Histoire de l urbanisme
Sponsored Links
This presentation is the property of its rightful owner.
1 / 33

Histoire de l’urbanisme PowerPoint PPT Presentation


  • 74 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Histoire de l’urbanisme. Séance 2 Matteo Cavallaro. Face à l’industrialisation: l’utopie contre la surpopulation. Tony Garnier (1917): la ville industrielle Ville pragmatique: pas de retour à la nature. La ville recrée à son intérieur la séparation des tâches typique du capitalisme

Download Presentation

Histoire de l’urbanisme

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Histoire de l’urbanisme

Séance 2

Matteo Cavallaro


Face à l’industrialisation: l’utopie contre la surpopulation

  • Tony Garnier (1917): la ville industrielle

    • Ville pragmatique: pas de retour à la nature.

    • La ville recrée à son intérieur la séparation des tâches typique du capitalisme

    • Les industries sont près des voie de communication (voies ferrées, routes, ports etc.)

    • « Les quartiers d’habitation sont découpés en îlots selon une trame rectangulaire »

    • Pas d’ornements, pas de bâtiments monumentaux. La dimension humaine choisie est le petit, le fonctionnel et le reste est vu comme superflu.

    • Utilisation du béton, vu comme le nouveau matériel avec lequel bâtir le monde du futur


Face à l’industrialisation: l’utopie contre la surpopulation

  • Ferris (1929): La métropole du futur

    • Fondée sur un rapport trilatérale entre sciences, arts et business.

    • Relativement basse sur le coté habitations, bâtiments qui ne dépassent pas les 6 étages

      • On est déjà à l’époque des gratte-ciels.

    • Pas de banlieue, mais un réseau de tours-noyaux identifiant les trois zones principales (arts/sciences/affaires).

    • Répartition fonctionnelle, plus monumentale que celle de Garnier.


Le Corbusier

  • Ville contemporaine de trois millions d’habitants (1922)

    • Il reprend un projet de l’avant-guerre par Hébrard qui imaginait une ville capitale neutre pour l’Europe

    • Utilisation massive des gratte-ciels => resserrer la ville, accepter l’augmentation de la densité en la concentrant au centre ville.

    • Vision monofonctionnelle des bâtiments

    • Utilisation massive du béton armé et les préfabriqués.

    • Unités d’habitation divisées en blocs de 1600 habitants at au centre des géants bureaux capable d’accueillir jusqu’à 50.000 employés


La Charte d’Athènes

  • 1933: Le Corbusier préside le Congrès international d’architecture moderne.

  • Identifie quatre fonctions clés de la ville moderne:

    • Habiter

    • Circuler

    • Travailler

    • Récréation

  • 95 points sur la planification et la construction des villes.


La Charte d’Athènes

  • Publiée en 1941 dans un ouvrage de Le Corbusier qui s’appelle « La Ville fonctionnelle »

  • Quelques points:

    • Bien-être accessible à tous, relatif égalitarisme :

    • Les bâtiments en hauteur sontprivilégiés ,

    • Aérer l’espace urbain

    • Ensoleillement et éclairage à sauvegarder.

  • Tout ça on le retrouve à la base d’un projet appelé « Plan Voisin », pour Paris


Le Plan Voisin

  • Dessiné en 1925, il s’agit d’un projet sur lequel Le Corbusier travaillera une vingtaine d’année.

  • Le Corbusier est contraire à l’idée de mettre le centre administrative/financier loin du centre ville (donc il se dit contraire à La Défense).

  • Le centre ville est décrit comme une mine de diamants à utiliser et à ne pas laisser mourir.

  • Qu’est-ce qu’il propose, donc?


Le Plan Voisin


Le Plan Voisin

  • « Que répondez-vous à ceux qui vous accusent de détruire le patrimoine de Paris ?

    Aujourd’hui, ce passé est défloré dans notre esprit ; car la participation à la vue moderne qui lui est imposée le plonge dans un milieu faux. Je rêve de voir la place de la Concorde vide, solitaire, silencieuse et les Champs-Elysées une promenade. Les quartiers du Marais, des Archives, du Temple… seraient détruits, mais les églises anciennes sauvegardées. Elles se présenteraient au milieu des verdures ; rien de plus séduisant ! »


Celebration (Florida): la ville de Disney

  • Ancêtre: "Experimental Prototype Community of Tomorrow” (EPCOT)

    • 1982

    • Parcd’attraction

  • Conçue en 1988 et fondée en 1996

  • Walt Disney (mort en 1966) avait une passion pour l’urbanisme

  • "Nous avions la volonté de construire ici une véritable communauté. Nous réalisons ainsi les projets que Walt Disney avait originellement pour ces terrains."


Celebration (Florida): la ville de Disney

  • Mixité des usages du sol (contrairement aux idées de Disney)

  • Ville opérationnelle (pas seulement ville-dortoir)

  • Ville « fictionnelle »: architecture « spectacle »

    • Architectes avaient déjà travaillé avec la compagnie, en particulier pour la construction de leurs hôtels.

  • Obj: absence de criminalité et convivialité (bon voisinage)

  • Trafique et voiture => limités


Les limites de celebration

  • Risque de « gatedcommunity »

    • Habitants: classe moyenne blanche

    • Coût des maisons très élevé

    • Tentatives de la Disney de faire de la pub auprès de la communauté noire => échec.

  • Problème politique

    • Pas de statut de municipalité

    • Police => du comté

    • Mais cela reste une ville « privée »

  • Désengagement de la Disney

    • De 2002 au 2012 vendues toutes les propriétés sauf 2 bâtiments comm.

    • Hab aujourd’hui: 7000 environ

    • Projet européen: Val d’Europe


La ville socialiste


La réalisation urbaine d’une utopie

  • Entre 40 et 70 ans de « domination » socialiste, selon les pays. Qu’est-ce qui en reste?

  • Trois pistes de lecture

    • La ville dans la pensée socialiste

    • Les ville pensées (et réalisées) par des socialistes/communistes

      • Brasilia (mix): architecte principal fut Oscar Niemeyer, qui a aussi construit le siège du PCF, l’urbaniste (Lucio Costa) n’était pas décarêment communiste

    • Les villes réalisées

  • Attention: on se concentrera sur le « socialisme réel  » (bloc soviétique) avec trois exemples peu connus, réalisés à trois époques différentes.


Le marxisme et la ville

  • Ville industrielle => symbole du capitalisme

  • Pas d’indication de ville « socialiste » ou prolétarienne.

  • Tout ce que Marx et Engels disent sur cette question:

    • « Comme nous n’avons pas a` bâtir des systèmes utopiques pour l’organisation de la société future, il serait plus qu’oiseux de nous étendre sur ce sujet [du logement]. Ce qui est certain, c’est qu’il y a dans les grandes villes déjà suffisamment d’immeubles a` usage d’habitation pour remédier sans délai par leur emploi rationnel àtoute véritable ‘‘crise du logement’’ » (Engels)


« Is there a socialist city ?»

  • Bilan fait par Ian Hamilton et Richard French en 1979

    • Mais dans un ouvrage ou la presque totalité des contributeurs sont des « occidentaux » 

  • Leur réponse: oui. Quelles caractéristiques?

    • Croissance urbaine

    • Zonage fonctionnel

    • Micro-raïon

    • Absence de prix du sol

    • Propriété et gestion publique

  • Hamilton en 2005 : après les années 1970 les villes socialistes ont suivi un chemin plus proche de celui des villes occidentales.

  • Aujourd’hui: phénomène de l’Ostalgie dans l’Europe de l’Est.


« Is there a socialist city ?»

  • D’autres visions:

    • Ecole « écologique »: modernisation et industrialisation unifient les deux champs.

      • Soc = Cap, avec délai

    • Ecole « historique »: différence car ville est façonnée par le mode de production + Etat monopoliste du développement urbain.

      • Szelenyi: les caractéristiques de cette ville seraient la présence de projet public de large dimension, la monotonie visuelle, la surreprésentation des bâtiments à usage industriel, la concentration urbaine.

  • Et qu’est-ce qu’on peut dire des villes post-socialistes?

    • L’héritage soviétique continue à peser en terme de bâtiments industriels vides et architecture de certaines zones.

    • Forte commercialisation et une certaine « informalité » après les années du contrôle étatique.


OrasulStalin (Brasov)

  • Roumanie, ville qui changea du nom pendant la période de Ceausescu

  • Histoire:

    • Cité d’origine médiévale

    • Colonisation germanique

    • Soutien industriel sous l’Empire

    • Ville ancienne tout autour de l’Hôtel de Ville.

  • Migration roumaine avec l’industrialisation forcées du deuxième après-guerre: « A la place de la vieille cité féodale, une ville ouvrière »


Deux identités en conflit

  • Projet défini: changer l’identité de la ville.

    • Spoiler alert: vers la fin des années 1950 les autorités changeront d’avis et se reconcentreront sur la conservation du patrimoine artistique

  • Ville: reflet du mode de production et des rapports de classe.

  • Premier problème: l’industrialisation et les quartiers industriels.


La ville ouvrière


L’importance d’un nom

  • Avec la ville, ses places, ses rues et même ses entreprises doivent changer de nom.

  • Ex: le parc de l’Amitié roumano-soviétique, la place Stalin, les enterprisesSteaguRosu (Drapeau Rouge), Partizanul, Dezrobirea (Libération).

  • 23/08/1950: changement du nom de la ville.

    • Pourquoi Brasov? Ville maintenant industrielle grâce aussi à l’aide de la technologie soviétique.

    • Le changement du nom est un fait urbain en soi: mobilisation de toute la citoyenneté pour terminer la réparation (on sort de la guerre) en temps pour le 23 Aout.


Symbolisme à Brasov


Symbolisme à Brasov


Symbolisme à Brasov


Symbolisme à Brasov


Symbolisme.. Sur le Monte Giano


Brasov aujourd’hui


Bibliographie

  • Sophie Didier, « Disney urbaniste : la ville de Celebration en Floride », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, Colloque "les problèmes culturels des grandes villes", 8-11 décembre 1997, document 96, mis en ligne le 06 mai 1999. URL : http://cybergeo.revues.org/1147 

  • PintilescuCorneliu, « OrasulStalin » (La Ville de Staline) 1950-1960 La construction politique d'une identité à Brasov, Histoire urbaine, 2009/2 n° 25, p. 49-68.

  • Ter MinassianTaline, Architecture et patrimoine à Erevan De l'identité nationale à « l'héritage » soviétique ?, Histoire urbaine, 2009/2 n° 25, p. 15-48.

  • Eric Sheppard, Socialist cities?, Urban Geography, 2000 21:8, p. 758-763

  • Joseph L. Scarpaci, Reshapinghabanavieja: revitalization, historicpreservation, and restructuring in the socialist city , Urban Geography, 2000 21:8, p. 724-744


  • Login