Download
les outils informatiques de la recherche n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Les outils informatiques de la recherche PowerPoint Presentation
Download Presentation
Les outils informatiques de la recherche

Les outils informatiques de la recherche

191 Views Download Presentation
Download Presentation

Les outils informatiques de la recherche

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Les outils informatiques de la recherche Initiation bibliographique en histoire moderne 2008-2009

  2. L’informatique a aujourd’hui investi de nombreux domaines de la vie active. L’historien ne peut plus ignorer les nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC).

  3. De nombreux outils permettent à l’heure actuelle de mener une recherche informatisée, pratique et assez souvent précise. Nous allons en découvrir quelques-uns, tout en essayant de poser une réflexion critique sur leur utilisation.

  4. Plan • Les catalogues de bibliothèques • Dépouillement de revues • Les ressources textuelles • Les mentions d’éditions • Critiquer un site internet

  5. Catalogues de bibliothèques

  6. Depuis les années 1980, les bibliothèques, qu’elles soient scientifiques ou publiques, tentent de développer un catalogue informatique de leurs collections. Le catalogue de bibliothèque constitue donc avant tout un outil de localisation des ouvrages. Il peut cependant s’avérer efficace pour une recherche (travaux ou sources) par mots-clés.

  7. Vous connaissez déjà l’exemple de Source. • http://source.ulg.ac.be/F/MKJCV87NPKPE8XIXB2VG54F47M3CIX377UAM35VE3I44J4PM4P-48275?RN=683834444&pds_handle=GUEST

  8. Il ne faut pas néanmoins se limiter au seul catalogue de l’Ulg. • Un historien doit connaître et être capable d’utiliser les catalogues de nombreuses bibliothèques extérieures à son institution, tout comme il doit être prêt à se déplacer.

  9. Quels sont-ils? A) Le catalogue collectif des bibliothèques publiques de la province de Liège • Reprend notamment le catalogue de la bibliothèque des Chiroux, plus importante bibliothèque publique de Wallonie. • Importante collection de livres d’histoire.

  10. http://opac.prov-liege.be/F/J1DSYIQES97MIGG4E7D787RFY5JT2BY6SLMTKSRMNRNKG32JDN-48682?func=find-b-0http://opac.prov-liege.be/F/J1DSYIQES97MIGG4E7D787RFY5JT2BY6SLMTKSRMNRNKG32JDN-48682?func=find-b-0

  11. B) Le catalogue de la KBR • KBR = Bibliothèque royale de Belgique • Bibliothèque nationale → Elle a une vocation encyclopédique et couvre de nombreux domaines scientifiques.

  12. Le catalogue a la particularité d’être divisé en deux parties: • Un catalogue principal reprenant la liste des acquisitions à partir de 1975 (catalogue systématique). • Un catalogue rétrospectif (encodage au fur et à mesure). • www.kbr.be

  13. C) Le catalogue collectif belge (ccb) • Accessible depuis les ordinateurs des bibliothèques universitaires: ulg – documentation – bibliothèque philo lettres – catalogues. • Identifie les ouvrages toutes bibliothèques universitaires belges confondues (+ KBR), et les localise. • Intègre Antilope : catalogue collectif belge des périodiques • www.ulg.ac.be

  14. D) Le catalogue de la BNF • BNF = Bibliothèque nationale de France. • Lieu privilégié de conservation du patrimoine français. • Grand choix de titres dans tous les domaines, mais aussi sur tous les supports, ce qui fait à la fois la richesse et la complexité de son catalogue.

  15. Il faut par conséquent être attentif à spécifier le(s) support(s) désiré(s), avant de lancer une quelconque recherche. • NB : carré blanc et rouge, signe de la présence sur Gallica. www.bnf.fr

  16. Attention : Cette liste n’est pas exhaustive. Il existe encore de nombreux catalogues, aussi variés que les bibliothèques. • Il est important de se renseigner pour savoir dans quels catalogues chercher, en fonction du sujet.

  17. Avantages de la méthode de recherche par catalogues informatiques ♦ Recherche rapide. ♦ Recherche de disponibilité directe. Les ouvrages sont directement localisés

  18. Désavantages ♠ L’informatisation des bibliothèques ayant débuté au minimum à la moitié des années 70, l’encodage antérieur à cette période est encore très lacunaire. ♠ Les résultats dépendent de la politique d’achat des bibliothèques. • Les catalogues de bibliothèques ne peuvent en rien prétendre à l’exhaustivité. On ne peut donc se contenter de leur utilisation. • Cette méthode COMPLETE les méthodes traditionnelles de recherche!

  19. ♠ Puisque les collections connaissent des retards d’informatisation, les documents de « seconde priorité » pour l’encodage sont souvent les plus anciens (sources). ♠ Risque de passer à côté d’ouvrages essentiels, puisque non présents dans le catalogue. →Il est donc essentiel de toujours compléter la recherche par les fichiers papier des bibliothèques.

  20. ♠ Résultats de recherche massifs et pas toujours pertinents (limites de l’intelligence artificielle).

  21. En guise de conclusion pour les catalogues informatiques: Un catalogue informatique de bibliothèque ne sert pas uniquement à localiser un ouvrage, mais peut également être un outil de recherche assez performant, rapide et pratique. Toutefois, le retard informatique accusé par les bibliothèques, le manque récurrent de pertinence des résultats, dû notamment aux limites de l’intelligence artificielle, et la dépendance à la politique d’achat des bibliothèques ne permettent en aucune cas de s’y limiter, au risque de passer à côté d’ouvrages importants.

  22. Dépouillement de revues

  23. Recherche et localisation de monographies sont choses aisées par les catalogues informatiques. • Il n’en est pas de même pour les articles, insérés dans les revues ou les colloques. Les catalogues informatiques ne les identifieront qu’à condition qu’un dépouillement préalable ait été effectué (pas toujours systématique à l’ULg).

  24. Or, les articles sont souvent des références très précieuses pour le chercheur. • Alternative aux bibliographies imprimées : les systèmes électroniques de dépouillement présents dans les bases de données spécialisées.

  25. A) Francis • Accessible depuis les ordinateurs des bibliothèques universitaires. • Bibliothèques – périodiques et bases de données – Francis.

  26. Francis reprend, par auteurs, titres et thèmes, des mentions d’articles, comptes-rendus, thèses. • Il signale dans quelle revue les trouver par exemple. • Il propose des liens hypertextes lorsque la revue se trouve à l’Université de Liège. www.ulg.ac.be

  27. B) IBZ (International Bibliography of periodical literature) • Reprend titres d’articles du domaine des sciences humaines, des sciences sociales et des arts. • Couvre plus de 11 000 périodiques. • Dépouillement à partir de 1983.

  28. Bien que l’orientation du site soit plutôt tournée vers les littératures de langue germanique, il est possible de trouver quelques articles en français. • Remarque: ne pas hésiter à traduire ses mots-clés en d’autres langues. Un historien ne peut se limiter à des ouvrages uniquement francophones.

  29. http://gso.gbv.de/LNG=EN/DB=2.4/?COOKIE=U811299,K3787AUTOLOGIN,D2.4,Ec02b5746-34e,I0,B3787++++++,SY,A%5C9008+1,,0,,T,H12-23,,30-31,,73-77,,80,,88-90,NUNIVERSITY+OF+LIE%CC%80GE,R139.165.38.11,FNhttp://gso.gbv.de/LNG=EN/DB=2.4/?COOKIE=U811299,K3787AUTOLOGIN,D2.4,Ec02b5746-34e,I0,B3787++++++,SY,A%5C9008+1,,0,,T,H12-23,,30-31,,73-77,,80,,88-90,NUNIVERSITY+OF+LIE%CC%80GE,R139.165.38.11,FN

  30. Avantages des bases de données spécialisées • Identification rapide de références et plus particulièrement d’articles ou de thèses non imprimées, souvent plus difficiles à trouver. • Localisation.

  31. MAIS : • Les problèmes rencontrés sont identiques à ceux des catalogues électroniques des bibliothèques. ► Dépouillements postérieurs aux années 1980. ► Seuls les articles et ouvrages les plus récents sont mentionnés = perte d’information.

  32. Ressources textuelles

  33. Outre l’élargissement de la bibliographie, les ressources en ligne permettent de disposer de textes sous forme numérisée. ● Sources et travaux. ● Articles et monographies.

  34. Deux types de numérisation: A) Mode image - Reproduction anastatique du document. - Caractère figé.

  35. B) Mode texte -Texte seul. - Pas de conservation des caractères physiques du document. - Recherche d’occurrences de mots (OCR).

  36. Bibliothèques numériques • Premier type de ressources textuelles. • Véritables bibliothèques virtuelles, elles permettent d’accéder aux documents à partir de son ordinateur.

  37. Nombreuses : nous ne proposons ici que des exemples. D’autres bibliothèques numériques sont signalée sur le site de bibliographie d’histoire de l’ULg. http://www.schist.ulg.ac.be/biblio/index.htm • Les bibliothèques numériques fournissent sources et/ou travaux selon leurs orientations. Les travaux proposés dans leur intégralité sont néanmoins anciens (droits d’auteurs).

  38. A) Gallica ● Extension numérique de la BNF. ● 90 000 documents textuels et 80 000 documents iconographiques. ● Bibliothèque patrimoniale et encyclopédique.

  39. Bibliothèque intéressante pour histoire française, car sources numérisées. • Sans doute la référence des bibliothèques numériques à ce jour.

  40. http://gallica.bnf.fr/

  41. B) Pôlib • Bibliothèque numérique de l’Université de Lille. • Pas de moteur de recherche interne pour l’instant. • http://polib.poleuniv-lille-npdc.fr/index.html

  42. C) Les bibliothèques virtuelles humanistes • Numérisation de fonds patrimoniaux français. • Priorité donnée au XVIe siècle. • http://www.bvh.univ-tours.fr/

  43. Revues en ligne • Outre les bibliothèques numériques, il est de plus en plus courant de trouver des articles en ligne grâce aux revues électroniques. Certaines n’apparaissent d’ailleurs plus que sous cette forme. • Accès gratuit, partiellement payant ou payant. → Nombreuses revues payantes accessibles depuis les bibliothèques de l’ULg.

  44. D’ordinaire, la liste des revues couvertes par le site est accessible. • Recherche possible par mots-clés. • D’autres portails de revues sont renseignés sur le site de bibliographie d’histoire de l’ULg. • http://www.schist.ulg.ac.be/biblio/index.htm

  45. Exemples de portails de revues • Persée : spécialisé en sciences humaines et sociales. Revue partiellement gratuite. • http://www.persee.fr/web/guest/home • Revues.org : couvre de nombreux champs des sciences humaines et sociales (politique, sociologie, histoire, …) • http://www.revues.org/

  46. Erudit : initiative canadienne destinée à promouvoir la recherche universitaire de tous pays. • Accès à des revues, mais aussi quelques livres électroniques et thèses. • Revue avec accès partiel (certains articles récents demandent de souscrire un abonnement pour être consultés). • En partenariat avec Persée > Possibilité de recherche combinée. • http://www.erudit.org/index.html

  47. Mentionsd’éditions

  48. Rappel ► Mention d’édition = Nombre de fois où une oeuvre a été imprimée, avec ou sans modifications. ► Indicateur de la réception d’une œuvre, de son succès ou des réactions qu’elle a provoquée.

  49. Les mentions d’éditions peuvent se trouver par une combinaison de bibliographies papier rétrospectives, courantes et catalogues d’éditions anciennes. • L’outil informatique peut nous aider à compléter cette recherche.

  50. Comment ? • Worldcat : catalogue « mondial » des bibliothèques. • Renseigne les éditions des œuvres et leurs références bibliographiques complètes.