INSTITUTIONS ET CROISSANCE  EN AFRIQUE DE L’OUEST: VERS DE NOUVELLES ALLIANCES? - PowerPoint PPT Presentation

kaden
institutions et croissance en afrique de l ouest vers de nouvelles alliances n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
INSTITUTIONS ET CROISSANCE  EN AFRIQUE DE L’OUEST: VERS DE NOUVELLES ALLIANCES? PowerPoint Presentation
Download Presentation
INSTITUTIONS ET CROISSANCE  EN AFRIQUE DE L’OUEST: VERS DE NOUVELLES ALLIANCES?

play fullscreen
1 / 14
Download Presentation
INSTITUTIONS ET CROISSANCE  EN AFRIQUE DE L’OUEST: VERS DE NOUVELLES ALLIANCES?
91 Views
Download Presentation

INSTITUTIONS ET CROISSANCE  EN AFRIQUE DE L’OUEST: VERS DE NOUVELLES ALLIANCES?

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. INSTITUTIONS ET CROISSANCE  EN AFRIQUE DE L’OUEST: VERS DE NOUVELLES ALLIANCES? Kako NUBUKPO Agrégé des Facultés de Sciences Economiques Economiste à l’Unité de Programmation Stratégique (UPS) de la Présidence de la Commission de l’UEMOA Contact :knubukpo@uemoa.int Octobre 2010

  2. PROBLEMATIQUE Reposer les termes de la relation entre institutions et croissance économique, dans le souci de construire des fondements hétérodoxes à une économie du développement post ajustement structurel. Kako NUBUKPO Octobre 2010

  3. PLAN DE PRÉSENTATION • fondements juridiques et institutionnels standard des politiques de développement; • Institutions et développement : de la nouvelle économie institutionnaliste (NIE) à l’ancien institutionnalisme (OIE)? • Cas pratique : institutions et croissance au Togo Kako NUBUKPO Septembre 2010

  4. RELATIONS ENTRE INSTITUTIONS ET CROISSANCE ÉCONOMIQUE : fondements juridiques et institutionnels standards des politiques de développement Apports de la théorie des droits de propriétés et de la nouvelle économie institutionnelle (NIE) • La théorie des droits de propriété (Alchian et Demsetz, Années 1960) a inscrit les phénomènes d’allocation des ressources, de production et d’échange, dans un contexte institutionnel et non simplement matériel et physique. En particulier, ce qui s’échange sur un marché, ce sont des droits de propriétés et non seulement des biens et services. • L’institution sera vue comme la solution optimale à des problèmes que le marché seul ne peut résoudre, dans la version de l’économie des coûts de transaction (Coase, 1960) et de la « Law and Economics». • L’institution est à la fois un dispositif de création de règles et un dispositif garantissant leur respect. La théorie néoclassique, face aux défaillances du marché, semble s’être convertie au néo-institutionnalisme. • L’institution aurait donc pour vertu de minimiser les coûts de transaction (Williamson, 1985) et d’assurer la coordination des actions des joueurs (North, 1991). • Le fameux « Getting the price right » devient « Getting the institutions right » (Rodrik, 2004). Kako NUBUKPO Septembre 2010

  5. RELATIONS ENTRE INSTITUTIONS ET CROISSANCE ÉCONOMIQUE : fondements juridiques et institutionnels standards des politiques de développement Institutions et développement dans l’optique du Consensus de Washington • Héritage évolutionniste illustré par les cinq étapes de Rostow ; • Postulat de l’existence d’un système juridique moderne, d’un système de marchés de concurrence pure et parfaite et d’un Etat juste et impartial ; • L’échec des P.A.S. (privatisation, libéralisation) n’est donc pas lié à des insuffisances conceptuelles, mais à l’absence de « bonnes institutions » dans les P.V.D ; • Solution : Prééminence de greffes institutionnelles : pour se développer, il suffit d’importer de « bonnes » institutions ; • Ceci explique l’irruption du concept de « bonne gouvernance » dans le discours de la B.M. à partir de l’An 2000, et sa conversion aux questions institutionnelles (Chang, 2006) ; • Les « bonnes » institutions seront définies comme celles qui ont cours dans les pays qui se sont développés. Elles sont donc les plus aptes et les plus adaptées au développement ; • Il y a cependant dans ce raisonnement une logique d’efficience institutionnelle dans le capitalisme qui peut se révéler tautologique : qu’est-ce qu’une bonne institution? C’est une institution qui a survécu. Pourquoi a-t-elle survécu? Parce que c’est une bonne institution. Kako NUBUKPO Septembre 2010

  6. RELATIONS ENTRE INSTITUTIONS ET CROISSANCE ÉCONOMIQUE :Institutions et développement : de la NIE à l’ancien institutionnalisme (OIE)? De la NIE à la NNIE : une amélioration de l’endogénéisation des spécificités institutionnelles? Il s’est développé la New NIE (NNIE), dont la trajectoire se rapproche de l’ancien institutionnalisme (OIE) : La NNIE utilise les méthodes de validation traditionnelles de l’économie standard (modélisation, économétrie, expérimentation) mais s’éloigne des caractéristiques du « paradigme walrasien » et de « l’ancienne économie du développement » Ainsi, pour D. North : • Les institutions sont les causes fondamentales (versus immédiates) des différentiels de croissance ; • Les institutions ont des propriétés évolutionnistes : elles sont les causes des trajectoires de long terme. Kako NUBUKPO Septembre 2010

  7. RELATIONS ENTRE INSTITUTIONS ET CROISSANCE ÉCONOMIQUE :Institutions et développement : de la NIE à l’ancien institutionnalisme (OIE)? Les thèmes de la NNIE • Confirmation empirique (économétrique) de « la primauté des institutions » sur les déterminants géographiques ou l’intégration internationale ; • Prise en compte d’une causalité institutionnelle complexe (versus simple) dans le cas du développement : pas de conversion à un « fondamentalisme des institutions » remplaçant le « fondamentalisme du marché » ; les mêmes fonctions institutionnelles peuvent être réalisées par différentes formes institutionnelles . • Circonspection à l’égard du « Consensus de Washington ». Les droits de propriétés ne sont pas l’unique source d’incitation ni la principale explication de la croissance. • Encore l’inspiration de North !: l’importance des « modèles mentaux » • L’échec des réformes fondées sur les seules réformes des « institutions formelles » Kako NUBUKPO Septembre 2010

  8. RELATIONS ENTRE INSTITUTIONS ET CROISSANCE ÉCONOMIQUE :Institutions et développement : de la NIE à l’ancien institutionnalisme (OIE)? • L’ancien institutionnalisme comme inspirateur d’une économie politique du développement post ajustement structurel, qui passe par l’élargissement du domaine de l’économie aux autres sciences humaines et sociales • La culture affecte les performances économiques ; • La prise en compte de la multiplicité des modes de coordination : marché, État, réseaux sociaux (institutions fondées sur les relations versus institutions fondées sur les règles) ; • Prise en compte des relations non contractuelles : les comportements et choix économiques sont influencés par l’histoire et la culture ; • Une place est faite pour la variété des trajectoires de croissance ; • Le marché n’est pas le mode exclusif (positif et normatif) de coordination • Complexité de la causalité institutionnelle (rendements croissants, effets inattendus…) ; • Influence du pouvoir (versus harmonie naturelle des intérêts) Kako NUBUKPO Septembre 2010

  9. RELATIONS ENTRE INSTITUTIONS ET CROISSANCE ÉCONOMIQUE :Institutions et développement : de la NIE à l’ancien institutionnalisme (OIE)? • La OIE ( rationalité fondée sur les règles, ontologie évolutionniste) conserve des conceptions originales • OIE (Commons, Veblen, Mitchell) : pas d’opposition entre institutions et marché, mais importance des institutions de marché (construction historique et sociale des marchés) ; • La OIE intègre les fonctions cognitives et politiques des institutions ; • La OIE constitue une ressource pour l’économie du développement (cf. l’utilisation de Commons par H. de Soto). • De même, les résultats obtenus par Meisel et Ould-Aoudia (2008) sur le concept de « monopole focal de gouvernance » sont très stimulants et relativisent le caractère incontournable de la « bonne gouvernance ». Kako NUBUKPO Septembre 2010

  10. ETUDE DE CAS DU TOGO : MÉTHODOLOGIE ET DONNÉES La méthodologie empirique retenue est empruntée des investigations empiriques de Benhua Yang (2007) qui a étudié l’effet de la démocratie sur la stabilité de la croissance sur un échantillon de 138 pays et couvrant la période 1968 à 2002. Ici, nous étudions la relation entre institutions et croissance dans un premier temps et ensuite, nous ré analysons la relation entre institutions et instabilité de la croissance. • L’indicateur des institutions politiques utilisé est l’indice global de démocratie (IGD) Elaboré par Marshall et Jaggers dans le Polity IV dataset (2002); • L’indicateur de la protection des droits de propriété retenu est le ratio (M2–M1)/M2 qui fournit une bonne approximation du Contract Intensive Money M1 représente la monnaie fiduciaire ; M2 est la monnaie et quasi monnaie (, dépôts à terme…) Kako NUBUKPO Septembre 2010

  11. ETUDE DE CAS DU TOGO : PRINCIPAUX RÉSULTATS Principaux résultats Les résultats obtenus font état d’une relation négative et significative entre l’indice global de démocratie et la croissance économique, d’une part, et entre l’indicateur de protection des droits de propriété et la croissance économique, d’autre part. D’une manière générale, les résultats de l’indicateur de protection des droits de propriété sont meilleurs (entre -0,3 et -0,4 et significatifs à 5%) que ceux de l’indice global de démocratie (entre -0,02 et -0,03 et significatifs à 1%) . Ainsi donc la nature du régime politique du Togo n’influe pas de manière importante sur la croissance de son économie. Kako NUBUKPO Septembre 2010

  12. ETUDE DE CAS DU TOGO : PRINCIPAUX RÉSULTATS • Principaux résultats • 3. En revanche, l’effet négatif de l’indicateur de protection des droits de propriété sur la croissance est plus difficile à expliquer. Ceci pourrait signifier que peu de personnes ont recours aux moyens de paiement autre que la monnaie fiduciaire, qu’elles ne disposent pas de compte d’épargne et ne font pas de dépôt à terme. • En testant l’effet de la démocratie sur la stabilité de la croissance au Togo, on obtient le résultat ci-après : Kako NUBUKPO Septembre 2010

  13. ENSEIGNEMENTS ET PERSPECTIVES Une amélioration du niveau de démocratie de 10% réduirait l’instabilité de la croissance de 0,3%. Ceci traduit l’idée selon laquelle, le déficit de démocratie accentue l’instabilité de la croissance. • 5. Nos estimations illustrent d’abord et avant tout la grande sensibilité des résultats obtenus aux modalités de construction des indicateurs (démocratie, protection des droits de propriété,…). Elles illustrent également les limites du caractère heuristique des grandes bases de données pour l’appréhension fine des relations causales entre différentes variables qualitatives. Plus que jamais, le défi méthodologique est grand pour les économistes du développement et des institutions! Kako NUBUKPO Septembre 2010

  14. MERCI Kako NUBUKPO Septembre 2010