comptabilit de gestion l.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Comptabilité de gestion PowerPoint Presentation
Download Presentation
Comptabilité de gestion

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 41

Comptabilité de gestion - PowerPoint PPT Presentation


  • 237 Views
  • Uploaded on

Comptabilité de gestion. Référence H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion , Paris, Economica, 4 e éd. août 2006. Rappel du plan. Introduction : une comptabilité pour les managers Première partie : notions et principes fondamentaux Chapitre 1 : concepts de coûts pour la décision

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Comptabilité de gestion' - piper


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
comptabilit de gestion

Comptabilité de gestion

Référence

H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Paris, Economica, 4e éd. août 2006

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

rappel du plan
Rappel du plan
  • Introduction : une comptabilité pour les managers

Première partie : notions et principes fondamentaux

  • Chapitre 1 : concepts de coûts pour la décision
  • Chapitre 2 : modéliser la consommation de ressources
  • Chapitre 3 : l’organisation et le fonctionnement de la comptabilité de gestion

Deuxième partie : l’aide au contrôle stratégique

  • Chapitre 4 : les enjeux stratégiques de la comptabilité de gestion
  • Chapitre 5 : l’aide au pilotage coût-valeur

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

slide3
Plan

Troisième partie : l’aide au contrôle de gestion et aux décisions courantes

  • Chapitre 6 : le passage du long au court terme
  • Chapitre 7 : l’aide au pilotage à court terme
  • Chapitre 8 : le calcul du résultat

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

troisi me partie
Troisième partie

L’aide au contrôle de gestion et aux décisions courantes

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

chapitre 6
Chapitre 6

Le passage du long au court terme

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

chapitre 66
Chapitre 6
  • La neutralisation des coûts de capacité par le direct costing (méthode du coût variable)
  • Les risques du direct costing
  • La normalisation des coûts de capacité par l’imputation rationnelle

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

chapitre 67
Chapitre 6
  • La neutralisation des coûts de capacité par le direct costing (méthode du coût variable)
  • Les risques du direct costing
  • La normalisation des coûts de capacité par l’imputation rationnelle

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

le direct costing
Le direct costing
  • Cette méthode considère les coûts de capacité comme « fatals » à court terme. Ce sont des « coûts de période » qui doivent être couverts par des marges sur coûts variables.
  • La comptabilité de gestion a donc pour but d’identifier ces marges pour éclairer la politique de l’entreprise.
  • En conséquence seuls les coûts variables sont imputés aux produits (voir néanmoins la variante du DC évolué plus loin)

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

le direct costing simple m thode du co t variable
Le direct costing simple (méthode du coût variable)

ACTIF

Directs

RESULTAT

Coûts variables

Production de la période

Coût variable des ventes

Indirects

Directs

Directs

Ventes

Coûts de capacité

Marge sur coûts variables

Indirects

Indirects

Résultat

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

principe du point mort
Principe du point mort

Montants

Chiffre d ’affaires

Coût total

v

F

P

Quantités

Q = F/(P-v)

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

une premi re fa on de faire des pertes
Une première façon de faire des pertes

Montants

Chiffre d ’affaires

Coût total

v

F

P

Quantités

Q = F/(P-v)

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

le cas d un d ficit structurel
Le cas d’un déficit structurel

CA, COÛTS

COÛTS

CA

QUANTITE

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

un autre cas d un d ficit structurel
Un autre cas d’un déficit structurel

CA et coûts

Coûts en IR (v + F/N)

CA

COÛTS

v

F

Coût en IR

Capacité

N

Point mort

Quantité

Prix

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

exemples
Exemples

P=100 v=60 F=10000 Point mort ?

Q = 10000/(100-60) = 250 u

Pour Q=320 quel bénéfice ?

B = (100-60).320 - 10000 = 2800 F

Q = 12000/(100-60) = 300 u

Quel point mort si F est de 12000 ?

Comparer MSCV après et avant

(100-48)Q-14300 > (100-60)Q-10000

Q>359 u

Faut-il porter F à 14300 pour réduire v à 48 ?

MSCV 1 < MSCV 2 ssi

(p-v)*q1 < (p-dp-v)*q2

(100-60) q1 < (90-60) q2soit q1>4/3.q2

Faut-il baisser P de 10 % ?

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

le direct costing volu m thode du co t direct
Le direct costing évolué (méthode du coût « direct »)

ACTIF

Directs

RESULTAT

Production de la période

Coûts variables

Indirects

Coût variable des ventes

Directs

Coûts de capacité

Ventes

Directs

Marge sur coûts « directs » ou contribution

Indirects

Indirects

Résultat

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

les direct costings
Les direct costings

Les coûts de capacité indirects sont de 50 000

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

le direct costing simple
Le direct costing simple

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

le direct costing volu
Le direct costing «évolué»

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

les points morts du direct costing volu
Les points morts du direct costing évolué

Point mort de B

Quantité de A

U

Zone de point mort de l’entreprise

R

S

Point mort de A

1000

V

Quantité de B

1200

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

client insolvable
Client insolvable

Exemple

  • Une entreprise de négoce d’articles de bureau s’adresse aux grands comptes (GC) et aux PME.
  • La marge sur coût d’achat qu’elle réalise sur les GC est de 25 % alors que la marge sur les PME est de 32 %.
  • Un client PMEcommandedes fournitures facturées 1 000 euros (coût d’achat de 1 000/1,32 = 757,6 euros). Peu de temps après il est mis en liquidation et on n’espère pas récupérer la créance. Quel chiffre d’affaires faut-il réaliser pour compenser l’effet de cette défaillance sur le résultat d’exploitation du vendeur ?

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

client insolvable les effets
Client insolvable : les effets

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

client insolvable solutions
Client insolvable : solutions
  • Les coûts de la commande non réglée sont comptabilisés. Il faut dégager une marge sur coût variable qui compense le chiffre d’affaires perdu de 1 000 euros et reconstitue la marge. Cela représente :
  • avec un client GC, un chiffre d’affaires de 1 000*1,25/0,25 = 5 000 euros
  • avec un client PME, un chiffre d’affaires de 1 000*1,32/0,32 = 4 125 euros

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

d part d un client
Départ d’un client

Exemple

Supposons maintenant que cette entreprise perde la clientèle de l’un de ses grands comptes qui représentait un chiffre d’affaires de 200 000 euros. Quel chiffre d’affaires PME faut-il réaliser pour maintenir les résultats d’exploitation ?

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

d part d un client solution
Départ d’un client : solution
  • On perd une marge sur coûts variables de 200 000*0,25/1,25 = 40 000 €.
  • Le chiffre d’affaires PME qui dégage cette marge est de 40 000*1,32/0,32 =165 000€

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

marges la baisse
Marges à la baisse
  • Exemple. Les clients GC ont obtenu que la marge soit abaissée à 23 % du coût d’achat. Quel volume de ventes supplémentaire faudra-t-il réaliser sur les clients GC pour néanmoins maintenir le résultat d’exploitation ?

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

marges la baisse solution
Marges à la baisse : solution
  • Si on appelle CA le supplément nécessaire de chiffre d’affaires pour maintenir la marge totale sur coûts variables, il faut avoir :
  • CA.(0,25/1,25) = (CA+CA).(0,23/1,23)
  • CA = 0,0695.CA
  • Il faut donc une croissance de près de 7 % du chiffre d’affaires pour compenser la perte de 2 points de marge.

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

solution 2
Solution 2
  • On peut encore calculer quel chiffre d’affaires supplémentaire doit être obtenu des clients PME pour aboutir au maintien du résultat.
  • En appelant CA le chiffre d’affaires réalisé avec les clients GC et ca le chiffre d’affaires supplémentaire attendu des clients PME, il faut :
  • soit CA.(0,25/1,25) = CA (0,23/1,23) + ca.(0,32/1,32)
  • ca = 0,0536.CA
  • Il faut donc un chiffre d’affaires supplémentaire avec les clients PME de 5,4 % environ du chiffre d’affaires GC pour compenser la perte de 2 points de marge sur les GC. Le seuil sera, bien entendu, d’autant plus difficile à franchir que les PME représenteront une part minoritaire du chiffre d’affaires : si, par exemple, les GC constituent 60 % du CA, l’augmentation du CA avec les PME revient à un développement de plus de 8 % des ventes sur ce segment.

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

chapitre 628
Chapitre 6
  • La neutralisation des coûts de capacité par le direct costing (méthode du coût variable)
  • Les risques du direct costing
  • La normalisation des coûts de capacité par l’imputation rationnelle

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

les risques du direct costing
Les risques du direct costing
  • Des hypothèses simplistes sur le comportement des coûts
  • Les coûts variables et les coûts de capacité ne sont pas indépendants. Les risques de « la stratégie du point mort » (Johnson)
  • Attention aux décisions à récurrence, non purement ponctuelles
  • Ce qui est variable localement peut être fixe globalement

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

la m thode gpk
La méthode GPK

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

chapitre 631
Chapitre 6
  • La neutralisation des coûts de capacité par le direct costing (méthode du coût variable)
  • Les risques du direct costing
  • La normalisation des coûts de capacité par l’imputation rationnelle

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

pourquoi le co t complet n est pas une solution
Pourquoi le coût complet n’est pas une solution

A demande 3 h et B demande 5 h

On fait 100 A et 100 B

v = 100 €/h F = 100000 €

A coûte 675 € et B coûte 1125 €

A coûte 648,84 et B coûte 1081,4

On fait 120 A et 100 B

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

rappel l imputation rationnelle et ses deux informations cl s
Rappel : l’imputation rationnelle et ses deux informations clés

Total

ALERTE

Coût de sous-activité

Coût de sous-activité

F.n/N

Coûts absorbés

BENCHMARKING

Coût unitaire

F/N

n

N

Coûts de capacité (ou variables indivis)

Niveau réel de fonctionnement

Potentiel

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

les avantages de l imputation rationnelle
Les avantages de l’imputation rationnelle
  • Le coût complet arithmétique n’a pas de valeur stable. Il est donc inadapté à la décision et in est sujet au « bruit »
  • L’homogénéité exige l’imputation rationnelle
  • Elle est un coût complet stable qui fait le lien entre court et long terme
  • Rien n’empêche d’y faire apparaître la marge sur coûts variables
  • Une redécouverte (Gantt) avec la montée des coûts de capacité
  • Mais elle s’applique aussi aux coûts variables (indivis).

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

en r sum sur le calcul de l ir
Ventes

- Coût variable

= MSCV

- Coûts de capacité imputés ou absorbés

= Marge

- CSA

= Bénéfice

Seule manière de calculer un coût unitaire

(regroupement des variables volumiques, indivis et des coûts de capacité)

En résumé sur le calcul de l ’IR

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

slide36

Le cadre conceptuel du CAM-i

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

les inconv nients de l imputation rationnelle
Les inconvénients de l’imputation rationnelle
  • Définir le niveau normal d’activité
  • L’ambiguïté du coût de sous-activité : le supprimer en augmentant l’activité n’est pas supprimer un coût, mais plutôt agir sur une sorte de coût de sous-activité.

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

exemple de diagnostic
Exemple de diagnostic

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

exemple de diagnostic39
Exemple de diagnostic

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

en conclusion
En conclusion

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica

en conclusion41
En conclusion

Et sa production

L’usine comptable

Toutes ces « usines » sont capables de produire tous ces calculs de coût avec la même fiabilité si la loi des coûts homogènes est respectée

D’après H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica