comprendre la col re les conflits interpersonnels et la violence n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Comprendre la colère, les conflits interpersonnels et la violence PowerPoint Presentation
Download Presentation
Comprendre la colère, les conflits interpersonnels et la violence

play fullscreen
1 / 29
Download Presentation

Comprendre la colère, les conflits interpersonnels et la violence - PowerPoint PPT Presentation

misha
123 Views
Download Presentation

Comprendre la colère, les conflits interpersonnels et la violence

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Comprendre la colère, les conflits interpersonnels et la violence Camillo Zacchia, Ph.D. Psychologue – Conseiller Principal Bureau d’éducation en Santé Mentale 24 janvier, 2012

  2. À l’agenda Comprendre : • les causes de la colère et de la frustration; • les personnalités; • comment la personnalitéinfluence la surcolère; • le besoin de contrôler et son rôledans la colère.

  3. La colère

  4. Les causes de la colère et des frustrations Attentes non comblées Perception de l’injustice

  5. Attentes non comblées «Ta voiture sera prête à midi.» Quand nos attentes ne sont pas comblées, il est normal d’être fâché. Il faut avant tout se poser quelques questions: Nos attentes sont-elles réalistes? (Trop élevées? Trop basses?) Est-ce que nous les avons bien communiquées? Avons-nous pensé aux imprévus?

  6. Perception de l’injustice «Pourquoi les T.S. peuvent toujours assister à des conférences tandis que nos demandes sont toujours refusées?» Il est normal d’être fâché quand nous sommes traités de façon injuste. Mais… Nos perceptions sont-elles justes? Y a-t-il de l’information qui nous échappe? Y a-t-il de l’information qui échappe aux autres? «SVP, puis-je avoir un petit gobelet de papier pour prendre mes médicaments?»

  7. Conflits et colère: 3 coupables Méfiance Obsessivité Pensée de groupe

  8. MéfianceUne prophétieauto-réalisante La méfiance non justifiée peut mener à une méfiance justifiée: La méfiance peut créer un modèle de comportement qui mène inévitablement à un conflit, lequel alimente de la nouvelle méfiance.

  9. Obsessivité Une forme de perfectionnisme; «Il y a une bonne façon de faire les choses!» Ce trait de personnalité tend à être rigide et contrôlant. Il crée un focus sur les détails spécifiques, souvent au détriment des buts plus globaux; Il causera inévitablement des conflits (même si les autres font les choses exactement de la même façon que nous 95% des fois, en l’absence de compromis et de flexibilité, les 5% qui restent deviennent une source de conflits).

  10. Pensée de groupe Les êtres humains ont tendance à se regrouper et rechercher la force en nombre; Ceci est nécessaire lors de grandes menaces externes (guerres, conditions économiques oppressives, attaques par des prédateurs, etc.); C’est dangereux dans plusieurs autres situations: Mène à la méfiance, la tendance de déshumaniserceux qui n’appartiennent pas, supprimer la pensée indépendante, etc.

  11. Comprendre la personnalité et les troubles de la personnalité

  12. C’est quoi la différence entre une personne difficile et une personne « diagnostiquable »? Quand le schéma du comportement est de longue durée (depuis l’adolescence); Quand le comportement est extrême; Quand le comportement est rigide et qu’il se manifeste à travers des situations; Le comportement cause de la détresse ou des conflits répétés au niveau du fonctionnement social, professionnel ou autre; L’individu n’est pas toujours conscient d’être la source des problèmes.

  13. Les troubles de la personnalité Groupe A (Bizarre ou excentrique): Paranoïaque Schizoïde Schizotypique Groupe B (Émotif ou dramatique): Antisocial Borderline “États limites” Histrionique Narcissique Groupe C (Anxieux ou peureux): Évitant Dépendant Obsessif-Compulsif

  14. L’avenir des troubles de la personnalité Ils existeront toujours et détruiront les relations de travail, se retrouveront constamment au tribunal et nous les reconnaîtrons plus particulièrement lors des repas de Noël.

  15. L’avenir des troubles de la personnalité Le système de classification utilisera probablement une série de qualificatifs plutôt que des diagnostics: Ouvert d’esprit (Openness) Conscient (Conscientious) Extraverti (Extroversion) Agréable (Agreeableness) Névrosé (Neuroticism) Comité DSM-V se penche vers: Introversion Émotionalité Antagonisme Disinhibition “Peculiarity”

  16. Évitant État limite Antisocial Obsessif-compulsif Schizotypique L’ébauche du DSM-V :conserver 5 prototypes

  17. La colère et la personnalité

  18. Le mécontentement:M****! Quelles sont mes options? Dans n’importe quelle situation non satisfaisante, nos options sont limitées à trois (maximum). Chaque option devrait être considérée mais il faut éventuellement arriver à en choisir une. Sinon, les conflits persisteront et s’envenimeront.

  19. Option 1: Change-la «Mon salaire est minable! De plus, mon mari n’arrête pas de boire.» Il faut adresser les problèmes directement, mais à un moment approprié; Prioriser les demandes (choisissez vos batailles); Clarifier ses attentes; Considérer toutes les options et rechercher des solutions partielles; Prendre une pause. Si ça ne répond pas, essayer à une date ultérieure… quand la situation aura peut-être évoluée.

  20. Option 2: Accepte-la «Qu’est ce qu’on peut faire? C’est ça la vie.» Si l’option 1 ne fonctionne pas (pour un bon bout de temps au moins), admettre ce fait; Analysez les pours et les contres; Si les pours sont plus forts que les contres, ou que vous ne prévoyez aucune amélioration, acceptez la situation; Acceptez-la vraiment, vraiment. N’essayez pas simplement de refouler les arguments mais acceptez-la vraiment. Lâchez prise.

  21. Option 3: Rejète-la «Il faut que je fasse quelque chose!» Si l’option 1 est éliminée (vous ne pouvez pas vous attendre à d’autres changements), admettez ce fait; Analysez les pours et les contres; Si après analyse, les contres sont plus nombreux que les pours et que vous êtes incapable de l’accepter, admettez que l’option 2 est aussi éliminée; Décidez de changer votre situation d’une façon plus profonde en essayant de vous en sortir. Cette avenue requière une analyse des facteurs limitatifs (peur, manque de préparation, etc.). Vous devriez vous construire une porte de sortie.

  22. CHANGER, ACCEPTER, OU REJETER:Peu importe ce que vous faites, choisissez! Les gens qui sont toujours malheureux passent continuellement d’une option à l’autre. Ils font constamment des efforts pour trouver une solution. Il n’y a pas de quatrième option!

  23. Contrôlez ce que vous pouvez; acceptez ce que vous ne pouvez pas contrôler • Que faisons-nous lorsque les choses ne sont pas comme nous voudrions qu’elles soient? • Que font les gens lorsqu’ils ne peuvent pas « lâcher prise » ou accepter les choses comme elles sont? • Lorsque l’acceptation n’est pas une option, le contrôle devient le seul choix.

  24. Le pouvoir corrompt; le pouvoir absolu corrompt absolument • Les gens qui sont plus rigides ont tendance à rechercher et à établir des relations de pouvoir. • Les gens qui sont dans des relations inégales (ex.: ceux qui ont une personnalité dépendante) sont plus vulnérables.

  25. Pourquoi suis-je toujours attirée par des alcooliques violents? • Quelleest la question? • Cette personne s’intéresse-t-elle à moi?  • Suis-je attiré par cette personne? • Savoir reconnaître les drapeaux rouges: • Ceuxque les autresvoient • Ceux qui nous échappent

  26. « Je promets de ne plusjamais te frapper! » • Pourquoi de nombreux cas de violence ont-ils tendance à s’inscrire dans un schème répétitif? • Ce serait tellement plus facile, si… • La peur du changement nous maintient dans des situations à risque • L’objectif du traitement est de travailler sur : • les croyances concernant les probabilités de changement • la peur du changement

  27. Transformer la colère en violence • Personne n’est à l’abri de la colère extrême • Les personnes rigides, perfectionnistes et obsessionnelles ont tendance à être plus portées à la colère lorsqu’on ne répond pas à leurs attentes • Des facteurs inhibants nous empêchent d’agir sur notre colère • Sans inhibiteurs, et sans la capacité « d’accepter » ou de « lâcher prise », les probabilités de violence augmentent • Lorsque des substances abaissent les inhibitions, les risques augmentent

  28. La peur par rapport à la colère : un mot sur l’anxiété et les pensées horrifiques • Une pensée violente peut parfois être la manifestation d’un trouble obsessionnel-compulsif. Il s’agit de la PEUR D’AVOIR DES PENSÉES VIOLENTES; ce n’est d’aucune façon un risque de violence. Elle se situe à l’autre extrémité du spectre de violence potentielle.

  29. Info Santé Mentale: www.douglas.qc.ca Blog: www.blog.douglas.qc.ca/psychospeak Questions ? camillo.zacchia@douglas.mcgill.ca