deshydratation aigue en p diatrie l.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Deshydratation aigue en pédiatrie PowerPoint Presentation
Download Presentation
Deshydratation aigue en pédiatrie

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 50

Deshydratation aigue en pédiatrie - PowerPoint PPT Presentation


  • 955 Views
  • Uploaded on

Deshydratation aigue en pédiatrie. Surtout les enfants de < 2 ans Causes principales : Gastroentérites Causes rénales Insuffisance surrénalienne Acidose diabétique Coup de chaleur Hyperthermie majeure. Facteurs favorisants. « plus d’eau que chez l’adulte » 70 à 80 %

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Deshydratation aigue en pédiatrie' - paul2


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
slide2

Surtout les enfants de < 2 ans

  • Causes principales:
  • Gastroentérites
  • Causes rénales
  • Insuffisance surrénalienne
  • Acidose diabétique
  • Coup de chaleur
  • Hyperthermie majeure
facteurs favorisants
Facteurs favorisants
  • « plus d’eau que chez l’adulte » 70 à 80 %
  • Besoin plus élevé 120 à 150 ml/kg/j
  • Pouvoir de concentration des urines faible
  • Dépendance totale
  • Pas de soif exprimée
les risques
Les risques
  • Vital par hypovolémie et ACR
  • Rénal par nécrose corticale et thrombose veine rénale
  • Cérébral par anoxie, convulsion
diagnostic
diagnostic
  • Le poids oui mais:
  • Poids antérieur?
  • Rapidité de la perte de poids?
  • Existence d’un 3eme secteur?
  • Classiquement <5% légère, > 10% sévere et modérée entre les 2
clinique
clinique
  • Fontanelle déprimée
  • Perte de poids
  • Yeux enfoncés, creusés
  • Bouche sèche
  • Pli cutané
clinique suite
Clinique suite
  • Diminution de la diurèse
  • TRC> 3 secondes (reflet perfusion périph.)
  • Trouble de la conscience.
  • Tachycardie
  • marbrures
rappel
rappel
  • Fréquence cardiaque normale:
  • Nourrisson 90 à 150
  • Enfant 60 à 180
  • TA normale:
  • < 1mois 60 mm Hg
  • < 1 an 70 mm Hg
  • 1 à 10 70 + (2* age)
clinique selon la perte de poids
clinique selon la perte de poids
  • Perte de 5 à 10%:
  • Soif, urine réduite, irritable ou apathique, yeux cernés, tachycardie,pli cutané s’effaçant lentement.
  • Perte > 10%:
  • Pas de diurèse,refus total alimentation,marbrures,langue rôtie,yeux enfoncés, pli cutané persistant,TRC> 3s, TA basse
prise en charge
Prise en charge
  • Si sévère avec collapsus: urgence vitale!
  • Rétablir la volémie: 2 VVP, bolus de sérum phy, voir colloïde et prise en charge en réanimation
slide11

Indication réhydratation IV:

  • Vomissements incoercibles
  • Diarrhée gravissime
  • Signe de préchoc
  • Trouble conscience
  • La perf de base: G5+3G NACL
r hydratation orale
Réhydratation orale
  • Meilleur traitement
  • Réduit les hospitalisation
  • Réduit la mortalité
  • Donner 30ml de SRO/1/4 heure durant 4 heures puis reprise alimentation
asthme aigu grave p diatrique
Asthme aigu grave pédiatrique
  • Définition :
  • PF< 50%
  • FR> 25 mn A/ >40 (5-15 ans)/ >50 <5ans
  • FC> 110 A/ > 120 (5-15 ans)/ >140
  • Alimentation impossible
  • Mi se en jeu des muscles respiratoires acces.
  • Niveau socioculturel
  • Hospitalisation récente pour asthme
  • Traitement ?
asthme aigu avec pronostic vital
Asthme aigu avec pronostic vital
  • Silence auscultatoire
  • Épuisement respiratoire
  • Cyanose
  • Trouble de la conscience
  • Bradycardie et hypoTA
traitement
Traitement
  • O2 toujours
  • B2 inhalé: salbu ou équivalent ( 0,5mg/kg/h)
  • Atrovent systématique dans l’AAA 375ug/h
  • En pratique prépare une solution pour 2 heures avec salbu (0,2 ml) + atrovent 3 dosettes ped. Et sérum phy (qsp 30ml)
  • Corticoïdes systématiques 2ml/kg
traitement suite
Traitement suite
  • Si ne s’améliore pas:
  • Salbu IV
  • Sulfate de magnésium iv
  • Intubation après sédation
laryngites de l enfant
Laryngites de l’enfant
  • principale cause de dyspnée laryngée chez l’enfant de plus de 6 mois
  • peut mettre rapidement en jeu le pronostic vital
  • urgence thérapeutique
  • diagnostic est clinique
la laryngite aigu sous glottique
La laryngite aiguë sous glottique
  • la plus fréquente des laryngites de l’enfant.
  • toute l’année, avec une recrudescence hivernale
  • plus fréquente chez le garçon, avec un pic de fréquence entre 1 et 3 ans
  • Elle est essentiellement d’origine virale.
clinique19
clinique
  • décours d’une rhino-pharyngite banale, à début volontiers nocturne
  • température est modérément élevée (38°, 38.5°C)
  • l’état général est conservé.
  • dyspnée s’installe progressivement:
slide20

bradypnée inspiratoire

  • Tirage
  • Cornage
  • toux rauque ou aboyante et voix quasi normale ou rauque
  • signes cliniques de rhinopharyngite
traitement21
traitement
  • L’évolution est rapidement favorable grâce à la corticothérapie orale type Celestene gouttes
  • Humidification de l’air
  • Antipyrétiques
  • Traitement de la rhino.
  • Penser à :tabagisme passif, RGO, allergie, foyer infectieux ORL si récidive fréquentes.
slide23

1 000 à 1 500 enfants par an en France

  • Mortalité environ 1%
  • La majorité des corps étrangers sont observés entre 1 et 3 ans. Le risque diminue ensuite pour de nouveau augmenter vers 6-8 ans
  • prédominance masculine
localisation
Localisation
  • majorité des cas bronchique mais elle peut être laryngée ou trachéale.
migration et cheminement du corps tranger
Migration et cheminement du corps étranger
  • Après inhalation, le corps étranger entre en contact avec la muqueuse laryngée entraînant un spasme ou une contraction en fermeture responsable d’une courte cyanose.
  • Ensuite, le corps étranger au contact de la muqueuse trachéale déclenche une toux quinteuse puis gagne une des 2 bronches.
slide26
Plusieurs situations pathologiques liées à la taille, à la nature du corps étranger et à l’âge de l’enfant découlent de ce cheminement
  • Blocage complet du corps étranger qui reste enclavé au niveau laryngé avec tirage inspiratoire associé à une dysphonie voire une aphonie pouvant provoquer un état asphyxique aigu.
slide27

Blocage partiel du corps étranger dans la trachée responsable d’une bradypnée inspiratoire et expiratoire variable, entrecoupée de quintes de toux.

  • Migration du corps étranger dans une bronche provoquant une reprise inspiratoire difficile ou une régression complète des symptômes avec normalisation clinique. Dans ce dernier cas, si le syndrome d’inhalation dit « de pénétration » a été méconnu, l’accident peut totalement passer inaperçu.
slide28

Mobilité du corps étranger dans l’axe trachéo-bronchique avec risque de blocage secondaire lors d’efforts de toux

  • Expulsion spontanée du corps étranger et normalisation clinique.
conduite tenir et traitement
Conduite à tenir et traitement
  • conditionnés par la gravité du tableau clinique et la tolérance ventilatoire
  • Le traitement des corps étrangers consiste en leur extraction, soit par des manoeuvres d’urgence, soit le plus souvent par la bronchoscopie
urgence vitale marqu e par un syndrome asphyxique aigu
Urgence vitale marquée par un syndrome asphyxique aigu
  • L’objectif prioritaire est la liberté des voies aériennes
  • désobstruction des voies aériennes supérieures obstruées (manœuvres de secourisme)
  • Oxygénation
  • laryngoscopie et si CE non visible intubation puis bloc orl
  • Trachéotomie de sauvetage
pas d urgence vitale ou ce ancien
Pas d’urgence vitale ou CE ancien
  • Absence de signe clinique et radiographie pulmonaire normale : fibroscopie souple bronchique
principales intoxications
Principales intoxications
  • Toujours aussi nombreuses
  • Mais diminution de la morbidité
  • Enfant <4ans
  • D’abord médicamenteuse puis ménagère puis cosmetiques
intoxications par ordre
Intoxications par ordre
  • Les benzo, les hypnotiques et neuroleptiques en tête.
  • Eau de Javel toujours leader, produit de lavage des machines vaisselle, diminution des caustiques type DESTOP
principes de traitement
Principes de traitement
  • Raisonner en mg/kg
  • Heure de prise
  • Penser anti-poison si med. inconnu ou produit bizarre.
  • Lavage gastrique dangereux.
  • Ne pas faire vomir
  • Laisser à jeun
  • Produit ménager regarder la bouche et décider si fibro
principe de traitement
Principe de traitement
  • Les antidotes:
  • Charbon activé indication large
  • Anexate (benzo,hypnotiques)
  • Narcan (codeine)
  • NAC paracetamol
  • Glucagon Bbloquants
  • Adrénaline et lactate choroquine
  • Anticorps antiFAB digitaliques
  • Les mesures générales
principales douleurs abdominales de l enfant
Principales douleurs abdominales de l’enfant
  • Symptômes très fréquents
  • 2 types de douleurs:aigues et chroniques
douleurs aigues
Douleurs aigues
  • Ne pas méconnaître une affection chirurgicale
  • L’interrogatoire, l’examen clinique et quelques examens complémentaires suffisent le plus souvent
slide38

Modalité de la douleur:date et heure de début, brutale ou non,le siège (plus souvent péri-ombilicale), l’intensité,facteur de soulagement

  • Les signes associés:fièvre, signe digestif respiratoires, orl, urinaire, neurologiques, arthralgies.
  • L’ examen clinique bien sur complet mais en insistant sur le poumon et la sphère ORL, la peau
slide39

Au terme de cela: 2 options

origine chirurgicale ou médicale

tiologies chirurgicales
Étiologies chirurgicales
  • Appendicite
  • Invagination intestinale aigue : nourrisson, refus brutal du biberon, vomissement et cris aigus, présence d’un boudin d’invagination, diagnostic porté par échographie, lavement baryté et TDM.
  • Étranglement herniaire
  • Occlusion intestinale aigues
tiologies chirurgicales suite
Étiologies chirurgicales suite
  • Jeune fille: tumeur pelvienne+ douleur abdominale et vomissement= torsion tumeur ovarienne
  • Torsion testicule
  • ……….
tiologies m dicales
Étiologies médicales
  • Les plus fréquentes
  • Le plus souvent fébriles
  • Rechercher les signes associés
tiologies m dicales enfant f brile
Étiologies médicalesenfant fébrile
  • Pneumonie franche lobaire aigue:++++
  • Gastro-entérite aigues
  • Infections urinaires
  • Hépatite virale A
  • Purpura rhumatoïde (association de signe articulaire et cutanée).
  • Otite aigue
tiologies m dicales enfant non f brile
Étiologies médicalesenfant non fébrile
  • Simple « indigestion » si signe digestif
  • Pas de signe digestif:
  • Parasitose intestinale (oxyures, ascaris).
  • Drépanocytose ( ethnie)
  • Pâleur (anémie hémolytique)
  • Syndrome polyuro-polydypsique (diabète)
  • Douleur prémenstruelle
  • RGO
  • Ulcère gastro duodénal
  • Lithiases
  • …….. Et plus encore (liste non exhaustive)
traumatisme cr nien chez les enfants
traumatisme crânien chez les enfants
  • fréquents chez les enfants
  • le plus souvent peu ou modérément sévères
  • l'expérience auprès des adultes non transposable car:
  • particularités anatomiques
  • différences dans la réaction physiologique au traumatisme cérébral
  • le rapport entre leur tête et leur corps est plus grand
  • moins myélinisé
  • les os du crâne sont plus minces
priorit s dans le traumatisme grave
Priorités dans le traumatisme grave
  • Évaluation des fonctions respiratoires et circulatoires et traitement énergique
  • Prévention des ACSOS
  • Utilisation des échelles de Glasgow adaptée à l’enfant (idem adulte sauf pour les items réponse verbale):

Orientée (5) Mots (4) Sons (3) Cris (2) Aucune (1)

classification des traumatismes cr niens
Classification des traumatismes crâniens
  • Peu grave :
  • Absence de symptômes  
  • Léger mal de tête  
  • Trois épisodes de vomissement ou moins 
  •  Score de 15 sur l'échelle de Glasgow
  • Perte de conscience de moins de 5 minutes
slide48

Modéré:

  • Perte de conscience de 5 minutes ou plus
  •  Léthargie progressive 
  • Mal de tête progressif 
  •  Vomissements prolongés (plus de trois fois) ou  associés à d'autres symptômes
  • Amnésie Convulsions
  •  Score de 11 à 14 sur l'échelle de Glasgow
  •  Signes de fracture de la base du crâne
  •  Blessures faciales
slide49

Grave:

  •  Score de 10 ou moins sur l'échelle de Glasgow
  • Signe de localisation neurologique
  • Blessure crânienne par pénétration
  • Enfoncement
  • Fracture ouverte du crâne
propositions de conduite tenir
Propositions de conduite à tenir
  • Pas grave: RAD avec feuille de surveillance des traumatisés
  • Modéré: mise en observation quelques heures si amélioration RAD si aggravation TDM et avis neuro chir
  • Grave: transfert en neuro chir après stabilisation de l’enfant.