josianne basque professeure t luq chercheuse centre de recherche licef montr al canada n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Josianne Basque Professeure, TÉLUQ Chercheuse, Centre de recherche LICEF Montréal, Canada PowerPoint Presentation
Download Presentation
Josianne Basque Professeure, TÉLUQ Chercheuse, Centre de recherche LICEF Montréal, Canada

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 38

Josianne Basque Professeure, TÉLUQ Chercheuse, Centre de recherche LICEF Montréal, Canada - PowerPoint PPT Presentation


  • 122 Views
  • Uploaded on

Le transfert interindividuel de l’expertise développée dans la pratique professionnelle: Une expérimentation menée auprès de personnes impliquées dans la conception de cours à distance. Josianne Basque Professeure, TÉLUQ Chercheuse, Centre de recherche LICEF Montréal, Canada. Plan.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Josianne Basque Professeure, TÉLUQ Chercheuse, Centre de recherche LICEF Montréal, Canada' - daire


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
josianne basque professeure t luq chercheuse centre de recherche licef montr al canada

Le transfert interindividuel de l’expertise développée dans la pratique professionnelle: Une expérimentation menée auprès de personnes impliquées dans la conception de cours à distance

Josianne Basque, 2012

Josianne Basque

Professeure, TÉLUQ

Chercheuse, Centre de recherche LICEF

Montréal, Canada

slide2
Plan
  • Pourquoi favoriser le transfert de l’expertise?
  • Comment favoriser le transfert de l’expertise?
  • Description de l’expérimentation
  • Quelques résultats préliminaires
  • Conclusion - Discussion

Josianne Basque, 2012

pourquoi point de vue des organisations de travail
Pourquoi?Point de vue des organisations de travail
  • Nombreux départs à la retraite
  • Risque de perte de connaissances clés demeurées tacites
  • Besoin de favoriser une intégration efficace de la relève

Josianne Basque, 2012

pourquoi point de vue des travailleurs de la rel ve
Pourquoi?Point de vue des travailleurs de la relève
  • Besoin d’être accompagnés dans leurs efforts de transfert de leurs apprentissages (lien théorie-pratique)
  • Besoin de s’approprier rapidement la culture organisationnelle (processus, valeurs, etc.)
  • Besoin de développement professionnel continu
  • Besoin de prendre progressivement leur place « légitime » dans les communautés de pratique de leur domaine (Lave et Wenger, 1991)

Josianne Basque, 2012

pourquoi dans le domaine de la conception de cours distance
Pourquoi?Dans le domaine de la conception de cours à distance
  • Expertise développée surtout dans la pratique (peu de gens formés au design de cours à distance)
  • Départs à la retraite des plus expérimentés
  • Domaine en forte évolution (apport des « sciences de l’apprentissage », nouvelles technologies, etc.)
  • Besoin de transfert « intergénérationnel » de l’expertise

Josianne Basque, 2012

qu entend on par transfert d expertise
Qu’entend-on par « transfert d’expertise »?

≠ Importation de connaissances détenues par un employé vers un autre employé (métaphore du transvasement)

= Processus d’apprentissage « situé », qui implique une appropriation chez les employés novices des règles, de la culture et des pratiques de travail des experts de l’organisation par leur participation légitime progressive à cette « communauté de pratique » (Lave et Wenger, 1991).

(Basque et Pudelko, 2010, p. 114)

Josianne Basque, 2012

deux grands types de strat gies pour favoriser le transfert de l expertise professionnelle
Deux grands types de stratégies pour favoriser le transfert de l’expertise professionnelle
  • Interactions sociales (coaching, mentorat, communautés virtuelles de pratique, etc.)
  • Système informatisé de « gestion des connaissances » (mémoire organisationnelle)

Josianne Basque, 2012

un d fi l explicitation des connaissances tacites
Un défi : L’ « explicitation » des connaissances tacites
  • Connaissances tacites:
    • difficilement accessibles à la conscience et à verbaliser :
      • fortement organisées (structurées en schémas mentaux)
      • dépendantes du contexte d’action

(Chi, Glaser et Farr, 1988; Ericsson et Charness, 1994; Glaser 1986; Sschmidt et Boshuizen, 1993; Sternberg, 1997)

Josianne Basque, 2012

une proposition
Une proposition

Mentorat de groupe

(ou co-mentorat)

+

Activité de co-construction d’une carte de connaissancesmobilisées dans la pratique professionnelle

Josianne Basque, 2012

qu est ce que le mentorat de groupe
Qu’est-ce que le mentorat de groupe?

Mentoring:

A process for the informal transmission of knowledge, social capital, and psychosocial support perceived by the recipient as relevant to work, career, or professional development; mentoring entails informal communication, usually face-to-face and during a sustained period of time, between a person who is perceived to have greater relevant knowledge, wisdom, or experience (the mentor) and a person who is perceived to have less (the protégé).

(Bozeman et Feeney, 2007, p. 731)

Group mentoring:

[Mentoring] « in which the mentoring function is supplied by a more or less tighly constructed group of professional colleagues »

(Ritchie et Genoni, 2002, p. 69)

Josianne Basque, 2012

qu est ce qu une carte de connaissances
Qu’est-ce qu’une carte de connaissances?
  • Représentation externe structurée d’un ensemble de connaissances sous forme à la fois :
    • textuelle :
      • Connaissancesspécifiées au moyen d’un ou de quelques mots.
    • graphique:
      • Usage de symboles graphiques pour augmenter l’expressivité de la représentation
      • Liens établis entre les connaissances spécifiés au moyen de traits
      • Structure non linéaire réseau de connaissances.

Josianne Basque, 2012

slide12
Josianne Basque, 2012

Source: Pudelko, B., Basque, J. (2005).Logiciels de construction de cartes de connaissances: des outils pour apprendre. Dossier pratique Profetic, CREPUQ, Montréal: CREPUQ. www.profetic.org

techniques et outils de construction de cartes de connaissances
Techniques et outils de construction de cartes de connaissances

299 outils répertoriés sur www.mind-mapping.org en date du 21 janvier 2012 !

-

+

Formalisation

Style libre

Mind Map

(Buzan et Buzan, 1996)

Concept

Map

(Novak et Gowin, 1984)

Knowledge

Network

(Holley et

Dansereau, 1984)

Modèle par

objet typé

(Paquette, 2002)

Ontologie graphique

(Paquette, 2007)

Papier-

Crayon

Logiciels de dessin

Logiciel Inspiration

Logiciel

iMindMap

(ThinkBuzan)

Logiciel

CMapTools

(IHMC)

Logiciel

MOT, MOT+

G-MOT

(LICEF)

Logiciel

MOT+

G-MOT

(LICEF)

les typologies dans g mot
Les typologies dans G-MOT

CONNAISSANCES

LIENS

Composition

Spécialisation

Intrant/Produit

Précédence

Régulation

Instanciation

Non Typés

Josianne Basque, 2012

grammaire de mot
« Grammaire » de MOT

Josianne Basque, 2012

slide18
Une approche pouvant soutenir les deux types de stratégies de transfert de l’expertise professionnelle

Josianne Basque, 2012

slide19

Transfert au sein du groupe mentoral

Situation de travail

Situation

d’apprentissage

Transfert à la communauté élargie

Communauté de pratique

Josianne Basque, 2012

Système de gestion de connaissances

en quoi cette strat gie favoriserait le transfert de l expertise professionnelle
En quoi cette stratégie favoriserait le transfert de l’expertise professionnelle?
  • Stratégie ancrée dans la pratique
  • Mentorat de groupe
    • Interactions avec les experts (Vygotsky, 1978)
    • Multiplicité des points de vue
    • Questions ciblées des novices
    • Conflits socio-cognitifs(Doise et Mugny, 1981)

Josianne Basque, 2012

en quoi cette strat gie favoriserait le transfert de l expertise professionnelle1
En quoi cette stratégie favoriserait le transfert de l’expertise professionnelle?
  • Co-construction de la carte de connaissances
    • Caractère graphique et schématique de la représentation
    • Apprentissage « signifiant » (Ausubel, 1968; Novak et Gowin, 1984)
    • « Guidage représentationnel » (Suthers, 2003) de la technique MOT:
        • Contraint l’expressivité de la représentation
        • Facilite la représentation de « structures d’action »
    • Favorise la négociation du sens, la recherche d’une compréhension mutuelle (Basque et Pudelko, 2009)
    • Réification de la pratique dans un artefact pouvant être exploité dans une stratégie plus globale de gestion des connaissances

Josianne Basque, 2012

cadre g n ral de l exp rimentation
Cadre général de l’expérimentation
  • Projet pilote à petite échelle mené à la TÉLUQ
  • Financement : Fonds institutionnel de recherche de la TÉLUQ et de la DRH
  • But: favoriser l’intégration de la relève (inscrit dans le plan stratégique de la TÉLUQ)
    • Professeurs
    • Professionnels de la conception pédagogique
  • S’inscrit dans la suite de mes recherches menées depuis une douzaine d’années sur la construction de cartes de connaissances à des fins d’apprentissage dans divers contextes (www.teluq.ca/~jbasque)

Josianne Basque, 2012

participants
Participants

Josianne Basque, 2012

d roulement des rencontres
Déroulement des rencontres
  • Rencontres dans des salles équipées de système de vidéoconférence ou d’un mur de téléprésence (Québec-Montréal)
  • Projection de la carte en élaboration sur écran
  • Rencontres d’une demi-journée au rythme d’environ 1 par 1-2 mois (selon disponibilité des participants)
  • Enregistrement audio des rencontres
  • Après chaque rencontre, réécoute et révision du modèle par J. Basque

Josianne Basque, 2012

donn es collig es
Données colligées
  • Entrevue individuelle semi-structurée pré et post expérimentation
  • Enregistrement audio de toutes les séances
  • Debriefing à la fin de chaque séance (enregistrée audio)
  • Carte de connaissances construite

Josianne Basque, 2012

analyse de donn es ce jour
Analyse de données (à ce jour)
  • Données verbales (entrevues et de debriefings)
    • Transcription verbatim
    • Codage dans Nvivo
    • Grille catégorielle semi-émergente
  • Modèles G-MOT:
    • Génération automatique d’un rapport du contenu du modèle dans G-MOT
    • Analyse quantitative

Josianne Basque, 2012

quatre grandes questions explor es
Quatre grandes questions explorées
  • Dans quelle mesure y a-t-il eu explicitation des connaissances déployées dans la pratique professionnelle?
  • Y a-t-il eu apprentissage?
  • Y a-t-il eu transfert dans la pratique?
  • Quels sont les facteurs d’efficacité de la stratégie?

Josianne Basque, 2012

explicitation
Explicitation

Josianne Basque, 2012

Pourcentage de connaissances de chaque type représentées dans les cartes

de chaque groupe après 10 séances

explicitation1
Explicitation
  • Ajout de questions et suggestions relatives aux processus de travail identifiées dans des « Commentaire »:
      • Professeurs: 64
      • Concepteurs: 38
  • But: en référer aux intervenants et instances concernées dans le but de susciter la discussion
  • Un apport significatif aux efforts d’amélioration des processus de travail !

Josianne Basque, 2012

explicitation2
Explicitation
  •  Quand on ouvre des sous-modèles, ça fait comme : Wow!  Je trouve que c’est valorisant (…). Ça montre vraiment qu’on a travaillé beaucoup. (…). Je suis impressionnée.

Concepteur, Intermédiaire, Séance 10

  • C'est un peu le défi d'être capable de partager ce qu’on a fait avec les collègues : c’est de ne pas apeurer les gens quand un modèle comme celui qu’on a réalisé va leur être présenté parce que c’est d’un niveau de complexité élevé, puis là ça pourrait faire comme: " Il y a beaucoup trop d’éléments là-dedans, je n’y arriverai jamais! »

Prof, novice, entrevue finale

Josianne Basque, 2012

explicitation quelques questions soulev es
Explicitation - Quelques questions soulevées
  • Quelles connaissances expliciter? Celles relatives à:
    • Tâche prescrite actuelle(procédures, conventions collectives, etc.) ?
    • Tâche pratiquée actuelle?
    • Tâche qui devrait être pratiquée?
  • Comment représenter les variantes dans les pratiques?
  • Quelles limites met-on à l’exercice d’explicitation?
    • Exclure les connaissances « de base » supposées acquises en formation initiale?
    • Demeurer générique?
        • j'ai l'impression qu' il y aura toujours des zones grises ou des petits trucs...(…) il y tellement de cas de figures qu'on ne peut pas tout couvrir non plus là… Concepteur, intermédiaire, séance 4

Josianne Basque, 2012

apprentissage
Apprentissage

Moi déjà, j’ai appris. J’ai fait un seul dossier de présentation [à ce jour], puis si j’avais su tout ce que j’ai entendu là, je l’aurais fait différemment. (….) Déjà moi, j’apprends!Concepteur, novice, séance 1

Comme à chaque séance, moi j’apprends beaucoup! (…) comme les pratiques sont différentes puis comme on en discute, ça me fait réfléchir sur nos propres pratiques.Concepteur, novice, Séance 7

Mon sentiment de compétence est plus fort depuis qu’on travaille sur ce projet-là.

Concepteur, Novice, Séance 10

Ça m’a (…) permis d’apprendre des choses sur le fonctionnement en général. Ça m’a permis de me situer davantage dans la culture de l’UER, sur la problématique de la conception de cours à la TÉLUQ et sur tout le fonctionnement organisationnel. Prof, novice, entrevue finale

Pour moi, c’est une activité de développement professionnel importante…même en fin de carrière. Prof, expert, Séance 10

Josianne Basque, 2012

apprentissage la courbe d apprentissage
Apprentissage – La courbe d’apprentissage

C’est comme si, dans mon processus d’apprentissage, il y a des études là-dessus, on sait que dans chaque apprentissage, on sait qu’il y a des moments où on a l’impression d’en savoir moins que on savait au début. Moi j’en suis là, j’ai l’impression qu’aujourd’hui j’en sais moins que ce qu’il me semblait savoir au départ. (…) Je me disais: « OK si je fonctionne comme ça, ça va être bon », mais là je ne sais vraiment plus.

Prof, novice, Séance 10

Josianne Basque, 2012

transfert dans la pratique
Transfert dans la pratique
  • Application de « trucs », principes, etc., dans sa pratique:

J'ai mis (…) à profit la chose qu'on s'est dit (…) puis je me rends compte que déjà, ça porte fruit. Donc (…) déjà, cela m'a fait acquérir quelque chose de différent par rapport à ma pratique.

Concepteur, intermédiaire, séance 8

  • Meilleure intégration à la culture de l’UER:
    • J'ai réalisé que maintenant j'étais capable de dire "on", donc je me sentais vraiment intégrée à l’unité X. J'ai commencé aujourd'hui (…). C'est comme un nouvel angle, en termes d'immersion. »

Concepteur, intermédiaire, séance 7

Josianne Basque, 2012

conclusion
Conclusion
  • Une piste prometteuse à explorer pour favoriser le transfert (partage !) de l’expertise professionnelle.
  • Multi-directionnalité du transfert interindividuel
  • Peut contribuer à améliorer les pratiques de conception de cours à distance

Josianne Basque, 2012

discussion vos questions basque josianne@teluq ca www teluq ca jbasque
Discussion: vos questions!basque.josianne@teluq.cawww.teluq.ca/~jbasque

Josianne Basque, 2012

Pour télécharger G-MOT: http://poseidon.licef.ca/gmot/

Tous mes remerciements aux participants des deux groupes de mentorat !

r f rences
Références

Ausubel, D. (1963). The Psychology of Meaningful Verbal Learning. New York: Grune & Stratton.

Basque, J., & Pudelko, B. (2009). Intersubjective Meaning-Making in Dyads Using Object-Typed Concept Mapping In P. L. Torres & R. C. V. Marriott (Eds.), Handbook of Research on Collaborative Learning Using Concept Mapping: IGI Global.

Basque, J., Pudelko, B. (2010). La comodélisation des connaissances par objets typés: Une stratégie pour favoriser le transfert d'expertise dans les organisations. Revue Télescope (Numéro spécial: Le transfert intergénérationnel des connaissances), 16(1), 111-129.

Bozeman, B., & Feeney, M. K. (2007). Toward a useful theory of mentoring: A conceptual analysis and critique. Administration & Society, 39(6), 719-739.

Buzan, T., & Buzan, B. (1996). The mind map book. New York: Penguin Books.

Chi, M. T. H., Glaser, R., & Farr, M. J. (1988). The nature of expertise. Hillsdale, NJ: Lawrence Erlbaum Associates.

Doise, W., & Mugny, G. (1981). Le développement social de l'intelligence. Paris: InterÉditions.

Ericsson, K. A., & Charness, N. (1994). Expert performance: its structure and acquisition. American Psychologist, 49(3), 725-747.

Glaser, R. (1986). On the nature of expertise. In H. Hagendorf (Ed.), Human Memory and Cognitive Capabilitis: Mechanisms and Performances (pp. 915-928). North Holland: Elsevier Science.

Holley, C. D., & Dansereau, D. F. (1984). Spatial Learning Strategies. Techniques, applications, and related issues. New York, London: Academic Press.

Lave, J., & Wenger, E. (1991). Situated learning: Legitimate peripheral participation. New York: Cambridge University Press.

Josianne Basque, 2012

r f rences1
Références

Novak, J. D., & Gowin, D. B. (1984). Learning how to learn. Cambridge: Cambridge University Press.

Paquette, G. (2002). Modélisation des connaissances et des compétences. Sainte-Foy (Québec): Presses de l'Université du Québec.

Paquette, G. (2007). An Ontology and a Software Framework for Competency Modeling and Management. Educational Technology and Society, 10(3), 1-21.

Pudelko, B., Basque, J. (2005).Logiciels de construction de cartes de connaissances: des outils pour apprendre. Dossier pratique Profetic, CREPUQ, Montréal: CREPUQ. www.profetic.org

Ritchie, A., & Genoni, P. (2002). Group mentoring and professionalism: a programme evaluation. Library Management, 23(1-2), 68 - 78.

Schmidt, H. G., & Boshuizen, H. P. A. (1993). On Acquiring Expertise in Medecine. Educational Psychology Review, 5(3), 205-221.

Sternberg, R. (1997). Cognitive conceptions of expertise. In R. R. Hoffman (Ed.), Expertise in Context. Human and Machine (pp. 149-162). Menlo Park, CA/Cambridge, MA: AAAI Press/MIT Press.

Suthers, D. (2003). Representational guidance for collaborative inquiry. In J. Andriessen, M. Baker & D. Suthers (Eds.), Arguing to Learn (pp. 27-46). Dordrecht/Boston/London: Kluwer.

Vygotsky, L. S. (1978). Mind in society: The development of higher psychological process. Cambridge: Harvard University Press.

Josianne Basque, 2012