peut on vivre par del le bien et le mal l.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Peut-on vivre « par-delà le bien et le mal? » PowerPoint Presentation
Download Presentation
Peut-on vivre « par-delà le bien et le mal? »

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 87

Peut-on vivre « par-delà le bien et le mal? » - PowerPoint PPT Presentation


  • 148 Views
  • Uploaded on

Peut-on vivre « par-delà le bien et le mal? ». Analyse du sujet . « ON ». -> pronom indéfini  universel -> pronom impersonnel  anonymat ou perte d’identité ->étymologie (« homo »)  l’homme. 1 ère reformulation de la question.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Peut-on vivre « par-delà le bien et le mal? »' - kyros


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
slide3
« ON »
  • -> pronom indéfini  universel
  • -> pronom impersonnel  anonymat ou perte d’identité
  • ->étymologie (« homo »)  l’homme
1 re reformulation de la question
1ère reformulation de la question
  • L’homme peut-il, sans cesser d’être un homme, « vivre au-delà du bien et du mal » ?
pourquoi statut de l homme interm diaire mesure entre
Pourquoi? Statut de l’homme = intermédiaire (mesure) entre :
  • -> animal/ « innocent » (homme à état de nature chez Rousseau)/ enfant (« infans »)  en-deçà du Bien et du mal (amoral)
  • cf fils Macduff + jeune prosélyte
slide6
-> héros (démesure)/ « surhomme »/ dieux  « au-delà du bien et du mal ».
  • Cf « âme forte » gionienne » + Lady Macbeth
slide7
L’homme ne peut donc a priori « vivre par-delà le bien et le mal » sans sortir de l’humanité, sans renoncer à son humanité: il est un être moral, justiciable.
slide8
Mais que constate le héros, l’âme forte? Que la morale religieuse et sociale ne satisfait pas son « ardent désir d’être », l’empêche donc de vivre intensément, authentiquement, héroïquement.
peut il
« peut-il »
  • -> possible  la position est-elle tenable? N’outre-t-elle pas les limites de la condition humaine (basculement dans folie + inhumain)
  • -> licite  »ai-je le droit » de me prétendre autonome, au sens étymologique du terme, d’être à moi-même ma propre mesure? Cf tout le débat autour de la nature humaine dans Macbeth
vivre
« Vivre »
  • -> exister d’une vie organique et biologique dont mort= négation, fin, destruction  vie/ mort/ folie comme prix à payer de démesure (position intenable dans le temps)?
slide11
-> éprouver jusqu’au vertige jouissance d’existence comme force/énergie mouvant vie sensible, intellectuelle, spirituelle
  • transgression de morale nécessaire à déploiement de volonté de puissance du héros vs médiocrité de vie d’antihéros ou d’homme inscrit dans les bornes de la morale ordinaire
slide12
Cf débat Macbeth/ lady Macbeth en I, 7
  • mal comme divertissement de l’ennui dans AF
position de nietzsche
Position de Nietzsche
  • Assumer vie comme création affranchie de tte forme de transcendance, ds affirmation non raisonnable de force en acte. Vie comme absolu sans autre terme supérieur. Monde sans finalité qui l’appellerait à être confronté à un au-delà de lui-même (au-delà des valeurs éternelles; au-delà temporel de l’horizon de l’Histoire
par del le bien et le mal
« Par-delà le Bien et le Mal »
  • <= pas d’arrière-monde (monde des Idées platonicien ou transcendance divine : « Dieu est mort »)  pas d’au-delà normatif sur lequel fonder la morale ici-bas
slide15
D’où
  • ->morale = fiction (nominalisme) , des mots. On finit par croire à l’existence des choses qu’ils désignent, mais ce st ds représentations subjectives (Hobbes).
pire morale des faibles
Pire: morale des faibles
  • Bridant « volonté de puissance » des forts, non pas vouloir précédant action, mais déploiement non finalisé des forces, vie
reformulation de la th se de nietzche
Reformulation de la thèse de Nietzche
  • Il n’y a de vie authentique, créatrice, pour le surhomme que « par-delà le Bien et le mal », non qu’il faille se complaire dans la transgression (nihilisme), car ce ressentiment serait une autre forme de reconnaissance de la normativité, mais parce que celui qui a la force d’assumer vie comme  »amor fati » atteindra surnature.
probl matique
Problématique
  • L’homme peut-il, sans cesser d’être un homme (basculement de la surhumanité dans l’inhumanité, dans l’absence de toute personnalité), vivre indépendamment des valeurs morales, transcender toute moralité?
giono
Giono
  • « âme forte » prend bien acte de l’absence de transcendance (Th) et/ ou de l’inadéquation de la morale religieuse (Mme N) et sociale (F) à la vie, faite d’instinct et de passion.
slide21
Décryptage de l’énigme du mal conduit bien cette âme forte au constat que cette morale, hypocrite et médiocre, masque des appétits et des égoïsmes.
slide22
Âme forte aspire donc à « autonomie » (F), transgresse (immoralisme de Th), dépasse les normes de la morale (N), pour jouir de volonté de puissance (Th)
slide23
Ms y a-t-il vraiment dépassement du nihilisme?
  • -> passion foncièrement égoïste
  • ->aspiration des N au néant
slide24
Th double du romancier, mais puis-je vraiment parler de vie créatrice pour un être d’imitation?
slide25
La finalité de Th, la maîtrise de la tromperie, ne repose-t-elle pas sur un contresens concernant la « volonté de puissance »?
slide26
L’identification au furet, à la tique, les yeux de loup ne nous ramènent-ils pas en-deçà du bien et du mal, vers l’animalité, l’inhumanité, la monstruosité, la solitude absolue du méchant?
macbeth
Macbeth

Certes ambition pousse lady Macbeth à désirer transgresser les valeurs du monde féodal et les limites de la condition féminine pour assouvir sa volonté de puissance.

De + M épouse héroïsme du mal qd il revendique damnation.

slide28
Mais
  • -> finalement ils ne dépassent jamais le stade du nihilisme parce que le moyen qu’ils choisissent pour déployer ce qu’ils croient être leur volonté de puissance les aliène aux forces du mal avec lesquelles ils pactisent.
slide29
-> Humains trop humains, ils éprouvent un remords qui clive leur conscience et prouve qu’on ne transgresse pas impunément les frontières séparant le bien du mal, le licite de l’illicite, l’humain de l’inhumain dans l’univers shakespearien. La vie, sacrée, a sa source en dehors de la Nature, dans un cosmos dont Dieu et le roi sont garants
slide30
Dans un univers – absurde que saturé de transcendance, il n’y a pas de place pour des héros vivant « par-delà le bien et le mal : l’humain ne saurait, sans déchoie et payer, de la folie et de la mort, sa transgression des limites de l’humanité. M est exclu du banquet de la vie.
rousseau
Rousseau
  • La voix de la conscience, support de la religion naturelle, s’affranchit de l’artifice de normes historiques et sociale, contre nature.
slide32
Mais cette voix de la conscience, guide infaillible et sûr, ne saurait par définition transcender la morale, naturelle
slide33
Le tout, l’ordre de la Nature, gagé sur l’existence d’un Dieu garant de l’immortalité de l’âme (vie éternelle), est l’absolu à l’aune duquel l’homme peut et doit discriminer le bien du mal pour mener une vie bonne et heureuse.
slide34
Pas de place donc pour le surhomme dans la théodicée d’un moraliste épris de sublime: certes aura du héros vertueux; mais il n’y a d’héroïsme que vertueux: libertin, immoraliste = méchants malheureux dont âme est morte et qui mérite + pitié que blâme.
slide35
Salut  vie bonne que permettent:
  • -> morale/ éthique/ religion naturelle
  • -> éducation
  • -> Contrat social
plan d ensemble
Plan d’ensemble
  • I-L’homme, être moral, ne peut vivre par-delà le bien et le mal, même si son « ardent désir d’être » est frustré par l’inanité d’une morale religieuse et sociale répressive, conventionnelle et hypocrite
slide37
II-Le nihilisme conduit le héros à transgresser la morale pour affirmer une volonté de puissance qu’il échoue cependant à maintenir.
slide38
III- Comment vivre conformément à une éthique qui ne soit ni mortifère ni inhumaine, mais qui, sauvegardant l’autonomie du sujet, ne sorte pas l’humanité de ses gonds?
plan d taill
Plan détaillé
  • I-1Une vie humaine « par-delà le bien et le mal » est a priori inconcevable, car relevant du principe de contradiction.
slide40
Quod demonstrandum? Homme = être doué de conscience + de raison + volonté, ce qui permet choix + connaissance Bien/ Mal  Homme, être moral vs animal/ innocent/ sauvage/ enfant, « en-deçà du bien et du mal », pas cs du partage B/M, pas entrés ds sphère de moralité, amoraux et non pas immoraux
slide41
Traitement de l’exemple: opp catéchisme infernal de Th, immorale (« moi j’estime: du moment qu’on est chrétien, on a le droit de tt faire. Tu seras jugée. Alors ne te prive pas. »)/ amoralité du fils Macduff « petit singe » (IV,2, p.111) ou du jeune prosélyte découvrant peu à peu la sphère de la moralité (« on lui apprit le mal qu’il ignorait »
slide42
Confirmation de l’argument: on ne devient ho qu’une fois développé le sens moral, en soi et avec aide de raison (Rousseau)
i 2 libert et responsabilit
I-2 liberté et responsabilité
  • Vouloir chasser B/ M de vie humaine = rejeter responsabilité du mal sur Dieu, la fatalité, la nécessité naturelle = nier responsabilité, prix à payer de la liberté, qui donne à nos actions la moralité.
slide44
Rousseau: ho se distingue de bête par octroi d’une liberté en soi bonne, qui peut aller jusqu’au sacrifice, fait la dignité de l’homme, et est la seule voie d’accès à la « suprême jouissance », au « contentement de soi ».
slide45
Cf « homme, ne cherche + l’auteur du mal: cet auteur, c’est toi-même »; »si l’homme est actif et libre, il agit de lui-même; tout ce qu’il fait librement n’entre point dans le système ordonné de la Providence, et ne peut lui être imputé. Elle ne veut point le mal que fait l’homme, en abusant de la liberté qu’elle lui donne; mais elle ne l’empêche pas de le faire » parce qu’elle ne pouvait « l’empêcher dans gêner la liberté et faire un mal + grand en dégradant sa nature »; même « esclave par mes vices, je reste libre par mes remords ».
slide46
-> Mme N « je n’ai rien à lui sacrifier à elle; sinon mon désir même. Elle s’y résolut » (258)
  • ->déchirement de la cs de M + remords (dictamen de la conscience) + « je suis décidé. Je tends les instruments du corps vers cette terrible action » (I,7) => impossible d’interpréter les prophétie des Parques comme la seule voix du destin
slide47
I-3 La rémanence du mal: objection forte à la thèse de l’universalité de la conscience morale
  • => quod demonstrandum: fossé ce que l’ho est en droit/ réalité
slide48
-> Rousseau: transformation de l’amour de soi en amour propre fait que voix de cs étouffée par vx des préjugés + règne de l’opinion cf p.91 + mort morale du jeune prosélyte: « l’opprobre où l’avait réduit la fortune étouffait en lui tout sentiment du bien et du mal ».
slide49
Giono: universalité du mal dans un monde où la bonté n’est que le masque de l’égoïsme. Si l’observation de la réalité (apologue de M Nicolas, p.204) que des rapports de force, comment croire à la légitimité, à l’absoluité des valeurs morales?
slide50
-> cséq tirée par Th de description de dépravation d’ho en société: « ils disent cs. Ils disent: remords. D’accord. C’est de la monnaie. Payez et emportez. Si c’était gratuit, ce serait trop beau. Moi j’estime :du moment qu’on est chrétien, on a le droit de tout faire. Tu seras jugée. Alors ne te prive pas. C’est de la banque. Il y en a qui sont pour le paradis. Très bien. Des goûts et des couleurs…mais moi, je suis modeste; je souffre, je suis libre. Alors. »
ii vivre par del le bien et le mal
II-Vivre « par-delà le bien et le mal »
  • Quod demonstrandum: morale des faibles, desséchante, émolliente, aliène homme à arrière-monde illusoire => transgression des catégories morales fictives = voie de libération d’une volonté de puissance autonome et créatrice.
ii 1 culte de l nergie
II-1 culte de l’énergie
  • Qod demonstrandum : Héros/ surhomme transcende valeurs morales/ sociales pour s’affirmer, par-delà B/M, ds actions d’éclat qui l’héroïsent.
slide53
« âme forte » se distingue de médiocrité du bien (charité intéressée) / mal ordinaire par démesure d’une passion qui les rend imperméable au jugement: Th « ne tire pas sa force de la vertu », «la raison ne lui servant de rien », mais de la « marche à suivre, de l’auto-nomie dans laquelle la volonté de puissance puise force d’âme.
slide54
  • Force qui va, héros n’ancre pas éthique dans morale, mais agit fc norme qu’il s’impose, insoucieux d’opinion ramenée à jugement inepte
slide55
Cf Rousseau «vous serez seul de votre parti peut-être; mais vous porterez en vous-même un témoignage qui vous dispensera de ceux des hommes. Qu’ils vous aiment ou vous haïssent, qu’ils lisent ou méprisent vos écrits, il n’importe ».
ii 2 du nihilisme la volont de puissance
II-2 Du nihilisme à la volonté de puissance
  • Quod demonstrandum : vie hu ne pv s’épanouir ds morale, néc de se préserver de la puissance mortifère de cette morale en proclamant arbitraire + relativité des valeurs morales, en renonçant au sens, du monde comme de l’existence.
slide57
Exemple 1: symbolique de la nuit et du clair-obscur dans Macbeth: «fair is foul and foul is fair » + idée qu’il n’y a pas de Providence qui veille à ce que justice soit faite. Ds monde délaissé par autre Dieu qu’Hécate (mort, ombre, folie), pourquoi ne pas porter ses espoirs « par-delà sagesse, grâce et crainte? » (III,5)
slide58
Exemple 2: immoralisme de Th, optant pour crime pour échapper à ennui + vide existentiel et parce que sa lucidité féroce a conclu à hypocrisie d’une prétendue morale js contestée, ms js respectée et masquant motivations peu avouables :
slide59
« la morale, c’est chercher ds poux sur une tête de marbre. La bonne action n’est pas aussi distincte que le triangle l’est du carré. Sur une certaine frontière, on ne sait + si on a un pied dans le vice ou dans la vertu »
slide60
D’où série de maximes subvertissant valeurs communément admises :« les péchés qu’on ne commet pas sont affreux; ceux qu’on commet, poussière » (291).
slide61
D’où aussi sortie de morale: « je n’étais même pas méchante »  aucune norme ne constitue pour elle une réf dt mal serait négation.
  • D’où enfin éthique perso niant que B/M existent en eux-mêmes :ho doit s’émanciper de lois imposées de manière infondées car purement conventionnelles.
ii 2 2 volont de puissance
II-2-2 Volonté de puissance
  • Quod demonstrandum: détour par Nietzsche, pour qui essence de vie « par-delà bien et mal » tient dans « volonté de puissance » ou par l’idée que mettre au-dessus de toute autre valeur la satisfaction de l’ »ardent désir d’être » conduit à fermer les yeux sur l’immoralité de l’acte pour adopter conduite machiavélique.
parenth se sur nietzsche
Parenthèse sur Nietzsche
  • Qui est « une mer de force en tempête et en flux perpétuel, éternellement en train de changer, éternellement en train de refluer, avec de gigantesques années au retour régulier, un flux et un reflux de ses formes, allant des + simples aux + complexes, des + calmes, des + fixes, des + froides aux + ardentes, aux + violentes, aux + contradictoires, pour revenir ensuite de la multiplicité à la simplicité » (La volonté de puissance).
slide64
Dans cette pure immanence, le mal disparaît : « voilà mon univers dyonisiaque, qui se crée et se détruit éternellement lui-même, ce monde mystérieux des voluptés doubles, voilà mon »au-delà du bien et du mal ».
slide65
L’artiste sait dire oui à la vie : « il affirme l’absence de crainte devant ce qui est terrible et incertain […] Cet état lui-même est un désir supérieur ; celui qui le connaît l’honore des + grands hommages. Il le communique, il faut qu’il le communique, en admettant qu’il soit artiste, génie de la confidence. La bravoure et la liberté du sentiment, devant un ennemi puissant, devant un sublime revers, devant un problème qui éveille l’épouvante- c’est cet état victorieux que l’artiste tragique choisit, qu’il glorifie.  La vie assumée dans sa plénitude créatrice n’a que faire de ce que le vulgaire appelle le mal : elle est au-delà âme célèbre ses saturnales ; celui qui est habitué à la souffrance, l’homme héroïque, célèbre son existence dans la tragédie –c’est seulement à sa propre vie que l’artiste tragique offre la coupe de cette cruauté, la + douce » (Le Crépuscule des idoles). »
retour aux uvres
Retour aux œuvres
  • Lady Macbeth et Macbeth ou le désir de vaincre le temps, la mort , pr gagner l’éternité: « devant mon bien, toutes raisons devront céder »; «étoiles, cachez vos feux! Ne laissez pas le jour voir mes désirs sombres et profonds »;  »que mon couteau ne voie pas la blessure qu’il va faire, et que le ciel ne puisse pas poindre à travers le linceul des ténèbres et me crier « arrête! arrête! » »
slide67
Définition de « l’âme forte » : force d’âme + force de caractère + « marche à suivre »  toute norme n’a pas disparu ds capa à se diriger selon règles qu’on s’impose, pr éprouver jusqu’au vertige maîtrise de duplicité: « rien ne comptait que d’être la + forte et de jouir de la libre pratique de la souveraineté ». « Je suis ce que je suis »
slide69
-> Vit-on vraiment par-delà le Bien et le mal quand, rompant avec l’ordonnancement moral pour nier la pertinence de la discrimination B/M, on en vient à nier l’existence du Bien en en faisant une forme de mal?
slide71
-> Symétriquement, l’immoralisme cynique du héros machiavélique, dont la duplicité contrefait le bien pour le néantiser, ne le conduit-il pas à pactiser avec le mal dont on devient l’instrument? L’assomption d’une personnalité hors norme est celle du mal dans un personnage dont la volonté, de surhumaine, devient inhumaine.
ex l me forte une me noire
Ex l’âme forte: une âme noire
  • - «Th avait pris du nerf et du noir […] Elle était belle comme un marteau » + métaphores animalières  absolue solitude du méchant, monstre.
  • - Appel de lady Macbeth à la dénaturation.
volont de vivre ou volont de mort
-> Volonté de vivre ou volonté de mort?
  • Quod demonstrandum : certes possibilité de mort fait partie d’ »aventure de vie » + séduction que héros (Shakespeare) + sang (Giono) exercent sur spectateur. Mais « vivre par-delà le B/M se résume-t-il à tuer ou s’amuire? Absolutisation de volonté de vie = processus contradictoire.
slide74
Démonstration par l’exemple: (lady) Macbeth
  •  Ds désir de vaincre nature, héros shakespearien violente sa propre nature humaine, sa raison: « maudite soit la langue qui me parle ainsi/ Elle a détruit la meilleure part de l’homme » (V,8, p.140).
  • Que reste-t-il de la liberté quand ne subsiste au final que cruauté, goût du sang, signe d’animalisation de l’homme.
slide75
2ème exemple: AF
  • -> yeux de loup, id est regard inhumain de ts protagonistes.
  • -> Mme N, surnature, oublie D, opp éthique du don asymétrique à morale d’échange, sacrifie jusqu’au « désir » par quoi vie hu s’entretient, verse la mesure et laisse Th + lecteur « les mains vides »
bilan ii transition ii iii
Bilan II/ Transition II-III
  • Si pas de vie humaine par-delà B/M, s’attaquer au constat de l’immoralité humaine (que les hommes soient méchants ne signifie pas qu’ils le sont de nature) et mener réformes nécessaires pour que vie morale soit réalité.
par del le bien et le mal79
« par-delà le bien et le mal »
  • = concept nietzschéen impliquant le dépassement du nihilisme dans la « volonté de puissance »/ la surnature du surhomme.
r sum rapide de la conception de nietzsche
Résumé rapide de la conception de Nietzsche
  • - + d’arrière-monde, d’absolu à l’aune duquel discriminer Bien/ Mal, Vrai/ Faux.
  • => Constat: Mal = fiction; nominalisme + morale des faibles opprimant les forts.
  • => Nihilisme comme passage (sinon ressentiment) + acceptation du mal comme faisant partie de la vie.
  • => Dépasser le nihilisme, donc l’alternative B/M pour affirmer sa « volonté de puissance », qui n’est pas pouvoir de dominer, mais déploiement d’une vie créative.
vivre par del le bien et le mal c est donc
Vivre « par-delà le bien et le mal », c’est donc
  • -> Nier la pertinence de la morale comme valeur fondant l’action éthique.
  • -> Accorder à la volonté de puissance, càd dans le fond à la volonté de vouloir le déploiement de sa force, de sa puissance d’agir « autonome », le primat sur l’injonction/ la nécessité de conformer, donc de limiter son action au licite, à ce qu’il convient ou non de faire.
slide82
Dès lors, si « vivre par-delà le bien et le mal », ce n’est pas, pour Nietzsche, être immoral, mais dépasser le nihilisme (stade du ressentiment né de la révolte) dans un « amor fati »
iii 1 le h ros exemplaire
III-1 le héros exemplaire
  • -> M: le roi saint, antidote et remède agissant sur les sensibilités, les esprits et les cœurs à la manière d’une aura, a la pv de guérir son peuple d’un mal (méta)physique que le médecin engagé au chevet de lady Macbeth échoue à sonder.
slide85
-> M. N ou Macduff , héros humain qui ne cherche pas à s’abstraire du sort des humains en se situant par-delà les catégories ordonnant vie pol, morale et religieuse des ho, ms qui assume pleinement sa cdition d’être moral, donc faillible, ms aussi responsable de ss actes, de ss valeurs et de ses pensées
slide86
-> Le vicaire savoyard, figure du juste serein:» ne me demandez point, ô mon bon ami, s’il y aura d’autres sources de bonheur et de peines ; je l’ignore ; et c’est assez de celles que j’imagine pour me consoler de cette vie, et m’en faire espérer une autre. Je ne dis point que les bons seront récompensés ; car quel autre bien peut attendre un être excellent que d’exister selon sa nature ? Mais je dis qu’ils seront heureux, parce que leur auteur, l’auteur de toute justice, les ayant fait sensibles, ne les a pas faits pour souffrir ; et que, n’ayant point abusé de leur liberté, ils n’ont pas trompé leur destination par leur faute : ils ont souffert pourtant dans cette vie, ils seront donc dédommagés dans une autre. Ce sentiment est moins fondé sur le mérite de l’homme que sur la notion de bonté qui me semble inséparable de l’essence divine. Je ne fais que supposer des lois de l’ordre observées, et Dieu constant à lui-même ».
iii 2 les conditions de la vie morale selon rousseau
III-2 les conditions de la vie morale selon Rousseau
  • -> L’éducation morale
  • -> La religion naturelle
  • -> La réforme politique du Contrat social