slide1 n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
HISTOIRE : Classe de 4 e PowerPoint Presentation
Download Presentation
HISTOIRE : Classe de 4 e

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 13

HISTOIRE : Classe de 4 e - PowerPoint PPT Presentation


  • 111 Views
  • Uploaded on

HISTOIRE : Classe de 4 e. HISTOIRE : Classe de 4 e. Le XIXe siècle – l’âge industriel Thème 1 : Un entrepreneur et son entreprise au XIXe siècle . Exposition des produits de l’industrie, usine de Noisiel fondée en 1825. « Aux arts utiles ». Paris, 1889 Grand prix Société d’encouragement.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'HISTOIRE : Classe de 4 e' - triveni


Download Now An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
slide3

HISTOIRE : Classe de 4e

Le XIXe siècle – l’âge industriel

Thème 1 : Un entrepreneur et son entreprise

au XIXe siècle

slide4

Exposition des produits de l’industrie, usine de Noisiel fondée en 1825

« Aux arts utiles »

Paris, 1889

Grand prix

Société d’encouragement

slide5

Jean Antoine Brutus, le fondateur

Jean Antoine Brutus Ménier

(1795-1853)

Jean Antoine Brutus Menier (1795-1853)

Troisième enfant d’une famille de marchands qui faisaient le commerce de produits agricoles sur les bords de Loire, Jean Antoine Brutus Ménier est issu d’un milieu jouissant d’une relative aisance. Scolarisé à l’école militaire de la Flèche jusqu’en 1811, il devient ensuite apprenti pharmacien, d’abord dans cette ville, puis à la pharmacie de l’hôpital militaire du Val de Grâce à Paris.

En 1816, il se marie avec la fille d’un marchand d’origine champenoise qui lui apporte une dot substantielle. Il crée alors une maison de commerce au capital de 16 000 F pour le négoce des vins de Touraine commercialisés par son père. Simultanément, il se lance dans la production de poudres pharmaceutiques avec l’objectif de gagner la confiance des pharmaciens en garantissant la qualité de ses fabrications par leur mécanisation.

Faire passer la fabrication des poudres pharmaceutiques du stade artisanal au stade industriel suppose d’abord de trouver des capitaux. A cette fin, Jean Antoine Brutus fait appel à des associés qui lui fournissent un capital limité (80 000 F en 1827) mais permettant d’acheter des locaux ou du matériel.

Après avoir utilisé une meule à bras, puis une meule actionnée par des chevaux, Jean Antoine Brutus loue, en 1824 un très ancien moulin à blé établi sur la Marne, à Noisiel. L’énergie hydraulique du moulin équivaut alors à la force motrice de 32 chevaux. Dès 1827, il fait installer par l’ingénieur Girard une roue à hélice à la place de l’ancienne roue pendante du moulin pour augmenter sa puissance.

En juin 1832, la Société d’Encouragement à l’Industrie Nationale récompense les innovations techniques réalisées à l’usine de Noisiel. En 1851, l’usine peut en une journée réduire en une journée 500 kg de belladone fraîche et pulvériser le corail ou la réglisse, dont la transformation en poudre était jusque là jugée impossible. En 1825, il achète les procédés de production mécanique des chocolatiers parisiens Auger. Mais la production de chocolat reste annexe.

En 1834, la constitution d’une nouvelle société en commandite dont le capital atteint 300 000 F permet d’acquérir le moulin de Noisiel puis de le faire agrandir par le maître charpentier chellois Dutreuil en 1842. De nouveaux terrains sont acquis à Paris pour y construire la Maison Centrale de Droguerie. En 1844, le chiffre d’affaires de la Maison Menier s’élève à plus de 2 millions de F.

Pour assurer la croissance de sa société, Ménier édite dès 1832 le catalogue « Prix courant » qui détaille et vante les mérites de ses productions en France et à l’étranger. En 1835, il crée également une tablette de chocolat qui permet de différencier ses productions de ceux de la concurrence.

D’après VALENTIN Marc, Jean-Antoine Ménier et la fondation de la maison centrale de droguerie, Revue d’histoire de la pharmacie, 1824, n°263, p.357-389

FICHE DE TRAVAIL ELEVE

slide6

1853-1855

Source : Noisiel, la chocolaterie Ménier, images du patrimoine, 1994, p.48 (détail)

1866

Source : Noisiel, la chocolaterie Ménier, images du patrimoine, 1994, p.51 (détail)

James Watt

1736-1819

slide9

N

O

E

S

Source : images du patrimoine, VALENTIN M. (dir.), 1994,

slide11

L’ancien atelier de pliage

Le nouvel atelier de pliage de 1909

Sources :

http://pone.lateb.pagesperso-orange.fr

MICHEL Richard, Dynastie patronale et ville usine : les industriels chocolatiers Menier et Noisiel. Noisiel, 1988. - dactylogramme, 132-51 p

FICHE DE TRAVAIL ELEVE

slide13

Pont

Moulin Saulnier (1865-1872)

« Cathédrale » (1908)