slide1 n.
Download
Skip this Video
Download Presentation
Chlamydia trachomatis

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 60

Chlamydia trachomatis - PowerPoint PPT Presentation


  • 490 Views
  • Uploaded on

Chlamydia trachomatis. Particularité de cette bactérie. Parasite intra-cellulaire obligatoire. Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Chlamydia trachomatis' - deron


Download Now An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
particularit de cette bact rie

Particularité de cette bactérie

Parasite intra-cellulaire obligatoire

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

slide4

Electron photomicrograph of Chlamydia trachomatis growing in tissue culture. The larger reticulate bodies (RBs) have more diffuse chromatin.

One of the RBs appears to be dividing, and the trilaminar outer membrane is evident in some areas. EB, elementary body.

infections chlamydia trachomatis
UROGENITALES

Sérotypes D à K pour les souches responsables de la plupart des IST

Sérotypes L1, L2 et L3 pour les souches responsables de Nicolas Favre

TRACHOME

Sérotypes A, B, Ba et C

Infections àChlamydia trachomatis

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

infections urog nitales c trachomatis
Infections urogénitales à C. trachomatis

Première cause de MST d’origine bactérienne dans le monde

Population jeune

Infection asymptomatique

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

infections urogenitales a chlamydia trachomatis

INFECTIONS UROGENITALES A Chlamydia trachomatis

EPIDEMIOLOGIE

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

slide16

Chlamydia - Age- and gender-specific rates: United States,

1997

Men

Rate (per 100,000 population)

Women

Age

2,100

1,800

1,500

1,200

900

600

300

0

0

300

600

900

1,200

1,500

1,800

2,100

6.1

125.0

10-14

265.6

2,044.3

15-19

373.3

1,633.5

20-24

176.3

546.7

25-29

79.7

186.2

30-34

39.1

76.9

35-39

19.9

34.1

40-44

9.6

12.6

45-54

3.6

3.5

55-64

2.5

5.8

65+

73.1

316.0

Total

slide17

Chlamydia - Positivity among women tested in family planning

clinics by age group: Region X, 1988-1997

Percent

< 17 Years

14

18-19 Years

12

20-24 Years

10

25-29 Years

8

> 30 Years

6

4

2

0

1988

89

90

91

92

93

94

95

96

97

Note: Women who met screening criteria were tested.

Source: Region X Chlamydia Project (Alaska, Idaho, Oregon, and Washington)

infections urogenitales a chlamydia trachomatis1

INFECTIONS UROGENITALES A Chlamydia trachomatis

CLINIQUE

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

slide19

Épididymite

Prostatite

Hypofertilité?

Salpingite

Infection génitale

haute

Conjonctivite

Rectite

Péri hépatite

Arthrite

Conjonctivite

Pneumonie

  • Douleurs pelviennes
  • GEU (50%)
  • Stérilité (80% )

Infection génitale basse à

C. trachomatis

asymptomatique dans plus de 50% des cas

BB

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

infections urogenitales a chlamydia trachomatis2

INFECTIONS UROGENITALES A Chlamydia trachomatis

DIAGNOSTIC

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

infections urog nitales chlamydia trachomatis

Infections urogénitales à Chlamydia trachomatis

Prélèvements urogénitaux

LA MISE EN EVIDENCE DE LA BACTERIE

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

la mise en evidence de la bacterie
LA MISE EN EVIDENCE DE LA BACTERIE
  • Vivante : isolement en culture cellulaire
  • Antigènes : immunofluorescence directe ou ELISA
  • Génome : hybridation moléculaire ou amplification génique

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

d pistage

Dépistage

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

quel pr l vement

Dépistage des infections urogénitales à Chlamydia trachomatis

Quel prélèvement?

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

d pistage chez l homme

1er jet d’urine

Auto-écouvillonage du méat urétral

Dépistage chez l ’homme

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

slide26

Dépistage d’une infection urogénitale à Chlamydia trachomatis :

le prélèvement

  • Doitêtrebien accepté par le patient ou la patiente
  • Doit permettre la recherche de Chlamydia trachomatis avec un maximum de sensibilité

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

d pistage chez la femme

1er jet d’urine

Endocol

Auto-écouvillonage vulvaire

Dépistage chez la femme

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

quel test

Dépistage des infections urogénitales à Chlamydia trachomatis

Quel test?

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

slide29

Dépistage d’une infection urogénitale à Chlamydia trachomatis :

la méthode de détection

  • Doit être très sensible et avoir une valeur prédictive négative élevée
  • Doit permettre de rendre des résultats fiables dans un délai rapide
  • Doit être peu coûteuse

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

culture cellulaire
Méthode de référence : spécificité 100%

Conservation des souches pour typage et étude de la sensibilité aux antibiotiques

B90

Culture cellulaire

AVANTAGES

INCONVENIENTS

  • Conservation des prélèvements délicate
  • Méthode longue et lourde
  • Sensible au type de prélèvement
  • Sensibilité 80%

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

immunofluorescence directe
Conservation facile du frottis

Contrôle de la qualité de l ’échantillon

Rapide au coup par coup

B30

Immunofluorescence directe

INCONVENIENTS

AVANTAGES

  • Lecture délicate et subjective
  • Non adapté aux grandes séries
  • Sensibilité et spécificité fonction de la qualité du microscope et de l’expérience du technicien

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

elisa classique
Conservation facile du prélèvement

Adapté aux grandes séries

B30

ELISA classique

AVANTAGES

INCONVENIENTS

  • Manque de sensibilité : 80 % / à la culture cellulaire

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

elisa sur membrane
Test rapide

Réalisation facile

B30

ELISA sur membrane

AVANTAGES

INCONVENIENTS

  • Manque de sensibilité : 50 % / à la culture cellulaire

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

hybridation mol culaire
Conservation facile du prélèvement

B60

Hybridation moléculaire

AVANTAGES

INCONVENIENTS

  • Manque de sensibilité : 80 % / à la culture cellulaire

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

amplification g nique
Conservation facile du prélèvement

Automatisation possible

Sensibilité supérieure aux autres tests

Convient à tout les prélèvements

Amplification génique

AVANTAGES

INCONVENIENTS

  • Hors nomenclature pour les prélèvements d’endocol et urètre (B100 pour les autres types de prélèvements)

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

seules les m thodes d amplification g nique sont adapt es au d pistage
Conservation facile du prélèvement

Automatisation possible

Sensibilité supérieure aux autres tests

Convient à tout les prélèvements

Seules les méthodes d’amplification génique sont adaptées au dépistage

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

slide38

Dépistage d’une infection urogénitale à Chlamydia trachomatis : sensibilité des différentes méthodes de détection de C. trachomatis en fonction du type de prélèvement chez l’homme

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

IFD : immunofluorescence directe; HYB. : hybridation; AMPL. : amplification

slide39

Dépistage d’une infection urogénitale à Chlamydia trachomatis : sensibilité des différentes méthodes de détection de C. trachomatis en fonction du type de prélèvement chez la femme

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

IFD : immunofluorescence directe; HYB. : hybridation; AMPL. : amplification

slide41

Trousses d’amplification génomiques disponibles pour le diagnostic d’infection urogénitale à Chlamydia trachomatis

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

p riodicit

Dépistage des infections urogénitales à Chlamydia trachomatis

Périodicité?

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

slide43
Aucune étude ne permet de répondre à cette question
  • Après chaque rapport sexuel non protégé avec un nouveau partenaire
  • Tous les ans?
  • Tous les 6 mois?

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

tests s rologiques
Tests sérologiques
  • Micro-immunofluorescence

Détection des anticorps anti LPS et anti PMME

Comparaison du titre des anticorps vis à vis des trois espèces

Différenciation des IgG, IgA et IgM

  • EIA

Détection des anticorps anti LPS

Nouvelles trousses détection des anticorps anti PMME -

IgG, IgA et IgM

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

tests s rologiques marqueurs de l infection
Tests sérologiques : marqueurs de l’infection
  • Taux d’IgG élevé
  • Augmentation des anticorps de quatre fois le titre d’IgG sur deux sérum  (3 à 4 semaines)
  • Présence d’IgM

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

tests s rologiques c trachomatis
Tests sérologiques : C. trachomatis
  • Pas utiles dans le cadre du diagnostic biologique des infections urogénitales basses à C. trachomatis
  • Intérêt lors d’infections profondes :

- Salpingite, péri hépatite, épididymite

- Lymphogranulomatose vénérienne

- Pneumopathie du nouveau-né

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

tests s rologiques avenir
Tests sérologiques : avenir
  • Méthode de référence sensible, spécifique et reproductible
  • Détermination de marqueurs fiables

- d’infection aiguë (IgA locaux?)

- de gravité (anti-hsp60 et séquelles chroniques inflammatoires?)

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

slide49

INFECTION A CHLAMYDIA

(Urethre, endocol, rectum)

Azithromycine 1 g p os x 1 j

Doxyxycline 100mg p os x 2 x 7j

Erythromycin base 500 mg orally four times a day for 7 days,

OR

Erythromycin ethylsuccinate 800 mg orally four times a day for 7 days,

OR

Ofloxacin 300 mg twice a day for 7 days,

OR

Levofloxacin 500 mg once daily for 7 days.

(CDC, 2006)

slide50

INFECTION A CHLAMYDIA

(Urethre, endocol, rectum)

Azithromycine 1 g p os x 1 j

Or

Doxycycline 100mg p os x 2 x 7j

Alternatives:

Amoxicilline 500 mg x3 x 7 j

Erythromycin base 500 mg orally four times a day for 7 days,

OR

Tetracycline, 500 mg p os x4 x 7j

OR

Ofloxacin 300 mg twice a day for 7 days,

(WHO,2004)

maladie de nicolas et favre ou lymphogranulomatose v n rienne
Maladie de Nicolas et Favreou lymphogranulomatose vénérienne
  • Très rare en France
  • Touche essentiellement des patients Africain
  • L’ulcération du départ passe le plus souvent totalement inaperçue
  • Caractérisée par un bubon inguinal, chaud, fluctuant avec signe de la poulie
  • Diagnostic biologique simple avec présence de très nombreux chlamydiae dans le pus du bubon et une sérologie chlamydia très très élevée

Anne Bianchi, Laboratoire départemental. Conseil Général de Seine Saint Denis.abianchi@cg.93

lymphogranuloma venereum
LYMPHOGRANULOMA VENEREUM

(LGV)

For 21 days

Doxycycline 100mg p os x 2/d

Alternative:

Erythromycine 500mg p os x 4/d

(CDC,2006)

lymphogranulome venerien
LYMPHOGRANULOME VENERIEN

(Nicolas et Favre)

Pendant 14 jours

Doxycycline 100mg p os x 2

Ou

Erythromycine 500mg p os x 4

Alternatives:

Tetracycline 500mg p os x 4

(WHO, 2004)

ad