slide1 n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Jean-Loup Castaigne 1 & Jean-Luc Gilles 2 PowerPoint Presentation
Download Presentation
Jean-Loup Castaigne 1 & Jean-Luc Gilles 2

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 47

Jean-Loup Castaigne 1 & Jean-Luc Gilles 2 - PowerPoint PPT Presentation


  • 174 Views
  • Uploaded on

OGA. FAPSE. Application du cycle gestion qualité S.M.A.R.T. des tests pédagogiques dans le cours d’Obstétrique et de Pathologie de la Reproduction des ruminants, équidés et porcins. Jean-Loup Castaigne 1 & Jean-Luc Gilles 2

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Jean-Loup Castaigne 1 & Jean-Luc Gilles 2' - gilead


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
slide1

OGA

FAPSE

Application du cycle gestion qualité S.M.A.R.T. des tests pédagogiques dans le cours d’Obstétrique et de Pathologie de la Reproduction des ruminants, équidés et porcins

Jean-Loup Castaigne1 & Jean-Luc Gilles2

1 Service d ’Obstétrique et Pathologie de la Reproduction des ruminants, équidés et porcs et pathologie de la mamelle de la vache laitière, FMV, ULg

Prof. C. Hanzen

2 Service de Technologie de l’Éducation & S.M.A.R.T., FAPSE, ULg

Prof. D. Leclercq

cycle gestion qualit s m a r t des tests p dagogiques
Cycle gestion qualité S.M.A.R.T. des tests pédagogiques

2.Mise en forme de l ’épreuve

1. Analyse de l ’enseignement

Modalités de Questionnement, assemblageet équilibrage (binômes & trinômes)

Points Enseignés, Catégories de Performances

3.Construction des Questions

Indices de Qualité

8. Régulation du processus

4. Entraînement des étudiants

Recueil et analyse des avis des étudiants, propositions d ’améliorations

7. Feedback aux étudiants

on line : TIMIen amphi : BVE ou Formuloms

On-line ou en amphi

5. Mise en œuvre de l ’épreuve

6. Correction de l ’épreuve

Matériel, Timing, procédures anti-fraude

On-line :

DC, sévérité, réalisme, r.bis, ...

Gilles & Leclercq, 1995

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

cycle gestion qualit s m a r t des tests p dagogiques1
Cycle gestion qualité S.M.A.R.T. des tests pédagogiques

1. Analyse de l ’enseignement

Points Enseignés, Catégories de Performances

2.Mise en forme de l ’épreuve

Modalités de Questionnement, assemblageet équilibrage (binômes & trinômes)

3.Construction des Questions

Indices de Qualité

8. Régulation du processus

4. Entraînement des étudiants

Recueil et analyse des avis des étudiants, propositions d ’améliorations

7. Feedback aux étudiants

on line : TIMIen amphi : BVE ou Formuloms

On-line ou en amphi

5. Mise en œuvre de l ’épreuve

6. Correction de l ’épreuve

Matériel, Timing, procédures anti-fraude

On-line :

DC, sévérité, réalisme, r.bis, ...

Gilles & Leclercq, 1995

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

1 analyse de l enseignement
1. Analyse de l ’enseignement
  • 1.1 Définir les Points Enseignés [PE]
    • Isoler chaque module assez important pour justifier d ’une évaluation et en quantifier l ’importance
  • 1.2 Définir les Catégories de Performance [CP]
    • Quelles sont les mesures que l ’enseignant va prendre lors de l ’évaluation de l ’apprenant ?
  • 1.3 Relier les Points Enseignés et les Catégories de Performance [PE x CP]
    • Pour chaque PE défini, quelle CP permettra d ’en apprécier la bonne transmission vers l ’apprenant

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

1 1 d finir les points enseign s pe
1.1 Définir les Points Enseignés[PE]

1. Analyse de l ’enseignement

Isoler chaque module assez important pour justifierd ’une évaluation et en quantifier l ’importance

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

1 2 d finir les cat gories de performance cp

1. Analyse de l ’enseignement

1.2 Définir les Catégoriesde Performance [CP]

Quelles sont les mesures que l ’enseignant va prendre lors de l ’évaluation de l ’apprenant ?

Exemples Cp en OGA

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

1 3 pe x cp

1. Analyse de l ’enseignement

1.3 [PExCP]

Les 6 catégories de performances choisies par l ’enseignant sont affichées

Pour ce PE (4.8) , l’enseignant choisit ces 2 catégories de performances. Donc il devra envisager des questions sur laconnaissance et la compréhension.

Relier les Points Enseignés et les Catégories de Performance

Pour chaque PE défini, quelle CP permettra d ’en apprécier la bonne transmission vers l ’apprenant ? C ’est le premier binôme.

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

cycle gestion qualit s m a r t des tests p dagogiques2
Cycle gestion qualité S.M.A.R.T. des tests pédagogiques

2.Mise en forme de l ’épreuve

1. Analyse de l ’enseignement

Modalités de Questionnement, assemblageet équilibrage (binômes & trinômes)

Points Enseignés, Catégories de Performances

3.Construction des Questions

Indices de Qualité

8. Régulation du processus

4. Entraînement des étudiants

Recueil et analyse des avis des étudiants, propositions d ’améliorations

7. Feedback aux étudiants

on line : TIMIen amphi : BVE ou Formuloms

On-line ou en amphi

5. Mise en œuvre de l ’épreuve

6. Correction de l ’épreuve

Matériel, Timing, procédures anti-fraude

On-line :

DC, sévérité, réalisme, r.bis, ...

Gilles & Leclercq, 1995

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

cr ation des trin mes

2.Mise en forme de l ’épreuve

Création des trinômes

Il existe des

  • Catégories de Questionnement : « VF », « QCM », « QROC », ...

Les binômes [PE x CP] de l’analyse de l’enseignement sont croisés avec les binômes [CP x MQ]

  • Catégories de Conditions : « ...avec degrés de certitude », « ...à livre ouvert », ...

…Qui vont permettre de définir des Modalités de Questionnement(MQ) exemple : « QCM avec degrés de certitude »

Les MQ peuvent être reliés aux Catégories de Performances et former des binômes : [CP x MQ]

exemple : « mesurer la compréhension à l’aide de QCM avec degrés de certitude »

… ce qui donne une liste de trinômes : [PE x CP x MQ]

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

2 1 cp x mq

2.Mise en forme de l ’épreuve

2.1 [CP x MQ]

[MQ]

[CP]

Exemple de binôme [CP x MQ] :

Création des Modalités de Questionnement [MQ] & assemblage des binômes [CP x MQ]

  • Quelles modalités de questionnement utiliser ou ne jamais utiliser ?
  • Relier la Catégorie de Performance [CP] recherchée chez l ’étudiant avec la/les Modalité(s) de Questionnement [MQ] choisie(s).

Exemples SGI en OGA

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

r partition des cp par mq

2.Mise en forme de l ’épreuve

Répartition des CP par MQ

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

importance des pe

2.Mise en forme de l ’épreuve

Importance des PE

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

cycle gestion qualit s m a r t des tests p dagogiques3
Cycle gestion qualité S.M.A.R.T. des tests pédagogiques

2.Mise en forme de l ’épreuve

1. Analyse de l ’enseignement

Modalités de Questionnement, assemblageet équilibrage (binômes & trinômes)

Points Enseignés, Catégories de Performances

3.Construction des Questions

Indices de Qualité

8. Régulation du processus

4. Entraînement des étudiants

Recueil et analyse des avis des étudiants, propositions d ’améliorations

7. Feedback aux étudiants

on line : TIMIen amphi : BVE ou Formuloms

On-line ou en amphi

5. Mise en œuvre de l ’épreuve

6. Correction de l ’épreuve

Matériel, Timing, procédures anti-fraude

On-line :

DC, sévérité, réalisme, r.bis, ...

Gilles & Leclercq, 1995

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

3 construction des questions
3.Construction des Questions

3,9 cm

2,8 cm

1,5 cm

0,6 cm

SMART a créé une liste de trinômes à retrouver dans les questions qui

composeront cette évaluation. À l ’enseignant de rédiger ou choisir les questions qui correspondent à ces trinômes.

1) conseils méthodologiques

2) choix parmi les références des Questions

Cette échographie de l ’ovaire gauche d ’une vache pie noire de 6 ans, a été réalisée une semaine après l ’oestrus.Votre diagnostic :

1. Un follicule de de Graaf

2. Un kyste folliculaire

3. Un Corps Jaune

4. Un Corps Jaune Cavitaire

5. Un artefact

PE : 1.6.3.

CP : analyse

MQ : QCM SGI DC

RC : 6

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

cycle gestion qualit s m a r t des tests p dagogiques4
Cycle gestion qualité S.M.A.R.T. des tests pédagogiques

2.Mise en forme de l ’épreuve

1. Analyse de l ’enseignement

Modalités de Questionnement, assemblageet équilibrage (binômes & trinômes)

Points Enseignés, Catégories de Performances

3.Construction des Questions

Indices de Qualité

8. Régulation du processus

4. Entraînement des étudiants

Recueil et analyse des avis des étudiants, propositions d ’améliorations

7. Feedback aux étudiants

on line : TIMIen amphi : BVE ou Formuloms

On-line ou en amphi

5. Mise en œuvre de l ’épreuve

6. Correction de l ’épreuve

Matériel, Timing, procédures anti-fraude

On-line :

DC, sévérité, réalisme, r.bis, ...

Gilles & Leclercq ,1995

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

4 entra nement des tudiants
4. Entraînement des étudiants

on line : TIMI (correction)en amphi : Formuloms (exemple), BVE, ...

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

cycle gestion qualit s m a r t des tests p dagogiques5
Cycle gestion qualité S.M.A.R.T. des tests pédagogiques

2.Mise en forme de l ’épreuve

1. Analyse de l ’enseignement

Modalités de Questionnement, assemblageet équilibrage (binômes & trinômes)

Points Enseignés, Catégories de Performances

3.Construction des Questions

Indices de Qualité

8. Régulation du processus

4. Entraînement des étudiants

Recueil et analyse des avis des étudiants, propositions d ’améliorations

7. Feedback aux étudiants

on line : TIMIen amphi : BVE ou Formuloms

On-line ou en amphi

5. Mise en œuvre de l ’épreuve

6. Correction de l ’épreuve

Matériel, Timing, procédures anti-fraude

On-line :

DC, sévérité, réalisme, r.bis, ...

Gilles & Leclercq, 1995

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

5 mise en uvre de l preuve
5. Mise en œuvre de l ’épreuve

Matériel &Timing &

procédure anti-fraude

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

cycle gestion qualit s m a r t des tests p dagogiques6
Cycle gestion qualité S.M.A.R.T. des tests pédagogiques

2.Mise en forme de l ’épreuve

1. Analyse de l ’enseignement

Modalités de Questionnement, assemblageet équilibrage (binômes & trinômes)

Points Enseignés, Catégories de Performances

3.Construction des Questions

Indices de Qualité

8. Régulation du processus

4. Entraînement des étudiants

Recueil et analyse des avis des étudiants, propositions d ’améliorations

7. Feedback aux étudiants

on line : TIMIen amphi : BVE ou Formuloms

On-line ou en amphi

5. Mise en œuvre de l ’épreuve

6. Correction de l ’épreuve

Matériel, Timing, procédures anti-fraude

On-line :

DC, sévérité, réalisme, r.bis, ...

Gilles & Leclercq, 1995

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

6 correction de l preuve
6. Correction de l ’épreuve

On-line :

DC, sévérité (en savoir +), r.bis (en savoir +), r.bis spectral (en savoir +),r.bis spectral turbo (en savoir +), réalisme (en savoir +), ...

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

cycle gestion qualit s m a r t des tests p dagogiques7
Cycle gestion qualité S.M.A.R.T. des tests pédagogiques

2.Mise en forme de l ’épreuve

1. Analyse de l ’enseignement

Modalités de Questionnement, assemblageet équilibrage (binômes & trinômes)

Points Enseignés, Catégories de Performances

3.Construction des Questions

Indices de Qualité

8. Régulation du processus

4. Entraînement des étudiants

Recueil et analyse des avis des étudiants, propositions d ’améliorations

7. Feedback aux étudiants

on line : TIMIen amphi : BVE ou Formuloms

On-line ou en amphi

5. Mise en œuvre de l ’épreuve

6. Correction de l ’épreuve

Matériel, Timing, procédures anti-fraude

On-line :

DC, sévérité, réalisme, r.bis, ...

Gilles & Leclercq, 1995

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

7 feedback aux tudiants
7. Feedback aux étudiants

1. Sévérité de 20 (sévérité)

2. Retrait d ’une QCM à cause de son r.bis (r.bis)

3. Correction en amphithéâtre des questions ayant posé un problème (3 sur 15)

Présentation et analyse sommaire des résultats

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

8 r gulation du processus
8. Régulation du processus

Cycle gestion qualité S.M.A.R.T. des tests pédagogiques

2.Mise en forme de l ’épreuve

1. Analyse de l ’enseignement

Modalités de Questionnement, assemblageet équilibrage (binômes & trinômes)

Points Enseignés, Catégories de Performances

3.Construction des Questions

Indices de Qualité

4. Entraînement des étudiants

Recueil et analyse des avis des étudiants, propositions d ’améliorations

7. Feedback aux étudiants

on line : TIMIen amphi : BVE ou Formuloms

On-line ou en amphi

5. Mise en œuvre de l ’épreuve

6. Correction de l ’épreuve

Matériel, Timing, procédures anti-fraude

On-line :

DC, sévérité, réalisme, r.bis, ...

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

r gulation en oga

8. Régulation du processus

Régulation en OGA
  • Boucle de régulation1 (revoir boucles de régulation)
    • Courte : R5 : Mesure ajustée par retrait d ’une QCM
    • Longue : R3 : mise à jour de la banque de QCM
    • R2 : Nouveaux projets d ’évaluation

EvalEns2 : d ’après les étudiants:

1. Le mode d ’évaluation le plus adéquat :examen écrit rédigé > examen oral > QCM (sans SGI ni DC)

2. Un seul test global est insuffisant

3. Il faut des tests pendant l ’année dont le rôle serait :

modérer un problème à l ’oral > auto-évaluation > 25 % de la cote finale

  • Pour l ’an prochain et les années suivantes... :
    • 1 BEV sur les prérequis avec mise à niveau immédiate
    • 5 LQRT dont les 3 best sont sanctionnant (20% du cours)
    • PARM sur base de volontariat (maximum 10% du cours)
    • autres solutions pour étudiants n ’ayant pas accès au PARM

1Leclercq, 1999, Chap 1, p 4

2Leclercq, 1999, Chap 1, p 9

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

cycle gestion qualit s m a r t des tests p dagogiques8
Cycle gestion qualité S.M.A.R.T. des tests pédagogiques

OGA

FAPSE

2.Mise en forme de l ’épreuve

1. Analyse de l ’enseignement

Modalités de Questionnement, assemblageet équilibrage (binômes & trinômes)

Points Enseignés, Catégories de Performances

3.Construction des Questions

Des Questions ?

Indices de Qualité

8. Régulation du processus

4. Entraînement des étudiants

Recueil et analyse des avis des étudiants, propositions d ’améliorations

7. Feedback aux étudiants

on line : TIMIen amphi : BVE ou Formuloms

On-line ou en amphi

5. Mise en œuvre de l ’épreuve

6. Correction de l ’épreuve

Matériel, Timing, procédures anti-fraude

On-line :

DC, sévérité, réalisme, r.bis, ...

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

adresses

OGA

FAPSE

Adresses

Jean-Luc Gilles2

Tél : 04 / 366 20 78

eMail : jl.gilles@ulg.ac.be

http://139.165.55.45/smart/

Jean-Loup Castaigne1

Tél : 04 / 366 41 72

http://www.fmv.ulg.ac.be/oga/index.html

1 Service d ’Obstétrique et Pathologie de la Reproduction des ruminants, équidés et porcs et pathologie de la mamelle de la vache laitière, FMV, Ulg — Prof. C. Hanzen (Christian.Hanzen@ulg.ac.be)

2 Service de Technologie de l’Éducation & S.M.A.R.T., FAPSE, Ulg — Prof. D. Leclercq (D.Leclercq@ulg.ac.be)

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

plan des annexes
Plan des annexes
  • Boucle de régulation
  • Cohérence
  • Correction dans TIMI
  • CP en QCM pour OGA
  • Formuloms
  • r.bis
  • r.bis spectral
  • r.bis spectral turbo
  • Réalisme
  • Sévérité
  • SGI en OGA
  • Taux d ’exactitude et réalisme

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

exemple qcm recognition
Exemple QCM recognition

Le diamètre normal des cornes utérines d ’une vache ou d ’une génisse non gestante est

1. De 2,5 à 4 cm

2. De 1 à 2 cm

3. De 4 à 7 cm

Réponse correcte : 1

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

exemple de qcm compr hension
Exemple de QCM compréhension

Au cours du pro œstrus, l ’utérus de la bête bovine s ’œdèmatie ce le qui rend à la palpation transrectale :

1. Plus ferme

2. Plus tonique

3. Plus flasque

Réponse correcte : 1

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

exemple de qcm application

3mm

4,3 cm

Exemple de QCM : application

Lors de l ’examen échographique d ’une vache pie noire de 3 ans, vous mettez en évidence sur l ’ovaire droit :

une structure anéchogène d ’une taille supérieure à 3 cm, à paroi mince (inférieure à 5 mm).

  • Votre diagnostic le plus probable sera :
    • 1. Un corps jaune cavitaire
    • 2. Un kyste folliculaire ou lutéal
    • 3. Un follicule
    • 4. Une tumeur

1

Réponse correcte : 2

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

exemple de qcm sgi
Exemple de QCM SGI

Par rapport au testicule gauche, le testicule droit d ’une génisse est

1. Plus grand

2. Plus petit

3. De même taille

Une absurdité ou une contre-vérité (une génisse possède des ovaires, non des testicules) dans l ’énoncé rend toute la question sans objet : réponse 9

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

exemple de qcm sgi1
Exemple de QCM SGI

De combien d ’ovaire(s) est équipée une génisse BBB normalement constituée

1. Zéro

2. Quatre

3. Six

Aucune des solutions proposées n ’est correcte puisque comme toutes les femelles mammifères, elle a 2 ovaires : réponse 6

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

exemple de qcm sgi2
Exemple de QCM SGI

L ’utérus d ’une vache normalement constituée comprend :

1. Le col

2. Le corps

3. Les cornes

Toutes les solutions proposées sont correctes simultanément : réponse 7

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

exemple de qcm sgi3
Exemple de QCM SGI

Le taux d ’œstrogènes en pg/mL d ’une vache est :

1. inférieur à 100

2. 150

3. supérieur à 200

Il est impossible de répondre parce que l ’information (au moins une donnée : le moment dans le cycle) nécessaire manque dans l ’énoncé de la question : réponse 8

2

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

analyses des r ponses
Analyses des réponses
  • Taux d’exactitude :
    • 9 bonnes réponses sur 14 questions, soit 64 %
  • Score DC :
    • 140 / 280 soit 50 %

4

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

boucle de r gulation
Boucle de Régulation

Leclercq, 1999, Chap 1, p 4

Analyses des besoins

Boucleslongues

Définition du projet

Conception

Planification

Exécution

Mesure

Action

Bouclescourtes

Rétroaction

8

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

les feuilles r ponses
Les feuilles réponses

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

en cas d erreur
En cas d ’erreur

4

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

graphe de r alisme
Graphe de réalisme

Boxus, 1991

SOUS

6

SUR

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

taux d exactitude r alisme

4 Q dont 2 RC

20 Q dont 10 RC

Réalisme = 0,759

Réalisme = 0,961

Taux d ’exactitude & Réalisme

Boxus, 1991

Taux d ’exactitude de 50%

Réalisme

6

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

coh rence
Cohérence

Boxus, 1991

6

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

r bis

d

Indice de cohérence entre la question et le test

r.bis

Leclercq, 1999, chap 10, p 44-53

Quantitatif :pq

Qualitatif : Mx-Ma / 

r.bis =

(Mx-Ma / )(pq)

En ordonnées réduites (y = p distribué normalement)

r.bis =

(Mx-Ma / )(pq / y)

r pcq coefficient de corrélation

Bisérial pcq 1 variable réparti la population en 2 séries

. pcq dichotomie vraie (RC ou RI)

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

r bis en pratique
r.bis en pratique

15 questions : r.bis repère = 0,33

14 questions : r.bis repère = 0,27

6

Suite au retrait de la QCM 10, toutes les autres QCM ont vu leur r.bis gagner 0,1 à 0,2 sauf la QCM 5 qui a perdu 0,3. Cette QCM restera telle quelle grâce à la valeur du r.bis de la SGI 8

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

s v rit

Score réajusté = score20 * 20

sévérité

Max = 15

Max = 20

Max = 25

13

10

7

Sévérité = 20

Sévérité = 16

Sévérité = 18

13

10

7

Sévérité

Leclercq, 1993

7

6

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

r bis spectral
r.bis spectral

Adapté de Leclercq, 1999, chap 10, p 44-53

6

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

r bis spectral turbo

Échelle des DC

Valeur Centrale

r.bis spectralturbo

Adapté de Leclercq, 1999, et Boxus, 1991

Taux d ’Exactitude (revoir dia TE)

Écart entre TE et VC

6

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000

objectifs qualit du smart
Objectifs qualité du SMART
  • La validité : les scores des étudiants doivent représenter ce que l’enseignant veut mesurer, permettre des inférences solides (validité de construct ou théorique), et couvrir les aspects importants de l’enseignement (validité de contenu) ;
  • La fidélité : la note (d’une épreuve corrigée) classée dans une catégorie donnée doit l’être de la même façon si elle est traitée par d’autres correcteurs (concordance interjuges) ou/et à un autre moment (consistance intrajuge) ;
  • La sensibilité : la mesure doit être précise, refléter des phénomènes subtils ;
  • La « diagnosticité » : les résultats doivent permettre le diagnostic précis des difficultés d’apprentissage (et idéalement de leurs causes), des processus maîtrisés, de ceux qui ne le sont pas ;
  • L’équité : tous les étudiants doivent être traités de façon juste, en principe de la même façon (standardisation) ;
  • La « praticabilité » : la réalisation des évaluations doit être faisable endéans des délais raisonnables et à l ’aide des ressources en personnel et en matériel disponibles et proportionnées à l’importance relative des enjeux ;
  • La « communicabilité » : les informations non confidentielles relatives au déroulement du processus doivent être communiquées et comprises par les partenaires (enseignants, étudiants, équipe SMART) engagés dans la réalisation des épreuves.

Castaigne & Gilles, S.M.A.R.T. - O.G.A., ULG FORM@SUP, mai 2000