logistique ebusiness n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Logistique - Ebusiness PowerPoint Presentation
Download Presentation
Logistique - Ebusiness

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 47
kimama

Logistique - Ebusiness - PowerPoint PPT Presentation

292 Views
Download Presentation
Logistique - Ebusiness
An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author. While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Logistique - Ebusiness • Rappels SCM • Introduction et définitions • Les points clefs de l’e-logistique • Logistique amont : • Entreposage & préparation des commandes • Logistique aval : • Transport & livraison • Le dernier kilomètre ! • Conclusion

  2. Rappels : SCM (1) • Supply Chain Management / Gestion intégré de la logistique : • Intégration des flux logistiques entre fournisseurs, fabricants et distributeurs • http://www.industrie.gouv.fr/FranceTech/francais/parcours_6/v_parcours6.htm • La Logistique : • les relations avec les fournisseurs (achats) ; • l'organisation des stocks (réapprovisionnements) ; • l'organisation de la fabrication des produits ; • la mise en place des réseaux de distribution des produits. • 2 flux en bouclage : • Un SI de prévisions des ventes (du client vers les fournisseurs) • Un SI de production (du fournisseur vers le client)

  3. Rappels SCM (2) Prévisions des activités Fournisseur Fabricant Distributeur Client ERP ERP ERP CRM Exécution des activités

  4. Rappels : SCM (3) • Partage des informations : • Entre prestataires : EDI, eb-XML • Venant des ERP internes à chaque partenaires • Serveur commun et standards d’échanges • Synchronisation des opérations : • L ’approvisionnement doit débuter quand le client a fait sa demande • Principales difficultés : • Communication informatique entre SI différents • Confiance entre les entreprises (ouverture du SI aux partenaires) • Gestion des processus • Voir cours Processus R Marciniak

  5. Logistique - Ebusiness • Rappels SCM • Introduction et définitions • Les points clefs de l’e-logistique • Logistique amont : • Entreposage & préparation des commandes • Logistique aval : • Transport & livraison • Le dernier kilomètre ! • Conclusion

  6. Introduction : Logistique & Ebusiness • Définition logistique : • l’ensemble de tous les flux existants à l’intérieur comme à l’extérieur de l’entreprise avec ses partenaires et ses clients • Entreposage & préparation / Transport & Distribution • Les spécificités de Elogistique : • Flux gérés en continu • Flux en « temps réel » • Exigence du client • Comparaison des prix et des services

  7. Les différents temps du Ebusiness • Choix et commande • Instantané ! • Assemblage, préparation, expédition, transport et livraison • Plusieurs jours • Rassurer par le suivi de la commande • Informer par le traçage

  8. La difficulté du multi canal • En 2001 • 66% des personnes interrogées disent utiliser 2 canaux de distribution pour tout achat • 34% des acheteurs utilisent 3 canaux de distribution • Un même client sur différents canaux • Intégrer les données • Assurer la qualité du suivi de la relation

  9. La difficulté du multi canal • La majorité des VAD utilisent : • Vente par catalogue • Vente par Internet • Vente en magasin • Assurer la cohérence des prix • Gérer le risque de rupture de stock • Gérer le risque de cannibalisation • Importance du SI logistique

  10. Introduction : Ebusiness les points clefs • Les points clefs • Recherche d’économie d’échelle • Optimisation des sites • Optimisation des commandes • Recours à l’externalisation • 90% des entreprises sous-traitent (source Aslog) • Les transporteurs n’ont que 2 à 3% de marge / CA • Pour l’Elogistique : • Le livreur est le SEUL contact physique avec le client • Vital pour l’image de marque • Importance de la qualité de service !

  11. Logistique - Ebusiness • Rappels SCM • Introduction et définitions • Les points clefs de l’e-logistique • Logistique amont : • Entreposage & préparation des commandes • Logistique aval : • Transport & livraison • Le dernier kilomètre ! • Conclusion

  12. Elogistique les points clefs • La concurrence en Ebusiness se joue sur : • 1 Le prix et la marge • 2 La diversité de l’offre • 3 La qualité des services • source :« le défi logistique du commerce électronique » Sénat 2004 • Difficile de concilier ces 3 objectifs • Voir exemple slide suivant

  13. Elogistique les points clefs PRIX Augmentation des stocks limitation des stocks OFFRE rupture SERVICE

  14. Elogisitique : exigences des clients Qualité de la préparation : Ce que l’on a commandé ! Qualité de la livraison : En bon état Au moment voulu Être informé Qualité du suivi : Réactivité en cas de problème Pour le coût : Le client est prêt à payer en partie Il est donc plus exigent !

  15. Les évolutions de Elogistique • Transport direct du centre de production ou de stockage jusqu’au client final • L’information est le lien entre producteur / distributeur / client • Le client veut savoir où est sa commande • Importance cruciale des TIC • Suppression des stocks tampons • Externalisation vers des prestataires logistiques • L’externalisation remonte vers l’amont (préparation des commandes)

  16. Importance des SI logistique :exemple WWW.baliseo.com Les BALISEO Tracers permettent de suivre les expéditions depuis la prise de commande jusqu’à la livraison, selon 3 différents niveaux de visibilité (Entrepôt, Transport, Intégrale) Utilisation possible en mode ASP Utilisation possible par le client pour suivre sa commande et vérifier son contenu

  17. Logistique - Ebusiness • Rappels SCM • Introduction et définitions • Les points clefs de l’e-logistique • Logistique amont : • Entreposage & préparation des commandes • Logistique aval : • Transport & livraison • Le dernier kilomètre ! • Conclusion

  18. Logistique amont : les obstacles • Gérer les volumes : • Si trop faible  artisanat • Gérer les pics • Accroître ses capacités est risqué (coûts fixes) • Gérer les stocks • Maîtriser la sécurité : • Vols organisés • Bris et casses

  19. Entreposage : les activités • Les activités de base : • Réception des produits et contrôle • Enregistrement des entrées • Stockage • Déstockage en fonction des commandes • Préparation de la commande • Répartition des documents et des commandes • Enregistrement de sortie des articles • La complexité vient : • Nombre de produit, de la quantité, des contrôles et du nombre de mouvements

  20. Entreposage • Gestion du ou des dépôts : • Un dépôt central  Augmentation du transport • Des dépôts  Augmentation du stockage • Les SI de gestion des dépôts : • Intégration des commandes prises sur Internet • Préparation de la commande • Gestion des stocks • Accès aux statistiques • Le FCS majeur : • dans la qualité de la préparation des commandes

  21. Entreposage : La technique RFID La (Radio Frequency Identification) est une méthode pour stocker et récupérer des données à distance en utilisant des marqueurs : « radio-étiquettes ». Les radio-étiquettes peuvent être collées ou incorporées dans des produits. Les puces électroniques contiennent un identifiant de type EPC (Electronic Product Code). (source Wikipédia) Puce RFID EPC utilisée par Wal-Mart

  22. Entreposage : une technique RFID L’étiquette est activée par un signal radio de fréquence variable que le lecteur, fixe ou mobile, émet. L’étiquette transmet un signal radio en retour que le lecteur transforme en code binaire. Un dialogue s’établit permettant l’échange d’informations. Etiquette passive (type code barre) ou active (lecture / écriture)

  23. RFID : fonctionnement (http://www.awt.be) • Dès que le camion franchit le portique RFID, le stock de marchandises est automatiquement augmenté de la quantité livrée. • A l'arrivée aux caisses, inutile de vider le chariot, le contenu est comptabilisé par le portique et les quantités vendues déduites du stock. • Impact sur la sécurité IMPORTANT !

  24. Entreposage : quatre techniques • Picking : • Prélèvement des marchandise dans un entrepôt (souvent un point de vente proche du client) • Pour des références de base • Cross docking : • Plate-forme de groupage-dégroupage sans vocation de stockage qui fonctionne en flux continus • Arrivées de marchandises de N points fournisseurs, regroupement des différentes composantes destinées à un client et expédition des commandes complètes quelques heures plus tard • Demande des flux parfaitement maîtrisés

  25. Entreposage : quatre techniques • Comanufacturing : • Concerne des opérations d’assemblage ou d’intervention sur le produit • Exemple : la pose d’une carte SIM sur un téléphone portable • Copacking : • Conditionnement à façon, • Exemple : l’ensachage, la mise sous blister • Intérêts du comanufacturing et du copacking • Différencier le produit au dernier moment, • Répondre à l’augmentation continue du nombre de références, • Sous-traiter des tâches de plus en plus techniques,

  26. Logistique - Ebusiness • Rappels SCM • Introduction et définitions • Les points clefs de l’e-logistique • Logistique amont : • Entreposage & préparation des commandes • Logistique aval : • Transport & livraison • Le dernier kilomètre ! • Conclusion

  27. Logistique aval : les obstacles • Complexité administrative • TVA, Formalités douanières = Barrières d’entrées • PME cantonnées à e-ventes nationales • Incidents de livraisons • Responsabilité du vendeur : • 2 délai légaux

  28. Obstacles logistiques aval • Délai de rétraction : 7 jours à compter de la réception « sans avoir à justifier de motifs ni à payer de pénalités, à l’exception, le cas échéant, des frais de retour » art. L121-20

  29. Obstacles logistiques aval • Délai livraison de 30 jours « à compter du jour suivant celui où le consommateur a transmis sa commande »

  30. Obstacles logistiques aval • Délais livraison doivent être indiqués • Au-delà du délai le marchand doit • Proposer un nouveau délai • Rembourser dans les 30 jours

  31. Le coût du dernier Kilomètre • Distribution adressée : • « livraison d’un produit à une adresse indiquée par le client final » • Deux modalités : • Remise au client • Remise dans un point relai

  32. Le coût du dernier Kilomètre • Dans le processus de livraison : • Passage de flux massifs : B2B • A des flux éclatés : B2C • Le coût du dernier Km représente 23% du total du coût de livraison • Le coût du dernier KM : • Livraison • Paiement • Échec de livraison • Retour de marchandise

  33. Les modes de livraison • Livraison à domicile • Sans RDV • Avec RDV • Livraison en point relais • Livraison en consigne

  34. Livraison à domicile sans RDV • Un acteur principale : La Poste • Coliposte • Chronoposte • Principe de l’avis de passage • Deuxième chance : • Bureau de poste (voir point relais) • Inconvénients : • Surcoût en cas d’absence • Qualité du service

  35. Organisation du groupe La Poste le métier Colis / Express représente avec près de 3,5 milliards € de CA, 19 % de l’activité du Groupe La Poste est 1er en France, 2ème en Allemagne et 4ème en UK ColiPoste, l’opérateur interne, spécialiste de la livraison aux particuliers GeoPost, la holding regroupant les filiales françaises

  36. Livraison à domicile avec RDV • Exemple de processus pour un cybermarché : • Prise de RDV intégré au processus de commande • Pilotage de la préparation en fonction du RDV • Transport internalisé ou externalisé • Les inconvénients : • Coût de la prise de RDV (2€ par appel) • Coût de la livraison • Coût de la re-présentation non totalement évité • Organisation des tournées : • Tout le monde veut le créneau 18h-22h

  37. Coût domicile Versus Point relais Source d4Hauteville, univ Paris dauphine, 2005

  38. Livraison point relais • S’affranchir du dernier kilomètre : • Limiter les coûts de transport • Et les transférer aux clients ! • Tenir compte des contraintes de circulation en centre ville • Éviter de chercher l’adresse • Le client est prévenu par mail, sms, … • Les problèmes posés : • Horaire d’ouverture • Capacité de stockage limité • Dans le cas de la boulangerie de quartier • Déplacement du client

  39. Un acteur majeur : Kiala • Kiala : leader en europe • 20.6 millions € de CA en 2005 • 26% de croissance / 2004 • 4 années d’existence • Origine Belgique – Luxembourg • Les principes : • Des partenariats : camif, cdiscount, Alapage • Un suivi du colis via internet • Livaison dans : boulangerie, cyber-café, … • Retour de marchandise et paiement possible

  40. Livraison en consigne • Livraison B2B ou B2C • D’un fournisseur vers une consigne • Entre consignes • Protection des consignes : • Code barre de la commande ou carte personnelle • Code secret • Demande un SI performant : • Suivi des colis • Que pour les agglomérations importantes • Taille critique

  41. Consigne : un acteur : E-box • Services proposés aux particuliers : • Réception de tous les colis quelque soit le transporteur. • Coffre est accessible au livreur même sans le client • Information de la livraison par e-mail et SMS • Accès 24h / 24 • Sécurité • Agence de consigne : • Entièrement informatisée

  42. Processus de livraison E-Box • Contrat pour un particulier • 2 à 3 € par livraison • Frais de dossier • Procuration pour les recommandés • Attribution d’une carte personnelle • Livraison • Dans l’agence commerciale de Paris • Ou par un distributeur agréé e-box • Prise des colis par le client dans une des agences automatiques • Source : http://www.e-box.fr/

  43. Mode de livraison alternatif • Sur le lieu de travail • A domicile dans un « frigidaire » • Porte vers l’extérieur avec code • Porte vers l’intérieur • Exemple : Tesco (leader de la distribution en UK) • Drive in • Exemple : supermarché via Internet

  44. Logistique - Ebusiness • Rappels SCM • Introduction et définitions • Les points clefs de l’e-logistique • Logistique amont : • Entreposage & préparation des commandes • Logistique aval : • Transport & livraison • Le dernier kilomètre ! • Conclusion

  45. Dans tous les cas : pollution • L'augmentation des besoins de mobilité des personnes et des biens a pour conséquence une consommation de plus en plus importante d'énergie, et fait du secteur des Transports le principal responsable de la croissance des émissions de gaz à effet de serre et le responsable de rejets importants de polluants dans l'atmosphère. • En effet le secteur des Transports c'est : • 35 % de la consommation totale d'énergie en France (50 % de l'énergie est consommée en ville) et 60 % des importations de pétrole, • 69 % des émissions de Nox (oxydes d'azote), • 64 % des émissions de CO (monoxyde de carbone), • 49 % des émissions de COV (composés organiques volatiles), • 33 % des émissions de particules en suspension, • 33 % des émissions de CO2 (gaz carbonique). • Source ADEME Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie

  46. Dans tous les cas : responsabilités ! • Le champ de responsabilité : il s’agit de toutes les « obligations » (sécurité de la transaction, des produits, du conditionnement, de livraison etc.) quel que soit le « prestataire de service » (fabricant, logisticien, transporteur etc.). • les risques pour les @vendeurs : • l’accroissement des budgets de contentieux ; • la charge d’établir la preuve de la faute s’il veut se retourner contre un partenaire ; • une différenciation des régimes de responsabilité en fonction des modes de distribution et par conséquent une discrimination entre professionnels opérant sur le même marché mais usant de canaux différents • un déséquilibre entre acteurs sur le marché européen en fonction du pays où opère le marchand ; • un risque de délocalisation des entreprises dans un pays voisin, européen ou non. • source :« le défi logistique du commerce électronique » Sénat 2004

  47. Les textes sur la responsabilité Responsabilité du transporteur ou du sous-traitant • Code civil art. 1604 … • Code de commerce art. L133-1 • Décret n° 99-269 : contrat spécifique