grand age et sant le cas particulier des d mences s niles n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Grand Age et Santé le cas particulier des démences séniles PowerPoint Presentation
Download Presentation
Grand Age et Santé le cas particulier des démences séniles

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 38

Grand Age et Santé le cas particulier des démences séniles - PowerPoint PPT Presentation


  • 136 Views
  • Uploaded on

Grand Age et Santé le cas particulier des démences séniles. Joël Ankri AP-HP, UVSQ. Evolution des idées. Éthymologiquement: de-mens « privé d’esprit » Terme utilisé depuis des siècles par les médecins et les juristes dans des acceptions fort diverses

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Grand Age et Santé le cas particulier des démences séniles' - arella


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
grand age et sant le cas particulier des d mences s niles

Grand Age et Santéle cas particulier des démences séniles

Joël Ankri

AP-HP, UVSQ

Colloque Vieillissement et Citoyenneté, Paris 29/01/04

evolution des id es
Evolution des idées
  • Éthymologiquement: de-mens « privé d’esprit »
  • Terme utilisé depuis des siècles par les médecins et les juristes dans des acceptions fort diverses
  • Retrouvé dans des papyrus égyptiens : considérant que l’âge peur être accompagné par d’importants troubles de la mémoire
  • Repris par les auteurs romains de la période hellénistique. Aretheus (fin du 2ème siècle AD) : maladie à part entière et distingue les troubles aigus et chroniques
  • Vide entre la période gréco-romaine et le XIXème siècle
  • « sénilité conséquence du péché originel »
  • Ph. Pinel (1745-1826) fondateur de la psychiatrie moderne : première véritable description de la démence
la maladie d alzheimer
La maladie d’Alzheimer
  • 1906 : description d’Alois Alzheimer
  • 1911 : la maladie d’Alzheimer (Kraeplin)
  • ……….
  • 1940 : DSMI: pas de terme de démence ni MA
  • 1968 : DSMII: D sénile et présénile
    • 1975 : MMSE de Folstein
  • 1980 : DSM III et DSM III-R (1987) définition de la démence
    • 1984 : NINCDS-ADRDA: diagnostic de la MA
    • 1986 : THA, Summers, N Engl J Med
    • 1987 : localisation du gène APP sur Ch21
    • 1993 : ApoE (Roses)
  • 1994 : DSMIV : définition de la MA
    • 1994 : AMM de la tacrine
    • 1998 : donepezil, 1999: rivastigmine, 2001: galantamine, 2002: mémantine
  • 2000-1 : Rapport Girard et Plan « démence »
d finition
Définition
  • La démence est
    • une altération lente et progressive des fonctions supérieures
    • liée à une atteinte cérébrale organique
    • et interférant avec les activités sociales normales
causes des d mences
Causes des Démences
  • Primitives
    • Dégénératives :
      • maladie d ’Alzheimer
      • démence à corps de Lewy
      • démences frontales (y.c. Pick)
      • démences sous corticales
    • Vasculaires
      • MID, Lacunaire, Biswanger
  • Secondaires : (post-trauma, infect, toxique, métabolique, HPN,..)
les l sions caract ristiques de la maladie d alzheimer
Les lésions caractéristiques de la maladie d’Alzheimer
  • La DNF (dégénérescence neuro-fibrillaire)
    • Les neurones sont envahis par un matériel fibrillaire qui s’accumule en torche ou en boule.
    • e- : rubans torsadés, formés de paires de filaments hélicoïdaux.
    • Constituant majeur = protéine tau
  • La plaque sénile
    • Structure sphérique microscopiques formée d’un cœur de protéines insolubles entouré de prolongement nerveux anormaux.
    • Constituant majeur du dépôt amyloïde: protéine  (39 à 42 AA)
    • Conformation particulière au sein des plaques en feuillets B insolubles.
validit des crit res diagnostics de la ma
Validité des critères diagnostics de la MA
  • Pour NINCDS/ADRDA, DSMIV:
    • Spécificité : 76%-88%
    • Sensibilité : 53%-65%
  • Dans les centres non spécialisés
    • Après confirmation neuropathologique
    • « probable » Alzheimer= 65%
      • (Petrovitch, Neurology, 2001)
le mod le pr dominant
Le modèle prédominant
  • La cascade amyloïde:
    • Le peptide  amyloïde existe sous forme soluble dans le cerveau
    • Le passage à la forme insoluble est la première étape de cette cascade qui conduit à la plaque sénile et à la dégénérescence neuronale
slide10

Schéma simplifié de la cascade amyloide

APP (amyloid precursor protein)

amyloïde

tau

plaque

Mort cellulaire neuronale

DNF

D’après Chapman, 2001

Démence

la cascade amylo de
La cascade amyloïde
  • Mais mécanisme non univoque
      • Mécanisme impliqué avant même les symptômes
  • Autres facteurs pouvant intervenir
      • Réponse inflammatoire
      • L’augmentation de la phosphorylation de la protéine Tau
      • Implication des facteurs vasculaires
        • Nombreux arguments physiologiques, cliniques et épidémiologiques (Nun Study)
        • Rôle de certains médicaments
        • HTA à 45-50 ans prédispose à MA au grand âge (Kivipelto, Br Med J, 2001)
        • Mais HTA après 65 ans (Posner, Neurology, 2002) n’est pas associée à MA
incidence
Incidence
  • L’incidence (F>H)
    • Des démences : 19.4/1000 personnes-années
    • Augmente avec l’âge
      • 2.4/1000pa entre 65-69 ans
      • 70.2/1000pa après 90 ans
    • Maladie d’Alzheimer
      • 1.2/1000pa entre 65-69 ans
      • 53.5/1000pa après 90 ans
estimations
Estimations
  • 1999:
    • prévalence
      • 625 000 cas de démence
      • 430 000 cas de MA
    • incidence
      • 140 000 nouveaux cas annuel de démence
      • 100 000 de MA
  • 2003 :
    • Les chiffres actuels revus complètement à la hausse.
    • Le nombre des patients en 2003 est celui qui était prévu pour 2010
pr valence
Prévalence

Dartigues et al. Medecine/Sciences 2002

incidence1
Incidence

Dartigues et al. Medecine/Sciences 2002

pr valence en fonction de l ge
Prévalence en fonction de l’âge
  • varie en fonction
      • de l’instrument diagnostique,
      • des critères diagnostiques
      • et de la méthode d’échantillonnage
  • L’évolution en fonction de l’âge
      • semble établi jusqu’à un âge variant entre 85 et 90 ans selon les études.
  • Au-delà
      • la discussion reste ouverte compte tenu
      • du faible nombre d’études
      • et des problèmes méthodologiques inhérents à ce type d’études.
et chez les centenaires
Et chez les centenaires ?..
  • Etude des centenaires
    • Andersen-Ranberg (J Gerontol 2001)
      • Prévalence 51%
    • Blansjaar (Int J Geriatr Psychiatry, 2000)
      • Prévalence 88%
    • Ravaglia, (Neurology, 1999)
      • Prévalence 62%
  • Mais :
    • Difficultés d’évaluation des fonctions cognitives
      • Incapacités physiques
      • Déficiences sensorielles
serons nous tous d ments un jour
Serons-nous tous déments un jour?
  • Si croissance « exponentielle » avec l’âge
      • Taux d’accroissement de la prévalence diminue après 95 ans Ritchie (Lancet 1995)
      • Diminution de l’incidence après 93 ans (H) et 97 ans (F) Miech (Neurology 2002)
  • Les problèmes méthodologiques demeurent
  • Il semble néanmoins que la MA soit liée à l’âge et non au vieillissement
  • Le problème de santé publique demeure
facteurs de risque
Facteurs de risque
  • Âge
  • Sexe féminin
  • facteurs génétiques
  • Antécédents familiaux de démence
  • Niveau d’éducation
  • Taille de la tête
  • Activités de loisirs
  • Statut matrimonial et environnement social
  • Antécédents de traumatismes crâniens
  • Dépression
  • Consommation de vin
  • Composition de l’eau de boisson
  • Oestrogènes
  • Anti-inflammatoires non stéroïdiens
  • Facteurs vasculaires
4 tapes cl s
4 étapes clés
  • Diagnostic
  • L ’apparition des troubles du comportement
  • l ’introduction des aides pour les activités de la vie quotidienne
  • la préparation de l ’entrée en institution
3 interlocuteurs
3 interlocuteurs
  • La personne âgée
  • la famille (le support informel)
  • les professionnels du secteur sanitaire et social
1 principe
1 principe
  • Tant que l ’on n ’a pas de traitement curatif de la démence, la question du mode de prise en charge des déments se pose
    • il faut maintenir l ’autonomie et le lien social
  • L ’autonomie du dément ne peut être reconnue tant qu ’on le prend pour une chose, un enfant, un mort vivant
  • On peut aider le sujet à consolider son identité, son affectivité même aux stades les plus évolués en sortant du processus de réification.
l objectif
L ’objectif
  • Maintenir la qualité de vie de la personne âgée et de son entourage
    • dans son environnement familier
    • le plus longtemps possible
pour atteindre cet objectif
Pour atteindre cet objectif
  • Faire un diagnostic précoce
    • pour éviter les situations à risque
    • préparer psychologiquement et matériellement l ’entourage
    • donner le maximum de chance aux traitements spécifiques
pour atteindre cet objectif1
Pour atteindre cet objectif
  • Savoir prévenir et traiter les troubles du comportements
    • (source d ’institutionnalisation)
    • conseils et petits moyens
    • thérapeutiques médicamenteuses adaptées
    • utilisation de services spécialisés
pour atteindre cet objectif2
Pour atteindre cet objectif
  • Aider et soutenir les aidants
    • avec les services de maintien à domicile
    • aides financières
    • aides matérielles et humaines
    • rôle des psychologues et des travailleurs sociaux
    • rôle des services spécialisés type HDJ
la prise en charge ambulatoire
La Prise en Charge Ambulatoire
  • Est fonction du stade de la maladie
  • au début
    • centrée sur le sujet
    • stimulation cognitive, maintien des capacités
    • prise en charge de la composante psychologique associée
    • traitement médicamenteux
  • sans oublier l’entourage
la prise en charge ambulatoire 2
La Prise en Charge Ambulatoire (2)
  • À ce stade :
    • problème éthique
      • dire ou ne pas dire le diagnostic au patient, à la famille
    • organisation de la vie matérielle
      • comme la conduite automobile
      • la gestion du patrimoine (tutelle, curatelle)
    • gestion de l ’incertitude
la prise en charge ambulatoire 3
La Prise en Charge Ambulatoire (3)
  • Au stade intermédiaire
    • centrée sur le couple « aidant-aidé »
    • avec l ’introduction progressive des services de MAD
  • Au stade terminal
    • choix du moment d ’entrée en institution (no)
    • la fin de vie et son accompagnement
la prise en charge ambulatoire1
La Prise en Charge Ambulatoire
  • À tous les stades
      • prendre en charge la comorbidité et son traitement
      • reposer les stratégies thérapeutiques et préventives
        • ex : intervention chirurgicales, etc..
        • Sans excès de risque ni de perte de chance
      • Tenir compte des éléments anxiodépressifs souvent associés
      • expliquer, conseiller
      • tenir compte de l ’angoisse et du fardeau des familles
      • coordonner les aides avec les partenaires médicaux et sociaux
les traitements sp cifiques de la maladie d alzheimer
Les traitements spécifiques de la Maladie d’Alzheimer
  • Ont un mécanisme d ’action commun
    • Inhibition de l’acetylcholine estérase
  • des effets secondaires communs
    • liés à la stimulation de la cholinergie
      • effets digestifs
      • effets cardiaques
      • effets neuropsychiatriques
    • effet lié à la dose
les th rapeutiques actuelles
Les thérapeutiques actuelles
  • Ont eu leur indication dans « le traitement symptomatique des formes légères à modérément sévère de la maladie d’Alzheimer »
      • Tacrine COGNEX°
      • Donepezil ARICEPT°
      • Rivastigmine EXELON°
      • Galantamine REMINYL°
  • « dans les formes modérément sévères à sévères »
      • Mémantine EBIXA°
slide36

ADAS Cog

Amélioration

t

Produit actif

Aggravation

Placebo

les questions en suspens
Les questions en suspens
  • Permanence de l’effet sur le long terme
    • Données à 12 mois et +, critiques méthodologiques
    • Critères d’évaluation
  • Peut-on identifier des répondeurs?
    • A priori : pour le clinicien, pas d’éléments
    • A posteriori (critères des agences d’enregistrement)
  • Amélioration fonctionnelle?
    • Validité des indicateurs retenus
  • Le traitement des formes extrêmes (sévères et très légère)
en conclusion
En conclusion
  • Quel que soit le mécanisme en cause
  • La Prise en charge de la personne âgée démente
    • est un long parcours, qu’on ne peut faire seul sans aide pluridisciplinaire
    • si on veut assurer à cette personne
  • une QUALITE DE VIE,
  • une DIGNITE
  • jusqu ’à la fin de sa vie