slide1 n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Partie 1. La médiation numérique, un projet global de bibliothèque PowerPoint Presentation
Download Presentation
Partie 1. La médiation numérique, un projet global de bibliothèque

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 140

Partie 1. La médiation numérique, un projet global de bibliothèque - PowerPoint PPT Presentation


  • 59 Views
  • Uploaded on

Partie 1. La médiation numérique, un projet global de bibliothèque. Cette œuvre est mise à disposition sous licence Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France. Pour voir une copie de cette licence, visitez http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/fr.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Partie 1. La médiation numérique, un projet global de bibliothèque' - saburo


Download Now An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
slide1

Partie 1. La médiation numérique, un projet global de bibliothèque

Cette œuvre est mise à disposition sous licence Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France. Pour voir une copie de cette licence, visitez http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/fr

slide2

Les bibliothèques publiques valorisent leurs services, leurs ressources et leurs contenus à la fois au niveau physique et au niveau numérique.

Cette valorisation doit être pensée dans un espace global organisé en un écosystème dans lequel chacune de ces actions de communication et de médiation impactent à la fois le physique et le numérique.

les familles des m tiers de l internet
Les familles des métiers de l’Internet

Le Portail des Métiers de l’Internet

http://metiers.internet.gouv.fr

http bccn wordpress com 2012 04 16 valeurs du bibliothecaire addendum un decalogue
http://bccn.wordpress.com/2012/04/16/valeurs-du-bibliothecaire-addendum-un-decalogue/http://bccn.wordpress.com/2012/04/16/valeurs-du-bibliothecaire-addendum-un-decalogue/

Extrait du carnet de notes de Bertrand Calenge :

Tu seras médiateur des connaissances en respectant l’individualité des besoinsde chacun : être bibliothécaire n’est pas amasser un trésor de savoirs organisés, c’est transmettre. Mais transmettre n’est pas prescrire : le bibliothécaire construit sa proposition de transmission dans le respect de la priorité cognitive de son interlocuteur.

slide5

Développer la médiation documentaire numérique

sous la direction de Xavier Galaup

Février 2012Collection : La Boîte à outils

Éditeur : Presses de l’Enssib

Disponible en ligne sur

http://mediationdoc.enssib.fr

slide6

Créer des services innovants

Sous la direction de :

Marie-Christine Jacquinet

Parution : Novembre 2011

Collection : La Boîte à outils

Éditeur : Presses de l’Enssib

slide7

Bibliothèques 2.0 à l’heure des médias sociaux

Sous la direction de :

Muriel Amar et Véronique Mesguich

Parution : 2012

Collection : Bibliothèques

Éditeur : Cercle de la Librairie

slide8

Faire connaître et valoriser sa bibliothèque: communiquer avec les publics

Sous la direction de :

Jean-Marc Vidal

Parution : 2012

Collection : La Boîte à outils

Éditeur : Presses de l’Enssib

d finition d un dispositif de m diation num rique
Définition d’un dispositif de médiation numérique

Un dispositif de médiation numérique n’existe qu’au travers de trois dimensions étroitement imbriquées : des besoins d’informations, des usages et des outils. Il vise à satisfaire un besoin d’information au moyen d’un outil s’inscrivant dans des usages informationnels.

un dispositif de flux
Un dispositif de flux

Un dispositif de flux est un dispositif stable permettant le développement d’une identité numérique constituant une présence en ligne pérenne et attractive. Il vise à capter l’attention par le positionnement, la forme et le contenu proposé. Il permet notamment la diffusion de dispositifs ponctuels attractifs.

Proposer une page Facebook thématique de la Bibliothèque

un dispositif ponctuel
Un dispositif ponctuel

Un dispositif ponctuel est un dispositif permettant la mise en forme d’informations de manière attractive de manière à capter l’attention des utilisateurs. Il peut s’insérer dans un dispositif de flux.

Proposer des formations disponibles sur Slideshare

un dispositif passerelle
Un dispositif passerelle

Un dispositif passerelle est un dispositif  dont la caractéristique est de proposer une interface entre un milieu tangible et des données numériques.

Proposer une application mobile permettant d’accéder à certains services de la bibliothèque

vers une d finition
Vers une définition

La médiation numérique est une démarche visant à mettre en œuvre des dispositifs de flux, des dispositifs passerelles et des dispositifs ponctuels pour favoriser l’accès organisé ou fortuit, l’appropriation et la dissémination de contenus à des fins de diffusion des savoirs et des savoir-faire.

slide15

Médiation numérique

en bibliothèque :

une démarche de projet

Silvère Mercier : Bibliobsession « Médiation numérique : le guide pratique des dispositifs » (4 mai 2012)

slide16

Médiation = démarche de projet

  • Comme dans tout projet : se poser les questions :
  • Quels objectifs ? =POURQUOI ?
  • Quels contenus pour quels publics =QUOI ? POUR QUI ?
  • Qui parle ? Comment se positionner ? = QUI PARLE ?
  • Quels dispositifs de médiation numérique ?
  • Quelle organisation ? => workflow : quelle chaîne de
  • publication et de validation des contenus = AVEC QUI ?
  • Quelles compétences ? Quelles fonctions pour les bibliothécaires ? = AVEC QUI ?

= COMMENT ?

slide21

Quelques attentes légitimes pour un usager d’aujourd’hui dans une bibliothèque publique – Source: Bibliobsession

slide24

Votre « identité numérique » est constituée de l'ensemble des contributions et des traces que vous laissez en ligne, volontairement ou non.

Toute activité sur le Web implique la création de traces.

traces volontaires celles que l on cr e soi m me je suis ce que j cris
Traces volontaires = celles que l’on crée soi-même Je suis ce que j’écris

Liées à la création de contenu de la part de la bibliothèque

  • adresse du site web ou de la page Facebook
  • articles ou commentaires postés sur un blog
  • photos mises en ligne
  • vidéos mis en ligne
  • Etc.
slide26

Caractéristiques de ces traces volontaires

  • durables
  • « On assiste à une dilatation du présent. Vous pouvez faire des bêtises à 20 ans, avec les réseaux sociaux, le passé est toujours présent. » (Alex Türk, président de la Cnil)
  • constituent votre identité numérique: leur addition peut permettre de retrouver toutes les facettes de l’identité de la bibliothèque
  • vous engagent juridiquement
les traces involontaires
Les traces involontaires

Les traces involontaires sont issues de votre usage de l'Internet et regroupent toutes les informations produites à votre insu à partir du moment où vous vous connectez.

Par exemple: @IP, cookies

les traces subies
Les traces subies

Elles concernent la bibliothèque mais sont créées par d’autres personnes.

Il s’agit de toutes les publications, commentaires, photographies (...) nommant ou faisant apparaître la bibliothèque.

slide29

Meilleure façon de ne pas être victime de son identité numérique involontaire

= soigner son identité numérique volontaire

il nous revient de montrer et faire connaître les meilleurs aspects de la bibliothèques, de ses réalisations, réflexions et appartenances.

Comme tout espace nouveau, celui de la toile s'apprivoise.

Il faut aussi apprendre à y laisser sa marque plutôt que ses traces

Source: http://cursus.edu/dossiers-articles/dossiers/103/identite-numerique/)

slide30

Si l’identité numérique est la somme des données disponibles sur chaque individu, la réputation numérique en est le reflet organisé et systématisé.

Source: Grand Dictionnaire Terminologique

slide31

L’identité d’une personne (physique ou morale), qui est constituée par l’ensemble des traces laissées sur Internet par la personne elle-même et par des tiers.

L’identité numérique est en partie constituée par les informations que la personne saisit sur différents réseaux sociaux sur lesquels elle est inscrite.

(Source : http://www.jurispedia.org - Usage des noms de marques sur les réseaux sociaux)

slide32

Quelle identité numérique pour les bibliothèques et les centres documentaires ?

Bibliothécaires et documentalistes doivent apprendre à cultiver des identités numériques dans le cadre des institutions où ils exercent.La différence entre le rôle de chargé de communication et de bibliothécaire est très claire :

Communicants : positionnement institutionnel et charte graphique déclinable sur plusieurs sites, logos, conception des avatars.

Bibliothécaires : activité de médiation numérique, càd le choix des contenus et des dispositifs de médiation auprès des communautés d’intérêt.

slide33

Quelle identité numérique pour les bibliothèques et les centres documentaire ?

Il existe une typologie des positionnements pour l’intervention des institution sur le web.

Ces positionnements sont non exclusifs les uns des autres.

slide35

Lionel Dujol dans Slideshare : « Communication, médiation. Parlons-nous de la même chose ? »

slide36

Identité institutionnelle : la voix officielle de l’institution

Objectif = faire connaître des contenus ou des services, rendre ou co-construire des services

Cette identité porte l’image de la bibliothèque en tant qu’institution.Logo = celui de la collectivité, de la bibliothèque

Pseudo = nom de la bibliothèque, de la ville, de la collectivité

Publics visés : public local fréquentant le lieu = les usagers en priorité = communauté d’usagers ;et de manière plus large: communauté des habitants du territoire où se situe la bibliothèque ou celle des étudiants dans le cas d’une université.

slide37

Identité institutionnelle: la voix officielle de l’institution

Le plus souvent, les bibliothèques utilisent le logo de l’institution comme avatar sur les médias sociaux de type Facebook ou Twitter.

Elles utilisent alors des réseaux comme des canaux de diffusion, pour diffuser les actualités de la bibliothèque par exemple.

  • Double erreur :
  • Ces actualités sont destinées à des publics locaux et n’ont pas leur place sur Facebook ou Twitter, mais plutôt sur la page d’accueil du site de la bibliothèque.
  • Les réseaux sociaux que la bibliothèque veut investir sont conçus pour des individus, et non pour des institutions.
slide38

Identité institutionnelle : la voix officielle de l’institution

Miser sur une identité institutionnelle n’est pas forcément une mauvaise stratégie lorsque l’établissement possède une image forte et un rayonnement international.

slide39

Identité institutionnelle: la voix officielle de l’institution

Créer une page Facebook pour la bibliothèque n’est pas inutile, notamment en termes de référencement, mais :

  • Cela constitue le degré zéro de l’usage de ce réseau social
  • Cela force à une communication globale (tout ce qui se passe dans l’institution ): la granularité est trop forte
  • Cela entre en concurrence avec les prérogatives directes du service de communication.
slide40

BPI : portail institutionnel

Sur Facebook

http://twitter.com/bpi_pompidou

Sur Twitter

slide41

Identité de services : le service avant tout, l’institution après

Cette identité porte un service de la bibliothèque ayant sa propre "marque", son propre logo et url. Objectif : communiquer pour faire connaître le service que je rends sur un site web, et décliner une stratégie de communication sur plusieurs médias sociaux.

Logo = celui du servicePseudo = celui du service

Publics visés = local et distant = communauté d’usagers et d’usagers potentiels

slide42

Identité de services : le service avant tout, l’institution après

  • Elle permet une grande lisibilité du service
  • Elle permet une grande lisibilité de l’utilité sociale des bibliothécaires et documentalistes.
slide43

BiblioSésame, un réseau généraliste de questions-réponses de bibliothèques publiques- La BPI entame une réflexion en 2003 sur un réseau de réponses à distance- début du fonctionnement du réseau : 2006 avec 7 bibliothèques:BPI, Marseille, Troyes, Montpellier, Lille, Valenciennes, LimogesVoir la liste: http://www.bibliosesame.org rubrique notre réseau

slide44

BiblioSésame sur Facebookhttps://www.facebook.com/bibliosesameLa page Facebook présente plusieurs avantages:

  • promeut également le service en proposant aux internautes de devenir fans
  • Permet d’obtenir un retour d’utilisation et d’annoncer des nouveautés à une communauté identifiée
slide45
BiblioSésameSur le site de la BPI http://www.bpi.fr/fr/la_bpi_et_vous/questions_reponses/en_reseau.html
slide46
BiblioSésame sur le site des bibliothèques du réseauhttp://www.caenlamer.fr/bibliothequecaen/bibliosesame.asp
biblios same sur le site du r seau http www bibliosesame org
BiblioSésame sur le site du réseauhttp://www.bibliosesame.org
slide48

Ubibhttp://www.ubib.frService de renseignement à distance, assuré par un regroupement d’universités.Voir la liste: http://www.ubib.fr rubrique Partenaires.

slide49

Les bibliothécaires ne sont pas assimilés à des membres d’un équipement, mais bien à l’équipe qui rend le service perçu comme utile.

=> d’où l’importance de publier les questions et les réponses pour mettre en avant ses compétences.

slide50

Identité thématique : le média thématique pour une communauté d’intérêt pour le territoire local et au-delà

Objectif = identité destinée à diffuser des contenus sur un thème déterminé à l’avance et lisible aussi bien dans le logo que dans le pseudonyme. => répondre à des besoins documentaires identifiés, recommander, mettre en avant des compétences, des contenus, une expertise.

Logo = spécifique, ou celui de l’institution modifié

Pseudo = nom du média

Publics cibles: public local et publics intéressés par le thème = communauté d’intérêts.

slide51

Identité thématique : le média thématique pour une communauté d’intérêt pour le territoire local et au-delà

Le positionnement du blog thématique est préférable au blog de la bibliothèque.

Le blog de la bibliothèque mélange des billets thématiques, des billets locaux sur la vie de la bibliothèque ou des bibliothécaires. Il brouille le message.

blog SCD Nancy “Publications des enseignants-chercheurs de l’UHP”

Diffuser une veille thématique commentée via un blog

=> mettre en avant des compétences, des contenus, d’une expertise

=> Identité-compétences

=> montrer que les bibliothécaires proposent des contenus rédigés par eux et/ou par des amateurs, via les réseaux sociaux en  liens avec des communautés d’intérêts.

slide52

Médiamus, perçu comme un blog thématique musical avant d’apparaître comme un service de la bibliothèque de Dole. http://mediamus.blogspot.com

slide53
Blog-notes du Kiosque - http://kiosquefe.bei.cergypontoise.fr

Blog thématique sur la formation, l’emploi de la Bibliothèque

d'Etude et d'Information de la CC de Cergy Pontoise

slide54

SOS Devoirs – Bibliothèque de Montréal - axé sur le soutien scolaire et l’aide à l’apprentissage

http://bibliomontreal.com/bibliojeunes/sos

slide55
Point d’actu!

Service thématique de la BM de Lyon

http://www.pointsdactu.org/

Dans ce cas, l’approche est globale et non thématique,

rapprochant cette initiative d’un journalisme fait par les

bibliothécaires.

slide56

Identité de personne ressource : le bibliothécaire, spécialisé et fiable dans son domaineStratégie peu répandue dans les bibliothèques françaises.Objectif = positionner l’institution en retrait des individus qui la composent.L’identité de personne-ressource identifie un avatar humain, réel ou fictif, à un thème spécifique. Sa forme la plus simple peut être la signature du bibliothécaire auteur d'une recommandation publié sur un blog thématique. Logo = avatar Pseudo = nom de la personne et nom de la bibliothèque, nom d’empruntPublics cibles = public local

slide57

Etymologie de pseudonyme : vient du grec pseudônoumos

est fondé sur le radical pseudês, menteur.

Au sens littéral, il s’agit d’un faux nom. Avec le temps, il a pris le sens de nom d’emprunt.

Attribué par l’individu à lui-même, il est librement et volontairement choisi.

slide58

AVATAR, subst. masc.

I. MYTH. HINDOUE. Incarnation du dieu Vichnou ou d'autres divinités de la religion hindoue. Le sanglier, un des avatars de Vishnou.

(Source: Trésor de la Langue Française Informatisée)

slide59

Skema Business SchoolLes documentalistes sont d’abord connues comme des personnes-ressources sur un thème (animatrices de communautés) avant d’être perçues comme bibliothécaires de l’ESC de la Skema Business School. http://mediatheque.skema.edu

slide60

Skema Business SchoolLes documentalistes se proclament Geemiks :Geek = férues de technologiesGimmick : terme de jazz indiquant les cinq premières notes qui donnent le ton.« Nous sommes passées d’une vision « connecter les informations » à une autre vision « connecter les gens qui échangent des informations. Notre objectif à terme étant de participer à la création de réseaux de savoirs et de connaissances au niveau individuel et pour notre établissement » (http://www.geemik.net/?p=424)

slide62

Avantage de ce positionnementPositionnementtrès intéressant car il permet de recentrer la fonction documentaire non seulement sur la ressource ou le service, mais sur la « personne-ressource » à qui il faut s’adresser. Les avatars sont ceux des bibliothécaires.Risque : lien avec des personnes en poste à un moment donné. Si elles partent, il faut reconstruire une identité numérique.On pourrait imaginer des personnages virtuels construits de toute pièce par les bibliothécaires.

miss m dia
Miss Média

Bibliothèques municipales de Metz

slide66

Silvère Mercier : Bibliobsession « Médiation numérique : le guide pratique des dispositifs » (4 mai 2012)http://www.mindmeister.com/fr/153648606/dispositifs-de-m-diation-num-rique

slide67

Sur quels lieux numériques écrit-on, véhicule-ton l’information ?

La page d’actualité du site produit-elle un fil RSS qui sera répercuté sur une page Facebook ?

« on écrit toujours dans un écosystèmeconstitué de dispositifs de communication les plus divers, conditionnés par l’utilisation qu’en font les lecteurs » (Muriel Vandermeulen)

Quels sont les synergies entre les différents canaux ?

Quels contenus seront dupliqués ou dérivés ?

Quels sont les différents modèles, gabarits de pages à votre disposition pour publier les contenus que vous devez produire ?

slide68
Chaque dispositif a ses particularités, ses contraintes, ses atouts et ses audiences partisanes.

Tenir compte de la temporalité de chaque média : la vitesse de diffusion d’une information diffère selon qu’elle est relayée par le biais d’une actualité sur le site institutionnel de la bibliothèque ou via un tweet correctement hashtagué.

La stratégie consiste au final à créer un cercle vertueux, aux prolongements éditoriaux efficaces, utiles et séduisants.

slide69
- création et alimentation de son portail

- dissémination de la bibliothèque sur les médias sociaux

Notion d’écosystème : penserl’information qui va et vient. Le numériqueest tout sauflinéaire. Tout s’interpénètre

La meilleurefaçon de promouvoir le portailest de “faire à côté”, est de ne pas êtresur le portail. Mais, ne pas négliger le portail.

=> Le portailestpensécomme un hub (nœud)

Médiation numérique sur le portail de la bibliothèque et ailleurs ?

slide71

Silvère Mercier : Bibliobsession « Médiation numérique : le guide pratique des dispositifs » (4 mai 2012)

slide72

Silvère Mercier : Bibliobsession « Médiation numérique : le guide pratique des dispositifs » (4 mai 2012)

quelle organisation pour produire du contenu la cha ne de publication et de validation des contenus
Quelle organisation pour produire du contenu ? La chaîne de publication et de validation des contenus
la strat gie de contenu
La stratégie de contenu

Définition

La stratégie de contenu régit la création, la publication et l’entretien de contenus utiles et utilisables. Source: Kristina Halvorson, PDG de BrainTraffic

Dans l’industrie du web, est appelé « contenu », tout ce qui véhicule de l’information porteuse de sens pour l’être humain. Tous les sites web ont du contenu.

slide75

Audit

Canaux et conversations - Inventaire des contenus - Benchmark éditorial - Typologie des utilisateurs - Audit de positionnement

Entretien

Calendrier de publication - Charte éditoriale & ergonomique - Résultats & reporting -

Formation

Stratégie de contenu

Création et publication

Ecriture en ligne - Hypertexte & Formulaires - Indexation et Trouvabilité - Systèmes de gestion de contenu - Lisibilité - Rédiger pour le mobile

Stratégie

Workflow éditorial - Ligne éditoriale - Formats éditoriaux - Contenu créé par l’utilisateur -Indicateurs de performance - Organisation de l’information - Référencement éditorial

Source : Vandermeulen Muriel, Stratégie de contenu Web : la revanche de l’éditorial, L’Alambic, 2010.

slide76

Stratégie éditoriale

ou planification

  • Objectif
  • mettre en place une véritable stratégie de contenu
  • planifier les moyens tactique pour optimiser la communication en ligne
workflow ditorial ou cha ne de publication et de validation des contenus
Workflow éditorial ou chaîne de publication et de validation des contenus

Adopter une bonne organisation du travail.

Tous les contributeurs, directs ou indirects, à la création de contenus numériques font partie de la chaîne éditoriale.

La chaîne éditoriale doit être modélisée, les tâches formalisées et les rôles de chacun délimités, même si l’équipe est réduite

( trois personnes).

slide78

Identifiez les étapes de la production de contenu.

Cycle de production éditorialeSource : Vandermeulen Muriel, Stratégie de contenu Web : la revanche de l’éditorial, L’Alambic, 2010.

slide79

Assignez ces tâches.

  • On distingue trois rôles principaux au niveau de la production éditoriale :
  • l’auteur
  • l’éditeur
  • le responsable de publication 
la ligne ditoriale
La ligne éditoriale
  • Une ligne éditoriale définit l’identité d’un site internet.
  • Elle permet de comprendre la philosophie à l'origine du projet et l'état d'esprit dans lequel doivent être conçus les textes et tout contenu du site.
  • Définir:
  • liste des publics cibles
  • liste des objectifs de communication visés
  • liste des sujets, thèmes qui seront traités sur votre site
  • le ton, le choix des angles et du traitement des sujets
formats ditoriaux
Formats éditoriaux

Varier les formats et les types de contenus pour augmenter la trouvabilité de vos contenus et assurer une large couverture lexicale :

Il peut s’agir de :

  • contenus particuliers internes à un site web: vidéo, PDF, FAQ, dossiers documentaires, revues de presse, interviews , brèves d’actualités etc.
  • contenus périphériques liés au site : newsletter, communiqué de presse, agenda en ligne, et tout autre widget, etc.
am liorer la visibilit de vos pages gr ce au r f rencement ditorial
Améliorer la visibilité de vos pages grâce au référencement éditorial

Lorsqu’un internaute tape une requête dans

Google sous la forme d’un mot-clé ou d’une

expression-clé, le moteur de recherche affiche

deux types de résultats :

- liens commerciaux achetés par les marques: référencement payant

- liens gratuits repérés par ses robots: référencement naturel

comprendre la lecture l cran
Comprendre la lecture à l’écran

eyetracking

parcours de lecture

ligne de flottaison

(fold)

fixations oculaires

front-loading

défilement (scroll)

balayage

(scan visuel)

titre

slide86

« Il est sûr que lire la même œuvre dans une édition imprimée ou sur l’écran n’est pas lire le même livre »(Roger Chartier, Historien spécialisé sur l’histoire du livre, de l'édition et de la lecture - Professeur au Collège de France). 

1997 : La lecture à l'écran serait 25% plus lente que la lecture sur papier (source: Alertbox « Be succinct » de Jakob Nielsen publiée en 1997- http://www.useit.com/alertbox/9703b.html)

Et aujourd’hui ?

Progrès énormes sur la technologie écran.

Mais lire à l’écran est moins confortable : luminosité, contraste, brillance, position de lecture, reflets, etc.=> Il faut faciliter la tâche de l’usager.

Un texte (ou, de manière plus générale, un contenu) devrait être facile à lire, mais aussi facile à comprendre, de même que facile à explorer

slide87

Constat n° 2

  • Temps moyen passé sur une page : 30-60 secondes
  • Temps moyen passé sur un site : 2 minutes
  • Nombre moyen de pages consultées sur un site : 2
  • 79% des internautes lisent toujours en diagonale
  • 16% lisent mot à mot
  • Le lecteur lit en moyenne 20 à 28% des mots sur une page
  • La page de résultats a 7 secondes pour convaincre, l’internaute passe en moyenne 7 s sur la page de résultats d’un moteur de recherche avant de prendre la décision de cliquer sur l’un des liens.

Sources: Etude Poynter Institute (Eyetrack III)

http://www.poynterextra.org/eyetrack2004

http://www.useit.com/alertbox/percent-text-read.html

http://www.useit.com/alertbox/9703b.html

slide89

Les études d’eyetracking permettent de capturer les mouvements de l’œil sur un écran et de les représenter graphiquement par des zones colorées.

Objectif : observer le parcours de l’œil sur la page

afin d'optimiser l'assimilation des contenus et d’adapter

par conséquent la façon de présenter l’information (contenu et forme) : ergonomie des interfaces, graphisme, emplacement des contenus stratégiques, etc.

Plus les couleurs sont chaudes (rouge, orange, jaune), plus elles ont été vues par les internautes. Plus les couleurs sont froides (bleu, violet, gris), moins elles ont été vues.

slide90

Une étude de suivi du regard ("eyetrackingstudy") a été

menée à bien, en 2004, par The PoynterInstitute (une école

de journalisme américain), en collaboration avec The Estlow

Center for Journalism& New Media, ainsi que la société

Eyetools

Eyetrack III: étude du comportement de lecture de 46

personnes ayant surfé sur des sites de nouvelles et de

contenus multimédias pendant une heure.

http://www.poynterextra.org/eyetrack2004

slide92

Eyetracking d’une page web

Source: Useit.com

Dans cet exemple réalisé il y a quelques années par Jakob Nielsen, on constate que les internautes ont balayé la page Web, en sautant d’un point à un autre et en s’arrêtant notamment sur :

- le haut de la page ;

- la gauche de la page ;

- le premier paragraphe ;

- le début des paragraphes suivants.

Rares sont ceux qui sont allés jusqu’en bas de la page…

slide93
L’œil ne lit pas mot à mot ( ou de manière linéaire) le contenu d'un texte mais fonctionne par mouvements oculaires:

l’œil bondit d’un mot ou groupe de mots à l’autre (saccades) , puis y fait un arrêt (fixation).

Durée des saccades: 0,1 seconde en moyenne

Durée des fixations: 0,25 secondes en moyenne

Parcours d’une saccade: environ 8 caractères

Le lecteur ne lit pas les mots vides (mots sans contenu

sémantique) tels que ou, dans, un, etc.

Une lecture saccadée

vid o sur le site http www correctmot com etude correction html
vidéo sur le site http://www.correctmot.com/etude-correction.html

Correcteur professionnel : un métier

slide95

Les deux premiers paragraphes ne sont pas lus de gauche à droite.

Ils sont parcourus rapidement du haut vers le bas.

slide96

L’importance du premier tiers : le front-loading.

Qu’il s’agisse d’un titre, d’une accroche, d’un paragraphe ou tout élément textuel qui représente une fracture visuelle dans la page, le lecteur ne lit que les premiers mots.

slide97

L’œil s’attarde sur le premier tiers du titre et de l’accroche.

  • évitez donc la redondance : l’accroche complète le titre.
  • concentrez-y toute l’information essentielle: faites du front-loading ou « chargement en façade »

Partie orangée : l’œil s’est le plus attardé

Partie bleue : l’œil est passé rapidement

http://www.poynterextra.org/eyetrack2004/blurbs.htm

slide99

Ecrire pour le web, c’est écrire pour le public

  • Déterminer ce que recherchent vos usagers :
  • Cherchez les mots clés utilisés par les cibles : interprétez les statistiques du site, analysez les requêtes internes, les contenus créés par les utilisateurs.
  • Organiser un référentiel pour adapter sa ligne éditoriale au lexique des internautes
  • Hiérarchiser les besoins/recherches et mots clés utilisés par les internautes
  • Distiller proprement ces mots-clés et intégrer correctement ce référentiel dans le contenu des pages.
slide100

Ecrire pour le web, c’est aussi écrire pour les moteurs

  • Déterminer ce que lisent les moteurs :
  • Définir les expressions et mots-clés dont vous allez enrichir les contenus et optimiser le positionnement de ces mots clés
slide101

http://www.journaldunet.com/encyclopedie/definition/1087/44/21/long_tail.shtmlhttp://www.journaldunet.com/encyclopedie/definition/1087/44/21/long_tail.shtml

slide102

Appliqué au référencement, ce concept évoque les requêtes rares et très précises (Intérêt), constituées de plusieurs mots, qui, une fois cumulées comptent pour la majorité du trafic.

Non seulement

il y a moins de concurrence (faisabilité) sur ces expressions-clés

Mais aussi

elles génèrent aussi un taux de conversion plus fort parce que la page qui s’affiche alors correspond mieux à la requête de l’internaute.

Le trafic est plus faible sur ces mots, mais plus ciblé.

slide104

Optimisez le positionnement de vos mots-clés

  • Il existe des emplacements qui « pèsent » plus lourds que d’autres pour les robots de Google.
  • Interprétation du graphique suivant :
  • Plus le point rouge est large, plus l’emplacement est important pour le référencement naturel.
slide106

Les emplacements principaux

  • nom de domaine de la page
  • titre de la page (balise title)
  • méta description
  • titres et sous-titres du contenu rédactionnel (codés h1, h2)
  • premiers paragraphes
  • mots en gras dans premier paragraphe
  • liens hypertextes
  • attribut "title" dans les liens
  • attribut "alt" ou alternative textuelle dans les images
attributs d une image
Attributs d’une image

Les moteurs de recherche ne « lisent » pas

l’information contenue dans les visuels (images,

illustrations, photos, animations)

Ils indexent le texte décrivant ces éléments.

<imgsrc="images.fichier.jpg"alt="descriptif de l’image"

title="titre de l’image" />

slide108

Optimisez vos images

L’attribut altde la balise img(images)

  • permet d’afficher un texte alternatif en l’absence d’image
  • est pris en compte par les moteurs de recherche (poids de cette balise probablement très faible)
  • le recours à cette balise donne une plus grande accessibilité à vos pages (malvoyants ou personnes qui ont désactivé l’affichage des images ! )

L’attribut titlede la balise img(images)

Il donne un titre à l’image : les moteurs ne lui donne pas de poids proprement dit.

slide109

Les emplacements secondaires :

  • intertitres suivants ou <h3>
  • premiers mots des paragraphes suivants
  • mots en gras <b> ou <strong>
  • listes à puces ou à numéros
  • noms des fichiers jpg ou pdf
densit des mots cl s
Densité des mots-clés

Indice de densité d’un mot-clé = nombre d’occurrences dans la page divisé par le nombre total des mots de la page.

ID d’un mot-clé = nombre d’occurrences du mot-clé dans la page

nombre total des mots de la page

Règle générale: ID entre 2,5 % et 5,5 %, autrement dit jusqu’à 5,5 occurrences du mot-clé pour 100 mots.

slide111

Ce qui pousse certains rédacteurs Web, notamment sur des sites e-commerce, à « bourrer » leur page d’un même mot-clé.

Deux risques à cette stratégie de « bourrage » :

  • faire fuir les lecteurs pour lesquels ce bégaiement devient vite illisible
  • faire fuir le Googlebot qui considèrera que vous essayez de le tromper
slide112

SYNTHESE DES BONNES PRATIQUES

  • Usez de la rareté : requêtes rares et très précisesRecourir aux expressions et termes moins populaires. Mieux vaut recourir à une grande variété de mots clés plutôt de de truffer votre éditorial d’un frugal référentiel de termes plus populaires.
  • Tirez partie de la richesse sémantique : ne répétez pas abusivement les mots clés à l’intérieur de vos pages. Insérez plutôt les féminins, pluriels, variantes, dérivés, synonymes.
  • pensez certes à intégrer plusieurs fois vos mots-clés dans la page mais de la façon la plus naturelle possible et en veillant à les placer aux endroits stratégiques.
slide113

Ecrivez beaucoup et souvent

  • Utilisez un document matriciel : vous gagnerez à créer un modèle qui intègre le travail de référencement et dans lequel tous les contributeurs écriront leurs contenus
slide114

Création et publication

ObjectifProduire du contenu web suppose de connaître les contraintes rédactionnelles, formelles et fonctionnelles.La publication couvre toutes les questions liées à la mise en ligne proprement dite des contenus.

slide115

Pas de recette miracle, de modèle d’écriture web.

La seule recette consiste à produire la bonne information, au bon endroit, de la bonne façon, au bon moment.

ma triser l criture en ligne et r gles r dactionnelles
Maîtriser l’écriture en ligne et règles rédactionnelles

2.1.1 Le cycle de rédaction

2.1.2 La bonne information

Concevez vos textes en mode hypertexte

Misez sur l’interactivité en misant sur des formats de contenus interactifs divers

Variez les formats de lectureVarier les niveaux d’écriture

Visez un objectif par action

Dosez votre créativité

2.1.3 Le bon endroit

Hiérarchiser les contenus : technique de la pyramide inversée et méthode des 5W

Immédiatisez l’accès aux informations

Equilibrez les volumes de contenus

2.1.4 La bonne façon

Communiquez naturellement avec vos audiences

Respectez les conventions du web

Adaptez votre rédactionnel au lecteur

Traduisez le jargon

Utilisez modérément les abréviations

Exploiter les micro-contenus

Osez les macro-contenus

Ecrivez correctement

Rédigez des contenus cohérents

Vérifier la qualité du contenu avant de livrer

2.1.5 Le bon moment

slide117

2.1.1 Le cycle de rédaction

Analyse des besoins

Récolte de l’information

Mise en forme

Cycle de rédaction

Correction

Structuration

Mise en texte

Edition

Source : Vandermeulen Muriel, Stratégie de contenu Web : la revanche de l’éditorial, L’Alambic, 2010.

slide118

Analyse des besoins : identifiez la thématique, les objectifs, la granularité de l’information, le genre, la forme, l’angle de traitement

Récolte de l’information : rechercher les éléments nécessaires à la production de l’information

Structuration : comment allez-vous structurer vos blocs d’information et les hiérarchiser ?

Mise en texte : écriture

Edition : le champ lexical cible-t-il le lectorat ? Avez-vous vérifié la densité des mots, la redondance, la synonymie, etc.

Correction : faire relire votre texte pour assurer sa cohérence, sa pertinence, son utilité, sa qualité

Mise en forme : organiser visuellement votre texte pour sa publication

2 1 2 la bonne information
2.1.2 Labonne information

LE MESSAGE ESSENTIEL

Lecture par balayage

+ Le lecteur ne retient qu’uneseule idée-force:

=> nécessité de « restreindre l’angle », donc choisir dans les informations dont on dispose

Le discours doit être organisé autour du « Message essentiel » = Loi du journalisme et loi de tous les instruments de communication.

slide120

Qu’est-ce que le « message essentiel » ?

Il est constitué par la réponse aux questions de référence:

Qui ?

Quoi ?

Où ?

Quand ?

Comment ?

Pourquoi ?

slide121

Qui ?Qui est concerné (personnes, services, sites) ? De qui je parle ? A qui je m’adresse ? Qui est acteur, responsable, sujet, cible?

  • Quoi ? Qu’est-il arrivé ? Quelle est l’histoire ? De quoi est-il question ? De quoi s’agit-il ? Quels sont les éléments, actions, opérations qui caractérisent la situation ?
  • Quand ?Quand cela a-t-il lieu ? Situer l’article dans son contexte chronologique (date, mois, jour, etc.)Quelle est la fréquence ? Quel est le planning ?Depuis quand ? A quel moment ?
slide122

Où ?Où cela se passe-t-il ?Situer l’article dans son contexte géographique.Quel est le lieu de l’évènement ? A quelle distance ? A quelle étape ?

  • Pourquoi ?Pourquoi cela est-il arrivé ?Pourquoi j’écris cet article ? Quel intérêt à parler du sujet ? Quels sont les avantages pour la cible ?
slide123

Comment ?Comment se déroule la situation ? De quelle manière ? Dans quelles conditions, par quel procédé, quels moyens ?Quelle approche ou point de vue faut-il considérer ?

slide124

VARIER LES NIVEAUX D’ECRITURE

Pour toucher un plus grand nombre de lecteurs plus ou moins connaisseurs dans la matière traitée. Cette variation de fond peut se faire au niveau du contenu textuel seul.

Réservez le cœur de la page à la cible la moins experte, et consacrez par exemple, une zone de seconde lecture aux experts. Utilisez les encadrés et autres entrefilets pour creuser le sujet avec des témoignages de spécialistes, une série de liens à télécharger, une brochure à consulter, etc.

entretien et mise jour objectif se concentrer sur la valorisation des contenus long terme
Entretien et mise à jourObjectifse concentrer sur la valorisation des contenus à long terme.
calendrier de publication
Calendrier de publication

Le responsable éditorial doit veiller à publier régulièrement de l’information actuelle tout en entretenant les contenus déjà en ligne.

Le calendrier de publication est un outil essentiel à la bonne gouvernance de vos contenus et à leur entretien.

Pour chaque contenu, il convient de préciser la fréquence de mise à jour et toutes les actions nécessaires.

slide127

Fixer les fréquences de mise à jour et les types de contenus : A quelle fréquence allez-vous mettre à jour les pages ? Quelles rubriques seront maintenues au quotidien, quelles autres sur une base hebdomadaire, annuelle?

Entretenir le contenuSource : Vandermeulen Muriel, Stratégie de contenu Web : la revanche de l’éditorial, L’Alambic, 2010.

slide128

Création du calendrier 

  • Créer un tableau sous Excel
  • Insérez autant de colonnes qu’il y a de jours, de semaines ou de mois en fonction du rythme de vos publications.
  • Inventoriez les contenus récurrents de votre site

Si vous proposez des signets, assurez-vous que ceux-ci soient toujours valides.

slide129

Animation

Interactions

Alain Marois-Bibliothèque Michel Serres,École Centrale de Lyon http://www.slideshare.net/amarois/fiche-de-gestion-dune-page-facebook-de-bibliothque-v1-2009

un bon contenu est un contenu entretenu
UN BON CONTENU EST UN CONTENU ENTRETENU
  • Le contenu factuel doit être mis à jour quand paraît une nouvelle information et supprimé quand il ne sert plus à rien.
  • Les contenus générés par les utilisateurs doivent être nourris et nettoyés.
  • Ce problème persistera tant que l’on ne reconnaîtra pas que les activités liées au contenu et à la publication sont chronophages, et complexes, et tant que ces tâches ne seront pas intégrées dans les descriptions de fonctions.
slide131

Indiquez les besoins en localisation et traduction : les internautes restent plus longtemps sur un site qui leur propose du contenu dans leur langue.

Contraintes : augmentation du budget, de la charge de travail, des intervenants, des exigences techniques, impact sur les règles éditoriales et rédactionnelles (ponctuation, format des dates, guillemets, etc.)

  • Précisez les périodes « off », celles où aucune mise à jour ne sera apportée.
  • Respectez le calendrier
  • Prévenez les lecteurs des changements apportés à votre site web (mise ne page, organisation de vos contenus, navigation)
charte ditoriale
Charte éditoriale

Avantages

  • La stratégie de contenu a une vrai consistance. On publie tout en sachant vers quoi on tend.
  • La ligne éditoriale n’est pas floue. Les lecteurs perçoivent clairement l’identité du média.
  • La stratégie de contenu pensée à un moment ne se perd pas avec le départ du responsable éditorial web.
  • Pas de manque de documents de référence, donc pas de manque de pérennité de la qualité de l’information.
  • Pas de disparité d’écriture liée à la démultiplication de nombre de rédacteurs et de contributeurs => cohérence rédactionnelle
  • Les collaborateurs non formés à l’écriture web dispose d’un guide pour écrire et ne sont plus angoissés.
slide133

« La politique éditoriale est formalisée en un document de référence : la charte éditoriale, qui présente les partis pris et les règles qui s’imposent à tous ses contenus : fonction, nature, forme, process de production et de validation. On entend par contenu web : des contenus texte-image, des contenus audiovisuels, des modules d’information animés en Flash, des mini-sites, des newsletters. » (Le Portail des Métiers de l’Internet)

  • indispensable lorsque le contenu du site est rédigé par plusieurs contributeurs ou qu’il est externalisé auprès d’une agence de rédaction web, surtout si la rédaction Web n’est pas leur tâche principale mais une mission supplémentaire.Elle garantit la cohérence dans la ligne éditoriale, les messages, le vocabulaire, etc. Elle aide aussi à maintenir la justesse, l’originalité, la qualité et la pertinence du discours pour chaque objectif sur lequel il est diffusé.
slide134

Focus sur la structure d’une charte éditoriale

  • Détaillez la ligne éditoriale 
  • Expliquez la structure du contenu éditorial 
  • Enoncez les règles rédactionnelles
  • Enoncez les règles typographiques
  • Donnez les règles sur l’insertion des médias (différents contenus non écrits, photos, vidéos, ressources audios, graphiques, etc.)
  • Indiquez la manière dont la publication du contenu (et donc le "workflow") va s'organiser
  • Interactivité (Contenu communautaire ou générés par les utilisateurs) : expliquer la manière dont fonctionneront les échanges entre les contributeurs, et entre le site et les contributeurs.
slide135

Limitez la charte au cadre de travail des contributeurs. Illustrez les règles par des exemples concrets.

  • Expliquez comment fonctionnent les formats, le rubriques.
  • Rédiger la charte en langage simple.
  • Intégrez les aspects légaux dans votre charte : droits d’auteur, actualité et caractère liant les contenus, la confidentialité.Réservez un chapitre aux règles et obligations pour les contributeurs : quels contenus peuvent-ils utiliser ? Sous quelles conditions ? Ont-ils vérifié leurs sources ? Peuvent-ils garantir la paternité de leurs contenus ?
slide136
Exemples de charte éditoriale

Charte du blog Développement économique en Aquitaine : cf document Charte_edito_deveco.pdf

Charte éditoriale du portail Information Jeunesse Poitou-Charentes http://charte.ij-poitou-charentes.org/

slide138

COMPETENCES EN SERVICES ORIENTÉS PUBLICS

Production de contenus

Médiation sur place

et à distance

Services innovants

Action culturelle

slide139

COMPETENCES EN INFORMATIQUE ET TIC

Conception/mise à jour

de sites internet ou intranet

Archivage électronique

Gestionnaire de ressources

ou de bibliothèque numérique

Veille documentaire

slide140

COMPETENCES EN MANAGEMENT

ET EN GESTION D’ETABLISSEMENT

Gestion de projet

Gestiond’établissement

Management