ent rocoques r sistants aux glycopeptides pourquoi est ce si grave n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Entérocoques résistants aux glycopeptides : pourquoi est-ce si grave? PowerPoint Presentation
Download Presentation
Entérocoques résistants aux glycopeptides : pourquoi est-ce si grave?

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 24

Entérocoques résistants aux glycopeptides : pourquoi est-ce si grave? - PowerPoint PPT Presentation


  • 144 Views
  • Uploaded on

Entérocoques résistants aux glycopeptides : pourquoi est-ce si grave?. D.Descamps Jrpi ,16.09.2008. L’auteur n’a pas de conflit d’intérêt à déclarer. Les entérocoques. Bactéries commensales du TD de l’homme et de nombreux animaux

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Entérocoques résistants aux glycopeptides : pourquoi est-ce si grave?' - redell


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
les ent rocoques
Les entérocoques
  • Bactéries commensales du TD de l’homme et de nombreux animaux
  • Responsables d’infections urinaires ,de bactériémies, de surinfections de plaie ,d’endocardites, d’infections intra-abdominales(pathogène en association)
  • 5 ème rang des bactéries isolées des IN en France (ENP2006-INVS)(6.4% des m.o identifiés)
  • Deux principales espèces isolées d’infections cliniques (E.faecalis > E.faecium)
  • Germes peu virulents, peu de facteurs de pathogénicité mais naturellement peu sensibles à de nombreux antibiotiques et capables de persister en conditions hostiles
mode d action des glycopeptides
Mode d’action des glycopeptides
  • Formation de complexes avec les précurseurs pentapeptidiques du peptitoglycane(PG) (D-Ala-DAla-PP) et blocage de leur incorporation

P. Courvalin SFM 2004

m canismes de r sistance aux glycopeptides
Mécanismes de résistance aux glycopeptides
  • Ensemble de gènes de résistance: la série  « Van » (opérons)
  • Modification de la cible avec synthèse de précurseurs de faible affinité (DAla-DLacPP ou DAla-DSerPP) et élimination des précurseurs de haute affinité
  • 6 types d’entérocoques résistants (critères phénotypiques et génotypiques): VanA,B,D,G,E,C
  • Résistance acquise (VanA,B,D,G,E) et intrinsèque (VanC)
  • Résistance inductible et transférable par conjugaison (VanA,B,G) ,de support plasmidique+++ (VanA,B)
ent rocoques r sistants aux glycopeptides erg
Entérocoques résistants aux glycopeptides (ERG)
  • Apparition des premières souches en 1986 (UK),1987 (France) et en 1989 (USA)
  • Fréquence d’E.faecium résistant à la vancomycine (VREF) en augmentation en Europe depuis 2002
  • Phénotype VanA >VanB
  • Rôle des antibiotiques dans l’émergence des ERG

(C3G,Vancomycine, imipénème, anti-anaérobies dont métronidazole ) (Y . Cetinkaya et al Clin.Microbiol.Rev. 2000 vol13 686-707) (LB.Rice et al Em.Inf.Dis. 2001 vol7 183-187)

ent rocoques r sistants aux glycopeptides erg1
Entérocoques résistants aux glycopeptides (ERG)
  • Facteurs de risques d’acquisition:

CVC, insuffisance rénale ,durée de séjour prolongée, hospitalisations multiples, antibiothérapie préalable

  • Patients les plus à risque:

patientsâgés ou atteints de pathologies lourdes (hémodialysés,transplantés,intervention chirurgicale majeure…)

  • Filères de soins à risques : hémodialyse,réanimation,oncologie,transplantation

(LB.Rice et al Em.Inf.Dis. 2001 vol7 183-187)

ent rocoques r sistants aux glycopeptides erg la probl matique
Entérocoques résistants aux glycopeptides (ERG):La problématique
  • Risque important de transmission croisée: dissémination sur un mode épidémique

Epidémies d’ampleur inhabituelle signalées depuis 2004 en France

Transmission par manuportage et par l’intermédiaire des surfaces

Colonisations >> infections

Diffusion facilitée par le caractère occulte de la colonisation

Au moins 17 clones différents en France, souvent spécifiques d’une région ,

un clone majeur dans chaque ES où sévit une épidémie (INVS 2008)

ent rocoques r sistants aux glycopeptides erg la probl matique1
Entérocoques résistants aux glycopeptides (ERG):La problématique
  • Risque d’impasse thérapeutique

E.faecium: résistance associée (%) aux antibiotiques selon la sensibilité à la vancomycine

>270 souches de bactériémies

* p<0.05

ONERBA ,JNI 2006

Les nouveaux antibiotiques :linézolide,quinupristine-dalfopristine, daptomycine, tigécycline : solutions aux problèmes thérapeutiques actuels mais déjà descriptions de résistance

ent rocoques r sistants aux glycopeptides erg la probl matique2
Entérocoques résistants aux glycopeptides (ERG):La problématique
  • Risque de transfert du gène de résistance à la vancomycine à S.aureus +++

*In vitro: 1992

Transfert par conjugaison du gène VanA d’E.faecalis à S.aureus (Noble et col)

Pr Ch RABAUD

Paris, le 17/10/2007

ent rocoques r sistants aux glycopeptides erg la probl matique3
Entérocoques résistants aux glycopeptides (ERG):La problématique

*In vivo

  • 1996 (Japon)

Premier isolat de VISA mais pas de mee de gènes de résistance de type Van

  • 2002-2006 (USA)

7 souches cliniques de VRSA avec mee du gène VanA associant une résistance à la méticilline

(D.M Sievert et al CID 2008:46 668-674)

souches de vrsa isol es aux usa caract ristiques cliniques et microbiologiques
Souches de VRSA isolées aux USACaractéristiques cliniques et microbiologiques
  • Toutes les souches contiennent l e gène VanA
  • Toutes les souches sont résistantes à la vancomycine: CMI Vancomycine :32 mg/l à 1024 mg/l
  • Tous les patients ont des ATCD d’infections ou de colonisations à SARM et à entérocoques (4/7VRE )
  • Pathologies sous jacentes: plaie chronique (5/7),diabète (4/7),IRC (3/7)
  • Traitement par vancomycine avant l’infection par VRSA (6/7)
  • Pas de mee de transmission croisée des VRSA aux cas contacts

D.M Sievert et al ,CID 2008 (46 ) 668-674

erg la situation aux etats unis
ERG: la situation aux Etats Unis

National Nosocomial Infections Surveillance

(NNIS) System Report, data summary

from January 1992 through June

2004, issued October 2004

Selected antimicrobial-resistant pathogens associated with nosocomial infections in ICU patients, comparison

of resistance rates from January through December 2003 with 1998 through 2002, NNIS System

Am J Infect Control 2004;32:470-85.

erg la situation en europe
ERG: la situation en Europe

EARSS 2006,bactériémies à E.faecium et E.faecalis

erg la situation en europe1
ERG: la situation en Europe

% E.faeciumRésistant à la vancomycine CMI>8

% E.faecalisRésistant à la vancomycine CMI>8

EARSS 2007,bactériémies à E.faecium et E.faecalis

erg la situation en europe2
ERG: la situation en Europe
  • Clones hospitaliers européens dont complexe clonal 17 : *plusieurs ss- types dont ST-78,ST-117,ST203 (Multilocus Séquence Typing)

*déterminants de virulence (esp,hyl) (adhésine,hyaluronidase)

* résistance à l’ampicilline généralement associée

Leavis HL et al. EmergInfec Dis. 2003:9:1108-15

Klare I et al. Eur J Clin Microbiol Infect Dis .2005:815-25

  • Les clones français appartiennent au super clone CC17
erg la situation en france
ERG: la situation en France
  • 382 signalements de 157 établissements de santé

– 1 969 cas au total

• ratio infections / colonisations 0,13

– impact très faible en termes de morbidité ou mortalité

  • 59 épisodes de cas groupés

– nombre de cas total par épisode : 2 à 450

  • Répartition par espèce

• E. faecium 341 (90%)

• E. faecalis 29 ( 8%)

• E. spp 12 ( 2%)

Données du signalement (INVS Août 2001- Juin 2008)

2004

Données du signalement des infections nosocomiales, source : InVS

sarm la situation en france
SARM: la situation en France

Caractéristiques de résistance aux anti-infectieux de certains mo isolés d’IN

% S.aureus résistant à la méticilline

EARSS 2007,bactériémies à S.aureus

ENP 2006

les ent rocoques r sistants aux glycopeptides conclusion
Les entérocoques résistants aux glycopeptidesConclusion
  • Risque infectieux faible

* majorité de colonisations

*le pronostic des rares infections à ERG dépend plus de la pathologie sous jacente que de la résistance

  • Risque écologique majeur:

*Très épidémiogène et situation endémique en France de la résistance à la méticilline des SA

* Transfert possible de la résistance à la vancomycine de haut niveau au SARM

7 souches aux USA dans un contexte de haute prévalence d’ERV et de SARM

les enjeux
Les enjeux
  • Maîtriser la diffusion des ERG : contrôler les épidémies

*Avis du CTINILS relatif à la maîtrise de la diffusion des ERG dans les ES français (06/10/2005)

*Fiche Technique opérationnelle (note du 06/12/2006, DHOS,DGS) Prévention de l'émergence des épidémies d'entérocoques résistants à la vancomycine dans les établissements de santé.

  • Maîtriser l’émergence des ERG

*Plan pour préserver l’efficacité des antibiotiques (2 èmephase:plan antibiotiques 2007-2010) (27/11/2007)

souches de e faecium isol es en france 2006 2008
Souches de E.faecium isolées en France(2006-2008)

CC17:ST de E.faecium isolés en Europe en milieu hospitalier(MLST)

Données issues du CNR R.Leclercq

 VREF vanA VREF vanB