De l’interaction
Download
1 / 32

De l interaction dans l uvre musicale mixte - PowerPoint PPT Presentation


  • 67 Views
  • Uploaded on

De l’interaction dans l’œuvre musicale mixte. François NICOLAS (compositeur). Logique et interaction : vers une géométrie de la cognition (Cerisy-la-Salle, 24 septembre 2006). Carlos Kleiber et l’orchestre d’État de Bavière (Munich, octobre 1996) Beethoven : Ouverture « Coriolan ».

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'De l interaction dans l uvre musicale mixte' - charity


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

De l’interaction

dans l’œuvre musicale mixte

François NICOLAS

(compositeur)

Logique et interaction : vers une géométrie de la cognition (Cerisy-la-Salle, 24 septembre 2006)


Carlos Kleiber et l’orchestre d’État de Bavière (Munich, octobre 1996)Beethoven : Ouverture « Coriolan »

De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


Duelle (Munich, octobre 1996)(Ircam, Festival Agora - 2001)

De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


Les questions de logique (Munich, octobre 1996)musicale posées par les interactions dans l’œuvre mixte

(les problèmes « logiques » que l’informatique pose aux œuvres musicales plutôt qu’aux musiciens)

Une interaction entre deux logiques différentes peut-elle être (musicalement) consistante?

Interaction, pas « interactivité »

(cf. refus du « virtuel »)

De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


Logique musicale
Logique «  (Munich, octobre 1996)musicale »

« Logique musicale »: ce qui fait « discours musical » ou « sens musical » d’une évolution sonore.

Au principe : « musical » ≠ sonore

Mais aussi : pensée musicale ≠ un langage

discours musical ≠ une narration

Deux opérateurs « logiques »:

  • l’écriture musicale (le solfège)

  • le corps-accord (du musicien et de son instrument de musique)

De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


Principes orthogonaux
Principes orthogonaux… (Munich, octobre 1996)

Développement musical

Principe de différenciation

A ≠ A(’)

Principe de négation contrainte

A => (A et non-A)

Principe du tiers obligé

A => (A et B)

avec B ≠ A et B ≠ non-A

Démonstration mathématique

Principe d’identité

A = A

Principe de non contradiction

Non (A et non-A)

Principe de tiers exclu

A ou non-A

De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


Logiques philosophiques
Logiques « philosophiques » (Munich, octobre 1996)

  • « Logique du sens » : Deleuze (1969)

    => Logique musicienne du sens musical d’un discours sonore :

    • Cf. les paradoxes des trois « principes »

    • Cf. logique stoïcienne?

    • Cf. la dimension logique des synthèses musicales…

  • « Logiques des mondes » : Badiou (2006)

    => Comment l’écoute musicale fait vérité du monde-Musique ?

    (thèse philosophique : vérité philosophique ≠ véracité ou véridicité!)

    (thèse musicale 1 : en musique, écoute ≠ perception ou audition)

    (thèse musicale 2 : l’écoutemusicale n’est pas affaire d’interaction, a fortiori d’interactivité)

  • De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


    Interactions en musique
    Interactions en musique ? (Munich, octobre 1996)

    Deux essentiellement :

    • Interactions musiciennes : le corps-accord

    • Interactions musicales : les « synthèses »

      Mais pas les rapports écriture/perception ou partition/écoute (en raison des statuts trop centraux de l’écriture et de l’écoute musicales…)

    De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


    Le corps accord
    Le « corps-accord » (Munich, octobre 1996)

    Carlos Kleiber : Mozart : Finale de la 33° symphonie

    ou corps-à-corps = interaction du corps physiologique du musicien et du corps mécanique de l’instrument de musique

    De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


    La version burlesque air guitar le corps accord d sintriqu ou le corps sans organe
    La version burlesque : (Munich, octobre 1996)Air GuitarLe corps-accord « désintriqué »,ou le « corps sans organe » !

    De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


    L interaction musicale
    L’interaction musicale (Munich, octobre 1996)

    La musique à l’œuvre, comme « synthèse »

    (musicale, pas sonore)

    de différentes composantes.

    Exemple « canonique »: Wagner et sa « mélodie infinie »

    De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


    Le monologue de gurnemanz dans parsifal acte i
    Le monologue de Gurnemanz dans (Munich, octobre 1996)Parsifal(acte I)

    De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


    La m lodie infinie comme synth se
    La (Munich, octobre 1996)mélodie infinie,comme synthèse…

    De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


    La m lodie infinie une synth se par modulation
    La (Munich, octobre 1996)mélodie infinie : une synthèse… par modulation !

    De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


    Les trois types de synth ses chez deleuze trois types de d veloppement musical
    Les trois types de (Munich, octobre 1996)synthèses chez Deleuze : trois types de développement musical?

    • Synthèse connective : cf. le développement musical comme déduction écrite (Beethoven -> Boulez)

    • Synthèse conjonctive : cf. le développement musical comme déploiementsonore (Debussy -> Ligeti)

    • Synthèse disjonctive : cf. le développement musical comme altération en parties doubles (Schoenberg -> Ferneyhough)

    De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


    Les probl mes musicaux pos s par l uvre mixte la fois instrumentale et lectroacoustique
    Les problèmes musicaux (Munich, octobre 1996)posés par l’œuvre mixte(à la fois instrumentale et électroacoustique)

    Dans la distance

    (p.46…)

    • Cf. irruption d’une autre « logique » (informatique) dans une « logique musicale » :

    • L’ensemble {ordinateur + haut-parleurs} ne constitue pas un « corps-accord » :

      • L’ordinateur n’est ni un corps musicien, ni un instrument de musique.

      • Les haut-parleurs sont des membranes, pas des corps rayonnants.

      • Pas d’interaction entre ordinateur et haut-parleurs.

    • L’électroacoustique ne s’écrit pas selon l’écriture musicale mais selon un écriture spécifique, non solfégique.

    De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


    Or dans l’œuvre mixte, (Munich, octobre 1996)instruments et haut-parleurs partagent :

    • un même lieu,

    • un même temps « chronologique »,

      tout en ayant

    • des rapports différents à ce lieu : des conceptions divergentes de la spatialité (musicale: rayonnement-excitation / sonore: projection-indifférence)

    • des rapports différents à ce temps chronologique : des conceptions divergentes de la temporalité (musicale: tempo /sonore: horloge)

      Au total, le risque d’une schizophrénie

      qui se matérialise dans une double écriture

    De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


    Une partition musicale c est
    Une partition musicale, c’est (Munich, octobre 1996)

    • une écriture = un système de lettres (le solfège)

    • et un amas hétérogène de notations disparates :

      • des tablatures : Ì q g

      • des expressions en langue naturelle : maestoso, arco…

      • des figures et dessins : U ≥

      • des chiffres et équations : q = 120

    De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


    Le fatras h t rog ne d une partition
    Le fatras hétérogène d’une partition (Munich, octobre 1996)

    Erkennung :

    De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


    Criture notations
    écriture (Munich, octobre 1996)+notations

    écritureseule

    De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


    Une double criture p our une musique mixte
    Une (Munich, octobre 1996)double écriturepour une musique mixte

    • Écrituremusicale proprement dite

      + notations traditionnelles

    • Inscriptioninformatique

      associée à des boites noires

    • Synchronisation générale des instants (pas des dynamiques)

    De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


    Exemple dans la distance
    Exemple : (Munich, octobre 1996)« Dans la distance »

    p.88…

    Ordinateur

    De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


    Exemple duelle
    Exemple : (Munich, octobre 1996)Duelle

    O

    R

    D

    I

    N

    A

    T

    E

    U

    R

    De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


    Crise de l criture musicale
    Crise de l’écriture musicale : (Munich, octobre 1996)

    Surcharge : Brian Ferneyhough

    (5° quatuor)

    De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


    D charge cadence lectroacoustique de duelle
    Décharge (Munich, octobre 1996) : cadence électroacoustique de Duelle

    De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


    Construction ossaturation du son
    Construction / ossaturation du son (Munich, octobre 1996)

    De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


    Exemple d h t rog n it
    Exemple d’hétérogénéité (Munich, octobre 1996)

    [c]

    x2+y2=(c/2)2

    De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


    Y a t il possibilit d interaction entre deux logiques
    Y a-t-il possibilité d’interaction (Munich, octobre 1996)entre deux logiques ?

    Quatre voies :

    0. Oui? Mais alors risque de dislocation de l’œuvre (et du monde-Musique) : cf. « théorie des deux mondes… »

    Non ! :

    • Une « méta-logique » qui subsumerait les deux?

    • Unification par l’écriture informatique ou par la logique d’un nouvel art (cf. « art des sons fixés ») ?

    • Transformation de l’écriture (et donc de la logique) pour qu’elle enveloppe musicalement cette nouvelle interaction ?

    De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


    1 une m ta logique qui subsumerait les deux logiques
    1. Une « Méta-logique » qui subsumerait les deux logiques?

    • L’extérieur n’est pas le « méta »…

    • Il n’y a pas « Le Monde » mais des mondes.

    • Diversité des logiques comme des mondes.

    • Nourrir telle logique (ici la logique musicale) des logiques des autres mondes…

    De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


    2 unification par l criture informatique
    2. Unification par l’écriture informatique? logiques?

    Voir, déjà!, l’échec musical de la tentative de Rousseau de chiffrer le solfège: d’où une compacification; simplification, mais perte de la redondance!

    « La seule objection solide qu’il y eut à faire à mon Système y fut faite par Rameau. À peine le lui eus-je expliqué qu’il en vit le côté faible. Vos signes, me dit-il, sont très bons, en ce qu’ils représentent nettement les intervalles et montrent toujours le simple dans le redoublé, toutes choses que ne fait pas la note ordinaire : mais ils sont mauvais en ce qu’ils exigent une opération de l’esprit qui ne peut toujours suivre la rapidité de l’exécution. La position de nos notes, continua-t-il, se peint à l’œil sans le concours de cette opération. Si deux notes, l’une très haute, l’autre très basse, sont jointes par une tirade de notes intermédiaires, je vois du premier coup d’œil le progrès de l’une à l’autre par degrés conjoints ; mais pour m’assurer chez vous de cette tirade, il faut nécessairement que j’épelle tous vos chiffres l’un après l’autre ; le coup d’œil ne peut suppléer à rien. L’objection me parut sans réplique, et j’en convins à l’instant. »

    Confessions, 285-6

    De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


    3. Transformation de la logique et de l’écriture musicales pour qu’elles enveloppent musicalement l’interaction

    • Transformation des haut-parleurs : la Timée

    • Transformation du rapport musicien au dispositif {ordinateur + haut-parleurs} : viser un contrôle live et gestuel par un musicien d’un type nouveau

    • Développer le solfège: cf. nouvelles lettres (« notes ») pour la Timée

    • Inventer de nouvelles catégories « logiques »…

    De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


    Nouvelles « lettres » : musicales pour qu’elles enveloppent Ω Kz+ ∆Χ ∆α R2x …

    De l'interaction dans l'œuvre musicale mixte (Cerisy, 24 septembre 2006)


    ad