psychoses chroniques l.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
PSYCHOSES CHRONIQUES PowerPoint Presentation
Download Presentation
PSYCHOSES CHRONIQUES

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 13

PSYCHOSES CHRONIQUES - PowerPoint PPT Presentation


  • 546 Views
  • Uploaded on

PSYCHOSES CHRONIQUES. LA SCHIZOPHRENIE MAI 2007 Dr N.ALLOU. Le terme de schizophrénie, introduit par Bleuler en 1911, désigne un ensemble probablement hétérogène, d’affections aboutissant à une désorganisation profonde de la personnalité

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'PSYCHOSES CHRONIQUES' - salena


Download Now An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
psychoses chroniques

PSYCHOSES CHRONIQUES

LA SCHIZOPHRENIE

MAI 2007 Dr N.ALLOU

slide2
Le terme de schizophrénie, introduit par Bleuler en 1911, désigne un ensemble probablement hétérogène, d’affections aboutissant à une désorganisation profonde de la personnalité
  • La schizophrénie est une maladie propre à l’homme, qui affecte les fonctions superieures du cerveau et qui est caractérisée par la présence d’une dissociation mentale et d’affects émoussés ou inappropriés, d’hallucinations et de délire.
slide3
La prévalence du trouble est d’environ 1% dans tous les pays
  • Maladie affectant essentiellement l’adolescent et l’adulte jeune ( incidence maximale entre 15 et 35 ans)
  • L’étiologie demeure mal connue même si la majorité des auteurs s’accorde actuellement à penser qu’il existe une composante génétique bien établie

A noter le rôle précipitant de la consommation de toxiques (cannabis surtout) n’est quasiment plus discuté

slide4
CLINIQUE DE LA SCHIZOPHRENIE
  • La sémiologie schizophrénique comporte:

-SYDROME DISSOCIATIF

Sa présence signe le diagnostique, il a donné son nom à la schizophrénie (skhizein:couper ;phren: cerveau, pensée )

Il s’agit d’un dysfonctionnement qui donne au comportement du sujet une tonalité étrange, bizarre et discordante.( discordance: expression comportementale de la dissociation idéo-affective)

Ce syndrome confère à la pensée, aux émotions, ou au comportement du sujet une dysharmonie voire une incohérence.

slide5
1- Sphère intellectuelle:

On constate une diminution très précoce des performances scolaires et/ou professionnelles

a-troubles du cours de la pensée

-un syndrome pathognomonique: les barrages (bréve suspension du discours, non motivée, dont le sujet est conscient ( à la différence des absences) , parfois, le discours ralentit simplement et le volume sonore se réduit progressivement, il s agit alors d’un fading

-relâchement des associations d’idées ( les propos ne sont pas organisés de façon logique et cohérente ), le discours est peu compréhensible, sans idée directrice, les propos sont elliptiques, la pensée est dite diffluente

slide6
b- troubles du cours de la pensée:

-appauvrissement des idées

-altération du système logique ( propos hermétiques, parfois incompréhensible, illogique )

c-troubles du langage

-maniérisme (vocabulaire précieux, décalé, concret )

-néologisme ( invention de mots)

Lorsque ces troubles sont importants, le langage peut perdre sa valeur de communication, il s’agit alors d’une schizophasie

Il peut également éxister des phases de mutisme

slide7
2- Sphère affective

a- ambivalence ( co-existance simultanée de sentiments contraires )

b- émoussementaffectif , très fréquent, même en dehors des phases aigues.( froideur du contact, indifférence, insensibilité aux réactions d’autrui)

c- perte de l’élan vital : désintérêt , inertie, perte de la motivation

d- parfois négativisme ( refus du contact )

slide8
3- Sphère motrice

a- comportement discordant

-maniérisme gestuel ( préciosité, attitudes empruntées )

-sourires immotivés

-négativisme ou comportement d’opposition

-décharges motrices imprévisible ou impulsions paradoxales ( gestes violents, cris…)

-stériotypies motrices ou gestuelles; on peut également observer des gestes ( ou mimiques ) parasites ou en écho (mimant l’interlocuteur )

slide9
- troubles du tonus

Catalepsie ( flexibilité cireuse avec maintien des attitudes )

- catatonie , il s agit d’une réduction globale de l’activité avec mutisme et immobilité,

SYNDROME DELIRANT

Il est fréquent mais pas toujours manifeste. Le sujet peut être réticent à exprimer son délire

-mécanismes

Les mécanismes hallucinatoires psycho-sensoriels sont souvent au premier plan du tableau clinique

slide10
-hallucinations auditives verbales surtout

-hallucinations intra-psychiques ( sensation de pensée étrangère introduite dans l’esprit )

-hallucinations affectives, cénesthésiques

-hallucinations visuelles sont plus rares

Le syndromes d’automatisme mental est particulièrement fréquent, il associe:

-vol et devinement de la pensée

-commentaires de la pensée, des actes

-échos de la pensée

-pensées ou actes imposés (parfois à l’origine d’actes dangereux )

slide11
en somme le mécanisme est polymorphe
  • thèmes
  • Les thèmes délirants sont très polymorphes (persécutifs , mystiques, erotomaniaques, hypocondriaques , mégalomaniaques, d’influences, de référence.
  • Des thèmes de transformation corporelle ( dysmorphophobie )
  • Les thèmes sont vécus dans une angoisse intense, peu accessible à la réassurance, et le sujet à parfois l’impression d’être dévitalisé ou morcelé
slide12
-organisation du délire

L’absence d’organisation du délire ( délire non structuré, ou non systématisé ) est caractéristique de la schizophrénie

3- LE REPLI

-un retrait social actif (isolement social, apragmatisme conduisant parfois à l’incurie (le sujet ne se lave plus, ne mange plus…)

-le sujet est lointain, distant, son regard est ailleurs

-une pensée secréte, illogique, non subordonnée au principe de réalité, il s’agit d’une pensée magique, peu communicable.

slide13
4- DES TROUBLES DE L’HUMEUR

LES FORMES CLINIQUES: prochainement…