Coiffe de l’épaule et Médecine expertale - PowerPoint PPT Presentation

coiffe de l paule et m decine expertale n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Coiffe de l’épaule et Médecine expertale PowerPoint Presentation
Download Presentation
Coiffe de l’épaule et Médecine expertale

play fullscreen
1 / 45
Coiffe de l’épaule et Médecine expertale
475 Views
Download Presentation
ovid
Download Presentation

Coiffe de l’épaule et Médecine expertale

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Aspects médico-légaux de la pathologie de l’épauleAPPLICATION À LA MÉDECINE AGRÉÉEAubagne le 22 juin 2013 Coiffe de l’épaule et Médecine expertale Gérard ORST - 22 Juin 2013

  2. Médecine statutaire et Médecin agréé 1 - Accident de service 2 - Maladie contractée en service (cf. MP 57 A)

  3. LES FONDAMENTAUX • Pathologie traumatique rare (5% à 10%) mais le traumatisme toujours mentionné • Pathologie dégénérative (état antérieur) : - l’épaule vieillit par ses tendons, - lésion d’usure … par conflits • Multiples facettes (nb entités ) • Absence de parallélisme anatomo-clinique

  4. L ’ACCROCHAGE Conflit sous acromio-coracoïdien (NEER- 1972) Acromioplastie

  5. Acromion « agressif » Classification BIGLIANI

  6. Autres ACCROCHAGES conflit ou impingement G. Walch C.Berger

  7. TABLEAU N° 57 : Affections péri articulaires provoquées par certains gestes et postures de travail Date de création : 9 novembre 1972Dernière mise à jour : 7 septembre 1991

  8. Décret 2012-237 du 01/08/2012 : Abduction 60 ° - 1 mois / 6 mois / 1 an

  9. Entités anatomo-cliniques • Raideur: capsulite (rétraction) et bursite (adhésive) • Calcifications : plusieurs types • Tendinopathies partielles non transfixiantes : profondes, superficielles, intra tendineuses, du sous-scapulaire • Lésions transfixiantes et omarthrose • Pathologie du long biceps

  10. Tendinopathies pures et calcifiantes (exclusion MP 57) Lésions parcellaires intra tendineuse articulaire acromiale

  11. Lésions transfixiantes « zone critique » USURE Pas de cicatrisation tendineuse spontanée Infiltration graisseuse + atrophie du corps musculaire

  12. Les lésions transfixiantes extension AP rétraction

  13. Longue portion du biceps

  14. SLAP IV Complexe labrobicipital

  15. Long biceps « en sablier » d ’après Pascal Boileau

  16. IMPUTABILITE MEDICALE • =/= Imputabilité administrative • =/= Causalité juridique • Muller et Cordonnier (1923) et Simonin • Barrault et Nicourt : topo, chrono, science

  17. Méthode en 3 temps 1 – Fonctionnelle (humaine) 2 – Lésionnelle (technique) 3 – Thérapeutique (pragmatique) … une solution parmi d’autres

  18. Approche fonctionnelle (1) • Impotence fonctionnelle douloureuse • Mobilité active et passive • Tests etc. … avant tout allait bien !

  19. D’où vient la douleur ? • Origine tendineuse (aggravation, bursite, ténosynovite biceps) • Origine musculaire (fibres Cendrillon) • Origine nerveuse (syndrome canalaire) • Origine ostéoarticulaire (arthropathie) • Processus psychosociologique

  20. Approche lésionnelle (2) • Du mécanisme aux lésions : activité sport et professionnelle, mécanisme direct, indirect, position du membre etc. • Catégoriser une entité lésionnelle • Datation des lésions par l’imagerie +++

  21. Radiographies Distance acromio-humérale > 7 mm (face en RN)

  22. Radiographies

  23. Omarthrose FUKUDA

  24. Echographie

  25. Arthrographie

  26. Arthrographie

  27. Arthrographie

  28. ARTHRO SCANNER GOUTALLIER BERNAGEAU

  29. Datation des lésions ? • Goutallier (1994) : IG si lésion > 6 mois • Walch et Melis (2000): - stade 2 => 2,5 ans - stade 3 et 4 => 4 ans

  30. I.R.M.

  31. I.R.M.

  32. Arthro- I.R.M.

  33. Approche thérapeutique (3) • Valeur fondamentale du CRO … • Deux sortes de gestes : - chirurgie palliative, à visée antalgique - chirurgie réparatrice de l’état dégénératif antérieur

  34. Taux d’IPP • Raideur épaule modérée, moyenne, serrée : 15, 20, 30 % (côté dominant) + 10/15 % selon importance douleur • Tendinopathie et syndrome de la coiffe des rotateurs : 0 à 7 %

  35. Quelques cas particuliers • Rachis cervical et coiffe • Nerfs de l’épaule et coiffe • Lésions itératives

  36. Rachis cervical et coiffe 1/ Capsulite: NCB cause classique, 2/ en l’absence de NCB • perturbation vasculaire • douleur scapulaire référée

  37. Coiffe et nerfs de l’épaule • Nerf spinal (branche lat. du nerf accessoire): chute moignon épaule et abduction scapula par atteinte trapèze supérieur et SCM • Nerf du grand dentelé (nerf thoracique long): décollement bord médial de la scapula (pompe contre le mur) • Nerf supra scapulaire (syndrome canalaire)

  38. XI Spinal : branche latérale de l’accessoire Chute du moignon de l’épaule, atrophie du SCM et perte fixation scapula

  39. Nerf thoracique long (grand dentelé)  scapula alata

  40. Rupture itérative Eventualité fréquente corrélée au nombre de tendons réparés : - 10 à 30 % si rupture isolée du sus-épineux, - 40 à 60 % si deux tendons - 50 à 90 % si trois tendons

  41. Conclusion : plan fonctionnel Douleur avec ses composantes: positionnelle, d ’horaires ... , éliminer les autres causes de douleurs : rachis C5-C6, acromio, nerfs (SS GD) etc. Mobilité active: élévation antérieure dans le plan de l ’omoplate, rotation externe R1 et R2, rotation interne main dans le dos, Constant (intérêt en expertise ?) Mobilité passive: EA et RE

  42. Conclusion : plan lésionnel • mécanisme • sidération avec perte mobilité active immédiate • ecchymoses + hématome satellite à l’écho • pas de stigmate radiologique • peu de rétraction • infiltration graisseuse et atrophie • œdème sous chondral si IRM • épaule controlatérale…

  43. Evaluer le retentissement et le traitement dans 3 cas de figure Cas 1 : lésion sur coiffe fragilisée Cas 2 : extension lésion préexistante Cas 3 : rien d’objectif ou lésion ancienne

  44. Merci de votre attention