enseigner la po sie au cycle ii n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Enseigner la poésie au cycle II PowerPoint Presentation
Download Presentation
Enseigner la poésie au cycle II

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 40

Enseigner la poésie au cycle II - PowerPoint PPT Presentation


  • 255 Views
  • Uploaded on

Enseigner la poésie au cycle II. Animation POESIE REZE 28 avril 2010 Lucie DESAILLY – IUFM Nantes.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Enseigner la poésie au cycle II' - callum-shelton


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
enseigner la po sie au cycle ii

Enseigner la poésie au cycle II

Animation POESIE

REZE

28 avril 2010

Lucie DESAILLY – IUFM Nantes

slide2
« Le poète est vraiment voleur de feu. Il est chargé de l’humanité, des animaux même ; il devra faire sentir, palper, écouter ses inventions ; si ce qu’il rapporte de là-bas a forme, il donne forme; si c’est informe, il donne l’informe. Trouver une langue ; du reste, toute parole étant idée, le temps d’un langage universel viendra ! » Arthur RIMBAUD Lettre à Demeny, mai 1871.
faire parler la langue comme personne pour tout le monde alain borer
« faire parler la langue comme personne pour tout le monde » (Alain Borer).
  • La poésie sollicite la langue là où personne ne le fait, elle récuse les parlers ordinaires et utilitaires, les stéréotypes, les formules usées…
  • La langue poétique peut ainsi paraître inhabituelle, étrange. Mais cette étrangeté-là n'est pas facilité ou coquetterie, ni hermétisme pour initiés. Elle parle pour tout le monde. En tant que personne, l’élève est interpellé par la poésie : elle retravaille son rapport à sa propre langue, et elle exprime dans son parler un rapport aux autres, au monde et à soi-même.
lire des uvres compl tes
Lire des œuvres complètes
  • La lecture d’un ouvrage complet de poésie, c’est-à-dire d’un ensemble de poèmes que l’auteur a choisi de rassembler dans un certain ordre, restitue cette " consistance " d’une personne mieux que ne peut le faire le poème-page où l'écart de langue n'a pas l'espace de jouer à plein, d'entrer en résonance avec d'autres manifestations.
c est solliciter le langage autrement
C’est solliciter le langage autrement
  • Que la poésie ait sa place légitime dans l’enseignement de français, c’est affaire entendue dans l’école. On retient le plus souvent au prime abord qu’avec la poésie, on aborde une dimension plus libre de l’usage de la langue dans laquelle la syntaxe peut être bousculée et les règles enfreintes, le lexique recréé, la matérialité sonore et visuelle des mots très largement mobilisée.
des difficult s apparentes seulement
Des difficultés apparentes seulement
  • La poésiedonne aussi accès à la découverte et à l’expression de fondamentaux : origine/fin – sécurité/peur – doutes/affirmations – crises/espérances, présence/absence/solitude – moi/autres - etc.
  • Les élèves de l’école primaire sont prêts à entrer dans ces voies authentiques de la parole, par delà même les difficultés apparentes de la langue qui les dit […] car il ne s’agit pas, en poésie, de tout expliquer mais de laisser la langue agir, y compris dans ses points d’obscurité, et de faire confiance au poème qui travaille la langue autant qu'à celui qui le reçoit, " en sourdine ".
  • Doc d’accompagnement La poésie à l’école, 2002.
slide7
« La poésie n’est pas incompréhensible, elle est inexplicable ». Octavio Paz
  • « Le lecteur de la poésie n’analyse pas, il fait le serment à l’auteur, son proche, de demeurer dans l’intense ». Yves Bonnefoy.
programmes 2008
Programmes 2008
  • La pratique de la récitation sert d’abord la maîtrise du langage oral, puis elle favorise l’acquisition du langage écrit et la formation d’une culture et d’une sensibilité littéraires.
  • Les élèves s’exercent à dire de mémoire, sans erreur, sur un rythme ou avec une intonation appropriés, des comptines, des textes en prose et des poèmes.
privil gier un usage po tique de la langue
Privilégier un usage poétique de la langue
  • Ecouter
  • Lire
  • Dire
  • Écrire
  • Apprendre la langue
  • Et l’évaluation dans tout ça ?
ecouter
ECOUTER
  • Lire beaucoup : de poésies aux enfants en installant par exemple « un jour- un poème » avec une lecture désengagée et gratuite (JP Siméon).
  • « Le maître lecteur », premier médiateur entre la poésie et les élèves : la voix du maître reste neutre pour favoriser une réception personnelle de l’élève (A. Camenish et E. Weber).
slide11
Des élèves peuvent aussi devenir lecteurs, à condition que cette décision relève d’un libre choix.
  • Des « professionnels » lecteurs : voir du côté des enregistrements (coin écoute).
slide12
Si la dimension sonore a sa place pour construire chez les élèves de cycle II intérêt et conscience des éléments sonores du langage… ne pas rabattre la poésie à cette seule fonction.
  • Mais bien sûr, en profiter… avec délice !

L’amiral Larima

Larima quoi

La rime à rien

L’amiral Rien

Prévert

quelques notions au passage
Quelques notions au passage
  • L’accent tonique perceptible dans les vers réguliers (décasyllabes, alexandrins).
  • La rime
  • La césure
  • L’allitération
  • L’assonance
slide14
LIRE
  • Une nécessaire réflexion sur l’offre : quels textes ? Quels supports ?
  • Comment prendre en compte ce que les enfants connaissent déjà, ce qu’ils peuvent rencontrer dans leur manuel, et également construire une offre plus ouverte, y compris à des textes non spécifiquement enfantins ? (cf. la liste C2).
voir liste cycle ii
Voir liste Cycle II
  • Beaudout, Ghislaine, La forêt des pas perdus
  • Bertier, Anne, Rêve-moi une lettre
  • Blanpain, Jean-Pierre, L‘histoire de Monsieur A
  • Blegvad, Éric, Vite, vite chère Marie !
  • Coffinières, Hervé, Sucré salé
  • Éluard, Paul - Dans Paris
  • Lujan, Jorge, Poème à compter
  • Trotereau, Anne, Chansons pour le hérisson
slide16
Bergèse, Paul, Les poches pleines de mots
  • Boudet, Alain, Les mots des mois
  • Butor, Michel, Zoo
  • Cazals, Thierry, Le petit cul tout blanc du lièvre
  • Claudel, Paul - Dodoitzu et l’escargot alpiniste
  • Cosem, Miche, lArbres de grand vent
  • Desnos, Robert– Poèmes
  • Guilbaud, Luce - Qui, Que, Quoi ?
  • Guillevic, Eugène - Échos, disait-il
  • Henry, Jean-Marie, choix de Il pleut des poèmes : anthologie de poèmes minuscules
  • Jabès Edmond - Petites poésies pour jours de pluie et de soleil
  • Jean, Georges - Écrit sur la page
slide17
Malineau, Jean-Hugues- Choix de Premiers poèmes pour toute ma vie : les plus beaux poèmes du XXe siècle pour les enfants d’aujourd’hui
  • Norge, Géo - On peut se tromper
  • Nys-Mazure, Colette - Je n’ai jamais dit à personne que
  • Prévert, Jacques - La pêche à la baleine
  • Rochedy, André - Descendre au jardin
  • Sadeler, Joël - Le chat de 20h 32 et autres poèmes
  • Schmitt, Daniel - Fredonnaisons
  • Serres, Alain - Le bestiaire des mots.
  • Tardieu, Jean - Le Tardieu
  • Van de Vandel, Edward - Super Gloupi
slide18
« Ce ne sont pas les œuvres qui sont adaptées ou inadaptées aux élèves, c’est ce qu’on demande aux élèves à partir des œuvres qui l’est ou non ».
  • « C’est à chaque enseignant de se créer sa bibliothèque idéale, qui évolue, varie en fonction des élèves et des buts recherchés, se construit aussi collectivement ».
  • « Il faut accepter que la poésie résiste, échappe, inquiète, déroute ». (JP Siméon)
lire toujours le recueil
Lire toujours : le recueil
  • Peu d’anthologies dans la liste pour éviter des regroupements thématiques, mais ne pas s’en priver totalement : des éditeurs ont fait des choix intéressants (Rue du Monde; Mango ; Gallimard).
  • En revanche, la notion de recueil est centrale, dès le cycle II (ce sera encore plus marqué dans la liste Cycle III). « Le poème ne prend sa réelle valeur qu’inclus dans l’ensemble du recueil » (A. Camaenish, E. Weber).
un parcours tabulaire
Un parcours tabulaire
  • Souvent le poème contemporain n’est pas linéaire et invite à une lecture « tabulaire » (JY Dubreuil) fait de va-et-vient multiples.
  • Il ne s’agit pas de mettre le poème à plat, de le désosser… mais en révéler les reliefs afin d’enrichir la perception / la réception du texte.
  • L’approche visuelle va prendre toute sa place dans ce travail.
slide21
Le blanc et l’espace : interligne, retrait, alinéa, coupures, espacements
  • Calligrammes
  • Les mots ont des visages

(J. Guenoun)

slide22
Trente et un poème de poche, 2 (Jacques Roubaud, Autobiographie)

Tout cela je

ne l’a

vais jamais

vu c’est é

trange

j’attends le

tramway j’attends

la mort

c’est un vieux

papier que je

déplie :

et pourtant

la mort n’est pas

sépa

rée la na

ture n’a pas

de point

ni la vie

slide23
DIRE
  • Retour à la récitation
  • Petit tour de table des pratiques : comment faire pour éviter le pensum… des élèves et des maîtres ?
  • Quelques pistes pour le cycle III (A. Camenish et E. Weber): par deux ou trois, faire son marché pour le cycle II.
quelles comp tences sont en jeu
Quelles compétences sont en jeu ?
  • Des compétences techniques : posture, maîtrise de la voix, maîtrise du souffle, de la respiration, maîtrise de l’articulation…
slide26
Du côté des compétences d’interprétation : choix du rythme, du débit, choix de l’intensité, choix de l’intonation, choix d’effets particuliers…
  • Ne pas chercher le sens pour dire, mais dire pour trouver le sens.
ecrire une histoire 4 voies
ECRIRE : « une histoire à 4 voies »
  • Du jeu (imiter, suivre des règles, laisser faire le hasard…) à la création, il n’y a pas de curseur à placer : l’occasion pédagogique d’étayer si et quand nécessaire.
  • Quatre pistes : quatre approches : anthologique, imitative, ludique, créative.
approche anthologique
Approche anthologique
  • La constitution d’une anthologie apparaît explicitement dans les activités requises dès le cycle II.
  • Articulée avec la lecture, la pratique de la citation devient « un vrai travail d’écriture » (S et MC Martin).
  • Créer une anthologie implique une lecture, un choix, un geste scripteur, un support.
  • C’est une démarche individuelle.
approche imitative
Approche imitative
  • Trésors (Rolande Causse)

Dans ma poche, il y a

une grosse pomme grise

et un rêve infini.

Dans ma poche, il y a

un papier froissé

et un souvenir ailé

Dans ma proche, il y a

un taille crayon marron

et une illumination

slide30
« A ceux qui déclarent que la forme tue le fond, on peut aussi objecter que la contrainte formelle permet justement de libérer l’écriture, voire la parole, parce que le sujet ne se centre pas sur le propos mais sur le moyen utilisé ». (A. Camenish et E Weber)
approche ludique
Approche ludique

Deux grandes sources : les Surréalistes et l’OULIPO

  • Le collage (T. Tzara):
  • Par exemple, à partir des mots découpés d’un court poème, tenter d’en refaire un autre, avec quelques mots ou tous les mots…
  • Mélanger des vers découpés issus de plusieurs textes: les associer pour créer un nouveau texte.
mamou et mots valises
Mamou et mots valises
  • A partir d’un mot créé de toute pièce, il s’agit d’inventer sa définition (brève) suivie d’un exemple de contexte comme dans le dictionnaire.
  • Chez Breton, mamou veut dire amour « Venez mamou, il se fait tard ».
  • Les mots valises : de LAPIN et SOURIS, nous aurons LARIS, PINSOU, RIPIN etc.
du hasard
Du hasard

Le cadavre exquis ou les petits papiers

  • joueur 1 gn
  • joueur 2 un ou plusieurs adjectifs
  • joueur 3 gv
  • joueur 4 CCL

Variante à deux joueurs

  • joueur 1 Qu’est-ce que…
  • joueur 2 C’est…..
  • joueur 1 Pourquoi….
  • joueur 2 Parce que….
approche cr ative
Approche créative
  • Constituer du matériau pour des « réservoirs » d’idées, de mots, d’expressions, d’images…. (ex. de la corolle lexicale/ ou tableau)
  • ARBRE
des inducteurs vari s
Des inducteurs variés
  • Une situation vécue
  • Une écoute musicale
  • Une sensation
  • Une œuvre picturale
  • Une expression
  • Un vers imposé
  • Une rêverie
apprendre la langue
Apprendre la langue
  • Au cycle 2, s’intéresser aux composantes sonores du langage.
  • Jouer sur la graphie (typo, ortho).
  • Etablir des listes, sans nécessairement les « nomenclaturer » pour puiser dedans : des listes « natures de mots » (verbes, adjectifs, mots outils) ; des listes « mots de la famille » ; des listes « sonores »...
  • Garder tous les débuts de phrases qui font tremplin (syntaxe).
evaluer c est donner de la valeur
Evaluer, c’est donner de la valeur
  • Valoriser et socialiser. Valorisation orale, écrite, plastique… dans des lieux qui ne sont pas seulement la classe.
  • Et évaluer : il s’agit d’évaluer à la condition que les compétences découlent d’un apprentissage et d’un enseignement/ sur des critères identifiés par les élèves.
en guise de synth se et de conclusion
En guise de synthèse et de conclusion

Activités de réception

  • Écouter : le maître, les autres, soi.
  • Lire : lire des poèmes, comparer, collecter, classer.

Activités de production

  • Dire : apprendre à dire, interpréter, s’exprimer.
  • Écrire : recopier, produire, créer.
bibliographie
Bibliographie
  • Camenish A et Weber E, Usage poétique de la langue, cycle III. Bordas 2001.
  • Collectif, Aux passeurs de poèmes, Sceren CNDP 2008.
  • Jolibert Josette, Former des enfants lecteurs et producteurs de poèmes, Hachette Education 2006.
  • Kurz Monique,« Aborder la poésie au cycle 2 » dans Les voies de la littérature au cycle 2, Sceren crdp Créteil 2008
  • Martin S et MC, Les poésies, l’école, PUF 1997.
  • Jean-Pierre Siméon, Site remue-net et Les Cahiers pédagogiques 462.
  • « La poésie de l’école » dans Les cahiers Robinson, 2002.
  • « Poésie poésies » dans Les CRAP Cahiers pédagogiques, octobre 2003