les pathologies li es l inhalation de poussi res d amiante
Download
Skip this Video
Download Presentation
Les pathologies liées à l’inhalation de poussières d’amiante

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 73

Les pathologies liées à l’inhalation de poussières d’amiante - PowerPoint PPT Presentation


  • 223 Views
  • Uploaded on

Les pathologies liées à l’inhalation de poussières d’amiante. Dr CACCIUTTOLO. Généralités sur l’amiante. Massivement utilisé autrefois pour : Ses qualités physiques: résistance mécanique (à l’usure, à la traction, à la flexion), résistance au feu, résistance aux agressions chimiques,

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Les pathologies liées à l’inhalation de poussières d’amiante' - trisha


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
g n ralit s sur l amiante
Généralités sur l’amiante
  • Massivement utilisé autrefois pour:
    • Ses qualités physiques:
      • résistance mécanique (à l’usure, à la traction, à la flexion),
      • résistance au feu,
      • résistance aux agressions chimiques,
    • Son faible coût.
g n ralit s sur l amiante3
Généralités sur l’amiante
  • 150 000 T en France vers 1975:
  • Utilisé sous différentes formes :
    • Brute pour isolation (vrac ou flocage)
    • Tissé ou tressé : isolation thermique
    • Feutre : filtration
    • Poudre, incorporée dans plâtres, mortiers colles, enduits…
    • Amiante ciment
    • Amiante incorporé dans peintures, vernis, mastics, matières plastiques, bitumes (étanchéité)
    • Garnitures de freins…
g n ralit s sur l amiante4
Généralités sur l’amiante

Historique

  • Utilisation anecdotique jusqu’au XVIème S.
  • 1860, premières mines
  • 1860-1975 : usage industriel croissant
g n ralit s sur l amiante5
Généralités sur l’amiante

Historique

  • 1975 – 1996 : usage contrôlé, décroissant
  • Depuis 1997 : Interdiction
  • Actuellement, essentiellement problèmes de
    • La post-exposition
    • Et des travaux de retrait
g n ralit s sur l amiante6
Généralités sur l’amiante

Historique (connaissance du risque)

  • 1906 : découverte de fibroses chez les ouvriers des filatures (nommées asbestose en 1935)
  • 1935 : découverte de liens entre asbestose et cancer du poumon
  • 1960 : observation de mésothéliomes chez les travailleurs de l’amiante en Afrique du Sud. 1965 en France
g n ralit s sur l amiante7
Généralités sur l’amiante

Historique(connaissance du risque)

  • 1973 : Amphiboles classées cancérogènes par CIRC, puis toutes les formes d’Amiante (1977)
  • 1982 : les VLE ne protègent pas du risque Cancer
  • 1996 : Expertise collective INSERM : interdiction totale et abaissement des VLE
g n ralit s sur l amiante8
Généralités sur l’amiante
  • L’amiante est un silicate fibreux naturel dont on distingue 2 familles :
    • les serpentines dont le chrysotile (ou amiante blanc) est le seul représentant
    • et les amphiboles au nombre de 5
      • crocidolite ou amiante bleu
      • amosite ou amiante brun
      • Actinolite
      • Trémolite
      • Antophyllite
g n ralit s sur l amiante9
Généralités sur l’amiante

les fibres sont:

  • Très fines : <1µ, elles pénètrent dans lesparties les plus profondes des poumons.
  • Les silicates (SiO4) en forme de tétraèdrespeuventcontenir Mg, Fe, Na
  • Les fibres d'amiante sontinsolubles.
  • Plus elles sontnombreuses, plus elles sontdangereuses

chrysotile

crocidolite

g n ralit s sur l amiante11
Généralités sur l’amiante

Toxicité: mécanismes

  • Faible diamètre <5µ =>diffusion au poumon profond jusqu’aux alvéoles(toutefois la clairance mucociliaire est efficace sur les poussières les + grosses)
  • Après pénétration dans l’alvéole et phagocytose, formation de corps asbestosiques facilement identifiables
  • Insolubilité -> Bio persistance
  • Réactions inflammatoires -> Fibrose
g n ralit s sur l amiante12
Généralités sur l’amiante

Toxicité: mécanismes

  • Production de radicaux libres (ions supéroxydes) nocifs pour l’ADN -> Cancers
  • Rôle nocif de la teneur en Fer dans la fibre ou dans le milieu
  • Rôle d’autres substances (HAP)
g n ralit s sur l amiante13
Généralités sur l’amiante

Toxicité: facteurs aggravants

  • Quantité inhalée : durée, concentration
  • Nature de la fibre +++: plus grande toxicité des fibres longues (amphiboles > serpentines)
  • Précocité de l’exposition et âge
  • Cofacteur :TABAC
les pathologies li es l inhalation de poussi res d amiante14
Les pathologies liées à l’inhalation de poussières d’amiante
  • Plaques pleurales
  • Epaississements pleuraux diffus
  • Asbestose
  • Pleurésies bénignes
  • Cancer broncho-pulmonaire
  • Mésothéliome
les pathologies li es l inhalation de poussi res d amiante15
Les pathologies liées à l’inhalation de poussières d’amiante
  • Risques graves et retardés
  • Les maladies liées à l’amiante surviennent plusieurs années après les premières expositions, et jusqu’à 30 ou 40 ans plus tard
  • 25% des hommes retraités auraient étés à un moment quelconque de leur carrière professionnellement exposés à l’amiante.
les plaques pleurales
Les plaques pleurales
  • Epaississements localisés de la plèvre pariétale
  • Marqueurs de l’exposition à l’amiante
  • Amphiboles > Chrysotile
  • Prévalence:(pourcentage de cas dans les populations exposées)
    • entre 8 et 50 % ,
    • Voire > 50 % dans certaines populations (calorifugeurs)
les plaques pleurales17
Les plaques pleurales
  • Pas de seuil d’exposition : des expositions faibles (para professionnelles, familiales ou environnementales) sont à l’origine de plaques pleurales
  • Latence : supérieure à 20 ans (peut être plus courte si exposition intense)
les plaques pleurales18
Les plaques pleurales
  • Parfois responsables de phénomènes douloureux
  • Pas de signes cliniques, EFR normales
  • Plaques fibro-hyalines de taille variable évoluant lentement vers la calcification
  • Bilatérales et +/- symétriques
les plaques pleurales19
Les plaques pleurales
  • Siège : diaphragme, paroi antérieure du 3ème au 5ème espace intercostal, postérieure plus bas
paississements pleuraux diffus
Épaississements pleuraux diffus
  • Moins fréquents que les plaques pleurales
  • Latence 32 ans en moyenne
  • Relation dose effet ?
  • Fibrose de la plèvre
  • EFR perturbées
asbestose
Asbestose
  • Liée à des expositions intenses et prolongées
  • Relation dose effet démontrée :
    • Seuil = 25 à 30 fibres/ml x années
  • Latence dépassant souvent 20 ans, mais pouvant survenir précocement si exposition massive
  • Amphiboles > Chrysotile
asbestose23
Asbestose
  • Fibrose entraînant unessoufflement progressif évoluant versl’insuffisance respiratoire chronique
  • EFR : baisse des volumes pulmonaires et de la DLCO
  • Radiographie(normes de lecture du BIT): opacités réticulo-nodulaires, aspect de verre dépoli, de rayon de miel, scanner HR plus sensible
asbestose24
Asbestose

Asbestose avérée: Diminution de transparence des bases et opacités réticulo-nodulaires

asbestose25
Asbestose

Scanner HR : opacités, rayon de miel

asbestose26
Asbestose

Evolution

  • Après cessation d’exposition:
    • Soit stabilisation : (54 à 95%), (voire régression partielle: rare)
    • Soit évolution lente(5 à 46%) vers une insuffisance respiratoire pouvant devenir invalidante avec insuffisance cardiaque, voire décès (- fréquent avec la suppression des expositions fortes);rôle aggravant du facteur tabac
asbestose27
Asbestose

Evolution

  • Relation avec le cancer bronchique:
    • Risque accru du fait de l’exposition à l’amiante, mais lien direct non établi entre les deux affections

Traitement

  • Il n’y a pas de traitement spécifique de l’asbestose
pleur sie b nigne
Pleurésie bénigne
  • 1 à 7 % des sujets exposés
  • Latence > 10 ans possible
  • Pas de signes dans 50 % des cas
  • Épanchement peu abondant
  • Évolution vers l’épaississement pleuralpossible
cancer broncho pulmonaire
Cancer broncho-pulmonaire
  • L’amiante est le principal facteur étiologique des cancers broncho-pulmonaires professionnels et serait responsable à lui seul de plus de 2000 décès chaque année.
  • Plus les fibres sont longues et fines plus le risque est important
cancer broncho pulmonaire30
Cancer broncho-pulmonaire
  • Le risque de développer un cancer broncho-pulmonaire lié à l’amiante est positivement corrélé à l’exposition cumulée à l’amiante
  • Mais à exposition cumulée identique les risques diffèrent d’un groupe professionnel à l’autre (salariés du BTP +++)
cancer broncho pulmonaire31
Cancer broncho-pulmonaire
  • il n’y a pas de données épidémiologiques fiables sur le risque de KBP lié aux très faibles doses, telles que celles qui résultent des expositions passives à l’intérieur des bâtiments floqués, ni sur l’existence d’un seuil d’innocuité.
  • Avoir une asbestose ou des plaques pleurales n’impliquent pas de développer un KBP bien que le risque en soit majoré
cancer broncho pulmonaire32
Cancer broncho-pulmonaire

Synergie tabac et amiante:risque de développer un cancer broncho-pulmonaire en fonction d'une exposition à l'amiante et/ou au tabac (d'après Hammon, Selikoff et Seidman)

cancer broncho pulmonaire33
Cancer broncho-pulmonaire
  • Les cancers broncho-pulmonaires dus à l’amiante n’ont aucune spécificité clinique radiologique ou histologique.
  • l’imputation d’un cas de cancer à une exposition professionnelle ne peut reposer sur des certitudes
cancer broncho pulmonaire34
Cancer broncho-pulmonaire
  • La plausibilité de l’imputabilité repose sur un faisceau d’arguments:
    • la notion d’une exposition à l’amiante (durée et intensité)
    • La présence de pathologies bénignes liées à l’amiante (plaques, fibrose).Le fait d’avoir des plaques ou une fibrose augmente le risque mais le fait d’en avoir n’entraîne pas une certitude de cancer
cancer broncho pulmonaire35
Cancer broncho-pulmonaire
  • La survenue moins de 10 ans après le début de l’exposition fait douter de l’origine professionnelle: le temps de latence étant en moyenne de 20 à 30 ans.
  • Dans les cas difficiles intérêt du LBA et du fragment de parenchyme (certaine si > 5 CA /ml LBA ou >5000CA/g TS
cancer broncho pulmonaire36
Cancer broncho-pulmonaire
  • Tous les types histologiques se voient (Carcinome épidermoïde, adénocarcinome, carcinome à grandes cellules, carcinome à petites cellules)
  • Le bilan repose sur l’imagerie:
    • Radiographie pulmonaire
    • Scanners (thoracique, cérébral) et scanner Pet-scan
    • Scintigraphie osseuse et échographie hépatique
cancer broncho pulmonaire37
Cancer broncho-pulmonaire

Radiographie pulmonaire

cancer broncho pulmonaire38
Cancer broncho-pulmonaire

Scanner thoracique

cancer broncho pulmonaire39
Cancer broncho-pulmonaire

La tomographie à émission de positon ou pet-scan

cancer broncho pulmonaire40
Cancer broncho-pulmonaire

La fusion scanner et Pet-scan

le m soth liome
Le mésothéliome
  • Cancer primitif de la plèvre(voire du péritoine, du péricarde, de la vaginale testiculaire)
  • Rare, quasi spécifique de l’amiante
  • Toutes les variétés d’amiante( mais plus de risques avec les amphiboles )
  • Latence : 30 à 40 ans( voire plus )
le m soth liome43
Le mésothéliome
  • Relation dose effet: Peut être linéaire depuis les fortes doses jusqu’aux niveaux les plus faibles ( 0,50 fibre/ml x années )
  • Pas de seuil d’exposition (mais impact des expositions passives reste mal connu)
  • Risque d’autant plus élevé qu’expositions élevées, longues et anciennes
le m soth liome44
Le mésothéliome
  • Prédominance masculine très forte
  • incidence maxi dans tranche d’âge des 75-79 ans
  • Incidence en hausse parallèlement à l’utilisation de l’amiante
  • Pic d’incidence attendu vers 2020
le m soth liome45
Le mésothéliome
  • Pas de relation directe plaques pleurales / mésothéliome
  • Début : épanchement pleural unilatéral de faible ou moyenne importance
  • Etat général bien conservé au début puis fatigue, perte d’appétit, amaigrissement
le m soth liome46
Le mésothéliome
  • Evolution locale, puis envahissement du poumon, du diaphragme, du foie, du péritoine
  • Atteinte des espaces intercostaux
  • Métastases à distance rares
  • Survie moyenne = 1 an(Survie à 5 ans = < 5%) car peu sensible aux Tts
le suivi des salari s expos s
Le suivi des salariés exposés
  • Il est prévu par la loi:
    • Décrets spécifiques à l’amiante
    • Décret CMR
  • Qui n’a toujours pas intégré les propositions de la conférence de consensus de 1999
  • En période d’activité il tient compte:
    • d’une exposition actuelle encore possible (essentiellement travaux de retraits)
    • Mais aussi des expositions passées
  • Il doit se poursuivre après cessation de toute activité professionnelle
le suivi des salari s expos s53
Le suivi des salariés exposés
  • L’arrêté du 13/12/96 intègre:
    • Surveillance des conditions de travail et évaluation des risques
    • Formation, information, conseil, visite des lieux de travail
    • Surveillance médicale proprement dite:
      • Examen médical à l’embauche puis au minimum annuel, EFR et Radio pulmonaire à l’embauche puis tous les deux ans
    • Recueil d’informations en vue d’études épidémiologiques
le suivi des salari s expos s54
Le suivi des salariés exposés
  • Le décret CMR complète l’arrêté de 96:
    • Évaluation des risques pour la santé et la sécurité des salariés par l’employeur consignée dans le document unique
    • Métrologies et communication des résultats au MDT, au CHSCT ou à défaut aux délégués du personnel
    • Liste actualisée tenue par l’employeur des travailleurs exposés
    • Fiche individuelle d’exposition
    • Attestation d’exposition de l’employeur et du MDT remise au salarié quand il quitte l’entreprise
    • Précisions sur le contenu et la durée de conservation (50 ans après la fin de l’exposition) du dossier médical
le suivi des salari s expos s55
Le suivi des salariés exposés
  • La conférence de consensus propose:
    • Un bilan de référence:
      • information, examen clinique +radio thoracique de face + EFR pour tout début d’exposition ou tout salarié (exposé ou ayant été exposé) n’ayant pas encore eu de bilan de référence
      • Examen clinique + TDM + EFR pour un salarié susceptible de bénéficier du droit à une retraite anticipée
le suivi des salari s expos s56
Le suivi des salariés exposés
  • Distingue:
    • Les cas d’exposition forte:
      • Examen clinique +TDM + EFR à 10 ans puis tous les 6 ans,
      • dans l’intervalle tous les deux ans, radio thoracique de face + EFR + examen clinique
    • Les cas d’exposition intermédiaire:
      • Examen clinique + radio (complétée si nécessaire par une TDM) à 20 ans,
      • Puis tous les deux ans 4 fois: examen clinique + radio thoracique de face
      • Examen clinique +TDM + EFR à 30 ans puis tous les 10 ans,
      • dans l’intervalle tous les deux ans, radio thoracique de face + examen clinique
le suivi des salari s expos s57
Le suivi des salariés exposés
  • Demande d’inciter tout fumeur exposé ou ayant été exposé à cesser son tabagisme
  • Demande, devant les incertitudes, de mener des expérimentations et des investigations supplémentaires et d’évaluer le bien-fondé de ses propositions
le caract re professionnel
Le caractère professionnel
  • La part indéniable de l’origine professionnelle de ces pathologies est probablement sous-estimée
  • En 2003 l’institut de veille sanitaire (In VS) a procédé à une estimation du nombre de cas de cancers attribuables à des facteurs professionnels: les cancers broncho-pulmonaires sont en tête suivi des cancers de la vessie et des mésothéliomes .
le caract re professionnel59
Le caractère professionnel
  • il existe une sous déclaration notable

Estimation de L’InVS (2003): maladies reconnues et indemnisées en 2002

le caract re professionnel60
Le caractère professionnel
  • Pourtant deux tableaux de maladies professionnelles sont consacrés à l’amiante: 30 et 30 bis pour le régime général, 47 et 47 bis pour le régime agricole
  • il est important pour la victime et ses ayants droit de faire reconnaître le caractère professionnel de ces affections
le caract re professionnel61
Le caractère professionnel
  • La déclaration en maladie professionnelle est également utile pour la collectivité car elle contribue à la prise de conscience des risques professionnels et à leur prévention.
  • Pour ne pas sous-estimer l’origine professionnelle de ces affections, l’interrogatoire systématique à la recherche d’expositions professionnelles anciennes , qu’il existe ou non des facteurs extraprofessionnels comme le tabagisme est préconisé.
le caract re professionnel62
Le caractère professionnel
  • Plusieurs outils sont à notre disposition:
    • Evalutil (matrice emploi exposition)
    • Enquête Eramt
    • le questionnaire de repérage des expositions professionnelles chez les sujets atteints de cancers bronchiques élaboré par la Société de Pneumologie de Langue Française et la Société Française de Médecine du Travail (www.splf.org/bbo/exposition/KBP/questCMP.pdf)
le caract re professionnel63
Le caractère professionnel

Tableaux MP 30 et 30bis

  • T 30 : Affections professionnelles consécutives à l’inhalation de poussières d’amiante (créé : 3/08/1945 - modifié : 25/05/96 - 14/04/2000)
    • A) Asbestose
    • B) Lésions pleurales bénignes
    • C) Dégénérescence maligne broncho-pulmonaire
    • D) Mésothéliome malin primitif de la plèvre, du péritoine, du péricarde
    • E) Autres tumeurs pleurales primitives
  • T 30 bis : Cancer broncho-pulmonaire provoqué par l’inhalation de poussières d’amiante (créé: 25/05/1985 modifié 14/04/2000)
le caract re professionnel64
Le caractère professionnel

MP 30 et 30 bis: statistiques

dispositions m dicosociales
Dispositions médicosociales

Le FIVA

(Fonds d'Indemnisation des Victimes de l'Amiante):

  • Créé par la Loi du 23 décembre 2000 et le décret du 23 octobre 2001.
  • Les personnes victimes de pathologies liées à l’exposition à l’amiante et leurs ayants droit peuvent obtenir du FIVA la réparation intégrale de leurs préjudices.
dispositions m dicosociales66
Dispositions médicosociales

Le FIVA

  • Cette indemnisation vient compléter celle réalisée par ailleurs, notamment par les régimes de sécurité sociale, pour assurer une réparation intégrale
  • Permet d’éviter aux victimes une procédure contentieuse
  • C’est un établissement public financé par la branche AT et MP de la CNAM, par l’Etat et par les ressources issues des actions récursives vis-à-vis des responsables
dispositions m dicosociales67
Dispositions médicosociales

Le FIVA

  • Établissement public administratif. CA présidé par un magistrat de la Cour de Cassation et composé de représentants de l’Etat, des partenaires sociaux, des associations de victimes et de personnalités qualifiées
  • 8000 dossiers/an – 600 millions d’euros (2003)
dispositions m dicosociales68
Dispositions médicosociales

Le FIVA

  • Numéro vert, le 0.800.500.200
  • Site Internet http://www.fiva.fr/
    • Informations détaillées
    • Formulaires de demandes
    • Barème indicatif d’indemnisation
dispositions m dicosociales72
Dispositions médicosociales

ACAA

(Allocation de Cessation d’Activité Anticipée)

  • Possibilité de départ anticipé dès l’âge de 50 ans pour:
    • Salariés d’entreprises définies par décret (1)
    • Salariés reconnus pour une MP n°30 ou 30 bis
  • Principe
    • 65% du salaire
    • Pour les salariés (1), calcul sur le 1/3 du temps passé lors de la période définie
dispositions m dicosociales73
Dispositions médicosociales

ACAA

(Allocation de Cessation d’Activité Anticipée)

  • Non cumulable avec d’autres revenus (chômage, invalidité)
  • Demande à faire auprès de la CRAM
ad