roumain pr sentation du domaine et des outils de travail cristina florescu n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
ROUMAIN présentation du domaine et des outils de travail Cristina FLORESCU PowerPoint Presentation
Download Presentation
ROUMAIN présentation du domaine et des outils de travail Cristina FLORESCU

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 84

ROUMAIN présentation du domaine et des outils de travail Cristina FLORESCU - PowerPoint PPT Presentation


  • 81 Views
  • Uploaded on

ROUMAIN présentation du domaine et des outils de travail Cristina FLORESCU. 1. Position dans l’arbre phylogénetique roman. Chacune des langues romanes a sa spécificité dans le contexte socio-linguistique déterminé par l’ancêtre commun

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

ROUMAIN présentation du domaine et des outils de travail Cristina FLORESCU


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
  1. ROUMAINprésentation du domaine et des outils de travailCristina FLORESCU

  2. 1. Position dans l’arbre phylogénetique roman

  3. Chacune des langues romanes a sa spécificité dans le contexte socio-linguistique déterminé par l’ancêtre commun • Les propos de M. Bartoli sur le roumain sont souvent invoqués comme significatifs: La spiccata [forte, puissante, vigureuse] individualità della lingua romena (dans ”Studi rumeni”, I, 1927). • Le roumain est parfois surnommé ”l’enfant terrible de la Romanité” (Teresa Ferro) • Le roumain est considéré ainsi spécialement grâce à: • 1) ses caractéristiques protoromanes conservatrices, 2) ses caractéristiques imposées par l’impact ultérieur avec les vagues slaves successives

  4. Le roumain est la cinquième langue comme extension de la famille romane (après l’espagnol, le portugais, le français et l’italien), la plus élargie du groupe oriental (auquel appartiennent également le dalmate et l’istriote) • Dans les taxonomies romanes le roumain est inclus d’habitude dans le groupe oriental; il est inclus aussi soit dans le groupe italoroman, soit il est rangé - du point de vue de sa structure phonologique - à côté de l’espagnol, etc. • -l’article de Maria Iliescu Le roumain et les autres langues romanes comprend une analyse taxinomique significative du roumain en relation avec les autres langues romanes

  5. 2. Implantation géographique

  6. 2.1. Le roumain est parlé aujourd’hui comme première langue par 28 millions de personnes, dont 20 millions (qui parlent le dacoroumain) se trouvent sur le territoire actuel de la Roumanie

  7. Les autres Dacoroumains vivent en République de Moldavie, en Ukraine, en Bulgarie, en Serbie et en Hongrie

  8. - en Grèce, en Albanie, en Bulgarie, en République de Macédoine et en Serbie vivent les Aroumains ; • -  en Grèce et en Turquie les Méglénoroumains • -  dans la partie ouest de la Croatie : les Istroroumains

  9. L’histoire officielle du roumain a commencé après les deux guerres daco-romaines (101-102 et 105-106 d.-C.)

  10. The lands of the lower Danube in Roman times. Old historical map from Droysens Historical Atlas, 1886

  11. Dans l’arbre phylogénétique roman, la séparation du protoroman de Dacie est considérée comme achevée après la fin du 3e siècle; • On prend comme point de repère l’année 271: l’évacuation officielle des troupes romaines de Dacie (cf. Straka,RLiR 20) • Les invasions germaniques (séconde moitié du 3e siècle) ont déterminé cette évacuation (cf. aussi RosettiIstoria 80, 184)

  12. Des influences latines non systématiques ont existé • avant le 1er siècle Cf. la situation de la Dobrogea (Dobroudja) - le poète Ovide - Publius Ovidius Naso(n. 20 martie, 43 î.Hr., Sulmo, aujourd’hui Sulmona/Aquila - d. 17ou18 d. Hr., Tomis, aujourd’huiConstanţa) est exilé à Tomis (en l’an 8 après J.-C.) - cf. aussi les attestations de la navigation des bateaux romains sur le Danube (la navigation sur le Danube était pratiquement contrôlée par les Romains) • après l’année 271 (évacuation des troupes romaines de Dacie) - des avant-postes romains ont survécu après le retrait aurélien. Cf. Ivănescu- Istoria 47-77; les fortifications / les retranchements romains du nord du Danube (dans le Banat et en Olténie actuels) jusqu’au 5e siècle - les deux ponts romans sur le Danube sous l’empereur Constantin (surnommé le Grand) : 4e siècle

  13. 3. Dialectologie

  14. Le roumain comprend les dialectes: • dacoroumain • aroumain • méglénoroumain • istroroumain

  15. Différention interne du roumain

  16. L’aroumain • - séparation: 1e moitié du 10e siècle Cf. IvănescuIstoria2 321, RosettiIstoria 375, Kramer,Rumänistik 221 • - aujourd’hui il y a approximativement 300 000 – 600 000 locuteurs en Grèce, en Albanie, en Bulgarie, en République de Macédoine et en Serbie; de même, en Roumanie après le 19e siècle

  17. Le méglénoroumain • séparation: au plus tôt au 12e ou au 13e siècle (Damen,Rumänistik 2, 265) • aujourd’hui à peu près 14 000 – 26 000 locuteurs en Grèce et en Turquie

  18. L’istroroumain • - séparation: selon les écoles, soit dès le 10e siècle (Densusianu), soit après la séparation du méglénoroumain (Puşcariu) (cf. Dahmen,Rumänistik 1, 247-248) • - aujourd’hui:les Istroroumains représentent une communauté de 300-1.500 personnes (tout au plus 3.000) dans l’ouest de la Croatie

  19. LE DACOROUMAIN

  20. La séparation des sous-dialectes dacoroumains n’est pas stricte, la liaison entre les groupes sous-dialectaux suppose un haut degré de compréhension • On considère, d’une manière générale, qu’il y a deux grands groupes, le groupe du nord et le groupe du sud

  21. Dans les dictionnaires on trouve le plus souvent des indications concernant les zones géographiques ou administratives. • Mold. ou Moldov. = Moldavie • Bucov. = Bucovine • Dobr. = Dobroudja • Munt. = Munténie • Olt. = Olténie • Ban.= Banat • Criş. = Crişana • Mar. ou Maram. = Maramureş • Tr. ou Transilv. = Transylvanie

  22. Phonétique et phonologie diachroniques

  23. 1) une tendance générale vers la fermeture des voyelles , à savoir les voyelles non accéntuées et les voyelles accéntuées dans une position nasale • lat. casa > roum. casă • lat. canem > roum. cîne • lat. manus > roum. mînă (manus > mănu [cf. pl. anc. mînuri] > mănă > mînă) • lat. bene > roum. bine • lat. bonus > roum. bun e > i, o > u , a se transforme en une voyelle plus fermée, actuellement notée ă

  24. 2) le roumain maintient le ŭ latin (comme le sarde) lat. furca > roum. furcă ; lat. pulvere(m) > roum. pulbere; lat. lucta > roum. luptă; gula > gură; lupus > lup fŭgīre > fugi; cŭrrĕre > cure • quand le ŭ latin est suivi par o ou u atone il disparaît battuo > bat

  25. 3) é > ie (presque panroman) Cf.Straka,RLiR 20 sur les rapports entre la separation de la Sardaigne et celle de la Dacie, d’une part, et les diphtongaisons de l’autre • par.ex. lat. mele > roum. miere, lat. fele > roum. fiere

  26. 4) a accentué est maintenu dans des circonstances diverses vadum > vad ; flamma > flamă

  27. 5) • o > oa (diphtongaison) pŏrta > poartă ; sole> soare • e > ea (diphtongaison) sera> seară

  28. 6) les consonnes finales tombent • lat. vadum> roum. vad • lat. carum> roum. car • lat. signum > roum. semn

  29. 7) les occlusives sourdes p, t, k et la demi-occlusive ssont conservées (comme dans le sud de l’Italie et en sarde): piept, tare, cap, soare

  30. 8) kl > chi (comme dans le sud de l’Italie et en sarde) lat. clāmāre> roum. chema

  31. vinitial > b lat. veteranus > roum. bătrîn

  32. 10) • b intervocalique > v > Ø lat. caballus > roum. cal lat. lĕvāre> roum. lua lat. plŏvĕre > roum. ploua

  33. 11) phénomène du rhotacisme : l intervocalique > r lat. sole > roum. soare lat. caelum >roum. cer lat. molam >roum. moară

  34. 12) h > Ø : • lat. homo > roum. om • lat. humerus > roum. umăr • lat. humidus > roum. umed • lat. comprēhĕndĕre > roum. cuprinde

  35. 13) g intervocalique suivi par e, i et o a disparu: lat. ego > roum. eu lat. magis > roum. mai lat. quadragesimae > roum. păresimi

  36. 14) ce, ci> ţ lat.vīnāceus > roum. vinaţ • 15)ll > 0 lat.*mŏlliāre > muia lat. stēlla > stea mais cŏllĭgere > culege

  37. 16) ct > pt lat. nŏcte > roum. noapte sc > ştlat. nascĕre > roum. naşte ; lat. crēscĕre > roum. creşte gn > mnlat.sĭgnum > roum. semn; lat. lignum> roum. lemn • 17) t+i > ţ lat. terra > roum. ţară d+i > z (< dz) lat. decem > roum. zece s+i > ş lat. septem > roum. şapte

  38. Particularités morphosyntaxiques

  39. 1) une flexion nominale et verbale très riche avec des alternations phonétiques • 2) l’article défini est enclitique • - l’article défini provient du pronom démonstratif latin • ille, illa, illud> -l, -i, -a, -le

  40. 3) • Le genre « neutre » (ambigène) est très bien développé Ce genre présente la forme du genre masculin au singulier et celle du féminin au pluriel vad / vaduri; vinaţ / vinaţuri; corn / cornuri; semn / semne; car / care

  41. 4) les personnes des formes verbales sont exprimées par la morphologie de la forme verbale, elles ne doivent pas être mentionnées explicitement: cînt, cînţi, cîntă, cîntăm, cîntaţi; văd, vezi, vede, vedem, vedeţi; culeg, culegi, culege, culegem, culegeţi; fug, fugi, fuge, fugim, fugiţi.

  42. 5) une tendance à hypercaractériser pour marquer une catégorie grammaticale: poartă / porţi (1) alternances phonétiques oa / o et t / ţ (2) affixes gramaticaux -ă / -i

  43. 6) la liberté de la topique et de la concordance des temps

  44. L’ AROUMAIN