slide1 l.
Download
Skip this Video
Download Presentation
Risques de la transfusion en 2008 Indications des PSL en chirurgie : recommandations de l’Afssaps Principales données

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 63

Risques de la transfusion en 2008 Indications des PSL en chirurgie : recommandations de l’Afssaps Principales données - PowerPoint PPT Presentation


  • 121 Views
  • Uploaded on

Risques de la transfusion en 2008 Indications des PSL en chirurgie : recommandations de l’Afssaps Principales données. Agnès BAZIN Correspondant Hémovigilance CHU Caen Tél 02 31 06 32 19, fax 02 31 06 49 69, bazin-a@chu-caen.fr. ≠ Médicaments dérivés du plasma MDP. Introduction.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Risques de la transfusion en 2008 Indications des PSL en chirurgie : recommandations de l’Afssaps Principales données' - neal


Download Now An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
slide1

Risques de la transfusion en 2008Indications des PSL en chirurgie : recommandations de l’AfssapsPrincipales données

Agnès BAZIN

Correspondant Hémovigilance

CHU Caen

Tél 02 31 06 32 19, fax 02 31 06 49 69, bazin-a@chu-caen.fr

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

introduction

Médicaments dérivés du plasma

MDP

Introduction

Transfusion

(administration de Produit Sanguin Labile - PSL)

=

Acte thérapeutique particulier

Indication médicale (bénéfice/risque)

Cadre réglementaire

Risque immunologique

(y compris allergique)

Risque infectieux

Risque métabolique

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

i risques de la transfusion en 2008 principaux
I- Risques de la transfusion en 2008 (principaux)

I-1 Immunologiques (et allergiques)

I-2 Infectieux

I-3 Volémiques et métaboliques

I-4 Autres

Les complications peuvent survenir

dès le début de la transfusion

ou plus tardivement.

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

i 1 complications immunologiques et allergiques
I-1 Complications immunologiques (et allergiques)
  • Accidents hémolytiques d’incompatibilité
  • Réaction fébrile non hémolytique
  • TRALI
  • Réaction du greffon contre l’hôte
  • Manifestations allergiques
  • Immunomodulation

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

1 1 complications immunologiques et allergiques
1-1 Complications immunologiques (et allergiques)

1) Accidents hémolytiques d’incompatibilité

A- Choc hémolytique (hémolyse intra-vasculaire)

  • Origine

Conflit Ag/Ac => hémolyse (activation du complément, CIVD, choc…)

Le plus souvent : Ac chez le receveur et Ag du PSL.

- Ac naturels réguliers (incompatibilité ABO)

- Ac naturels irréguliers (anti-Lea, anti-E)

- Allo-immunisation (anti-D, c, E, Kell, Fya, Jka, S…)

Urgence vitale

sans RAI

Par transfusion de CGR ou transfusion massive de PFC

Risque majeur de la transfusion

Dès le début de la transfusion

Pronostic vital engagé

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

a choc h molytique h molyse intra vasculaire
A- Choc hémolytique (hémolyse intra-vasculaire)

Attention

anesthésie générale

  • Clinique
  • Frissons, fièvre, douleurs lombaires, céphalées, douleurs thoraciques, angoisse
  • Collapsus, CIVD, syndrome hémorragique
  • Hémoglobinurie, insuffisance rénale, anurie, ictère
  • Tests à pratiquer
  • NFS plaquettes, TP, TCA, F, CS, PDF
  • Ionogramme sg, créatininémie, bilirubine libre, haptoglobine, hémoglobinémie, (voire hémoglobinurie)
  • Contrôle du groupe ph Rhésus Kell, CD, RAI=> A adresser à l’EFS avec le reste du CGR et des PSL déjà transfusés
  • CAT
  • Arrêt transfusion,
  • Remplissage, réanimation …

Attention

transfusion en urgence vitale

= « sans RAI »

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

b h molyse intra tissulaire incompatibilit rythrocytaire
B- Hémolyse intra-tissulaire (incompatibilité érythrocytaire)
  • Origine

Conflit Ag/Ac

Parfois par réactivation d’Ac anti-érythrocytaires chez le receveur.

  • Clinique

Parfois frissons, fièvre (pendant ou après la transfusion)

Ictère au lendemain de la transfusion ou retardé

Ou seulement inefficacité transfusionnelle.

  • Tests à pratiquer

NFS plaquettes, ionogramme sg, créatininémie, bilirubine libre, haptoglobine, hémoglobinémie,

Hémoglobinurie

Groupe ph Rh Kell (patient et CGR), CD, RAI

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

c accidents li s une allo immunisation dans le syst me hla ou hpa
C- Accidents liés à une allo-immunisation dans le système HLA ou HPA.
  • Origine

Conflit Ag/Ac

Présence d’Ac du système HLA ou HPA chez le receveur (transfusion plaquettaire).

  • Clinique

Frissons, hyperthermie, tachycardie, hypotension, pâleur…

pendant ou après la transfusion.

Ou inefficacité transfusionnelle.

[purpura aigu post-transfusionnel chez patient HPA 1b, immunisé, porteur d’Ac anti-HPA 1a, transfusion plq HPA-1a, thrombopénie sévère].

  • Tests à pratiquer

NFS plaquettes,

Recherche d’Ac anti-HLA (voire anti-HPA).

Obstétrique

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

2 r action f brile non h molytique transfusion cgr ou cp
2) Réaction fébrile non hémolytique (transfusion CGR ou CP)

Diagnostic

d’élimination

  • Origine multifactorielle

Destruction des lymphocytes du PSL, rôle des cytokines du PSL, résidus leucoplaquettaires avec libération de substances pyrogènes…

Autres ?

  • Clinique

Frissons et/ou fièvre pendant ounaprès la transfusion

=> Surveillance FC, PA, température, FR, diurèse.

  • Tests à pratiquer

NFS plaquettes, CD, RAI, Ac Anti-HLA.

  • Attention
  • Peut annoncer une hémolyse ou une infection bactérienne :
  • même CAT : arrêt de la transfusion,
  • protocole «Incident transfusionnel présumé bactérien».

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

3 trali transfusion related acute lung injury transfusion cp cgr pfc certains mdp ig
3) TRALI (Transfusion related acute lung injury)(transfusion CP, CGR, PFC, certains MDP, Ig)

1/100 000 transfusions (données Afssaps 2003-2005)

Syndrome grave(1ère cause de mortalité par transfusion en France en 2005)

  • Origine

Œdème pulmonaire lésionnel si les 2 conditions suivantes sont réunies :

  • Chez le receveur (« prédisposition clinique »)

Activation de l’endothélium pulmonaire avec stase et stimulation intra-pulmonaire des polynucléaires neutrophiles.

  • Par le produit sanguin, soit :

- par conflit entre les Ac du donneur et les Ag du receveur le plus souvent (HLA classe I et II, HPA)

- par apport de lipides activateurs accumulés au cours de la conservation du PSL.

=> dégranulation des polynucléaires sequestrés et exsudat alvéolaire

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

3 trali
3) TRALI
  • Clinique

Pendant la transfusion ou pendant les 6 heures qui suivent la fin de la transfusion :

Dyspnée, tachypnée, cyanose, toux, expectoration mousseuse, fièvre,

Râles crépitants diffus bilatéraux,

SpO2 < 90%,

+/- Hypotension ou hypertension artérielle, tachycardie.

  • Tests à pratiquer

BNP (non augmenté),…

RP : infiltrat alvéolo-intersticiel bilatéral

Echograhie cardiaque…

+ Recherche Ac anti HLA et anti-granuleux chez donneur et receveur

Test de compatibilité (Ac donneur/Ag receveur)

(selon protocole régional)

  • CAT

O2, ventilation assistée …

Evolution souvent favorable en 48h (décès dans 10 % des cas)

A signaler

au correspondant

d’hémovigilance

Diagnostic différentiel OAP

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

4 r action du greffon contre l h te gvh transfusion cgr ou cp
4) Réaction du greffon contre l’hôte (GVH)(Transfusion CGR ou CP)
  • Origine

Transfusion de cellules immuno-compétentes (lymphocytes) à un receveur immuno-déprimé (ou transfusion intra-familiale)

  • Clinique (formes aiguës ou chroniques)

Syndrome cutané (érythrodermie desquamative)

Syndrome digestif (anorexie, nausées, diarrhée)

Hépatosplénomégalie

AEG, cachexie

  • Tests à pratiquer

NFS plaquettes, bilan hépatique (cytolyse)

Histologie des lésions cutanées

  • Prévention

Transfusion CGR et CP irradiés

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

5 manifestations allergiques transfusion cp cgr pfc
5) Manifestations allergiques(Transfusion CP, CGR, PFC)
  • Origine

Fréquent (env 25% des effets indésirables receveurs en France en 2005).

Mécanismes nombreux :

  • PSL (transfert d’Ac, IgE, du donneur sensibilisé)
  • Patient sensibilisé/Ag ou protéines présents dans le PSL.
  • PSL et patient (Ac du donneur/Ag correspondant présent chez le receveur

ou Ag du donneur/Ac présent chez le receveur, ex Pénicilline).

Patient porteur d’un déficit congénital en IgA, porteur d’Ac anti-IgA (choc).

 Clinique (réactions de type allergique)

- Urticaire, prurit, érythème

- Frissons, parfois fièvre

- Asthme, bronchospasme, toux, œdème de Quincke …

  • CAT
  • Arrêt de la transfusion
  • Antihistaminiques, corticoïdes,
  • Réanimation si choc (protocole « Anaphylaxie »)

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

5 manifestations allergiques
5) Manifestations allergiques
  • Test à pratiquer

Dosage Ig A et/ou recherche Ac anti-IgA, si choc.

  • Prévention :

Antihistaminiques ± corticoïdes,

CPA T-Sol*

CGR et CP déplasmatisés (si ATCD réaction sévère, choc anaphylactique)

Signaler en Hémovigilance

Choc anaphylactique

Exceptionnel

- Par incompatibilité immunologique protéique

ou présence d’anticorps anti IgA chez le receveur

- Réanimation

- Protocole « Anaphylaxie »

- CGR et CP déplasmatisés

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

6 immunomodulation
6) Immunomodulation

La transfusion induirait une immunomodulation avec majoration :

  • du risque carcinologique
  • de rechute carcinologique
  • du risque infectieux

?

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

i 2 complications infectieuses
I-2 Complications infectieuses

1) Infection bactérienne transmise par transfusion (IBTT)

2) Maladies virales

3) Maladies parasitaires

4) Maladies dues à des ATNC

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

i 2 complications infectieuses17
I-2 Complications infectieuses

1) Infection bactérienne transmise par transfusion

(Transfusion CP, CGR, PFC)

Gravissime (mortalité 15 à 30 %)

  • Origine

Contamination bactérienne du PSL transfusé :

- Bactériémie asymptomatique chez le donneur

- Défaut de désinfection cutanée du site de ponction chez le donneur

- Défaut du matériel

Multiplication bactérienne pendant la conservation

Autres…

  • Clinique

Frissons, fièvre, ou hypothermie

Diarrhée, vomissements, douleurs abdominales

Collapsus, choc…

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

1 infection bact rienne transmise par transfusion
1) Infection bactérienne transmise par transfusion
  • CAT

Arrêt transfusion, remplissage, réanimation…

=> Protocole « Incident transfusionnel présumé bactérien »

Prévenir immédiatement l’EFS

  • Prévention
  • Asepsie
  • Détournement des 15-30 premiers cl de sang du don de sang
  • Respect chaîne du froid des CGR
  • Vérification de l’intégrité des PSL

Cas particuliers

- Yersiniose (multiplication à basse température, choc endotoxinique gravissime)

- Syphilis (exceptionnel, test sur chaque don du sang)

- Brucellose (bactéries résistent à 4°C, exclusion du don si ATCD<2ans)

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

2 maladies virales
2) Maladies virales

A- Hépatite B

  • Origine

Donneur porteur du VHB, non détecté par les tests pratiqués sur chaque don (en phase d’incubation)

  • Clinique

Hépatite aiguë ou fulminante ou chronique

  • Tests à pratiquer

NFS plq, bilan hépatique, sérologies et tests spécifiques des hépatites

  • Prévention

Tests chez donneur (Ag Hbs, Ac anti Hbc)

Risque résiduel 1/1 million de dons

(Institut National de Veille Sanitaire, 1992-2006)

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

2 maladies virales20
2) Maladies virales

Transfusion

avant 1992

B- Hépatite C

  • Origine

Donneur porteur du VHC, non détecté par les tests pratiqués sur chaque don

  • Clinique

Forme asymptomatique fréquente (voire asthénie)

Forme aiguë, évolution chronique…

  • Tests à pratiquer

NFS plq, bilan hépatique, sérologies et tests spécifiques des hépatites

  • Prévention

Tests chez le donneur (Ac anti-VHC, dépistage génomique viral)

Risque résiduel 1/7.7 millions de dons

(Estimations Institut National de Veille Sanitaire, 1992-2006)

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

2 maladies virales21
2) Maladies virales

C- VIH (1 et 2)

  • Origine

Donneur porteur du VIH, non détecté par les tests pratiqués sur chaque don

  • Clinique
  • Primo-infection, immunodépression, infections opportunistes…
  • SIDA
  • Prévention

Exclusion des donneurs à risque (interrogatoire)

Sérologie VIH et dépistage génomique viral sur chaque don de sang

Risque résiduel 1/2.35 millions de dons

(Estimations Institut National de Veille Sanitaire, 1992-2006)

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

2 maladies virales22
2) Maladies virales

D- Infection à Cytomégalovirus (CMV)

  • Origine

80 % des adultes de + de 40 ans ont été en contact avec le CMV

(Ac anti-CMV et CMV intraleucocytaire)

  • Clinique

- Incubation 2 à 6 semaines

- Grave chez l’immunodéprimé

  • Prévention

- Déleucocytation des PSL

- Sérologie lors du don afin de sélectionner des PSL «CMV négatif», réservés aux patients immuno-déprimés (cf indications).

=> Respecter les indications des PSL «CMV négatif»

Déleucocytation

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

2 maladies virales23
2) Maladies virales

E- Mononucléose infectieuse (EBV - Ebstein Barr Virus)

  • Origine

80 % des adultes sont porteurs de l’EBV

  • Clinique

Fièvre, asthénie, hépatosplénomégalie …

Grave chez l’immuno-déprimé

  • Prévention

Déleucocytation des PSL (réduction des lymphocytes)

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

2 maladies virales24
2) Maladies virales

F- HTLV I et II (Human T Lymphocytotropic Virus)

  • Origine

Donneur porteur du HTLV (intralymphocytaire)

Endémique aux Caraïbes, en Amérique du Sud, en Afrique Noire et au

Sud-Est du Japon

Prévalence aux Antilles : 1 à 2 %.

  • Clinique

Virus pathogène et oncogène

(leucémie, LNH, paraparésies spasmodiques tropicales…)

  • Prévention

- Déleucocytation des PSL

- Test sur chaque don de sang obligatoire sur tout le territoire français

Risque résiduel variable dans le monde

En France métropolitaine, RR : 1/8 millions de dons

(Estimations Institut National de Veille Sanitaire, 1992-2006)

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

2 maladies virales25
2) Maladies virales

G- Parvovirus B19

  • Origine

1/3 de la population est infecté pendant la scolarité

  • Clinique

Asymptomatique ou mégalérythème,

Anémie par érythroblastopénie …

  • Prévention

Transfuser les receveurs à risque avec PSL sélectionnés

(pendant grossesse, patients immuno-déprimés) ?

H- Autres virus

Virus hépatite G

TTV

Virus du Chikungunya

West Nile Virus

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

3 maladies parasitaires
3) Maladies parasitaires

A- Paludisme

  • Origine

Donneur porteur de plasmodii.

Plasmodium falciparum dans 70% des cas (survit 3 semaines à 4°C).

  • Clinique

Incubation 10-20 jours

Fièvre, céphalées, nausées, vomissements, voire hémolyse aiguë…

  • Prévention

Chez le donneur de sang, de retour d’une zone endémique :

- Pendant les 4 mois qui suivent le retour : exclusion,

- Entre 4 mois et 3 ans après le retour, en l’absence de tout accès palustre : don du sang utilisé selon résultat de la sérologie.

Respect des traitements prophylactiques chez tous les voyageurs concernés.

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

3 maladies parasitaires27
3) Maladies parasitaires

B- Autres maladies parasitaires

- Maladie de Chagas

- Leishmaniose

- Filariose

- Toxoplasmose

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

4 maladies dues des agents transmissibles non conventionnels
4) Maladies dues à des agents transmissibles non conventionnels

A- Maladie de Creutzfeldt-Jakob nouveau variant (nv MCJ)

  • Origine

Agent pathogène non identifié (prion pathogène, présent dans les cellules mononuclées du sang et des organes lymphoïdes).

  • Prévention

- Depuis 1993, exclusion des donneurs à risque potentiel (ATCD de neurochirurgie…),

- Exclusion des donneurs transfusés,

- Déleucocytation des PSL (?),

- Exclusion des donneurs ayant séjourné 1 an ou plus dans les îles britanniques entre 1980 et 1996 (y compris en séjours cumulés).

Risque résiduel évalué à 1/360 000 dons

(hypothèse de 100 cas en France au cours de 60 prochaines années).

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

4 maladies dues des agents transmissibles non conventionnels29
4) Maladies dues à des agents transmissibles non conventionnels

3 cas post-transfusionnels rapportés (Royaume Uni).

=> Analyse du risque de transmission de la variante de la Maladie de Creutzfeldt-Jakob (vMJC) et de la forme sporadique de la Maladie de Creutzfeldt-Jakob par les produits de santé d’origine humaine.

Sixième actualisation des données du rapport du groupe d’experts adHoc de décembre 2000.

Rapport de novembre 2007. (http://afssaps.sante.fr).

B- Autres risques

- Virus animaux

- Agents inconnus …

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

i 3 complications vol miques et m taboliques
I-3 Complications volémiques et métaboliques

1) Complications volémiques (surcharge)

2) Complications métaboliques (transfusion massive)

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

i 3 complications vol miques et m taboliques31
I-3 Complications volémiques et métaboliques

1) Complications volémiques (surcharge)

  • Patients à risque

Enfants, patients âgés, patients présentant une cardiopathie, insuffisance pulmonaire, insuffisance rénale, anémie profonde …

  • Clinique

Dyspnée, toux, cyanose, turgescence jugulaires, HTA…, OAP

  • CAT

Arrêt transfusion, O2, diurétiques, dérivés nitrés …

  • Prévention

- Diurétique avant la transfusion

- Surveillance

- Adapter le volume et la durée de la transfusion

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

2 complications m taboliques transfusion massive
2) Complications métaboliques (transfusion massive)
  • Toxicité liée au citrate

Risque d’hypocalcémie négligeable, y compris en transfusion massive, en raison de la très faible quantité de citrate dans les CGR actuels.

Surveillance Ca ionisé chez l’insuffisant hépatique (transplantation hépatique), et administration de sel de calcium en cas de transfusion massive et d’hypocalcémie avérée (sur voie IV différente de celle des PSL).

(XXIIIème conférence de consensus srlf, octobre 2003).

  • Equilibre acido-basique (acidose/alcalose)
  • Hyperkaliémie

(Surveillance K notamment chez les patients insuffisants rénaux et les nouveaux nés/âge CGR).

  • Modification de l’hémostase

Notamment fibrinogène, plaquettes, facteurs de coagulation….

Dilution et risque hémorragique.

  • Hypothermie

Transfusion de CGR réchauffés (accélérateur réchauffeur).

Transfusion

massive et

âge CGR

PH

K

2,3-DPG

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

i 4 autres complications
I-4 Autres complications

1) Hémosidérose

- Un CGR apporte 200 à 250 mg de fer

- Chez patients polytransfusés : surcharge ferrique => hémochromatose

Prévention : chélateur du fer (prescription médicale)

2) Hémolyse des hématies avant transfusion

- Hémolyse par traumatisme direct des hématies (ex conservation<1°C)

- Hémolyse provoquée par soluté hypotonique

3) Embolie gazeuse

Favorisée par l’utilisation d’accélérateurs de transfusion

et en transfusion autologue par récupération péri-opératoire

4) Thrombophlébite

5) Embolie cruorique

Prévention : tubulure à filtre

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

ii indications des psl en chirurgie recommandations de l afssaps
II- Indications des PSL en chirurgie : Recommandations de l’Afssaps

Principaux produits sanguins labiles homologues :

II-1 Concentrés de Globules Rouges (CGR)

II-2 Concentrés de Plaquettes (CP)

II-3 Plasma Frais Congelé (PFC)

II-4 Principales indications – recommandations (contexte clinique)

Recommandations 2002, 2003 (afssaps.sante.fr)

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

ii indications des psl en chirurgie recommandations de l afssaps35
II- Indications des PSL en chirurgie : Recommandations de l’Afssaps

PSL - indications thérapeutiques spécifiques,

définies selon leurs :

- Qualifications

Déterminées selon les résultats des examens biologiques pratiqués sur le don.

- Transformations

Effectuées sur les PSL par l’EFS.

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

d leucocytation

Rappel

Déleucocytation

CMV

Réduit le risque infectieux(principalement viral)

Réduit lerisque d’immunisation (système HLA)

Sécurité transfusionnelle

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

ii 1concentr s de globules rouges cgr
II-1Concentrés de globules rouges (CGR)

Obtenu par centrifugation d’un don de sang total

puis séparation du plasma dans une poche satellite,

en circuit clos stérile.

Depuis le 1er/4/1998, tous les CGR sont déleucocytés par passage de l’unité de sang au travers d’un filtre spécifique.

Un CGR contient peu de plasma et donc peu d’AC naturels

anti-A et anti-B.

Attention : les AC immuns anti-A ou anti-B peuvent être hémolysants.

Dans ce cas, la mention «Réserver exclusivement à une transfusion isogroupe ABO» est inscrite sur l’étiquette du CGR.

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

slide38
CGR

Contenu d’un CGR déleucocyté :

- 140 ml de globules rouges (environ),

- 10 cc de plasma environ,

- 100 ml de solution de conservation SAGM (saline, adénine, glucose, mannitol),

- 10 ml d’anti-coagulant CPD (citrate, phosphates, dextrose) environ.

Hb totale > 40g, Hte 50 à 70 %

Leucocytes résiduels < 106 par unité

Conservation :

42 jours, à température entre 2 et 6°C.

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

slide39
CGR

- CGR phénotypé

- CGR compatibilisé

- CGR CMV négatif

- CGR cryoconservé

- CGR déplasmatisé

- CGR irradié

- CGR pédiatrique (nourrisson)

- CGR réduction de volume

- Sang total reconstitué (CGR + PFC)

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

cgr ph notyp
CGR phénotypé

Rappel

Plusieurs antigènes sont présents à la surface des hématies :

- Antigènes du groupe ABO et antigènes Rhésus 1 (D),

- Antigènes du système Rh [RH1 (D), RH2 (C), RH3 (E), RH4 (c), RH5 (e)] et Kell (KEL1) qui déterminent le phénotype Rhésus Kell,

- Autres antigènes (FY1, FY2, JK1, JK2, MN1, MS2…) qui déterminent le phénotype étendu

Un CGR phénotypé est un CGR dont les Ag du phénotype Rh Kell

sont identiques ou compatibles à ceux du receveur.

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

cgr ph notyp41
CGR phénotypé

La transfusion de CGR iso-phénotype ou phénotype compatible au receveur réduit le risque d’immunisation anti-érythrocytaire et prévient les accidents hémolytiques chez le patient immunisé.

Indications :

  • Patient qui présente ou a présenté des allo-Ac anti-érythrocytaires
  • Nouveau-né, nourrisson, enfant
  • Femme jusqu’à la ménopause
  • Patient polytransfusé ou susceptible d’être polytransfusé
  • Patient présentant une hémopathie

+ Respect du phénotype étendu chez les patients dépendants à long terme de transfusions de CGR.

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

cgr compatibilis
CGR compatibilisé

Rappel

Un CGR compatibilisé est un CGR sélectionné au laboratoire de l’EFS par une épreuve directe de compatibilité (ou compatibilisation) qui vérifie l’absence de fixation entre les antigènes du CGR et le sérum du receveur.

Sur le CGR compatibilisé, sont mentionnées :

- l’identité du receveur

- la date de réalisation de la compatibilisation

- la date limite de validité de la compatibilisation.

Le CGR compatibilisé est nominatif.

Durée de validité de la compatibilisation :

3 jours à partir de la date de prélèvement du sérum ayant servi à l’épreuve de compatibilité (en l’absence d’autre transfusion pendant ce délai).

Durée EDC

environ 1h

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

cgr compatibilis43
CGR compatibilisé

Indications :

  • Patient qui présente (ou a présenté) une RAI positive

(Ac anti-érythrocytaires actuellement ou antérieurement détectés, « Un Ac un jour, un Ac toujours »).

  • Nouveau-né (compatibilisation du CGR avec le sérum du nouveau-né ou le sérum de la mère, cf protocole « Transfusion de l’enfant de moins de 6 mois »).

En cas de RAI positive, certains Ac peuvent ne pas être identifiés.

La compatibilisation permet alors de détecter (et d’écarter) un CGR qui contiendrait l’antigène correspondant.

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

cgr cmv n gatif
CGR CMV négatif

La qualification « CMV négatif » s’applique aux produits provenant de donneurs chez qui n’ont pas été détectés d’Ac anti-CMV au moment du don.

Indications :

  • femme enceinte
  • transfusion in-utero
  • nouveau-né, nourrisson
  • patient CMV négatif en attente de greffe ou de transplantation
  • patient CMV négatif greffé ou transplanté avec donneur CMV négatif
  • patient receveur d’une transplantation de poumon (ou en attente) quel que soit son statut CMV

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

cgr irradi
CGR irradié

CGR soumis à une irradiation de 25 à 45 grays qui inactive les lymphocytes résiduels. L’irradiation prévient la réaction du greffon contre l’hôte (GVH) chez les patients immunodéprimés.

Indications :

- transfusion in utero,

- exsanguino-tranfusion,

- nourrisson de moins de 6 mois,

- enfant pris en charge en Onco-Hématologie Pédiatrique,

- patient greffé (allogreffe ou autogreffe),

- patient immuno-déprimé (aplasie médullaire, déficits immunologiques congénitaux cellulaires),

- patient transplanté (transplantation d’organe),

- transfusion intra-familiale,

- patient traité ou ayant été traité par FLUDARA* (Fludarabine) et/ou MABCAMPATH* (Alemtuzumab) et/ou LYMPHOGLOBULINE (Immunoglobulines anti-thymocytes) et/ou THYMOGLOBULINE (Immunoglobulines anti-thymocytes).

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

cgr remarques

Pour tout avis ou

prescription particulière,

contacter le médecin de l’EFS :

« Conseil transfusionnel ».

CGR - remarques
  • La durée de vie moyenne des globules rouges transfusés est de 60 jours.
  • Chez l’adulte, la transfusion d’un CGR permet d’augmenter l’hémoglobine d’environ 1g/100ml.
  • Chez l’enfant, la transfusion de 3ml de CGR/kg permet d’augmenter l’Hb d’environ 1g/100ml.

[Vol à transfuser (ml de CGR) : poids (kg) x D Hb (g/dl) x (3 ou 4)]

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

ii 2 concentr s de plaquettes cp
II-2 Concentrés de plaquettes (CP)

Trois types de concentrés de plaquettes :

- Mélange de concentrés de plaquettes standard (MCP)

Obtenu après mélange de plusieurs unités plaquettaires issues d’unités de sang total provenant de plusieurs donneurs (2 à 12).

Contenu supérieur à 1 1011 plaquettes réparties dans 80 ml de plasma.

-Concentré de plaquettes d’aphérèse (CPA)

Obtenu à partir d’un seul donneur à l’aide d’un séparateur de cellules.

Contenu : 2 à 8 1011 plaquettes réparties dans 200 à 650 ml de plasma.

Plusieurs catégories de CPA sont disponibles, séparées par paliers de 0,5 1011 plaquettes.

- CPA T-Sol :

CPA dont la solution liquide est constituée de 35% de plasma du donneur et de 65% de solution additive pour plaquettes (citrate de sodium dihydraté, acétate de sodium trihydraté, chlorure de sodium).

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

slide48
CP
  • Tous les CP sont déleucocytés.

Le taux résiduel de leucocytes est inférieur à 106 par CPA ou par pool de 6 unités plaquettaires.

  • Conservation :

5 jours

entre 20 et 24°C (en agitation constante).

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

slide49
CP

Système HLA

(voire HPA)

- CPA phénotypé

- CPA compatibilisé

- CP CMV négatif

- CPA cryoconservé

- CP déplasmatisé

- CPA irradié

- CPA pédiatrique (nourrisson)

- CPA réduction de volume

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

cp cmv n gatif
CP CMV négatif

La qualification «CMV négatif» est appliquée aux produits provenant de donneurs chez qui n’ont pas été détectés d’Ac anti-CMV au moment du don.

Indications :

  • femme enceinte
  • transfusion in-utero
  • nouveau-né, nourrisson
  • patient CMV négatif en attente de greffe ou de transplantation
  • patient CMV négatif greffé ou transplanté avec donneur CMV négatif
  • patient receveur d’une transplantation de poumon (ou en attente) quel que soit son statut CMV

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

cp irradi
CP irradié

CP soumis à une irradiation de 25 à 45 grays qui inactive les lymphocytes résiduels. L’irradiation prévient la réaction du greffon contre l’hôte (GVH) chez les patients immunodéprimés.

Indications :

- transfusion in utero,

- exsanguino-tranfusion,

- nourrisson de moins de 6 mois,

- enfant pris en charge en Onco-Hématologie Pédiatrique,

- patient greffé (allogreffe ou autogreffe),

- patient immuno-déprimé (aplasie médullaire, déficits immunologiques congénitaux cellulaires),

- patient transplanté (transplantation d’organe),

- transfusion intra-familiale,

- patient traité ou ayant été traité par FLUDARA* (Fludarabine) et/ou MABCAMPATH* (Alemtuzumab) et/ou LYMPHOGLOBULINE (Immunoglobulines anti-thymocytes) et/ou THYMOGLOBULINE (Immunoglobulines anti-thymocytes).

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

cp remarques
CP - remarques

La durée de vie moyenne des plaquettes transfusées est de 3 à 4 jours.

Elle diminue en cas de syndrome hémorragique, de destruction accélérée (Ac anti-HLA, Ac anti-HPA, splénomégalie, fièvre, coagulation intravasculaire disséminée....).

La transfusion de 0,5 1011 plq/7kg permet une augmentation d’environ 20 109 plq/l.

Le rendement transfusionnel plaquettaire est apprécié par une numération plaquettaire 1 heure ou au cours des 24 heures qui suivent la transfusion.

RTP = (Nb plq post T - Nb plq pré T) X poids (kg) X 0.075/Nb plq transfusées

Inefficacité transfusionnelle si RTP<0.2.

Le respect de la compatibilité ABO Rh (D) est recommandé.

incompatibilité

Rh D ♀

!

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

iii 3 plasma frais congel pfc
III-3 Plasma frais congelé (PFC)

Depuis le 15/4/2001, le Plasma Frais Congelé est déleucocyté (seuil résiduel 104 de leucocytes par produit).

Deux types de Plasma Frais Congelé (PFC) sont disponibles :

- PFC sécurisé

- PFC viro-atténué (PVA)

+ PVA-BM et …

Le PFC est décongelé (protocole EFS).

Durée de préparation : environ 30 mn (/volume PFC).

Conserver à température ambiante après décongélation.

Durée de conservation : 6 h après la décongélation.

(1 an à -30°C avant décongélation).

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

slide54
PFC

- PFC sécurisé

- PVA

- PVA-BM

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

slide55
PFC

PFC sécurisé

Obtenu à partir du plasma d’un seul donneur.

Plasma congelé et mis en quarantaine pour une durée minimale de 4 mois.

Un nouveau prélèvement est alors effectué chez le donneur afin de contrôler les sérologies virales (4 mois après le don).

Le plasma pourra être distribué seulement si tous les contrôles restent normaux.

Contenu : 200 à 650 ml.

Préparation en unités pédiatriques possible

(volume toujours supérieur à 50 ml).

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

slide56
PFC

PFC viro-atténué (PVA)

(Préparé à Bordeaux)

Obtenu à partir d’un pool de plasma provenant de 100 donneurs en plasmaphérèse (60 l) de même groupe ABO.

Atténuation virale assurée par solvants détergents.

Recongélation en poche de 200 ml.

PFC viro-atténué par bleu de méthylène (PVA-BM)

PVA unitaire traité par bleu de méthylène et UVA (+ filtration) avant congélation (inactivation principalement des virus enveloppés).

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

slide57
PFC

Indications (définies par l’arrêté du 3 décembre 1991) :

  • Déficit complexe ou rare en facteur de la coagulation, lorsque les fractions spécifiques ne sont pas disponibles

(Facteur V, Facteur XI, Protéine S, Inhibiteur de la C1 estérase)

  • Coagulopathies graves de consommation avec effondrement de tous les facteurs de coagulation
  • Hémorragie aiguë(supérieure ou égale à une masse sanguine) avec déficit global des facteurs de coagulation

- Autres (échanges plasmatiques dans le cadre d’indications spécifiques, purpura thrombotique thrombocytopénique...)

Indication de la transfusion à faire figurer sur la prescription.

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

pfc remarques
PFC - remarques

Transfusion le plus rapidement possible et toujours moins de 6 heures après la décongélation.

Afin de maintenir l’efficacité thérapeutique de tous les constituants, il est recommandé de transfuser le PFC dans les 3h qui suivent la décongélation.

(6 heures après la décongélation, il reste 50 % du facteur VIII et le facteur V a disparu).

En cas d’attente dans le service, le PFC décongelé est conservé à température ambiante jusqu’à la transfusion.

Posologie : 10-15ml/kg, jusque 30ml/kg.

La compatibilité plasmatique ABO doit être respectée.

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

ii 4 principales indications

Aide à la stratégie transfusionnelle

hors Sd hémorragique

II-4 Principales indications

1) Seuils en transfusion érythrocytaire :

  • Hb 7g/dl chez patient sans antécédent cardiovasculaire.
  • Hb 8-9g/dl chez patient avec antécédent cardiovasculaire.
  • Hb 10g/dl chez patient en insuffisance coronarienne aiguë ou insuffisance cardiaque avérée.
  • Hb de l’ordre de 7g/dl en per-opératoire.
  • Hb de l’ordre de 8g/dl en post-opératoire de chirurgie cardiaque ou vasculaire.
  • Sous réserve d’une appréciation pour chaque patient.

(XXIIIème conférence de consensus srlf, octobre 2003).

Stratégie transfusionnelle à préciser dans le dossier du patient.

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

ii 4 principales indications60

Aide à la stratégie transfusionnelle

A adapter à chaque patient

2) Seuils en transfusion plaquettaire :

Extrait Recommandations de bonne pratique, Transfusion de plaquettes. Afssaps (afssaps.sante.fr)

II-4 Principales indications

Stratégie transfusionnelle à préciser dans le dossier du patient.

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

conclusion

Conseil transfusionnel

EFS 24h/24

Conclusion

Appréciation

pour chaque patient

Bien transfuser

=> Respect des indications,

=> Respect des bonnes pratiques

Identité du patient,

Contrôle ultime au chevet du patient.

...

=> Maîtriser les protocoles transfusionnels de l’établissement

Urgence vitale

Conduite à tenir en cas d’effet indésirable

Incidents de chaîne transfusionnelle et effets indésirables receveurs

A signaler en Hémovigilance

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

r f rences
Références

Pratique nouvelle de la transfusion sanguine

J.J. LEFRERE P. ROUGER

MASSON, 2ème édition, 2006.

afssaps.sante.fr

invs.sante.fr

sfar.org

srlf.org

ints.fr

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

rappel groupes abo
Rappel - Groupes ABO

DES Anesthésie Réanimation Chirurgicale, CHU Rouen Caen

ad