slide1 n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
LE CANCER DU SEIN DE L’HOMME A PROPOS DE DEUX CAS AVEC REVUE DE LA LITTERATURE PowerPoint Presentation
Download Presentation
LE CANCER DU SEIN DE L’HOMME A PROPOS DE DEUX CAS AVEC REVUE DE LA LITTERATURE

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 28

LE CANCER DU SEIN DE L’HOMME A PROPOS DE DEUX CAS AVEC REVUE DE LA LITTERATURE - PowerPoint PPT Presentation


  • 172 Views
  • Uploaded on

LE CANCER DU SEIN DE L’HOMME A PROPOS DE DEUX CAS AVEC REVUE DE LA LITTERATURE. MALLAT N, EL MHABRECH H, FEKI W, AISSA A, STITA W, BOUGUIZENE S, MORGENE A, ALOUINI R. STR 2011. INTRODUCTION.  Le cancer du sein de l’homme est une entité rare (<1% des cancers de l’homme)

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'LE CANCER DU SEIN DE L’HOMME A PROPOS DE DEUX CAS AVEC REVUE DE LA LITTERATURE' - nikita


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
slide1

LE CANCER DU SEIN DE L’HOMME

A PROPOS DE DEUX CAS AVEC REVUE DE LA LITTERATURE

MALLAT N, EL MHABRECH H, FEKI W, AISSA A, STITA W, BOUGUIZENE S, MORGENE A, ALOUINI R

STR 2011

slide2

INTRODUCTION

 Le cancer du sein de l’homme est une entité rare (<1% des cancers de l’homme)

 Il se développe sur un tissu mammaire vestigial

Le carcinome canalaire en représente le type histologique le plus fréquent

Il s’agit d’une pathologie diagnostiquée le plus souvent à un stade avancé rendant son pronostic plus sombre

Les cancers mammaires de l’homme ont beaucoup de similitudes avec celui de la femme hormis quelques différences

slide3

OBSERVATION N°1

  • Patient âgé de 88 ans, sans antécédents pathologiques notables
  • Motif de consultation: tuméfaction rétro-aréolaire du sein gauche évoluant depuis une année
  • Examen clinique: masse mammaire, indolore, dure, fixée aux plans profond et superficiel, sans signes inflammatoires en regard mesurant 8 cm de grand axe

adénopathie axillaire homolatérale organes génitaux externes sans anomalies

slide4

OBSERVATION N°1

Mammographie

Volumineuse opacité à contours polycycliques occupant la totalité du sein contenant des microcalcifications de forme irrégulière et polymorphe, groupées en un foyer triangulaire

 Rétraction cutanée

Lésion classée : ACR5

slide5

Mammographie du sein gauche en incidence de profil: Volumineuse opacité occupant la totalité du sein gauche avec rétraction cutanée et des microcalcifications irrégulières et polymorphes.

slide6

OBSERVATION N°1

Échographie

Masse hypoéchogène hétérogène avec une plage centrale anéchogène et des microcalcifications

Elle infiltre le muscle grand pectoral

slide7

Échographie du sein gauche: Masse tumorale hétérogène hypo échogène ayant une plage centrale anéchogène et des microcalcifications

slide8

OBSERVATION N°1

Bilan d’extension ( scintigraphie osseuse, radiographie de thorax, échographie abdominale, CA 15-3) négatif

Microbiopsie tumorale sous guidage échographique: carcinome canalaire infiltrant.

Le patient avait subit une mastectomie emportant les muscles pectoraux et un curage ganglionnaire jusqu’à la chaîne subscapulaire postérieure.

slide9

OBSERVATION N°1

Examen anatomopathologique définitif :

carcinome canalaire infiltrant grade II SBR envahissant la peau et les muscles pectoraux avec des récepteurs hormonaux positifs à 80% pour la progestérone et à 40% pour l’œstrogène

Le patient refusait l’hormonothérapie et était perdu de vue.

slide10

Prolifération en tubes et en amas de cellules carcinomateuses atypiques (Hematoxyline-Eosine*400)

slide11

OBSERVATION N°2

  • Patient de 46 ans, opéré pour hernie inguinale en 1996 et pour abcès périnéal en 2001
  • Motif de consultation: mastodynie gauche évoluant depuis 3 ans
  • Examen clinique : masse mammaire gauche dure, ferme, mal limitée et ulcérée de 4 cm environ de diamètre s’accompagnant d’une rétraction cutanée et d’une adénopathie axillaire homolatérale
slide12

OBSERVATION N°2

  • Mammographie
  • Masse rétro-mamelonnaire, polylobulée, à contours spiculés par endroit
  • Rétraction cutanée
  • Absence de microcalcifications

Lésion classée : ACR 4

slide13

Mammographie du sein gauche en incidence de profil: opacité lobée occupant la région retro mammaire associée à une rétraction cutanée.

slide14

OBSERVATION N°2

Échographie

Masse échogène discrètement hétérogène s’accompagnant d’une atténuation des faisceaux ultra-sonores de 5 cm environ de grand axe

Adénopathie axillaire

slide15

Echographie mammaire du sein gauche : masse tumorale hétérogène lobulée s’accompagnant d’une discrète atténuation des faisceaux ultra sonores

slide16

OBSERVATION N°2

Microbiopsie échoguidée: Carcinome canalaire infiltrant SBR II

L’antigène carcinome embryonnaire(ACE) = 43 U/ml

Bilan d’extension :Radiographie de thorax, une échographie abdominale: normales

Scintigraphie osseuse: Hyperfixation sur la voûte crânienne en projection temporo-occipitale gauche

Scanner cérébral: normal

slide17

OBSERVATION N°2

Le patient avait eu une chimiothérapie néo-adjuvante en 4 cures complétée par une Patay gauche

Examen anatomopathologique définitif : Quelques rares cellules tumorales calcifiée au sein d’un stroma scléreux et hyalin avec métastase ganglionnaire

slide18

COMMENTAIRE

Le cancer du sein chez l’homme représente :

0,7% des cancers du sein

1% des cancers de l’homme

Incidence = 1/100000  100 fois inférieure à celle chez la femme

Âge moyen = 67 ans  5 à 10 ans plus tard que chez la femme

L’atteinte bilatérale chez l’homme étant rare, estimée à moins de 2%

slide19

COMMENTAIRE

  • Facteurs de risque
  • Communs aux deux sexes :

 les antécédents familiaux

  •  les états d’hyperoestrogénie
  •  les mutations BRCA1 et BRCA2
  • l’exposition aux champs électro-magnétiques et à des températures élevées
  • Propre de l’homme :

la cryptorchidie

 les cancers et les traumatismes testiculaires

  • Le syndrome de Klinefelter
  • La gynécomastie
slide20

COMMENTAIRE

Le délai entre le premier signe clinique et la première consultation est souvent plus long

Il se présente le plus souvent sous forme d’un nodule retro mamelonnaire dure, mal limité et douloureux avec possibilité d’écoulement séro-sanguinolant

Des adénopathies sont retrouvées dans 50% des cas environ

slide21

COMMENTAIRE

L’écho-mammographie est l’exploration de base des nodules du sein chez l’homme

La sensibilité et la spécificité de la mammographie dans le diagnostic de cancer du sein de l’homme sont 92% et 90% respectivement

 La mammographie trouve sa place pour faire la différence entre une gynécomastie et une lésion cancéreuse

Une seule incidence peut être réalisée, elle doit comprendre les mêmes éléments d’étude que chez la femme et doit aboutir à la même classification ACR

 Les signes de malignité à rechercher sont les mêmes que chez la femme tels qu’une opacité stellaire ou une distorsion architecturale

 Les microcalcifications sont, par contre, moins fréquentes que chez la femme

slide22

COMMENTAIRE

L’échographie retrouve également les mêmes signes de malignité et offre la possibilité d’une biopsie échoguidée qui elle seule permettra la certitude diagnostique de malignité

L’IRM n’est qu’exceptionnellement indiquée

Dans le cadre du bilan d’extension, une radiographie thoracique standard, une échographie abdominale et une scintigraphie osseuse sont indiquées.

slide23

COMMENTAIRE

  • Les types histologiques sont similaires entre les deux sexes mais les distributions relatives sont différentes avec une fréquence élevée des carcinomes canalaires infiltrants (80%)
  • Le carcinome lobulaire est rare en raison de l’absence de lobules terminaux chez l’homme
  • La maladie de Paget et les cancers inflammatoires sont rares chez l’homme
  •  Le taux d’expression des récepteurs hormonaux (à l’œstrogène et à la progestérone) est significativement plus important chez l’homme que chez la femme et augmente avec l’âge
  •  L’expression des récepteurs Her2-neu est moins fréquente chez l’homme que chez la femme respectivement 2 à 15% contre 18 à 20%
slide24

COMMENTAIRE

Le traitement à un stade précoce ressemble à celui de la femme avec une indication plus large au curage axillaire

La radiothérapie est plus indiquée chez l’homme en raison de la fréquence d’atteinte mamelonnaire ou cutanée

 L’hormonothérapie est indiquée si récepteurs hormonaux positifs

Au stade métastatique, les mêmes règles de traitement sont gardées, l’hormonothérapie est largement indiquée, la chimiothérapie trouve sa place si la maladie est à progression rapide

slide25

COMMENTAIRE

Les facteurs de pronostic sont également les mêmes chez les deux sexes et sont essentiellement la taille tumorale et la présence d’adénopathies

Le cancer du sein et entre autre le carcinome canalaire infiltrant a le même pronostic que le cancer du sein chez la femme au même stade

slide26

CONCLUSION

 cancer du sein existe chez l’homme

Il présente des caractéristiques et une prise en charge diagnostique et thérapeutique similaires au cancer du sein chez la femme, et à stade égal

La particularité chez l’homme est sa découverte à un stade tardif

Un dépistage systématique pour les hommes à risque permettrait un diagnostic plus précoce et un meilleur pronostic

Il est très important que l’examen des seins et des aires axillaires fassent partie, comme chez la femme, de façon systématique de l’examen clinique général de l’homme, en particulier chez les patients atteints de troubles métaboliques et endocrinologiques tels que le diabète, l’obésité, l’hypercholestérolémie

slide27

REFERENCES

[1] Z. Benchellal , A. Wagner , Y. Harchaoui , N. Hutena, G. Body. Cancer du sein chez l’homme : à propos de 19 cas. Annales de Chirurgie 2002;127: 619–23.

[2] Gómez-Raposo C, Zambrana Tévar F, Sereno Moyano M, López Gómez M, Casado E. Male breast cancer. Cancer Treatment Reviews xxx (2010) xxx–xxx.

[3] Ottini L, Palli D, Rizzo S, Federico M, Bazan V, Russo A. Male breast cancer. Critical Reviews in Oncology/Hematology 2010;73 :141–55.

[4] Ying M.W.L, Agrawal A, Cheung K-L. The ‘other half’ of breast cancer: A review of male breast cancer. JMHG 2005 ; 2(4) :406–13.

[5] Onamia S, Ozakia M, E. Mortimerb M, Kumar Pala S. Male breast cancer: An update in diagnosis, treatment and molecular profiling. Maturitas 2010 ; 65 : 308–14.

slide28

REFERENCES

[6] Heinig J, Jackisch Ch, Rody A, Koch O, Buechter D, P.G.Schneider H. Clinical management of breast cancer in males: a report of four cases. European journals of Obstetrics & Gynecology and Reproductive biology 2002; 102: 67-73.

[7] Shi A, Georgian-Smith D, D. Cornell L, A. Rafferty E, Staffa M, Hughes K, B. Kopans D. Male Breast Mass with Calcifications. AJR 2005;185 : S205–S213.

[8] Mathew J, H. Perkins G, Stephens T, P. Middleton L, Yang W-T. Primary Breast Cancer in Men: Clinical, Imaging, and Pathologic Findings in 57 Patients. AJR 2008; 191:1631–39.

[9] Arnould N, Pouget O, Gharbi M, Brettes J-P. Cancer du sein chez l’homme: existe-t-il une similitude avec le cancer du sein chez la femme. Gynécologie Obstétrique & Fertilité 2006;34:413-419