slide1 l.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Service de Bactériologie Département des Maladies infectieuses et parasitaires Faculté de Médecine Vétérinaire PowerPoint Presentation
Download Presentation
Service de Bactériologie Département des Maladies infectieuses et parasitaires Faculté de Médecine Vétérinaire

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 86

Service de Bactériologie Département des Maladies infectieuses et parasitaires Faculté de Médecine Vétérinaire - PowerPoint PPT Presentation


  • 527 Views
  • Uploaded on

Service de Bactériologie Département des Maladies infectieuses et parasitaires Faculté de Médecine Vétérinaire. Cours de bactériologie 2ème doctorat Option Rente. Les salmonelloses. Les maladies du tube digestif. Intestins Entérites aigües et entérotoxémies colibacilloses

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Service de Bactériologie Département des Maladies infectieuses et parasitaires Faculté de Médecine Vétérinaire' - jana


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
slide1

Service de BactériologieDépartement des Maladies infectieuses et parasitairesFaculté de Médecine Vétérinaire

Cours de bactériologie

2ème doctorat

Option Rente

Les salmonelloses

les maladies du tube digestif
Les maladies du tube digestif
  • Intestins

Entérites aigües et entérotoxémies

      • colibacilloses
      • salmonelloses - diarrhée: tous (jeunes et adultes)

- septicémie: tous (nouveau-nés, jeunes et adultes)

- avortement: tous (femelles pleines)

      • clostridioses
      • autres bactéries
les maladies du tube digestif3
Les maladies du tube digestif

SALMONELLOSES

Incidence:

  • tous les âges sont réceptifs
  • pic chez les jeunes
    • bovins: fréquentes, surtout en groupe
    • petits ruminants: fréquentes, surtout en groupe
    • porcs: très fréquentes (surtout en post-sevrage)
    • chiens/chats: fréquentes (cas individuels)
    • chevaux: fréquentes (cas individuel, post-hospitalisation)
    • lapins: fréquentes (élevages)
    • autres mammifères: variables (cas individuel)
    • volaille: fréquentes (+ portage)
    • autres oiseaux: variables
    • reptiles: moins fréquentes (autres sérotypes)

Pouvoir zoonotique: transmission directe, par les denrées alimentaires, par les eaux de baignade

les maladies du tube digestif4
Les maladies du tube digestif

SALMONELLOSES

Etiologie:Salmonella enterica sérovars …

  • Typhimurium: tous
  • Dublin: ruminants
  • Choleraesuis, Derby, Panama, Goldcoast, Livingstone:porc
  • Anatum, Agona, Hadar, Newport, St-Paul:cheval
  • California, Hadar, Newport: chien, chat
  • Virchow, Enteritidis, Agona: volailles

! Variations des sérovars au cours du temps et de l’âge !

les maladies du tube digestif5
Les maladies du tube digestif

SALMONELLOSES

Diagnostic

  • Circonstances
    • âge, stress
  • clinique
    • trilogie: diarrhée (dysenterie), septicémie, avortement
  • nécropsique
    • lésions intestinales (grêle): congestion, hémorragies, nécrose
    • lésions généralisées: pétéchies, hémorragies, foyers de nécrose
  • Etiologique
    • culture après enrichissement
    • sérotypage et lysotypage
  • Sérologique
    • sur sérums couplés
slide6

Cours de bactériologie

2ème doctorat

Option Rente

  • Les salmonelloses:
  • Le typage des salmonelles animales: comment ? pourquoi ? (Dr Vét Hein Imberechts, CERVA-CODA)
  • Le vétérinaire d’abattoir face aux salmonelles (Prof. Georges Daube, DDA)
  • La clinique des salmonelloses chez l’homme (Dr Christiane Duchesnes, MG)
  • Le typage des salmonelles humaines: comment ? pourquoi ? (Dr Katelijne Dierick, ISP Louis Pasteur WIV)
salmonella dans la production primaire

Salmonella dans la production primaire

Dr H. Imberechts

Laboratoire National de Référence pour Salmonella,Santé animale

contenu
Contenu
  • Salmonella et salmonellose
  • Programmes officiels de l’AFSCA en production primaire
  • Le sérotypage
  • La résistance aux antibiotiques
  • Evolution de Salmonella en Belgique
salmonella
Salmonella
  • Isolement (ISO 6579:2002 Annexe D)
    • Pré-enrichissement : BPW
    • Enrichissement sélectif : RVS, MKTTn (MSRV)
    • Sur milieu sélectif : BGA, XLD (XLT4)
  • Identification biochimique
  • Typage
    • Phénotypique: LPS et flagelles
    • Génétique (PFGE)
infections salmonella
Infections à Salmonella
  • La volaille et le porc
    • Souvent absence de signes cliniques
    • Excrétion par matières fécales et oeufs
  • Contamination de la chaîne alimentaire
  • Chez l’homme: typhoïde < non-typhoïde (voir par après)
programmes officiels de l afsca
Programmes officiels de l’AFSCA
  • Chez les volailles reproductrices
  • Chez toutes les volailles avant l’abattoir (OUT; Qualification sanitaire)
  • Chez les porcs à l’engrais
    • Principalement sérologie
  • Chez les poules pondeuses: prévue en 2007
programmes officiels de l afsca12
Programmes officiels de l’AFSCA
  • Volailles reproductrices
    • Echantillons officiels: 22 sem, +6 sem
    • Laboratoire ARSIA
  • Poules pondeuses & poulets de chair
    • Echantillonage par le détenteur: OUT
    • Laboratoires ARSIA et privés (agréés)
  • Poules pondeuses en 2007
    • Echantillons obligatoires: 16, 22, 46 sem
    • Laboratoire ARSIA
afsca mesures
AFSCA: Mesures
  • Volailles reproductrices
    • Destruction des oeufs, ou pasteurisation
    • Abattage (logistique)
    • Nettoyage et désinfection
  • Poules pondeuses & poulets de chair
    • Pasteurisationdes oeufs
    • Abattage logistique
    • Nettoyage et désinfection
programmes officiels de l afsca agence f d rale pour la s curit de la cha ne alimentaire
Programmes officiels de l’AFSCA (Agence fédérale pour la sécurité de la Chaîne alimentaire)
  • Sérotypes principaux:
    • S. Enteritidis, S. Typhimurium
  • EU (Règlement 1003/2005)
    • S. Enteritidis
    • S. Typhimurium
    • S. Hadar
    • S. Infantis
    • S. Virchow
  • Déclaration à l’AFSCA
la s rotypie
La sérotypie
  • Technique: agglutination
  • Sérotype = formule
    • Antigène O: LPS, sucres
    • Antigène H: flagelles, protéines
      • Deux phases: H1 et H2
  • Exemples: O H1 H2
    • Enteritidis 9 g,m -
    • Typhimurium 4[5] i 1,2
    • Virchow 6,7 r 1,2
exemples
Exemples
  • S Typimurium
    • Paratyphi B 1,4,[5],12 b 1,2
    • Typhimurium 1,4,[5],12 i 1,2
    • Lagos 1,4,[5],12 i 1,5
    • Agama 4,12 i 1,6
    • Gloucester 1,4,12,27 i l, w
  • S Enteritidis
    • Enteritidis 1,9,12 g,m –
    • Blegdam 9,12 g,m,q –
    • II salamae1,9,12 g,m,[s],t [1,5,7],[z42]
    • II salamae1,9,12 g,m,s,t e,n,x
la s rotypie d ifficult s
La sérotypie, difficultés
  • Long trajet
      • Récolte, transport, enregistrement, tests biochimiques, sérotypie, réponse
      • Accord entre partenaires est nécessaire
  • Difficultés techniques
    • H1 et H2 (Sven Gard, deuxième phase)
    • Faible expression / antisérum incertain
    • Tests biochimiques nécessaires
      • S. Enteritidis et vaccin vivant
      • S. Gallinarum subsp Gallinarum / Pullorum
      • S. Paratyphus B var Java (tartrate pos)
la r sistance aux antibiotiques
La résistance aux antibiotiques
  • Une sélection de souches est testée contre 12 antibiotiques
    • Résultats 2005:
      • La plupart des Salmonella: presque toutes sensibles
      • SE: presque toutes sensibles
      • S Hadar: presque toutes résistantes
      • ST, Blockley, Paratyphi B, Virchow: multi-résistantes
      • Pas de résistance à la fluoroquinolone
    • Rapport final: http://www.var.fgov.be
    • Rapport des zoonoses: http://www.favv.be
r sistance aux antibiotiques
Résistance aux antibiotiques

Toutes les salmonelles

Salmonelles bovines

Salmonelles porcines

Salmonelles aviaires

slide24

Points communs

Tropisme entérique: symptomatologie digestive

Transmission par voie féco-orale

Contagiosité : germe dans les selles

Saison chaude

Déclaration obligatoire

Salmonelloses

slide25

Points distincts

Réservoir

Homme

Homme et animal

Incubation

~ 2 semaines

~ 1 jour

Incidence en Belgique

~ 10 cas / an dont

la moitié sont importés

~ 10 000 cas / an

Tableau clinique et évolution sans traitement

Invasive

20 % mortalité

En général, peu inquiétant

<1% mortalité

Salmonelles « majeures »

Salmonelles « mineures »

S. Enteritidis

S. Choleraesuis

S. Typhimurium

S. Typhi

S. Paratyphi

slide26

Fièvres typhoïde et paratyphoïde

Réservoir: Homme (malade ou porteur sain)

Contamination: ingestion d’aliments et d’eau contaminés

par les selles  touchent surtout les pays à bas niveau sanitaire

slide27

 lésions intestinales

Diarrhée ou constipation

Hémorragies digestives

Péritonite

Cholécystite

 libération de l’endotoxine

Troubles neuro-végétatifs

Atteinte du myocarde

Atteinte de l’os

Fièvres typhoïde et paratyphoïde

Physiopathologie

Bactéries invasives

Tableau clinique-Complications

 bactériémie

Fièvre

slide28

Fièvres typhoïde et paratyphoïde

Traitement

Antibiothérapie variable selon l’âge et le pays

Prévention

Distribution d’eau de qualité

Traitement des eaux usées

Contrôle des zones de récolte de coquillages

Pasteurisation des aliments

Vaccin

 Boil it, cook it, peel it or … forget it !

slide29

Incubation: 1 jour

Tableau clinique de gastroentérite

Fièvre

Diarrhée

Vomissements

Douleurs abdominales

Evolution

Spontanément favorable en 3 à 5 jours pas d’antibiotiques

Salmonelloses « mineures »

Réservoir: Tube digestif de l’homme

et de l’animal

Contamination: orale (aliments souillés ou objets contaminés)

slide30

Tableau clinique de gastroentérite

Fièvre

Diarrhée glairo-sanglante

Vomissements

Douleurs abdominales

Méningites

Ostéites

Traitement

Antibiothérapie

Salmonelloses « mineures »

Personnes à risque

Enfants < 3 mois et personnes âgées

Femmes enceintes

Personnes immuno-déprimées

slide31

Prévention

Contrôle sanitaire des animaux

Ecartement des lieux communautaires (crèche)

Ecartement des travailleurs du domaine agro-alimentaire

Sensibilisation aux mesures d’hygiène entérique

(port de gants, de tablier)

Salmonelloses « mineures »

  • Cas isolé
  • TIAC Toxi-infections alimentaires collectives (≥ 2 cas groupés)
  • Epidémie: plusieurs foyers

Contamination: orale (aliments souillés ou objets contaminés)

retracer l origine alimentaire lors d une toxi infection collective salmonella

Retracer l’origine alimentaire lors d’une toxi-infection collective à Salmonella

Dr.Vét. Katelijne Dierick

Institut Scientifique de Santé Publique

Section Bactériologie 1

Rue Juliette Wijtsman 14

1050 Bruxelles

contenu33
Contenu
  • Definitions et situation belge
  • Une TIAC simple
  • Une épidémie en Belgique
  • Une épidémie internationale
d finition tiac
Définition TIAC
  • Toxi-infection alimentaire collective(TIAC) :apparition d’au moinsdeux cas groupés similaires d’une symptomatologie , en général, gastro-intestinale, dont on peut rapporter la cause à une mêmeorigine alimentaire.
slide35

6 – 24 – 48 u

Repas

Symptômes

Hôpital

Médecins

Labo clinique

AFSCA

(Fédéral)

Souche

Inspection de santé

(Communautés)

Formulaire d’enquête

Procedure (SOP)

Données

Denrées suspectes

ISP

Centre de référence Epidémiologie

salmonella36
Salmonella
  • 95% des salmonelloses humaines sont d’origine alimentaire (Institut de veille sanitaire -F)
  • En 2004: 9965 personnes en Belgique
  • 2 à 6% des cas de salmonellose sont rapportés comme liés à uneTIAC
l enqu te lors d une toxi infection alimentaire
L’enquête lors d’une Toxi-infection alimentaire
  • Analyses de laboratoire (patients et denrées)
  • Enquête épidemiologique restreinte ou approfondie

But:

Détecter l’agent étiologique(ex. Salmonella),

la denrée et la cause (ex. réfrigération insuffisante) pour

  • Traiter les malades
  • Eviter d’autres malades
  • Prendre des mesures préventives dans la chaîne alimentaire
contenu38
Contenu
  • Definitions et situation belge
  • Une TIAC simple
  • Une épidémie en Belgique
  • Une épidémie internationale
slide39

Etude de cas : Une toxi-infection collective générale par Salmonella Enteritidis dans un hôtel à Bruxelles

Ref: Aerts A. en Gilbert V. Epidemiologisch onderzoek van een voedseltoxi-infectie in Brussel IPH/EPI reports N°2002–010 Depot nr. : /2002/2505/17

case study
Case-study :
  • Enquête épidémiologique :

Retrospective cohort study

Enquête écrite (anonyme)

  • Analyses de laboratoire

Analyse des restes de repas

Coproculture du personnel

Souches isolées: typage moléculaire

description du cas
Description du cas
  • Jeudi 13 et vendredi 14/4/01: Session de formation d’une grande entreprise pour son personnel (180p) dans un hôtel à Bruxelles
  • Lundi 17/4:
    • 50 personnes absentes au travail, 2 hospitalisés
    • L’hôtel fait analyser 18 échantillons
    • L’inspection de Santé de Bruxelles est avertie: Début d’une enquête scientifique avec l’ISP
  • Mardi 18/4: L’AFSCA est avertie.
rassemblement des donn es
Rassemblement des données
  • Menu?
  • Qui a préparé le repas?
  • Où a-t-il été préparé ?
  • Quand a-t-il été préparé ?
  • Hygiène et T-contrôle?
  • Anamnèse des précédents évènements?
slide43
Menu
  • Sandwiches au saumon mariné, mousse de foie gras, crevettes grises, jambon de Parme, salade de thon, salade de saumon, brie, fromage, filet Américain, rôti de veau
  • Quiche au saumon fumé
  • Salades et sauces
  • Pâtisserie
  • Bière, vin, eau, jus de fruits, café, thé
qui o et quand
Qui, où et quand?
  • Le personel de cuisine de l’hôtel, le jour même
  • 25L mayonnaise préparé avec 75 oeufs et divisé en 4 pour les sauces
  • Crème épaisse, saumon mariné (congelé), mousse de foie gras et rôti de veau(cuisson sous vide) ont été achetés
enqu te pid miologique r sultats
Enquête épidémiologiqueRèsultats:
  • 78% ont rempli le questionnaire
  • AR: 66.1%
  • Consultation médecin: 50%
  • Coproculture : 7+ /9 invités
  • Coproculture personnel: négatif
  • Denrées ad risk (95% intervalle de confiance)

Américain: RR 9.1(3.1-26)

Salade de saumon: RR 29.1 (3.6-238)

Brie: RR 2.3(0.9-6.2)

r sultats analyse des denr es
Résultats analyse des denrées
  • Mayonnaise:Salmonella Enteritidis
  • Saumon fumé: Salmonella Enteritidis
  • Brie:Salmonella Enteritidis
  • Salade de thon: Salmonella Enteritidis

Typage moléculaire : profil identique des souches isolées des patients

contenu47
Contenu
  • Definitions et situation belge
  • Une TIAC simple
  • Une épidémie en Belgique
  • Une épidémie internationale
observations
Observations
  • Augmentation de S.Ohio isolées chez des patients
  • S.Ohio isolée durant monitoring zoonose de l’AFSCA?
  • Oui, alors comparaison des profils moléculaires
  • Si profils identiques: retracer l’origine
observations51
Observations
  • Profil identique: souches humaines et une souche isolée d’un haché, prélevé dans une boucherie dans la province du Luxembourg
  • Le grossiste est retracé,puis l’atelier de découpe et de là l’abattoir.
contr le de l abattoir
Contrôle de l’abattoir
  • 100% des carcasses: présence de S. Ohio
  • 100% des écouvillons de l’environnement :présence de S. Ohio
  • 100% des mains du personnel:présence de S. Ohio
mesures
mesures
  • Fermeture de l’abattoir pour nettoyage et désinfection
  • Plusieurs contrôles nécessaires
  • Salmonella Ohio persistait dans l’huile de la machine à découper
contenu54
Contenu
  • Definitions et situation belge
  • Une TIAC simple
  • Une épidémie en Belgique
  • Une épidémie internationale
actions prises suite l augmentation des s cerro
Actions prises suite à l’augmentation des S.Cerro
  • le 26 juini 2002: alerte
  • 22 cas de S. Cerro en Belgique depuis avril 2002
  • Enternet + demande d’information RASS

Pays européens

Centres nationaux

de référence

pour Salmonella

Agences alimentaires

isolats alimentaires de s cerro
Isolats alimentaires de S.Cerro

Centre national de référence pour Salmonella(F)

  • Isolats de pâtisserie à la crème pâtissière
  • Analyses pour chaîne de supermarchés, SO France
  • Poudre à crème provenant d’ Anvers

AFSSA

  • 3 isolats de pâtisserie à la crème pâtissière(mars et juin 2002)
  • Pas d’isolats de pâtisserie avant mars 2002

Information aux autorités belges

enqu te pidemiologique salmonella cerro en belgique et en france
Enquête épidemiologiqueSalmonella Cerro en Belgique et en France
  • Contacter les malades : questions sur la consommation alimentaire
  • Identification de l’origine dans la pâtisserie : poudre à crème identique
cas humains d infections salmonella cerro
Cas humains d’infections à Salmonella Cerro

France

  • 10 cas :
    • 3 (30%) hospitalisés
    • 4 (40%) déjà malades d’avant
    • 9 ont consommé patisserie à la crème pâtissière dans les 3 jours précédant la maladie

Belgique

  • 20 cas :
    • 5 (25%) hospitalisés
    • Poudre à crème positive dans 2/4 hôpitaux
enqu te sur l origine de la contamination
Enquête sur l’origine de la contamination
  • Ecouvillons des surfaces et analyses de tous les ingrédients de la pâtisserie(25 gram) : négatif
  • Crème fait à partir du poudre : S. Cerro préparation à froid , négatif préparation à chaud
  • Analyse de 100 g de poudre (même lot) : S. Cerro
  • Lieu de production: S. Cerro isolée du sol et du toît d’un silo de poudre et d’un aspirateur dans le lieu d’emballage
mesures de contr le
Mesures de contrôle
  • France: 23 Juin : arrêt de la production de crème pâtissière dans la chaîne de supermarchés
  • 23 Juillet : alerte européenne : rappel de tous les lots positifs
  • 1 Aout : alerte européenne : rappel de tous les autres lots : 244 ton, distribués en Belgique, France, Pays-Bas, Italie, Royaume Uni, Hong Kong
conclusions epid mie de salmonella cerro
Conclusions Epidémie de Salmonella Cerro
  • Une poudre instantannée était responsable de l’ épidémie de S. Cerro
  • Contamination très faible de la poudre
  • La cause a été retrouvée grâce à la bonne collaboration entre les services publics belges et français
  • Des isolats alimentaires en France ont indiqué la bonne direction pour l’enquête en Belgique.
conclusions
Conclusions
  • Une toxi-infection alimentaire collective à Salmonella peut être très complexe
  • Une anamnèse détaillée est nécessaire (Informations détaillées nécessaires sur l’alimentation au moins des 48h avant les symptômes)
  • Une bonne collaboration entre l’AFSCA, l’inspection de santé et les laboratoires de référence est très importante
  • Des techniques spécialisées et une recherche approfondie sont nécessaires pour retrouver l’aliment responsable.
  • Si possible comparer les profils moléculaires des souches humaines et alimentaires
importance des salmonella dans la fili re viande en belgique

Importance des Salmonella dans la filière « viande » en Belgique

Georges Daube

Université de Liège

Faculté de Médecine Vétérinaire

Microbiologie des Denrées Alimentaires

Sart-Tilman, bât. B43bis

4000 Liège

tél. 04-366.40.15 fax 04-366.40.16

slide67
Plan
  • Le cycle de transmission des Salmonella
  • Les sources de contamination dans la filière « viande »
  • Le contrôle de la contamination
  • Les obligations légales pour les denrées alimentaires
  • La situation en Belgique
    • La filière « viande de boeuf »
    • La filière « viande de volailles »
    • La filière « viande de porcs »
  • Conclusions
cycle de transmission
Cycle de transmission
  • Multiplicité des réservoirs et des sources de contamination
sources de contamination dans la fili re viande
Sources de contamination dans la filière « viande »
  • Infection, colonisation, maladie, portage, excrétion
  • Contamination « directe » ou « indirecte » par les matières fécales des animaux
    • Bactériémie
    • Étourdissement
    • Saignée
    • Échaudage
    • Épilation, plumaison, habillage
    • Éviscération
    • Contaminations croisées
sources de contamination dans la fili re viande de porc 1
Sources de contamination dans la filière « viande de porc» (1)

Découpe de la carcasse

Elevage

Transport des animaux

Préparation pour la vente au détail

Abattage

Refroidissement des carcasses

Vente au détail

Stockage avant utilisation des carcasses

sources de contamination dans la fili re viande de porc 2
Sources de contamination dans la filière « viande de porc» (2)
  • Animaux sales
  • Stress du transport
  • Saignée inadéquate
  • Échaudage insuffisant
  • Épilation à basse température
  • Flambage insuffisant ou recontamination par flagelleuse
  • Découpe de l’anus
  • Retrait des abats blancs
  • Contaminations croisées
    • Porcs, carcasses et viandes
  • Températures de conservation trop élevées
sources de contamination dans la fili re viande de porc 3
Sources de contamination dans la filière « viande de porc» (3)
  • Saignée inadéquate
  • Échaudage insuffisant
les obligations l gales pour les denr es alimentaires r glement ce n 2073 2005
Les obligations légales pour les denrées alimentaires(Règlement CE N°2073/2005)
  • Critères d’hygiène des procédés
      • Définis pour chaque couple paramètre-denrée
      • Prises de mesures correctives prévues dans les plans HACCP
      • Recherche des causes et éventuellement modification des plans HACCP
  • Denrées concernées (n=50)
      • Carcasses de bovins, caprins, ovins, équidés (<3+/50)
      • Carcasses de porcs (<6+/50)
      • Carcasses volailles, poulet, dinde (<8+/50)
les obligations l gales pour les denr es alimentaires r glement ce n 2073 200574
Les obligations légales pour les denrées alimentaires (Règlement CE N°2073/2005)
  • Critères de sécurité des denrées alimentaires
      • Notification, retrait du marché et rappel, destruction ou retraitement des produits
      • Prises de mesures correctives prévues dans les plans HACCP
      • Recherche des causes et éventuellement modification des plans HACCP
  • Denrées concernées (n=5, c=0)
      • Viandes hachées, préparations de viandes, produits à base de viande, viande séparée mécaniquement (« absence dans 25 g » sauf si à consommer cuit « absence dans 10 g »)
      • Gélatine et collagène, fromage, crème, beurre, poudre de lait et de lactosérum, crèmes glacées, ovoproduits (« absence dans 25 g »)
      • Crustacés ou mollusques cuits, mollusques bivalves vivants et échinodermes, tuniciers et gastéropodes vivants (« absence dans 25 g »)
      • Graines germées, fruits et légumes prédécoupés, jus de légumes et de fruits non pasteurisés (« absence dans 25 g »)
situation en belgique
Situation en Belgique
  • Filière « viande de boeuf »
situation en belgique76
Situation en Belgique
  • Filière « viande de volailles » (1)
situation en belgique77
Situation en Belgique
  • Filière « viande de volailles » (2)
situation en belgique78
Situation en Belgique
  • Filière « viande de volailles » (3)
situation en belgique79
Situation en Belgique
  • Filière « viande de volailles » (4)
situation en belgique80
Situation en Belgique
  • Filière « viande de volailles » (5)
situation en belgique81
Situation en Belgique
  • Filière « viande de porc » (1)

Korsak, 2005

situation en belgique82
Situation en Belgique
  • Filière « viande de porc » (2)

Korsak, 2005

situation en belgique83
Situation en Belgique
  • Filière « viande de porc » (3)
situation en belgique84
Situation en Belgique
  • Filière « viande de porc » (4)
situation en belgique85
Situation en Belgique
  • Etude des sérotypes
conclusions86
Conclusions
  • Les sources de contamination par Salmonella dans les viandes sont multiples et résultent de la conjonction de 3 facteurs:
    • Infection des animaux
    • Contaminations lors de l’abattage
    • Contaminations croisées aux différents stades
  • Les taux de contamination varient selon les filières
    • Faible taux dans les viandes de boeuf
    • Forte amélioration dans les viandes de porc
    • Taux élevés et stables dans la filière des viandes de volailles
    • Diminution des Salmonella Enteritidis à vérifier en 2005-2006