comment pr server l environnement n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Comment préserver l’environnement? PowerPoint Presentation
Download Presentation
Comment préserver l’environnement?

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 10

Comment préserver l’environnement? - PowerPoint PPT Presentation


  • 131 Views
  • Uploaded on

Comment préserver l’environnement?. Une présentation par Sebastian Kluth. Actions sur le plan social, politique et économique. Sur le plan social…. L’ écoterrorisme. Les écoguerriers.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Comment préserver l’environnement?' - miriam


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
comment pr server l environnement

Comment préserver l’environnement?

Une présentation par SebastianKluth

Actions sur le plan social, politique et économique

sur le plan social
Sur le plan social…

L’écoterrorisme

Les écoguerriers

Le terme de l’écoterrorisme est un néologisme qui existe depuis peu de temps. Il désigne des menaces ou actes de violence contre des biens ou des personnes physiques commis au nom de l’écologisme. Les premiers mouvements ont eu lieu au Royaume-Uni durant les années 1960. Les personnes qui posent ce genre de gestes sont appelées les écoguerriers.

Entre 1980 et 1990, l’écoterrorisme a coûté 42.8 millions de dollars US au gouvernement et on parle de 600 actes criminels. Depuis 2003, le FBI parle même de dommages autour de 200 millions de dollars US.

animal liberation front

Depuis 1976

Animal Liberation Front

Pour:

Contre:

Selon Monsieur Webb, un des membres de l’organisation, le groupe essaie de défendre les droits et les lois des plus faibles et de ceux et celles qui ne peuvent pas se défendre – les animaux dont les êtres humains abusent pour faire des testes industriels, pour avoir un beau passe-temps ou pour faire de l’argent. Webb dit que l’ALF est invincible car l’État ne peut pas emprisonner une idée. Il spécifie d’ailleurs que quiconque, faisant une action pour sauver des animaux ou pour endommager la propriété de ceux qui les maltraitent, peut revendiquer son acte sur Internet au nom de l’ALF, qui en retour lui apportera de l’aide en cas d’arrestation ou d’accusation.

Selon le journal «Financial Times», l’ALF est un groupe d’activistes gauchistes. Avec des actions radicales, le groupe crée plutôt des barrières au lieu de chercher la discussions et il estime la valeur d’un animal plus haute que celle d’un être humain.

Quelques moyens de l’organisation: bris de vitrines de boucheries, attaques de poissonneries pour sauver les «homards ébouillantés», incendies d’abattoirs, harcèlement de cirques, intimidation du personnel de laboratoires et fermes…

le mouvement chipko

Depuis 1973

Le Mouvement Chipko

Pour:

Contre:

Ce mouvement a initié des révoltes des fois violentes à travers tout le pays et même toute la planète ce qui a nui à la stabilité politique, le développement économique et l’hiérarchie sociale. Selon une légende indienne, un mouvement de déforestation de 1720 auquel le Mouvement Chipko s’était orienté, avait coûté la vie à 363 villageoises pour sauver quelques arbres en fin de compte. Cela démontre le romantisme et l’utopie de telles actions.

Le Mouvement Chipko était un mouvement s’opposant à l’exploitation commerciale des forêts. En entourant de leurs bras les arbres, des villageoises indiennes voulaient empêcher qu’on ne les coupe, scie ou brûle. Le mouvement fut plus tard imitée dans d’autres pays. Dans les années 80 le mouvement permit l’instauration d’un moratoire de 15 ans sur l’abbatage des arbres dans la province d’Uttaranchal.

sur le plan politique
Sur le plan politique

Raisons pour une attitude anti-environnementaliste

  • Selon le président chinois Hu Jintao, le pays se trouve en développement et en plein processus d’industrialisation. La principale tâche est de développer l’économie pour améliorer le bien-être des citoyens.
  • Manmohan Singh, le président indien, dit qu’il doit allouer encore plus de larges ressources à l’adaptation des régions les plus menacées en termes de sécurité alimentaire, de santé publique et de gestion de ressources hydriques.
  • Selon les États-Unis, une déclaration sans ambiguïté des pays industrialisés manque.
  • Le protocole de Kyoto ne soigne pas le malade, mais ralentit la progression de la maladie d’une manière beaucoup trop lente en gaspillant des efforts.
  • Tant que des pays tels que les États-Unis ne signent pas le protocole, il est inutile pour les pays plus petits ou en voie de développement de faire des sacrifices.
  • Des produits écologiques tels que l’éthanol coûtent chers en production , gaspillent d’autres ressources (la nourriture d’animaux) et sont moins efficaces.
  • Le réchauffement climatique a toujours existé sur la planète, c’est un cycle normal et les activités humaines ont peu à voir avec ce phénomène
  • Les médias manipulent et dramatisent les situations. Les enregistrements climatiques n’existent que depuis 120 ans et on ne peut donc pas déclarer un état d’urgence en se fiant seulement sur des preuves scientifiques récentes et floues.
sur le plan politique1
Sur le plan politique

Raisons pour une attitude pro-environnementaliste

  • Environ une centaine de millions d’emplois sont aujourd’hui générés par les énergies renouvelables, les activités de recyclage, de traitements des déchets, les nouveaux modes de construction. La théorie qu’une approche écologiste nuirait à l’environnement est donc un prétexte fautif.
  • Certains protocoles étaient couronnés de succès comme le protocole de Montréal de 1989 qui a initié les 192 signataires à diminuer leur utilisation de gaz à effets de serre.
  • L’extinction de certaines plantes et certains animaux, le réchauffement climatique et la montée du niveau de l’océan, le manque de ressources et la surexploitation ont augmenté en flèche durant les dernières décennies, ces faits sont prouvés et vérifiés. Bien souvent, le développement réel de l’environnement était beaucoup plus grave que même les scientifiques les plus verts ou pessimistes croyaient.
  • À nos jours, même certains gouvernements conservateurs sont en train de prendre un virage vert. Par exemple, la chancelière allemande Angela Merkel du parti chrétien-démocrate se surnomme la «chancelière de l’environnement». La popularité des partis verts a augmenté à travers les deux dernières décennies de leurs existences et certains ont même de bonnes chances d’obtenir de bons résultats lors des prochaines grandes élections en Europe pour prendre e pouvoir conjointement avec un autre parti.
sur le plan conomique
Sur le plan économique

Un exemple positif… en Californie

En 2008, la Californie adoptait un premier code du bâtiment «vert» en Amérique du Nord en créant des édifices qui réduisent leur utilisation d’énergie de 15 pourcent, l’utilisation d’eau générale de 20% et l’utilisation d’eau pour l’aménagement paysager de 50%. Le code «vert» devrait devenir obligatoire vers la fin de cette année. La réduction des besoins en énergie peut être atteinte en utilisant des appareils à haut rendement énergétique ou encore en installant sur le toit des matériaux visant à refléter la chaleur ou encore des surfaces vertes. En employant des toilettes nécessitant peu d’eau pour fonctionner ainsi que des systèmes d’arrosage contrôlés électroniquement rendent la réduction de l’utilisation des ressources possible. La recherche en lien avec ces nouvelles technologies a créé de nouveaux emplois et aidera à rectifier l’image des États-Unis généralement anti-environnementalistes dans le monde. En plus, la Californie estime que leur idée sera appliquée ailleurs bientôt et que l’État pourrait devenir un centre nord-américain du mouvement pro-environnemental.

sur le plan conomique1
Sur le plan économique

Un exemple positif et négatif

Le Québec ainsi que trois autres provinces canadiennes et sept États américains ont décidé de se mettre ensemble pour créer et appliquer la deuxième bourse du carbone en importance au monde. Il s’agit de plafonner les émissions des grandes entreprises en créant aussi un marché financier où s’échangeront des droits de polluer. Le système d’échange d’émission sera surtout bénéfique pour le Québec qui atteindra une nouvelle ouverture particulière sur les vastes marchés nord-américains.

Pourtant, les gouvernements fédéraux de Washington D.C. et Ottawa ne poursuivent pas encore ce chemin et risquent de freiner ce développement avant que celui-ci s’élargisse et provoque une révolution verte. Les sept États et provinces devraient donc surtout se concentrer sur l’exemple européen et sont en quelque sorte isolés. En plus, l’incitation à moderniser les équipements d’entreprises et d’investir dans l’innovation technologique coûtera ainsi particulièrement chère à eux si les gouvernements fédéraux ne subventionnent ou ne soutiennent pas cette nouvelle tendance.

sur le plan conomique2
Sur le plan économique

Un exemple négatif

En Alberta, l’économie a fait un énorme bond en avant depuis la découverte et l’exploitation des sables bitumineux visibles à l’œil nu. Le Canada est ainsi même devenu un concurrent l’Arabie saoudite qui est encore le seul pays possédant plus de réserves pétrolières extractibles que le Canada. 4 millions de barils de pétrole seront tirés des sables bitumineux jusqu’en 2020.

Mais que se passera-t-il lorsque les ressources seront exploitées et épuisées? L’Alberta risque de tomber dans le vide après une période de prospérité et beaucoup d’entreprises fermeront et beaucoup d’emplois se perdront également. En plus, au niveau environnemental, l’exploitation des sables bitumineux est déjà alarmante. L’Alberta émet à elle seule 33% de tous les gaz à effet de serre du Canada et la tendance est même croissante. À cela s’ajoutent les déchets de toutes sortes et l’exploitation de quantités astronomiques d’eau et de gaz naturels qui sont nécessaires pour alimenter l’industrie. D’un point de vue global, les désavantages semblent être plus importants que les avantages seulement temporaires.