de l tude active de la langue l criture n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
De l’étude active de la langue à l’écriture PowerPoint Presentation
Download Presentation
De l’étude active de la langue à l’écriture

Loading in 2 Seconds...

  share
play fullscreen
1 / 22
Download Presentation

De l’étude active de la langue à l’écriture - PowerPoint PPT Presentation

tudor
102 Views
Download Presentation

De l’étude active de la langue à l’écriture

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. De l’étude active de la langue à l’écriture Proposition de quelques activités Claire Herviou – 18-03-2014

  2. Les principes de cette étude • Il ne s'agit pas de faire assimiler des connaissances abstraites sur la langue, il s'agit de susciter un esprit de recherche et d'interrogation face au langage . • C’est l’élève qui va va construire (ou reconstruire) ses connaissances dans le but de les utiliser , c’est-à-dire d’écrire et de parler de façon appropriée. • Le travail se fait en groupes.

  3. Les principes de cette étude Les activités proposées ici sont fondées sur : - Les observations de l’élève - son raisonnement et son argumentation, - ses manipulations sur la langue, - l’écriture comme réinvestissement, - la mémorisation favorisée par les expérimentations de l’élève

  4. Les principes de cette étude Le principe fondamental, c’est d’étudier les faits de langue en utilisant une démarche scientifique : • On observe, • On dégage des régularités, des lois, • On les énonce, • On les compare avec des grammaires « institutionnelles »

  5. Les différentes étapes de cette activité • L’observation des phénomènes • La manipulation des énoncés et la description des modifications • La formulation des lois, des régularités ou des règles • Une phase d'entraînement, d’application • >>>> L’écriture

  6. 1) L’observation du phénomène : • À partir d’énoncés (textes, phrases…) • Classement en précisant les critères de classement • Comparaison entre plusieurs énoncés • Observation des élèves : constats et questions

  7. 2) La manipulation des énoncés et la description des modifications • Faire des opérations syntaxiques simples (ajouter, soustraire, remplacer, déplacer pour modifier un énoncé). • Observer comment l'énoncé « réagit » à la suite d'une manipulation. • Formulation d’hypothèses descriptives ou explicatives sur le fonctionnement des mécanismes.

  8. 3) La formulation des lois, des régularités ou des règles • Formulation des lois, des règles par les élèves avec leurs mots. • Comparer leur rédaction avec des ouvrages de référence.

  9. 4) Une phase d'entraînement • Les élèves mettent en application leurs découvertes dans d’autres contextes. • Exercices de reconnaissance du phénomène grammatical : souligner, repérer, étiqueter, analyser, illustrer par un schéma; • Exercices de reconnaissance du phénomène grammatical avec justification écrite, retour aux règles; • Exercices de construction de phrases avec manipulations pour faire apparaître le fonctionnement du phénomène à l'étude; • Exercices de production de textes avec des consignes précises faisant intervenir la notion grammaticale à l'étude.

  10. Exemple 1 Texte1 : Incipit de L’étranger 1 - Aujourd’hui, mamanest morte. 2 – Ou peut-être hier, jene sais pas. 3 – J’ai reçu un télégramme de l’asile : « Mère décédée, enterrement demain, sentiments distingués. » 4 – Celane veut rien dire. 5 – C’étaitpeut-être hier. 6 - L’asile de vieillards està Marengo, à quatre-vingts kilomètres d’Alger. 7 – Je prendrai l’autobus à deux heures etj’arriveraidans l’après-midi. 8 - Ainsi, jepourrai veiller etjerentrerai demain soir. 9 - J’ai demandé deux jours de congé à mon patron etilne pouvait pas me les refuser avec une excuse pareille. 10 – Mais il n’avait pas l’air content. 11 – Je lui ai même dit : « Cen’est pas de ma faute. » 12 – Iln’a pas répondu. 13 – J’ai pensé alorsque je n’aurais pas dû lui dire cela. 14 – En somme, je n’avais pas à m’excuser. 15 –( C’était plutôt à lui de me présenter ses condoléances.) 16 – Maisil le fera sans doute après-demain quandilme verra en deuil. 17 – Pour le moment, c’est un peu comme si mamann’était pas morte.

  11. Exemple 1 : Le côté de Guermantes II - Chapitre 1 Nous retraversâmes l’avenue Gabriel, au milieu de la foule des promeneurs. Je fis asseoir ma grand’mère sur un banc et j’allai chercher un fiacre. Elle, au coeur de qui je me plaçais toujours pour juger la personne la plus insignifiante, elle m’était maintenant fermée, elle était devenue une partie du monde extérieur, et plus qu’à de simples passants, j’étais forcé de lui taire ce que je pensais de son état, de lui taire mon inquiétude. Je n’aurais pu lui en parler avec plus de confiance qu’à une étrangère. Elle venait de me restituer les pensées, les chagrins que depuis mon enfance je lui avais confiés pour toujours. Elle n’était pas morte encore. J’étais déjà seul. Et même ces allusions qu’elle avait faites aux Guermantes, à Molière, à nos conversations sur le petit noyau, prenaient un air sans appui, sans cause, fantastique, parce qu’elles sortaient du néant de ce même être qui, demain peut-être, n’existerait plus, pour lequel elles n’auraient plus aucun sens, de ce néant — incapable de les concevoir — que ma grand’mère serait bientôt. J'avais oublié de fermer les volets, et sans doute le grand jour m'avait éveillé. Mais je ne pus supporter d'avoir sous les yeux ces flots de la mer que ma grand-mère pouvait autrefois contempler pendant des heures; l'image nouvelle de leur beauté indifférente se complétait aussitôt par l'idée qu'elle ne les voyait pas; j'aurais voulu boucher mes oreilles à leur bruit, car maintenant la plénitude lumineuse de la plage creusait un vide dans mon cœur; tout semblait me dire comme ces allées et ces pelouses d'un jardin public où je l'avais autrefois perdue, quand j'étais tout enfant : «Nous ne l'avons pas vue», et sous la rotondité du ciel pâle et divin je me sentais oppressé comme sous une immense cloche bleuâtre fermant un horizon où ma grand-mère n'était pas.

  12. Activités • Textes de Camus et de Proust • Comparer les phrases de Meursault au télégramme : relever les ressemblances (extrême brièveté, neutralité, phrases qui ne contiennent que les mots essentiels pour la compréhension du message, ponctuation, etc.). • Comparer les choix syntaxiques des auteurs et l’effet produit. • Reconnaître l’intention artistique de ces choix. • Faire prendre conscience aux élèves que la littérature met en jeu un véritable travail sur la langue.

  13. Exemple 2 : Phrases simples, phrases complexes • Corpus : • 1 - Les deux voyageurs ( Florian) • 2 - La légende des siècles, d’Ève à Jésus, (V.Hugo) • 3 - Mon rêve familier ( Verlaine) • 4 - La bête humaine, Ch. II ( É.Zola) • 5 - Phrases extraites de Balzac et la petite tailleuse chinoise (DaiSijie) • Observeret noter toutes les observations : repérage, identification des phrases simples, des subordonnées, des indépendantes… • Manipuler : • Faire le schéma des phrases complexes à l’aide éventuellement de fiches ou des pages du site http://grammaire.reverso.net/ • Essayer de les transformer en propositions indépendantes • Relever les propositions indépendantes du texte de Hugo et en faire des phrases complexes • Dans Balzac …, supprimer les relatives et réécrire les phrases • Formuler les règles grammaticales qui peuvent découler de ce qui précède • Sur un autre texte, identifier les phrases simples, les phrases complexes, les subordonnées... en justifiant à l’aide des règles énoncées. • Écrit d’invention avec un sujet qui contiendra des consignes grammaticales

  14. Les deux voyageurs – Fables – (1792) Florian Le compère (1) Thomas et son ami Lubin Allaient à pied tous deux à la ville prochaine. Thomas trouve sur son chemin Une bourse de louis pleine ; Il l'empoche aussitôt. Lubin, d'un air content, Lui dit : « Pour nous la bonne aubaine !- Non, répond Thomas froidement, Pour nous n'est pas bien dit ; pour moi : c'est différent. »Lubin ne souffle mot ; mais en quittant la plaine, Ils trouvent des voleurs cachés au bois voisin.Thomas tremblant, et non sans cause, Dit : « Nous sommes perdus ! - Non, lui répond Lubin, Nous n'est pas le vrai mot ; mais toi c'est autre chose. » Cela dit, il s'échappe à travers le taillis. Immobile de peur, Thomas est bientôt pris ; Il tire la bourse et la donne.Qui ne songe qu'à soi quand la fortune est bonne, Dans le malheur n'a point d'amis.

  15. La légende des siècles ( V.Hugo) VI - “ D’Ève à Jésus” - vers 65 à la fin (...) Booz ne savait point qu’une femme était là, Et Ruth ne savait point ce que Dieu voulait d’elle. Un frais parfum sortait des touffes d’asphodèle (1); Les souffles de la nuit flottaient sur Galgala (2). L’ombre était nuptiale (3), auguste (4) et solennelle ; Les anges y volaient sans doute obscurément, Car on voyait passer dans la nuit, par moment, Quelque chose de bleu qui paraissait une aile. La respiration de Booz, qui dormait, Se mêlait au bruit sourd des ruisseaux sur la mousse. On était dans le mois où la nature est douce, Les collines ayant des lis sur leur sommet. Ruth songeait et Booz dormait ; l’herbe était noire ; Les grelots des troupeaux palpitaient vaguement ; Une immense bonté tombait du firmament ; C’était l’heure tranquille où les lions vont boire. Tout reposait dans Ur (2) et dans Jéridameth(2); Les astres émaillaient le ciel profond et sombre ; Le croissant fin et clair parmi ces fleurs de l’ombre Brillait à l’occident, et Ruth se demandait, Immobile, ouvrant l’œil à moitié sous ses voiles, Quel Dieu, quel moissonneur de l’éternel été, Avait, en s’en allant, négligemment jeté Cette faucille d’or dans le champ des étoiles. 1 - Plante dont la hampe florale nue se termine par une grappe de grandes fleurs étoilées très ornementales. 2 - Galgala et Ur sont des noms de ville mentionnées dans la Bible, Jéridameth est un nom de ville inventé. 3 - Qui est relatif au mariage 4 - Saint, sacré, respectable

  16. LA BÊTE HUMAINE (1890) - ÉMILE ZOLA - Chapitre II Jacques vit d'abord la gueule noire du tunnel s'éclairer, ainsi que la bouche d'un four, où des fagots s'embrasent. Puis, dans le fracas qu'elle apportait, ce fut la machine qui en jaillit, avec l'éblouissement de son gros œil rond, la lanterne d'avant /, dont l'incendie troua la campagne, allumant au loin les rails d'une double ligne de flamme. Mais c'était une apparition en coup de foudre : tout de suite les wagons se succédèrent, les petites vitres carrées des portières, violemment éclairées, firent défiler les compartiments pleins de voyageurs, dans un tel vertige de vitesse, que l'œil doutait ensuite des images entrevues. Et Jacques, très distinctement, à ce quart précis de seconde, aperçut, par les glaces flambantes d'un coupé, un homme qui en tenait un autre renversé sur la banquette et qui lui plantait un couteau dans la gorge,tandis qu'une masse noire, peut-être une troisième personne, peut-être un écroulement de bagages, pesait de tout son poids sur les jambes convulsives de l'assassiné. Déjà, le train fuyait, se perdait vers la Croix-de-Maufras, en ne montrant plus de lui, dans les ténèbres, que les trois feux de l'arrière, le triangle rouge. Cloué sur place, le jeune homme suivait des yeux le train, dont le grondement s'éteignait, au fond de la grande paix morte de la campagne. Avait-il bien vu ? et il hésitait maintenant, il n'osait plus affirmer la réalité de cette vision, apportée et emportée dans un éclair. Pas un seul trait des deux acteurs du drame ne lui était resté vivace. La masse brune devait être une couverture de voyage, tombée en travers du corps de la victime. Pourtant, il avait cru d'abord distinguer, sous un déroulement d'épais cheveux, un fin profil pâle. Mais tout se confondait, s'évaporait, comme en un rêve. Les indépendantes juxtaposées et coordonnées, les subordonnées complétives, interrogatives, circonstancielles et les relatives

  17. Phrases extraites de Balzac et la petite tailleuse chinoise (DaiSijie) - 1 - “ Il en avait deux. La première, qu’il emmenait toujours avec lui de village en village, était une vieille machine, sur laquelle on ne lisait plus ni la marque ni le nom du fabricant.” - 2 - “ C’était le seul objet duquel sembler émaner une saveur étrangère, une odeur de civilisation, propre à éveiller les soupçons des villageois.” - 3- “ Mes agresseurs, c’est-à-dire l’essaim des prétendants blessés de la Petite Tailleuse, bien que tous illettrés, étaient ahuris par l’apparition de cet objet étrange : Un roman de Balzac. Ils s’en approchèrent et formèrent un cercle autour à l’exception des deux jeunes qui me tenaient le bras.” - 4 - “ Je le portais toujours sur moi, c’était mon talisman contre les malheurs.” - 5 - Elle était ficelée par une grosse corde de paille tressée, nouée en croix. Nous la débarrassâmes de ses liens, et l’ouvrîmes silencieusement.” - 6 - “ Ces chaussures étaient ordinaires, bon marché, faites à la main, et cependant, dans cette région où presque tout le monde marchait pieds nus, elles sautaient aux yeux, semblaient raffinées et précieuses.”

  18. Écriture d’invention • À partir de 3 extraits des Exercices de style de R.Queneau, Récit, Surprises, Rétrograde • Rédigez un « exercice de style » d’environ 150 mots dans lequel vous racontez la même histoire que Raymond Queneau en respectant les contraintes suivantes : • • Choisissez un titre qui indique à votre lecteur votre intention. • Racontez l’histoire au présent. • Il doit y avoir entre six et huit phrases simples dans votre texte. Délimitez-les par des crochets et numérotez-les. • • Encadrez les verbes conjugués, soulignez les coordonnants et entourez d’un cercle les subordonnants. • • Vérifiez que vous n’avez pas fait de fautes dans la construction des phrases • • Vérifiez la ponctuation entre les phrases.

  19. Grille personnelle pour se corriger

  20. Fabriquer un outil • Il doit être d’accès facile et doit vraiment permettre d’améliorer un point ( d’orthographe, de grammaire…) • «  Outil », parce qu’il aide à réaliser la tâche, il donne toutes les connaissances nécessaires pour faire… • Penser à la forme de l’outil • Items : repérer, définir, faire des schémas ( souligner, encadrer…), transformer donc réécrire. • L’outil peut être différent pour chaque élève • Il doit être utilisé dans la durée, seule condition de la mémorisation.

  21. Références : • « La démarche de découverte active »Suzanne-G Chartrand, professeure à la Faculté des sciences de l'éducation, Département d’études sur l’enseignement et l’apprentissage. Université Laval,Citéuniversitaire,Québec, Canada    • Sites : • Une grammaire interactive : http://grammaire.reverso.net/ • Exercices pour le lycée : • http://www.ccdmd.qc.ca/fr/ • http://www.enseignementdufrancais.fse.ulaval.ca/ • http://www.ccdmd.qc.ca/fr/> outils pédagogiques > Analyse syntaxique et textuelle • > outils pédagogiques > matériel pour tutorat > … • > exercices interactifs • ….