slide1 n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
STRUCTURE, OBJECTIFS ET PLAN STRATÉGIQUE DE L’OIE PowerPoint Presentation
Download Presentation
STRUCTURE, OBJECTIFS ET PLAN STRATÉGIQUE DE L’OIE

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 70

STRUCTURE, OBJECTIFS ET PLAN STRATÉGIQUE DE L’OIE - PowerPoint PPT Presentation


  • 85 Views
  • Uploaded on

STRUCTURE, OBJECTIFS ET PLAN STRATÉGIQUE DE L’OIE. L’OIE EN BREF. Histoire. Une Organisation intergouvernementale créée 20 ans avant les Nations Unies. 1924. 1945. 2003. Nouveau nom: Organisation mondiale de la santé animale (OIE).

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'STRUCTURE, OBJECTIFS ET PLAN STRATÉGIQUE DE L’OIE' - serena


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
slide1

STRUCTURE, OBJECTIFS

ET PLAN STRATÉGIQUE

DE L’OIE

histoire
Histoire

Une Organisation intergouvernementale créée 20 ans avant les Nations Unies

1924

1945

2003

Nouveau nom: Organisation mondiale de la santé animale (OIE)

Création de l’Office International des Epizooties (OIE)

Création des Nations Unies

Siège à Paris (France)

5Représentations

Régionales

8Représentations Sous-Régionales

et Bureaux Sous-Régionaux

repr sentations r gionales rr et sous r gionales rsr
Représentations Régionales (RR) et Sous-Régionales (RSR)

Placées sous l’autorité directe du Directeur général

Collaborent étroitement avec les Commissions régionales

Gaborone

178 pays membres en 2014
178 Pays Membres en 2014

Certains pays appartiennent à plusieurs régions

53

20

30

36

52

financement de l oie

Recettes diverses

  • Contributions volontaires
  • Contributions statutaires
Financement de l’OIE
  • Déclinées en 6 catégories choisies par les pays
  • Réduction de 50 % pour les Pays Membres de la liste des « pays les moins avancés » des Nations Unies

Fonds Mondial pour la santé et le bien-être animal

Publications

Redevances pour reconnaissance officielle de certaines maladies

Financement par les pays hôtes de bureaux de l’OIE

Dons spécifiques

Divers

Mise à disposition de personnel

  • Financement
  • Des activités de création des normes
  • D’une partie des coûts des représentations

Aide à la participation des pays les plus pauvres

slide8

Canadian International

  • Development Agency

Canadian Food

Inspection Agency

  • Foreign Affairs and
  • International Trade Canada
sommaire
SOMMAIRE

Structure de l’OIE

Relations internationales

5ème plan stratégique

Publications et site internet de l’OIE

instances de gouvernance de l oie
INSTANCES DE GOUVERNANCE DE L’OIE

Assemblée Mondiale des Délégués

assembl e mondiale des d l gu s plus haute autorit de l oie
Assemblée Mondiale des DéléguésPlus haute autorité de l’OIE
  • Rassemble tous les Délégués nationaux de l’OIE
  • Se réunit au moins 1 fois par an

FONCTIONS

ÉLECTIONS

  • Formule des décisions par voie de Résolutions
  • Adopte les Normes de l’OIE publiées dans les Codes et Manuels
  • Approuve les statuts sanitaires officiels des Pays Membres et la liste des Centres Collaborateurs et Laboratoires de Référence de l’OIE
  • Des membres du Conseil de l’OIE
  • Des membres des Commissions Spécialisées
  • Du Directeur général

1 Membre = 1 voix

le d l gu point focal national pour l oie dans son pays
Le DéléguéPoint Focal national pour l’OIE dans son pays

par son Gouvernement

Généralement, Chef des Services Vétérinaires de son pays

NOMMÉ

FONCTIONS ET STATUT

  • Est responsable de la négociation des normes internationales vétérinaires
  • Informe l’OIE de la situation de son pays au regard des maladies animales
  • Représente son pays et dispose d’un statut international
points focaux nationaux
Points Focaux nationaux

NOMMÉS

par le Délégué

pour chacun des 8 domaines suivants

points focaux nationaux1
Points Focaux nationaux
  • Aide auDéléguépour
    • Commenter les projets de normesproposés par l’OIE
    • Préparerles législationsappropriéeset les mettre en œuvre
  • Points de contact technique avec les bureaux régionaux et le siège de l’OIE
    • Sous l’autorité du Délégué
  • Échanged’informationset mise en réseauinternational

RÔLES ET RESPONSABILITÉS

conseil repr sente l assembl e mondiale des d l gu s
ConseilReprésente l’Assemblée mondiale des Délégués
  • Membres élus par les Délégués

Mandat de

3 ans

2012 2015

FONCTIONS

  • Examine les dossiers techniques et administratifs élaborés par le Directeur général avant leur soumission à l’Assemblée mondiale des Délégués
  • Approuve le budget prévisionnel de l’OIE ainsi que sa mise en œuvre
  • Représente l’Assemblée Mondiale des Délégués entre les Sessions Générales
conseil constitution
ConseilConstitution

Membres

  • Dr Karin Schwabenbauer
  • (Allemagne)
  • Dr Carlos Correa Messuti(Uruguay)
  • Vacant
directeur g n ral
Directeur Général
  • Élu à bulletin secret par l’Assemblée des Délégués
  • Siège mondial de l’OIE: Paris

Mandat de

5 ans

2010 2015

Dr Bernard VALLAT

instances de gouvernance de l oie3
INSTANCES DE GOUVERNANCE DE L’OIE

Commissions spécialisées

commissions sp cialis es
Commissions spécialisées
  • Élues par l'Assemblée mondiale des Délégués

Mandat de

3 ans

2012 2015

FONCTIONS

  • Étudient les questions épidémiologiques

Méthodes de prévention et de contrôle des maladies animales

  • Élaborent, mettent à jour et proposent les normes et lignes directrices internationales, avant adoption par l’Assemblée Mondiale
  • Étudient les questions scientifiques et techniques soulevées par les Membres, sauf les questions commerciales pour lesquelles le Directeur général peut proposer des médiations
slide24

Commission du Code

  • Commission scientifique
  • Commission des animaux aquatiques
  • Commission des laboratoires
  • Élabore les méthodes diagnostiques des maladies des mammifères, oiseaux et abeilles
  • Détermine les conditions de qualité des produits biologiques, dont les vaccins
  • Supervise l’élaboration du Manuel Terrestre
  • Supervise, en appui au DG, le réseau mondial des Centres de Référence de l’OIE
commissions r gionales reflet des sp cificit s locales
Commissions régionalesReflet des spécificités locales
  • Assimilables à des institutions régionales à part entière
  • Bureau composé de 4 Délégués élus pour un mandat de 3 ans par l’Assemblée mondiale
    • Conférences des Commissions régionales
      • Tous les 2 ans

dans un des pays de la région

      • Recommandations soumises à l’Assemblée Mondiale pour approbation et exécution par le Directeur général
    • Se réunissent chaque année en marge de l’Assemblée Mondiale
instances de gouvernance de l oie5
INSTANCES DE GOUVERNANCE DE L’OIE

Représentations Régionales et Sous-Régionales

repr sentations r gionales rr et sous r gionales rsr1
Représentations Régionales (RR) et Sous-Régionales (RSR)

Placées sous l’autorité directe du Directeur général

Collaborent étroitement avec les Commissions régionales

Gaborone

r gion afrique www rr africa oie int
Région Afriquewww.rr-africa.oie.int

REPRÉSENTANT RÉGIONAL

  • Dr Yacouba Samaké
  • Bamako (MALI)

REPRÉSENTANTS SOUS -RÉGIONAUX

Gaborone

  • Afrique australe: Dr Néo Mapitse
  • Afrique du Nord: Dr Rachid Bouguedour
  • Afrique de l’Est et Corne de l’Afrique: Dr Walter Masiga

Commission Régionale

54

membres

Un pays peut-être Membre de plusieurs Commissions Régionales

r gion am riques www rr americas oie int
Région Amériqueswww.rr-americas.oie.int

REPRÉSENTANT RÉGIONAL

  • Dr Luis O. Barcos
  • Buenos Aires (Argentine)

REPRÉSENTANT SOUS -RÉGIONAL

  • Amérique Centrale: Dr Montserrat Arroyo Kuribreña

Commission Régionale

30

membres

Un pays peut-être Membre de plusieurs Commissions Régionales

r gion asie extr me orient oc anie www rr asia oie int
Région Asie, Extrême-Orient, Océaniewww.rr-asia.oie.int

REPRÉSENTANT RÉGIONAL

  • Dr Hirofumi Kugita
  • Tokyo (JAPON)

REPRÉSENTANTS SOUS -RÉGIONAUX

  • Asie du Sud-Est: Dr Ronello C. Abila

Commission Régionale

32

membres

Un pays peut-être Membre de plusieurs Commissions Régionales

r gion moyen orient www rr middleeast oie int
Région Moyen-Orientwww.rr-middleeast.oie.int

REPRÉSENTANT RÉGIONAL

  • Dr Ghazi Yehia
  • Beirut (Liban)

Commission Régionale

20

membres

Un pays peut-être Membre de plusieurs Commissions Régionales

r gion europe www rr europe oie int
Région Europewww.rr-europe.oie.int

REPRÉSENTANT RÉGIONAL

  • Dr Nikola T. Belev
    • Sofia (BULGARIE)

BUREAU RÉGIONAL DE MOSCOU

  • Dr KazimierasLukauskas
      • Moscou (RUSSIE)

REPRÉSENTANTE SOUS -RÉGIONALE

  • Bruxelles: Dre Nadège Leboucq

Commission Régionale

53

membres

BUREAU SOUS-RÉGIONAL

  • Astana (KAZAKHSTAN)

Un pays peut-être Membre de plusieurs Commissions Régionales

instances de gouvernance de l oie6
INSTANCES DE GOUVERNANCE DE L’OIE

Groupes Ad hoc

Groupes de travail

groupes de travail et ad hoc experts de renomm e mondiale issus des centres de r f rence
Groupes de travail et Ad hocExperts de renommée mondiale issus des Centres de Référence

Assemblée Mondiale des Délégués

Directeur général

Constitue

Constitue

Groupes ad hoc

Groupes de travail

Permanents

Ponctuels

Recommandations

Points réguliers sur les progrès réalisés dans leur domaine de compétence:

Préparent des recommandations sur des sujets ponctuels:

Exemples:

1

2

3

Tuberculose

Maladies des abeilles mellifères

Fièvre aphteuse

Bien-être animal

Sécurité sanitaire des aliments

Animaux sauvages

Informent sur sujets d’actualité

Recommandations

Commissions spécialisées

centres de r f rence
Centres de Référence

Centres de Référence

Laboratoires de Référence

Centres Collaborateurs

laboratoires de r f rence des centres experts en maladies animales
Laboratoires de RéférenceDes Centres experts en maladies animales
  • Placés sous la responsabilité d’un expert de référence
    • Élaborent, réalisent et valident des épreuves diagnostiques
    • Stockent et distribuent des réactifs de référence
    • Organisent des contrôles de résultats des laboratoires des autres Membres
    • Coordonnent des études techniques et scientifiques
    • Formationtechnique et scientifique des Membres
  • Liste des Laboratoires de Référence validée annuellement par l’Assemblée Mondiale
laboratoires de r f rence des centres experts en maladies animales1
Laboratoires de RéférenceDes Centres experts en maladies animales

241 Laboratoires de Référence dans 37 pays

116maladies

centres collaborateurs des centres d excellence sur des sujets horizontaux
Centres CollaborateursDes Centres d’excellence sur des sujets horizontaux
  • Contribuent à l’élaboration de procédures pour mettre à jour et promouvoir les normes et lignes directrices internationales de l’OIE
  • Coordonnent des études scientifiques
  • Assurent des Formations techniques
  • Organisent et accueillent des réunions scientifiques en liaison avec l’OIE
centres collaborateurs des centres d excellence sur des sujets horizontaux1
Centres CollaborateursDes Centres d’excellence sur des sujets horizontaux

43 Centres Collaborateurs dans 24 pays

coop ration institutionnelle permanente
Coopération institutionnelle permanente

Organisations mondiales publiques partenaires

CABT

coop ration technique et scientifique
Coopération technique et scientifique

Associations mondiales de droit privé

coop ration technique et scientifique1
Coopération technique et scientifique

Organisations régionales publiques

extension du mandat
Extension du mandat
  • Création de l’OIE en 1924 pour empêcher la propagation des maladies animales dans le monde

Le 4ème Plan Stratégique 2006/2010

étend ce mandat à

« l’amélioration de la santé animale

dans le monde entier »

5 me plan strat gique 2011 2015
5ème Plan Stratégique2011- 2015
  • Consolider les objectifs du 4ème Plan Stratégique
5 me plan strat gique 2011 20151
5ème Plan Stratégique2011- 2015
  • Améliorerla santé et le bien-être des animaux, la Santé Publique Vétérinaire et conforter la place de l’animal dans le monde
  • Promouvoir la solidaritéentre Pays Membres, notamment entre les plus riches et les plus pauvres
renforcer les missions prioritaires
RENFORCER LES MISSIONS PRIORITAIRES

1

  • Sécurité de l’alimentation

2

  • Bien-être animal

3

  • Bonne Gouvernance des Services Vétérinaires

4

  • Renforcement des capacités

5

  • Excellence scientifique

6

  • Influence sur la gestion mondiale de la santé animale

7

  • Influence sur les politiques nationales

8

  • Processus PVS

9

  • Communication
s curit de l alimentation
Sécurité de l’alimentation

1

Sécurité alimentaire

Sécurité sanitaire des aliments

  • Préoccupation-clé en matière de santé publique (nutrition)
  • Encadrement sanitaire de la production animale crucial pour la productivité
  • Suivi de l’usage des antimicrobiens
  • Nécessité d’un approvisionnement mondial, national et local, en aliments exempts de pathogènes et de risques sanitaires

Sont garanties

par des animaux sains et des Services Vétérinaires efficaces

bien tre animal un engagement strat gique
Bien-être animalUn engagement stratégique

2

La santé animale,

composante-clé du bien-être animal

  • L’OIE, organisation mondiale de référence dans l’élaboration de normes internationales sur le bien-être animal
bonne gouvernance des services v t rinaires
Bonne Gouvernance des Services Vétérinaires

3

  • Élaborer une législation vétérinaire appropriée et garantir sa mise en œuvre efficace par des systèmes de santé animale nationaux conformes aux normes de l’OIE, disposant des ressources financières et humaines appropriées
  • Garantir la surveillance, la détection précoce et la réponse rapide aux foyers de maladie grâce à une chaine de commande nationale et une bonne capacité de diagnostic précoce
bonne gouvernance des services v t rinaires1
Bonne Gouvernance des Services Vétérinaires

3

  • Promouvoir des partenariats entre les secteurs public et privé

 Agriculteurs, vétérinaires privés, consommateurs

  • Utiliser l’outil PVS de l’OIE

 Évaluation et analyse des écarts par rapport aux normes internationales

  • Assurer une formation vétérinaire initiale et continue conforme aux lignes directrices de l’OIE
  • Mener des programmes de recherche appliquée
renforcement des capacit s
Renforcement des capacités

4

Pour qui ?

Pourquoi ?

  • Les Délégués et leurs équipes d’appui
    • En particulier, les Points Focaux nationaux
  • Les Représentations Régionales
    • Renforcement des équipes pour organiser l’appui aux Délégués et Points Focaux
  • Développer les programmes d’amélioration des compétences des Délégués et Points Focaux

Rencontres mondiales et régionales régulières organisées par l’OIE et ses bureaux

  • Développer les relations entre les Représentants régionaux et les Bureaux élus des Commissions régionales
excellence scientifique
Excellence scientifique

5

Renforcement du réseau de l’OIE

Soutien aux communautés scientifiques vétérinaires

des pays en développement

en facilitant leur participation et leur capacité à se mettre en réseau

Centres de Référence

(284 en 2014)

Jumelages entre laboratoires

Projets spécifiques de soutien aux laboratoires

Au contrôle mondial des maladies

À la mise à jour continue des normes internationales de l’OIE et du Codex Alimentarius

influence sur la gestion mondiale de la sant animale
Influence sur la gestion mondiale de la santé animale

6

  • Développer les stratégies de communication
  • Poursuivre les interventions multilatérales et bilatérales

Appuyer la mise en conformité des Services Vétérinaires

aux normes de qualité de l’OIE

=

Bien public à l’échelle nationale et mondiale

Priorité mondiale d’investissement

  • Renforcer et promouvoir l’influence de l’OIE sur le plan régional et mondial
    • Gouvernance y compris partenariats public-privé
    • Recherche scientifique
    • Formation vétérinaire
  • Étendre l’utilisation de l’outil PVS (Performance des Services Vétérinaires)
influence sur les politiques nationales
Influence sur les politiques nationales

7

  • Rôle-clé du Délégué de l’OIE: Convaincre son gouvernement
  • Investir dans le suivi et la prévention des maladies animales
  • Renforcer la participation des Délégués aux réunions de l’Accord SPS, du Codex et de l’OIE

 Particulièrement pour les pays en développement

  • Organiser des séminaires régionaux et nationaux de formation des Services Vétérinaires et de leurs partenaires du secteur privé

 Vétérinaires, éleveurs, consommateurs

>

Coût crise sanitaire

Coût approche préventive

processus pvs de l oie
Processus PVS de l’OIE

8

« Traitement »

Renforcement des capacités,

Activités spécifiques,

Projets et Programmes

Législation

Vétérinaire

+ de 116 missions réalisées

Partenariats

Public / Privé

Évaluation

PVS

Analyse des

écarts PVS

Missions

de suivi du

Processus PVS

Enseignement

Vétérinaire

y compris les priorités stratégiques des Services Vétérinaires

Laboratoires

L’OIE collaboreavec des gouvernements, des bailleurs de fonds et d’autrespartenaires

communiquer des informations transparentes pertinentes et accessibles tous
Communiquerdes informations Transparentes, pertinentes et accessibles à tous

9

Objectifs

Cibles

FAIRE CONNAÎTRE

FAIRE AGIR

  • Notoriété de l’OIE
  • Efficacité de l’information sanitaire (WAHIS / WAHID)
  • Communication des Services Vétérinaires (Chapitre 3.3 du Code Terrestre)
  • Spécialistes
  • Généralistes

Faire adhérer aux

valeurs et aux qualités de l’OIE

Comprendre les actions de l’OIE

Moyens

Un réseau efficace

Un réseau élargi

Un réseau dynamique

Informer les cibles

Relations publiques

Ambassadrice

Relations Presse

Réseaux sociaux

Publications régulières

Site web actualisé

Former les 178 Points Focaux

Harmoniser les messages

d veloppements r cents
DÉVELOPPEMENTS RÉCENTS

1

  • Concept « Une Seule Santé »

2

  • Enseignement vétérinaire

3

  • Relation élevage - environnement
concept une seule sant
Concept « Une Seule Santé »

1

Une stratégie mondiale de gestion des risques à l’interface des écosystèmes Animal - Homme

Accord Tripartite des 3 Directeurs généraux

3 Priorités

Rage

Contrôle mondial de la rage canine

Grippes zoonotiques

Résistance aux antimicrobiens

Application des recommandations de la Conférence de Séoul Sept 2011

enseignement v t rinaire
Enseignement vétérinaire

2

Valorisation des diplômes vétérinaires et promotion de l’excellence professionnelle partout dans le monde

Conférences Mondiales

Recommandations

  • Cursus de formation initiale vétérinaire
  • Compétences minimales attendues des jeunes diplômés en médecine vétérinaire
  • Projets de jumelage dans l’enseignement vétérinaire

Groupe ad hoc

  • Créé en 2010
relation levage environnement
Relation élevage – environnement

3

Anticipation des nouveaux risques sanitaires et environnementaux

  • Émergence et apparition de maladies animales

Avantages et bénéfices

de la relation

Homme - Animal

  • Systèmes de production animale
  • Changements climatiques et environnementaux
conclusion
Conclusion

Bénéficiant à la Communauté internationale, dont le coût pour les Membres est négligeable en comparaison avec les services fournis

Les activités de l’OIE sont un bien public mondial

publications
Publications

MANUELS

CODES

  • Terrestre
  • Aquatique
  • Terrestre
  • Aquatique

1 fois / an

BULLETIN

4 fois / an

Thèmes techniques,

brochures d’information,

ouvrages spécialisés

SANTÉ ANIMALE MONDIALE

REVUE SCIENTIFIQUE

& TECHNIQUE

1 fois / an

3 fois / an

site internet www oie int
Site internetwww.oie.int

Normes

Presse

Alertes précoces

Publications

Éditoriaux du Directeur général

NOUVEAU

Médias sociaux

r seaux sociaux
Réseaux sociaux

NOUVEAU

Page Facebook

World Organisation for Animal Health - OIE