Download
les outils de la logistique n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
LES OUTILS DE LA LOGISTIQUE PowerPoint Presentation
Download Presentation
LES OUTILS DE LA LOGISTIQUE

LES OUTILS DE LA LOGISTIQUE

226 Views Download Presentation
Download Presentation

LES OUTILS DE LA LOGISTIQUE

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. LES OUTILS DE LA LOGISTIQUE TECHNIQUES D’EXPLOITATION LOGISTIQUE GPO-1005

  2. Sujets abordés … • Les systèmes intégrés de gestion des ressources • Internet • Les codes à barres • GPS

  3. SI logistiques intégrés • Des solutions globales: • SAP • Baan • CAPS Logistics • J.D. Edwards • Des solutions politiques: • ALÉNA • Déréglementation du transport • EURO • Des solutions technologiques: • EDI • Internet • Codes à barres • GPS

  4. SIGRM Commandes PROCÉDURES ET MÉTHODES SGBD CALENDRIER Dates Fournisseurs Produits finis Clients Prévisions Pièces, composantes, m.-p. Gestion des stocks PDP Délais de livraison ou d’assemblage Nomenclature Stocks Demande indépendante DTLC (s, Q) (s, S) (R, S) (R, s, S) Demande dépendante PBM

  5. Systèmes intégrés • Gestion de bases de données • Réseau • Client / Serveur • Calculs • Génération de rapports • Interface EDI et autres

  6. Systèmes intégrés de gestion logistique • SAP Supply Chain Management initiative • outils de planification pour le SCM (SAP Advance Planner and Optimizer) • outils de gestion des approvisionnements (SAP Business-to-Business Procurement) • outils de gestion de l’entreposage et du transport (SAP Logistics Execution System)

  7. CAPS Logistics Planification Transport Cheminement et ordonnancement Strategic Supply ChainBidPro Designer Tactical Supply ChainTransProRoutePro Coordinatorresidential Operationnal TransPro SAP interface RoutePro Designer RoutePro Dispatcher RoutePro VMI RoutePro SAP interface CAPS Logistics Toolkit: Environnement de modélisation et de développemment des applications logistiques

  8. CAPS CAPS Supply Chain Designer • Pour modéliser et concevoir des chaînes logistiques globales: • conception des infrastructures • localisation • optimisation dans allocation des ressources • stratégies de transport et de gestion des stocks • analyse des niveaux de service • études de profitabilité

  9. CAPS CAPS BidPro • Pour expéditeurs et sous-traitants qui doivent analyser et négocier des prix avec les transporteurs: • données requises: besoins en expéditions et soumissions des transporteurs • résultats: sélectionne l’ensemble des transporteurs qui donne le coût minimum • prend en compte des contraintes telles que les quantités minimales requises par transporteur, le nombre maximal de transporteur à utiliser, etc.

  10. CAPS CAPS Supply Chain Coordinator • Pour analyser les arbitrages entre la production, la gestion des stocks et le transport: • analyse de la capacité de production • analyse des tailles de lots de production par rapport à la taille des inventaires • traite le problème des inventaires saisonniers • analyse les stratégies de transport • produit des rapports sur les coûts, l’utilisation des ressources et les niveaux de service

  11. CAPS CAPS TransPro • Pour la planification du transport: • analyse des modes de transport (coûts) • optimisation des tournées TL à arrêts multiples • consolidation des charges en TL et LTL

  12. CAPS CAPS, produits RoutePro • RoutePro Designer: pour les transporteurs • optimisation des tournées, de la fréquence du service aux clients, plans hebdomadaires de livraisons et programme quotidien de livraisons, … • RoutePro Dispatcher: pour les flottes privées • RoutePro Residential • optimisation des routes en milieu urbain pour des services comme la collecte des déchets, la livraison et la cueillette des envois par courrier, pompiers, police, ambulances, etc. • RoutePro VMI: • à partir des prévisions de la demande, des taux d’utilisation et des capacités d’entreposage, détermine les fréquences optimales de réapprovisionnement, les tailles des commandes, les routes tout en minimisant les coûts de transport.

  13. Programme Systèmes de gestion intégrés: sites WEB intéressants • http://www.caps.com/index.htm • http://www.jdedwards.com/ • http://www.sap.com/ • http://www.itsystems.com/amics.html • http://www.groupesynergie.com/ • http://www2.baan.com

  14. Internet Du trottoir à lampe à l’autoroute électronique ...

  15. Qu’est-ce qu’Internet Internet est un réseau de réseaux d’ordinateurs

  16. Ce qui fait le succès d’Internet • TCP/IP • les canaux de transmission • lignes téléphoniques • câble TV • satellites • téléphones cellulaires • fibre optique les coûts

  17. client UQTR réseau UQ RISQ Réseau Interordinateur Scientifique Québécois NSFNET CA * NET Canada Network National Science Foun- dation Network (USA) Structure d’Internet ou autre serveur INTERNET

  18. Programme Considérations importantes • Implications légales des transactions sur Internet • Sécurité et confidentialité des transmissions sur Internet

  19. Systèmes d’encodage • Systèmes pour la reconnaissance et le traitement des données: • reconnaissance optique • les caractères sont facilement lisibles • les caractères sont fragiles et peuvent être endommagés • codage sur bande magnétique • format d’encodage dense • le code ne peut être lu sans être traité • peut se démagnériser • codage vocal • pas très performant

  20. Codes à barres • Doit être traité pour être utile • L’information visuelle peut y être juxtaposée • Grande fiabilité, précision, rapidité, portabilité, densité d’information, résistance

  21. Succession d’espaces foncés (noirs) et pâles (blancs) qui représentent des nombres, des lettres ou des symboles; • Une source lumineuse et un capteur optique sont utilisés pour détecter la présence ou l’absence de bandes noires et blanches; • Les zones blanches réfléchissent la lumière et les zones noires l’absorbent; • C’est la succession d’absorptions et de réflexions qui définit le message; • Les contrastes entre les zones noires et blanches sont donc très importants; • Des scanners peuvent lire des codes à barres à des taux de 200 mètres par minute; • Lorsque les codes sont bien imprimés, les taux d’erreurs sont très faibles: • entrée manuelle: 4 erreurs par 1 000 entrées pour une personne entraînée; • codage par bande magnétique: 1 erreur de lecture pour 10 000 caractères; • codes à barres: 1 erreur de lecture pour 6 à 10 millions de caractères selon la densité du code.

  22. Évolution des codes à barres • Idée similaire à celle du code Morse: …---… (SOS) • Apparaissent vers 1949 (application militaire); • 1949: New Jersey Woodland inc. dépose un brevet pour un code optique circulaire; • 1960: code de couleur pour le transport ferroviaire; • 1960: code à points (à la place des trous) pour les rubans de contrôle de MCN; • 1973: adoption du standard UPC pour l’alimentation; • Fin années 1990: codes à deux dimensions

  23. Standards de codes à barres • CODABAR (banques de sang, secteur du livre) • Code 39 (gestion des inventaires) • Code 25 intercodé (distribution) • PostNet (services postaux USA) • UPC (le plus répandu en Amérique du Nord; vente au détail)

  24. Types de codes à barres • Codes simples: • les espaces entre les bandes noires ne contribuent pas à définir le message • Codes intercodés: • les espaces entre les bandes noires contribuent à définir le message

  25. Un exemple de code: le code 25 • Code numérique binaire à 12 caractères (0 à 9, début et fin) • 1 caractère = 2 bandes larges et trois bandes étroites • Le code peut être simple ou intercodé • Code simple: seules les bandes noires comptent et les bandes blanches sont toutes de la même largeur • Code intercodé: les bandesblanches comptent et ellesne sont pas toutes de lamême largeur Code 25 simple Code 25 intercodé début fin

  26. Le codage 25 Code 25 intercodé

  27. Le code 39 • Extension du code 25 qui permet la représentation binaire en mode intercodé des 128 caractères ASCII; • Chaque caractère est constitué comme suit: • 3 bandes larges sur un total de 9 (blanches et noires) • 2 bandes larges noires et une bande large blanche • 5 bandes noires (larges ou étroites) et 4 bandes blanches (larges ou étroites) • Les caractères de début et de fin sont identiques: • Une bande blanche, de largeur distincte, sépare chaque caractère • Chaque caractère débute et se termine par une bande noire (étroite ou large selon le caractère)

  28. Exemple pour les spécifications espaces: bandes étroites: bandes larges: 0,011 + 0,0049 - 0,0052 quiet zone: 0,0168 ± 0,0017 min 0,1 0,0075 ± 0,0017 0,25 fin début code marge CODE 39 9,4 CPI espaces entre les caractères

  29. Code UPC • Code numérique qui peut être divisé en deux parties; • Chaque nombre est composé d’une séquence de 4 barres noires ou blanches de 4 largeurs différentes qui sont dans des proportions entières. début / division / fin caractère de vérification type de code 0 3 1 3 7 5 1 0 0 0 0 2 code du manufacturier code du produit

  30. Codification UPC Nombre Code gauche Code droit 0 B2A1 3B1 1 A2B1 2B2 2 A1B2 2A2A 3 4A1 1D1 4 1C2 1A3A 5 2C1 1B3 6 1A4 1A1C 7 3A2 1C1A 8 2A3 1B1B 9 B1A2 3A1A 1 - 4 : barres noires A -D : barres blanches Largeur totale de chaque nombre: 6 Chaque nombre est suivi d’un espace de largeur nominale Chaque code utilise un nombre de vérification ...

  31. Pourquoi le nombre de vérification • Pour augmenter la fiabilité • Le nombre de vérification est compris à la fin du code. • Le lecteur lit le code et calcule le nombre de vérification. Ce calcul est ensuite comparé au nombre inscrit dans le code (le dernier) et si les deux ne correspondent pas, c’est qu’il y a une erreur quelque part.

  32. Système de vérification pour le code UPC 0 5 1 0 0 0 0 3 1 3 7 2 Type de code I = 3(0 + 1 + 0 + 0 + 1 + 7) = 27 P = 5 + 0 + 0 + 3 + 3 = 11 • Multiplier par trois la somme des nombres qui occupent une position impaire : I • Additionner ce résultat à la somme des nombres qui occupent une position paire (P) : T = I + P • Trouver le prochain multiple de 10 à partir du total précédent (T) : M • Le nombre de vérification sera : V = M - T T = 27 + 11 = 38 M = 40 2 V = 40 - 38 =

  33. Types de codes UPC • 0: code UPC régulier • 1: réservé • 2: articles à poids variable pesés en magasin • 3: médicaments et autres produits de la santé • 4: pour usage interne sur des produits non alimentaires • 5: pour les coupons • 6: réservé • 7: code UPC régulier • 8: réservé • 9: réservé Vérification

  34. Exemples Jethro Tull, Nightcap Compaq, mémoire vive 64 MB Syquest EZFlyer 230 MB MS Office 2000 Frank Zappa, One size fits all Disquettes KAO, boîte de 10 Carnet 10 timbres, Poste Canada Hi-Lites Avery, bleu pastel Crayons Staedtler Ruban adhésif Basics Impôt personnel 1998 Broches Stanley, 5 000 Corel Draw 7.0

  35. Exemples, suite V = 3 V = 0 V = 7 V = 3 V = 3 V = 8 V = 5 V = 3 V = 5 V = 6 V = 5 V = 8 V = 5

  36. Codes à deux dimensions DataMatrix Utilisés pour encoder de grandes quantité d’information à propos des produits, des numéros de série, pour identifier des instruments chirurgicaux (au Japon en particulier), des lentilles optiques et des circuits électroniques.

  37. Codes à deux dimensions Le code est composé d’un localisateur central (cible) et de rangées d’éléments hexagonaux décalés. Ce code a été créé par UPS et est destiné à la lecture rapide d’information lorsque des colis sont transportés sur des convoyeurs à haute vitesse. Maxicode

  38. Codes à deux dimensions Le code PDF-417 est utilisé pour l’étiquetage des matières dangereuses, l’archivage de spécifications techniques et de données de calibration d’instruments électroniques de même que la codification des empreintes digitales et des photographies. PDF-417

  39. Prix des équipements pour codes à barres • Lecteur à main: 130 à 700 $ US • Enregistreur de données portable: 600 $ US • Logiciel d’impression: 200 $ US • Imprimante pour codes: 200 à 1 000 $ US • Systèmes complets: 5 000 à 50 000 $ US

  40. Programme Sites WEB intéressants sur les codes à barres • http://www.story-house.com/bar/_bar.html • http://www.spatula.net/proc/barcode/index.src • http://www.azalea.com/faq.html • http://www.mecsw.com/speclist.html • http://www.scancode.com/

  41. GPS: Global Positioning System • Conçu et opéré par le D.o.D. américain • 3 segments: segment usager, segment spatial et segment de contrôle • 2 services: SPS et PPS • SPS en mode GPS: environ 100 mètres de précision • SPS en mode DGPS: de 1 à 10 mètres de précision • PPS en mode GPS: environ 20 mètres de précision • PPS en mode DGPS: de 1 mm à 1 cm de précision • PPS: pour applications militaires ou civiles avec autorisation (nécessite des récepteurs spécialement équipés et des clés de décodage) • En SPS, le signal est intentionnellement dégradé afin de produire un biais (qui est différent selon le satellite); cette dégradation s’appelle SA pour selective availability • Coût des récepteurs: à partir de 100 $ Can.

  42. Programmes américain et russe • NAVSTAR: Navigational Satellite Timing And Ranging (24 satellites) • GLONASS: Global’naya Navigatsionnaya Sputnikovaya Sistema (14 satellites) • En 1996, 12 milliards $ US de dépensé par le gouvernement américain pour le GPS

  43. Où retrouve-t-on des récepteurs? autos bateaux avions équipements de construction équipements de ferme camions ordinateurs Applications GPS: transport foresterie géologie (mines, mouvement des plaques tectoniques) archéologie océanographie cartographie exploitations pétrolifères gardes côtes banques et bourses Utilité du système GPS

  44. Fonctionnement de GPS • Par triangulation à partir de satellites • Les distances sont mesurées en utilisant les temps de déplacement de signaux radios composés de PRC synchronisés sur les récepteurs • La position exacte des satellites est connue • Les erreurs et les délais de transmission (dus à l’atmosphère, à des variations dans la position des satellites, aux infrastructures humaines) des signaux radios sont corrigés

  45. Triangulation • Un premier satellite situe le point à positionner sur une sphère • Un deuxième satellite situe le point sur une deuxième sphère (l’intersection est un cercle) • Un troisième satellite situe le point sur une troisième sphère (l’intersection se limite à 2 points) Généralement, un des deux points restant est une solution impossible (trop loin ou se déplaçant à une vitesse trop grande ou situé à un endroit impossible comme, par exemple, à plusieurs centaines de kilomètres sous la surface de la terre.

  46. Triangulation ...

  47. Mesure des distances Vitesse de déplacement x durée du déplacement = distance 186 000 miles par seconde Les satellites sont à une distance orbitale de 11 000 miles Le temps perpendiculaire de déplacement du signal radio est de l’ordre de 0,06 secondes Mesure du temps de déplacement des signaux: à partir du délai requis pour synchroniser 2 signaux émis en même temps (un par les satellites et un autre par le récepteur). La mesure du temps doit être très précise: 0,001 seconde = 200 miles! Sur les satellites: horloges atomiques

  48. Où sommes nous? • La distance par rapport à un satellite est déterminée en mesurant le temps requis pour qu’un signal radio atteigne un récepteur. • Pour effectuer la mesure, on suppose que tant les satellites que les récepteurs génèrent le même PRC exactement en même temps. • En comparant le retard de réception du PRC des satellites p/r au PRC des récepteurs, on peut déterminer le temps requis pour que le PRC du satellite atteigne le récepteur. • En multipliant ce temps par la vitesse de la lumière, on obtient la distance.

  49. Pour les récepteurs, oubliez les horloges atomiques • Le truc: une quatrième mesure de position Point à positionner SA Mesures avec synchronisation parfaite SB Mesures avec délai de synchronisation x Puisque pour un récepteur donné, l’erreur d’estimation est la même peu importe la provenance du signal, il n’y a qu’à trouver le facteur de correction qui fera en sorte que les trois cercles passent tous par le même point. SC

  50. Le truc Une quatrième mesure … Si trois mesures parfaites peuvent positionner précisément un point, quatre mesures imparfaites peuvent faire la même chose! Conséquence: chaque récepteur GPS doit avoir au moins quatre canaux de communication pour pouvoir effectuer les quatre mesures simultanément.