les man uvres et les tests utilis s lors d une expertise m dico l gale de l appareil locomoteur n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Les manœuvres et les tests utilisés lors d’une expertise médico-légale de l’appareil locomoteur PowerPoint Presentation
Download Presentation
Les manœuvres et les tests utilisés lors d’une expertise médico-légale de l’appareil locomoteur

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 100

Les manœuvres et les tests utilisés lors d’une expertise médico-légale de l’appareil locomoteur - PowerPoint PPT Presentation


  • 712 Views
  • Uploaded on

Les manœuvres et les tests utilisés lors d’une expertise médico-légale de l’appareil locomoteur. Partie I. Par Me André Laporte et Me Christiane Lavallée, avocats avec la collaboration du Dr. Michel Leroux, chirurgien-orthopédiste. Introduction. Nous vous proposons :

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

Les manœuvres et les tests utilisés lors d’une expertise médico-légale de l’appareil locomoteur


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
    Presentation Transcript
    1. Les manœuvres et les tests utilisés lors d’une expertise médico-légale de l’appareil locomoteur Partie I Par Me André Laporte et Me Christiane Lavallée, avocats avec la collaboration du Dr. Michel Leroux, chirurgien-orthopédiste

    2. Introduction Nous vous proposons : D’effectuer une revue des manœuvres les plus couramment utilisées lors de l’examen médical de l’appareil locomoteur (rachis cervical et membres supérieurs); Les manœuvres seront tour à tour discutées en fonction de l’articulation ou de la région du corps concernée; Pour faciliter le repérage, les manœuvres vous seront présentées sous forme de grille.

    3. Introduction • 1.Présentation de la grille d’analyse • 2.Rachis cervical • 2.1 amplitude de mouvement • 2.2 schéma en étoile de Maigne • 2.3 manoeuvres pour la cervico-brachialgie • 2.3.1 manœuvres de mise en tension radiculaire • manœuvre de Spurling • manœuvre de distraction • manœuvre d’abduction de l’épaule • 2.3.2 manœuvres du syndrome du défilé thoracique • manœuvre de Roos • manœuvre d’Adson • manœuvre de Wright • manœuvre du syndrome scapulo-costal • manœuvre de la posture militaire Présentation

    4. Présentation 3. Épaule 3.1 amplitude de mouvement 3.2 manœuvres de l’épaule 3.2.1 évaluation de l’accrochage manœuvre de Neer manœuvre de Hawkins manœuvre de Yocum 3.2.2 évaluation de la coiffe des rotateurs manœuvre de Jobe manœuvre de la canette pleine manœuvre de Patte lift-off test manœuvre de Speed manœuvre de Yergason

    5. 3.Épaule (suite) • 3.2.3 évaluation de l’articulation acromio-claviculaire • manœuvre d’O’Brien • manœuvre de Paxinos • manœuvre du foulard • 3.2.4évaluation de l’instabilité • manœuvre d’instabilité antérieure • manœuvre de mise en tension postérieure • 3.2.5 évaluation de la laxité • manœuvre du sulcus • manœuvre du tiroir • 3.2.6 évaluation de la scapula (omoplate) • manœuvre de rétraction scapulaire • manœuvre de glissement scapulaire • 3.2.7 évaluation du bourrelet glénoïdal (labrum) • manœuvre d’O’Brien Présentation

    6. Présentation 4. Coude 4.1 amplitude de mouvement 4.2 manoeuvres du coude manœuvre de Cozen test de Mills manœuvre d’O’Driscoll 5. Poignet 5.1 amplitude de mouvement 5.2 manoeuvres du poignet manœuvre de Watson manœuvre de Finkelstein test de compression du canal carpien signe de Tinel test de Phalen test de Phalen inversé Conclusion Remerciement

    7. 1. Présentation de la grille d’analyse Chacune des manœuvres est a priori classée en fonction de la région du corps qu’elle vise; Dans certains cas, le classement s’est fait en fonction d’une région anatomique plus précise ou en fonction d’une problématique médicale particulière; Un index inséré à la fin de la documentation vous permettra de repérer rapidement une manœuvre.

    8. Cette cellule vise à identifier le nom le plus couramment utilisé de la manœuvre, du test, du signe ou de l’épreuve. Il est possible que le nom d’une manœuvre ne corresponde pas nécessairement à celui retenu par certains experts. À noter, cependant, que lorsque la manœuvre porte, également, une autre appellation, celle-ci sera identifiée à la cellule suivante.

    9. Cette cellule permet d’identifier une ou d’autres appellations retenues par les experts pour une même manœuvre ou une manœuvre semblable.

    10. Cette cellule vise à identifier le but de la manœuvre, à savoir l’identification d’une pathologie par la mise en évidence: • d’une diminution ou d’une augmentation de la douleur ou des symptômes; ou • du mécanisme susceptible de causer la douleur ou les symptômes.

    11. Cette cellule vise à décrire sommairement la technique utilisée par l’examinateur pour accomplir la manœuvre, le test ou l’épreuve.

    12. Cette cellule permet de visualiser la technique utilisée pour exécuter une manœuvre.

    13. Cette cellule identifie la fiabilité de la manœuvre. La fiabilité est le degré de constance obtenu lorsqu’un test est répété dans des condition identiques (reproductibilité). La validité d’une manœuvre se reflète, quant à elle, par l’exactitude avec laquelle elle mesure ce qu’elle prétend réellement mesurer, donc sa spécificité. La manœuvre doit aussi être sensible, c’est-à-dire être à même de détecter les variations de la condition du patient.

    14. Cette cellule vous réfère, sauf de rares exceptions, aux pages concernés du traité suivant: Yves BERGERON, Luc FORTIN et Richard LECLAIRE, Pathologie médicale de l’appareil locomoteur, 2e éd., St-Hyacinthe: Edisem, Paris: Maloine, 2008; Aux fins de la présente conférence, nous nous sommes principalement inspirés de ce traité qui constitue un ouvrage de référence québécois complet et de haute qualité.

    15. 2. Rachis cervical • L’examen d’un individu se plaignant d’un problème cervical doit commencer par une inspection générale. • L’examen se poursuit par la palpation, en restant vigilant à toute modification musculaire ou à la présence de points douloureux. • L’examinateur doit, par la suite, évaluer la mobilité du rachis cervical, tant activement que passivement, de manière globale et segmentaire. Idéalement, l’examinateur doit identifier, aux fins d’une expertise, les amplitudes normales auxquelles il réfère comme point de comparaison.

    16. 2. Rachis cervical

    17. 2. Rachis cervical 2.1Amplitude demouvement L’article 3 des règles d’évaluation de l’unité fonctionnelle déplacement et maintien de la tête mentionnées à l’annexe I du Règlement sur l’indemnité forfaitaire pour préjudice non pécuniaire prévoit que: • L’évaluation globale pondérée est réalisée en présence d’une diminution de la mobilisation active; • Cette diminution est évaluée en mesurant les amplitudes maximales des mouvements obtenues avec effort optimum, en les comparant aux résultats obtenus pour le même mouvement controlatéral si celui-ci est sain ou, à défaut, en se référant aux données conventionnelles généralement reconnues normales pour l'âge.

    18. Tableau 1: Amplitude normale de mouvement du rachis cervical 2. Rachis cervical

    19. Fig. 1 Les mouvements du rachis cervical extension/flexion flexions latérales rotations 60° 30° 40° 60° 40° 40° Ces images ont été légèrement modifiées. À l’origine, elles proviennent de : Klaus BUCKUP, Examen clinique de l’appareil locomoteur. tests-signes-manœuvres, 2e éd., Paris, Maloine, 2010, page 11

    20. 2.2 Schéma en étoile de Maigne Le schéma en étoile de Maigne utilise des traits et des croix plus ou moins rapprochés d’un épicentre. Les traits traduisent une limitation non douloureuse et, les croix, une limitation douloureuse. L’importance des limitations est représentée par le nombre de traits ou de croix (de 1 à 3) et par leur distance de l’épicentre.

    21. Fig. 2 Le schéma en étoile de Maigne flexion latéroflexion rotation extension

    22. 2. Rachis cervical2.3 Manœuvres pour la cervico-brachialgie 2.3.1 Manœuvres de mise en tension radiculaire En présence d’une cervico-brachialgie à connotation radiculaire, différentes manœuvres peuvent être effectuées pour objectiver l’existence d’une irritation radiculaire.

    23. 2. Rachis cervical2.3 Manœuvres pour la cervico-brachialgie Ce syndrome peut être défini comme une compression des structures neurovasculaires au moment de leur passage à l’intérieur du défilé thoracique. Différentes manœuvres existent afin de tenter d’objectiver la présence de ce syndrome et d’en déterminer l’étiologie. 2.3.2 Manœuvres du syndrome du défilé thoracique ( SDT)

    24. 3. Épaule • L’examen d’un individu se plaignant d’un problème à l’épaule doit commencer par une inspection générale. • L’examen se poursuit par la palpation des os, de l’articulation et des tissus mous. • Par la suite, il y a mesure des amplitudes de mouvements, activement et passivement. • L’examen doit, aussi, comprendre les manœuvres dites d’accrochage, de la coiffe des rotateurs, de laxité, d’instabilité et d’évaluation de l’articulation acromio-claviculaire. • Le tout est complété par un examen du rachis cervico-dorsal, par un examen neuro-vasculaire des membres supérieurs et par des manœuvres du syndrome du défilé thoracique.

    25. 3. Épaule 3.1 Amplitude de mouvement L’article 6 des règles d’évaluation de l’unité fonctionnelle déplacement et maintien du membre supérieur mentionnées à l’annexe I du Règlement sur l’indemnité forfaitaire pour préjudice non pécuniaire prévoit que: • L’évaluation globale pondérée est réalisée en présence d’une diminution de la mobilisation active; • Cette diminution est évaluée en mesurant les amplitudes maximales des mouvements obtenues avec effort optimum, en les comparant aux résultats obtenus pour le même mouvement controlatéral si celui-ci est sain ou, à défaut, en se référant aux données conventionnelles généralement reconnues normales pour l'âge.

    26. Tableau 2: Amplitude normale de mouvement de l’épaule

    27. Fig. 5 Les mouvements de flexion et d’extension flexion antérieure extension 40° Ces images ont été légèrement modifiées. Ellesproviennent de : L. COCCHIARELLA et G. B. J. ANDERSSON, Guides to the Evaluation of Permanent Impairment, 5e éd., Chicago, American Medical Association, 2001, à la page 475

    28. Fig. 6 Les mouvements de rotation externe / interne rotation externe en abduction à 90° rotation interne en abduction à 90° 40° Ces images ont été légèrement modifiées. Ellesproviennent de : L. COCCHIARELLA et G. B. J. ANDERSSON, Guides to the Evaluation of Permanent Impairment, 5e éd., Chicago, American Medical Association, 2001, à la page 478

    29. Fig. 7 Les mouvements de rotation externe / interne rotation externe et interne le bras le long du corps 40° Cette image a été légèrement modifiée. Elle provient de : K. BUCKUP, Examen clinique de l’appareil locomoteur. tests-signes-manœuvres, 2e éd., Paris, Maloine, 2010, à la page 98

    30. Fig. 8 Les mouvements d’abduction et d’adduction 20° Cette image a été légèrement modifiée. Elleprovient de : L. COCCHIARELLA et G. B. J. ANDERSSON, Guides to the Evaluation of Permanent Impairment, 5e éd., Chicago, American Medical Association, 2001, à la page 477

    31. Fig. 9 Les mouvements d’antépulsion /rétropulsion antépulsion/rétropulsion 40° 40° 40° Cette image a été légèrement modifiée. Elle provient de : K. BUCKUP, Examen clinique de l’appareil locomoteur. tests-signes-manœuvres, 2e éd., Paris, Maloine, 2010, à la page 98

    32. 3. Épaule 3.2 Manœuvres del’épaule 3.2.1 Évaluation de l’accrochage Il existe quatre manœuvres visant à reproduire un accrochage entre les tendons de la coiffe des rotateurs et les diverses structures de l’arche subacromiale.