. Fonction de production à un facteur La productivité marginale: en bas de la productivité moyenne quand celle-ci décroît.

  28. Fonction de Production à un output (cas général) Quantité d’Output y = F(x) y’ y’ = F(x’) est la quantité maximale d’output que peut produire la firme avec x’ unités d’input. x’ x Quantité d’input

  29. La loi des rendements décroissants • Lorsque l’utilisation d’un facteur de production augmente par accroissements successifs égaux et que les niveaux d’utilisation des autres facteurs restent les mêmes, les suppléments successifs de production obtenus décroissent. • Loi importante: s’applique à un grand nombre de technologies connues. • On peut éviter cette loi en modifiant la technologie (progrès technique).

  30. Technologies à plusieurs inputs • Comment décrire la technologie lorsqu’il y a plusieurs inputs? • Considérons le cas où il n’y a que deux inputs, dont les quantités sont notées x1etx2. La quantité d’output estnotéey. • Supposons que la fonction de production soit

  31. Technologies à plusieurs inputs • E.g.le niveau maximal d’output possible à partir de la combinaison d’ input(x1, x2) = (1, 8) est • Alors que le niveau maximal d’output possible à partir de (x1,x2) = (8,8) est

  32. Technologies avecplusieursinputs Output, y x2 (8,8) (8,1) x1

  33. Technologies à plusieurs Inputs • L’isoquante associée à la quantité y d’output est l’ensemble de toutes les combinaisons de quantités d’inputs permettant de produire exactement y. • Les isoquantes permettent une description géométrique commode des technologies impliquant plusieurs inputs.

  34. Isoquantes avec deux inputs x2 y º 8 y º 4 x1

  35. Isoquantes avecdeux inputs • Les isoquantes peuvent être représentées graphiquementen ajoutant un axe pour les niveaux d’output eten « découpant » chaque isoquante à la hauteurdu niveau d’output associée à la dite isoquante.

  36. Isoquantes avec deuxinputs Output, y y º 8 y º 4 x2 x1

  37. Isoquantes avec deuxinputs • L’ajout d’isoquantes supplémentaires fournit une information de plus en plus précise sur la technologie de la firme.

  38. Isoquantesavec deux inputs x2 y º 8 y º 6 y º 4 y º 2 x1

  39. Isoquantes avecdeuxinputs Output, y y º 8 y º 6 y º 4 x2 y º 2 x1

  40. Technologies à plusieurs inputs • Lacollection complète des isoquantes est parfois appeléelacarte d’isoquantes. • Lacarte d’isoquantes estéquivalente à la fonction de production. • E.g.

  41. x2 y x1

  42. x2 y x1

  43. x2 y x1

  44. x2 y x1

  45. x2 y x1

  46. x2 y x1

  47. y x1

  48. y x1

  49. y x1

  50. y x1