Pauvreté et Marché du Travail Juin 2004 - PowerPoint PPT Presentation

heinz
pauvret et march du travail juin 2004 l.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Pauvreté et Marché du Travail Juin 2004 PowerPoint Presentation
Download Presentation
Pauvreté et Marché du Travail Juin 2004

play fullscreen
1 / 89
Download Presentation
Pauvreté et Marché du Travail Juin 2004
195 Views
Download Presentation

Pauvreté et Marché du Travail Juin 2004

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Banque Mondiale Cours d’enseignement à distanceCentres GDLN du Bénin, Côte d’Ivoire, SénégalMission résidente du Burkina-Faso Pauvreté et Marché du TravailJuin 2004 © Hippolyte Fofack

  2. Plan de la présentation • Pauvreté: Définition et concepts • Pourquoi mesurer la pauvreté • Pauvreté: Mesure et Estimation • Illustration de la pauvreté en Afrique SS et Déterminants • Le Marché du travail et processus de production en Afrique • Pauvreté et marché du travail • Mécanismes de transmission • Évidences empiriques • Résume et perspectives

  3. PAUVRETE Définition et Concepts

  4. Concepts et Définition • Définition de base: • Incapacité à produire les biens de consommation élémentaires de base; “Niveau très faible du contenu du panier de la ménagère par rapport à l’ensemble des biens consommables” (Harold Watts); Dépravation prononcée du bien-être (WDR-00/01).

  5. Concepts et Définition • Définition étriquée: • Manque de certains biens de consommations spécifiques (i.e.faible niveau d’énergie calorifiques; niveau des éléments nutritifs relativement faible.)

  6. Définition plus générale: • Faible capacité: incapacité à réaliser certaines “fonctions sociales” – bien-être et réalisation (Sen, 1999).

  7. POURQUOI MESURER LA PAUVRETE?

  8. Définition Politiques de Croissance et Suivi-évaluation • Les données sur la pauvreté sont essentielles pour concevoir et mettre en oeuvre des politiques • de croissance et de lutte contre la pauvreté; • et pour le suivi-évaluation.

  9. Croissance et Distribution 1. Les Stratégies de Croissance • La pauvreté a-t-elle augmenté (tendance)? • Les pauvres ont-ils bénéficié de la croissance? (GSE – Analyse spatiale – analyse de l’incidence des dépenses publiques) • Comment les changements de prix relatifs ont-ils affecté les pauvres? • Quels sont les groupes qui ont été négativement affecté par les réformes économiques? Et ceux qui espèrent tirer avantage de ces réformes à moyen et à long terme?

  10. Distribution de la Croissance • Importance des analyses transversales (au niveau des régions, GSE et comparaison inter-pays • Quelles sont les régions qui ont bénéficié de la croissance? • Quels sont les GSE qui ont le plus bénéficié de la croissance et quels sont les groupes les plus pauvres?

  11. Corrélation entre Croissance et Réduction de la pauvreté? • Quels sont les pays qui enregistrent des réductions importantes des niveaux de pauvreté? Et les déterminants de leur succès? • Corrélation entre la mise en oeuvre des politiques macroéconomiques et le bien-être à moyen et à long terme.

  12. Incidence des Dépenses Publiques sur la pauvreté • Dépenses sociales • Quels sont les utilisateurs des services publiques? A quels coûts? • Quels sont ceux qui bénéficient le plus des subventions gouvernementales? • Interventions Ciblées • Quels sont les groupes cibles? • Processus d’allocation des transferts publiques? • Impact des transferts sur la pauvreté?

  13. PAUVRETE: MESURES ET ESTIMATION

  14. Mesure de Bien-être • Indicateurs monétaires basés sur les niveaux réels des revenues / dépenses par tête au niveau des ménages • Procéder à l’addition de toutes les dépenses de consommation effectuées au niveau des ménages (avec une imputation des valeurs au prix du marché local) ou revenus des ménages

  15. Mesure de Bien-être • deflaté par la ligne de pauvreté (en fonction de la taille des ménages, la composition, le lieu de résidence et la date) • “Dépenses ou revenus réels par tête”

  16. Lignes de pauvreté • Dans le cadre de l’approche absolue, un ménage est dit pauvre si son niveau de revenu ou de consommation est insuffisant pour l’achat d’une certaine quantité de biens et services considérés comme essentiels. • Lignes de pauvreté absolue (fixe sur le domaine de comparaison de la pauvreté)

  17. Lignes de pauvreté • Dans le cadre de l’approche relative, un ménage est dit pauvre par rapport aux autres ménages dans la même société ou la même économie. Le seuil de pauvreté relative varie à mesure que la consommation moyenne de la population totale varie. • Lignes de pauvreté relative (variable sur l’espace de comparaison de la pauvreté).

  18. Mesures de la Pauvreté: Indice numérique • L’indice numérique de la pauvreté (incidence de la pauvreté) (H = P0) représente la proportion de la population dont le niveau de vie est inférieur au seuil de la pauvreté . • Avantages: facile à calculer et interpréter • Inconvénients: insensible à la distribution en dessous de la ligne de pauvreté

  19. L’Écart de la Pauvreté (Poverty Gap) • L’écart de pauvreté (PG=P1): déficit de revenu global des pauvres par rapport au seuil de pauvreté. • P1 est aussi le produit de l’indice numérique et du ratio de l’écart des revenus • Avantages: prend en compte la profondeur de la pauvreté • Limitations: insensible à la sévérité de la pauvreté.

  20. Données Requises pour l’Analyse de la Pauvreté • Enquêtes intégrées: • Living Standards Measurement Study (LSMS) – Banque mondiale • Integrated Surveys (IS)– Banque mondiale • Enquête Budget Consommation (HBS) • Ces enquêtes auprès des ménages sont suffisamment détaillées sur les revenus et les dépenses des ménages.

  21. Dans la pratique, les dépenses plutôt que les revenus sont utilisées pour l’analyse de la pauvreté • Les revenus reportés par les ménages sont biaisés du fait des erreurs de collecte inhérentes àla sous-estimation du niveau des revenus indiqués par les ménages (nonsampling errors due to under-reporting of income), (Deaton & Muellbauer).

  22. ILLUSTRATION DE LA PAUVRETE EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE ET DETERMINANTS

  23. Pauvreté: Indicateurs Sociaux

  24. Agrégats macroéconomiques • L’Afrique Sub-Saharienne est la région la moins développée du monde • Revenu par tête (hormis l’Afrique du Sud): $315 in 1997 contre 380 en Asie du Sud et $3,940 en Amérique Latine • Produit intérieur brut (PIB) est équivalent à celui de la Belgique • PIB par tête à prix constants: $336 en 1997, contre $525 en 1970.

  25. Quelques Évidences Empiriques

  26. Afrique Sud-Saharienne et reste du Monde • Persistance de la pauvreté en Afrique Sud Saharienne • L’incidence de la pauvreté reste très élevée, avec une tendance orientée à la hausse • Forte vulnérabilité des populations, illustrées par le niveau relativement élevé de l’écart de pauvreté, plus de 15% et largement au dessus de la moyenne mondiale.

  27. Incidence de la Pauvreté

  28. Incidence de la pauvreté (%)

  29. pauvreté en Afrique SS

  30. Distribution des Revenus

  31. Autres indicateurs de Bien-être

  32. Indices de Développement Humain

  33. Disparités Importantes • Des disparités importantes existent entre les milieux urbains et ruraux à travers tous les pays • Ces disparités ont tendance à persister dans le temps • La pauvreté reste un phénomène largement rural • Légère amélioration du bien-être en Uganda, au Ghana, au Bénin et an Mauritanie dans les années 1990s, contrastée par une détérioration plus accentuée des conditions de vie au Niger et au Zimbabwe.

  34. Pauvreté par GSE: Indice numérique -- Ghana - 1999

  35. Alors que l’incidence de la pauvreté en milieu urbain est de 22.8%, en milieu rural, il est de 51.6%. • Toutefois, la pauvreté urbaine est de plus en plus un problème en Afrique Sud-Saharienne, du fait des migrations et de l’urbanisation. • En plus des revenus agricoles, les autres sources de revenus, y compris revenus salariaux sont de plus en plus importants.

  36. Pauvreté illustrée par la taille de la population active au niveau des ménages : Ratio de Dépendance

  37. Quelques Déterminants de la Pauvreté • Sources de revenues restent très limitées, reflet de la structure de production: • Secteur primaire, à prédominance agraire • Secteur informel • Industries extractives dans certains pays comme source principale de revenus • Taux de chômage élevés • Faible niveau de technologies, d’innovations et processus d’assimilation

  38. Quelques Déterminants de la Pauvreté • Distribution des revenus très inégalitaire • Allocation des ressources publiques dans un environnement de fortes contrainte budgétaire • Cloisonnement des économies dans un contexte de risques importants des termes de l’échanges et chocs asymétriques

  39. Quelques Déterminants de la Pauvreté • Contraintes ressources humaines et infrastructures (économiques et financières) avec des implications sur la qualité et le niveau des investissements privés et IDE • Incertitude et volatilité macroéconomique: • Les taux de croissance économique restent très instables • Risques politiques sont aussi importants.

  40. LE MARCHÉ DU TRAVAIL ET PROCESSUS DE PRODUCTION EN AFRIQUE AU SUD DU SAHARA

  41. Structure du Marché de Travail en Afrique Sud-Saharienne • Caractéristiques principales • Chômage et emplois. • Segmentation des salaires et marchés du travail • Réglementations et organismes de régulation. • Lois sur les salaires minimum; • Autres charges non salarialesetindemnités de chômage; • Règlements sur licenciements et embauches; • indexation des salaires;

  42. Caractéristiques Principales Marché du travail peut être divisé en trois secteurs: • Secteur Rural: particulièrement large en Afrique Sud-Saharienne. • Secteur Informel urbain: • Essentiellement des “indépendants”avec des perspectives d’emplois salariés très limitées; • caractérisé par une flexibilité élevée des salaires et faible garantie de l’emploi.

  43. Secteur Formel urbain: • Contrats explicites; • Respect des réglementations du travail; • La détermination des salaires n’est pas tout à fait conforme aux mécanismes de marché, en raison des restrictions légales, syndicats, et considérations internes aux firmes, voir Agénor (1996, 2000).

  44. Emplois et Chômage • Proportion des salariés: élevée en Asie, Amérique Latine, très faible en Afrique Sud-Saharienne (près de 10%). • Dans un certain nombre de pays, une part relativement importante des salariés du secteur formel est employée dans le secteur publique. • Dans la plupart des pays, les chômeurs déclarés sont confinés en milieu urbain, et comprennent: des gens au niveau d’éducation relativement élevé, des jeunes et tous ceux qui sont à la recherche d’un premier emploi.

  45. La part du secteur informel dans l’emploi est relativement importante en milieu urbain. • Et a augmentée de façon significative en 1980 et au début des années 1990s; e.g. Elle était au dessus de 50% dans bon nombre de pays en Amérique Latine en 1992. • Kenya: la proportion du secteur informel dans l’emploi est de l’ordre de 60%, quand l’agriculture de subsistance n’est pas prise en compte.

  46. Chômage déguisé: • Généralise dans le secteur informel en milieu rural. • Il n’est pas capturé par les données officielles sur le chômage. • Entre 25 et 60% de la force de travail dans certains pays. • Dans la plupart des pays d’Afrique Sud-Saharienne, les travailleurs ne perçoivent pas de salaires, mais sont des “indépendants”, généralement dans l’agriculture de subsistance.

  47. Emplois et Chômage: Illustration

  48. Branche d’activité: agriculture & pêche (milieu rural Éthiopie)

  49. Segmentation des salaires et du marché de travail • Segmentation du marché du travail: situation ou à niveau de qualification comparables des travailleurs employés dans des secteurs différents perçoivent des salaires significativement différents.

  50. La segmentation est induite par plusieurs facteurs: • Interventions publiques sous forme d’établissement d’un salaire minimum; • Primes salariales requises par les syndicats pour leurs membres (voir prochaine section); • Salaires d’efficience; résultant des considérations nutritionnelles, des coûts de rotation, ou des considérations de productivité.