l enracinement de la troisi me r publique n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
L’enracinement de la Troisième République PowerPoint Presentation
Download Presentation
L’enracinement de la Troisième République

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 16

L’enracinement de la Troisième République - PowerPoint PPT Presentation


  • 300 Views
  • Uploaded on

L’enracinement de la Troisième République. Comment les Républicains modérés ont-ils enraciné la démocratie (1879-1899) ? . A la conquête du pouvoir…. EVOLUTION POLITIQUE DE LA FRANCE ENTRE 1870 ET 1879 de la défaite française à la victoire des Répuiblicains

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'L’enracinement de la Troisième République' - lanza


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
l enracinement de la troisi me r publique

L’enracinement de la Troisième République

Comment les Républicains modérés ont-ils enraciné la démocratie (1879-1899) ?

slide3

EVOLUTION POLITIQUE DE LA FRANCE ENTRE 1870 ET 1879

de la défaite française à la victoire des Répuiblicains

2 SEPT.1870 Défaite de la France à Sedan

4 SEPT.1870 Fin su Second Empire. Proclamation de la Seconde République.

FEV. 1871 Election d’une assemblée à majorité monarchique

MARS-MAI 1871 Commune de Paris

10 MAI 1871 Traité de Francfort :la France cède l’Alsace-Moselle à l’Allemagne.

1873 Mac-Mahon, président de la République ; tentative de restauration monarchique

1875 Lois constitutionnelles

1876 Victoire des républicains au élections.

1879 Démission de Mac Mahon. Le républicain Jules Grévy devient président.

slide4

1876

Les Républicains modérés, appelés aussi « opportunistes » remportent les élections législatives de 1876 et gouvernent la France à partir de 1879.

mac mahon face aux r publicains
Mac-Mahon face aux républicains

En 1873, alors que les monarchistes semblent près d’aboutir à une Restauration qui placerait le comte de Chambord sur le trône, Mac-Mahon est élu président de la République. Monarchiste convaincu, il accepte le fauteuil, espérant sans doute une évolution favorable de l’opinion. Mais il se heurte très vite à une majorité républicaine hostile qui l’accule à une épreuve de force, restée dans les annales de l’histoire parlementaire. Pour Gambetta, leader républicain, Mac-Mahon doit “se soumettre ou se démettre”. Les républicains l’emportent, obligeant Broglie, ministre de Mac-Mahon, à la démission.

slide6

Utilisant les institutions mises en place dès 1875, ils bâtissent un socle de lois libérales permettant la pleine expression d’une démocratie parlementaire.

1881 Lois sur la liberté de presse et de réunion

1881-1882 Lois scolaires établissant l’école primaire gratuite, laïque et obligatoire

1884 Loi autorisant la liberté syndicale

Leur prudence leur permet de rallier à la République les populations rurales encore majoritaires.

Les masses paysannes , rassurées par le maintien de la propriété et la mise en place de tarifs protectionnistes, deviennent le plus fidèle soutien du régime.

l on gambetta 1838 1882
Léon Gambetta(1838-1882)

Homme politique dont le rôle fondamental fut de réussir, par une politique modérée, à rallier à la IIIème République les paysans et les classes moyennes

slide9

Député des Vosges, son action lors des différents gouvernements auxquels il a participé au cours de la « ré »publique modérée » fut surtout orientée vers la laïcisation de l’Etat et le développement de l’instruction primaire. Il fut aussi le principal artisan de l’expansion outre-mer.

Jules Ferry

(1832-1893)

slide11

1880

Célébration du 14 juillet, dorénavant fête nationale

Le défilé devant la statue de la République

Les enfants des écoles défilent avec leurs instituteurs le jour de la fête nationale.

L’image traduit l’unanimité nationale ; à gauche, une paysanne en costume traditionnel , un ouvrier endimanché (en blouse et en haut de forme) , un bourgeois ; à droite, un zouave (soldat de l’armée d’Afrique), un militaire, un jeune homme en canotier.

Bataillons scolaires le 14 juillet, place de la République, imagerie populaire, fin XIXes. Musée Carnavalet, Paris,

slide12

1880

La Marseillaise devient hymne national

Ecrite par Rouget de Lisle à Strasbourg dans la nuit du 25 au 26 avril 1792 à la suite de la déclaration de guerre à l'Autriche. Elle portait le titre de Chant de guerre pour l'armée du Rhin ; mais les fédérés de Marseille l'ayant fait connaitre les premiers à Paris, elle prit le nom de Marseillaise.

Rouget de Lisle chantant la Marseillaise pour la première fois à l'hôtel de ville de Strasbourg.

slide13

Marianne, allégorie de la République

Dans les premières décennies de la IIIème république, les bustes de Marianne – symbole des luttes républicaines- se multiplient dans les mairies.

Buste de Marianne IIIe République en plâtre signé LEDUC

Buste de mairie en terre cuite (1876)

slide15

L’école

Mise en place par Jules Ferry, elle ne se contente pas d’apprendre à lire ,écrire ou compter ; Elle veut aussi inculquer une morale républicaine et l’amour de la France.

Les instituteurs, souvent issus de milieux modestes, sont formés dans les Ecoles normales et occupent fréquemment le rôle de secrétaires de mairie, accentuant l’alliance de l’école et de la république.

La mairie-école d’Arcy-sur-Cure (Yonne)

Faisant souvent face à l'église, la mairie-école est le symbole de la République triomphante

slide16

l'école a su renforcer la conception française de la nation, celle définie par Fustel de Coulanges en 1870 « d'une même communauté d'idées, d'intérêts, d'affections, de souvenirs et d'espérances » qui seule pourra expliquer l'« union sacrée » de 1914.