insuffisance cardiaque et valvulopathies l.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
INSUFFISANCE CARDIAQUE ET VALVULOPATHIES PowerPoint Presentation
Download Presentation
INSUFFISANCE CARDIAQUE ET VALVULOPATHIES

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 83

INSUFFISANCE CARDIAQUE ET VALVULOPATHIES - PowerPoint PPT Presentation


  • 2553 Views
  • Uploaded on

INSUFFISANCE CARDIAQUE ET VALVULOPATHIES. INSUFFISANCE VENTRICULAIRE GAUCHE. Définition : Incapacité du VG à assurer le débit sanguin nécessaire aux besoins métaboliques et fonctionnels des différents organes. L’IVG se complique au terme de son évolution d’insuffisance cardiaque droite.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'INSUFFISANCE CARDIAQUE ET VALVULOPATHIES' - julianne


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
insuffisance ventriculaire gauche
INSUFFISANCE VENTRICULAIRE GAUCHE
  • Définition : Incapacité du VG à assurer le débit sanguin nécessaire aux besoins métaboliques et fonctionnels des différents organes.
  • L’IVG se complique au terme de son évolution d’insuffisance cardiaque droite.
  • IVG+IVD=Insuffisance Cardiaque Globale.
  • Prévalence en Europe : entre 0.4 et 2% de la population
slide3

CARDIOPATHIES ISCHEMIQUES

  • CARDIOPATHIES VALVULAIRES
    • Rétrécissement aortique
    • Insuffisance mitrale
    • Insuffisance aortique
    • Rétrécissement mitral
  • CARDIOPATHIE HYPERTENSIVE
  • MYOCARDITES
  • CARDIOPATHIES TOXIQUES
    • Anthracyclines
    • Alcool
  • CARDIOPATHIES CONGENITALES
  • CARDIOPATHIES INFILTRATIVES
    • Amylose
    • Sarcoïdose
    • hémochromatose
slide5

DC (l/min) = FC X VES

  • IC (l/min/m2)= DC/SC
  • Levolume d’éjection systolique dépend de
    • La précharge (loi de Starling)
    • La postcharge
    • L’inotropisme
slide6

Mécanismes d’adaptation cardiaque à l’IVG

    • Hypertrophie ventriculaire gauche
    • Dilatation cardiaque
    • Stimulation noradrénergique
    • Sécrétion de facteur natriurétique auriculaire
  • Mécanismes d’adaptation périphérique
    • Stimulation du système rénine-angiotensine-aldostérone (SRAA) rétention hydrosodée

oedèmes périphériques et pulmonaire.

    • Vasoconstriction artériolaire périphérique (perfusion du cerveau, et du cœur au détriment des perfusions rénale, musculaire et cutanée.
slide7

Signes fonctionnels

    • Dyspnée d’effort
    • Orthopnée
    • OAP (état asphyxique brutal, nocturne, précédé d’une sensation de grésillement laryngé, avec expectoration mousseuse rosée. Patient assis au bord du lit, en sueurs polypnéique, oppression thoracique.
    • Toux/hémoptysie
    • asthénie
slide8

CLASSIFICATION DE LA NEW YORK HEART ASSOCIATION (NYHA)

    • Stade 1 : patient asymptomatique
    • Stade 2 : patient essoufflé ou fatigué pour des efforts inhabituels
    • Stade 3 : essoufflement ou fatigue pour des efforts de la vie quotidienne
    • Stade 4 : dyspnée permanente de repos et s’aggravant au moindre effort
slide9

EXAMEN CLINIQUE

    • Choc de pointe
    • Tachycardie,
    • galop (B3 protodiastolique, B4 présystolique),
    • souffle systolique d’IM fonctionnelle
    • Eclat du B2 au foyer pulmonaire signe d’HTAP
    • Epanchement pleural
    • Crépitants pulmonaires
    • Pincement des chiffres tensionnels
electrocardiogramme
Electrocardiogramme
  • Absence de signes spécifiques

* bloc de branche gauche

* surcharge ventriculaire gauche

  • Dépistage des troubles du rythme.
  • Un ECG normal possède une grande valeur prédictive négative ( >95% ) et doit en pratique faire remettre en cause le diagnostic.
slide11

Axe de QRS = 0°

  • Surcharge ventriculaire gauche

(Sokolov > 35mm,

T- en V5V6 D1VL)

  • Bloc de branche gauche incomplet
  • Hypertrophie auriculaire gauche
slide13

CARDIOMEGALIE

Index cardio-thoracique > 0.6

le peptide natriur tique b
Le peptide natriurétique B
  • Initialement mis en évidence dans le cerveau , d’où son nom: Brain Natriuretic Peptide.
  • Secrété quasi exclusivement par les myocytes ventriculaires sous forme d’un précurseur: le pro-BNP clivé secondairement en BNP et séquence N-terminale.
  • Le principal stimulus de synthèse puis de sécrétion est l’étirement des myocytes.
  • Bonne corrélation entre le taux de BNP et la sévérité clinique de l’insuffisance cardiaque.
echocardiographie
ECHOCARDIOGRAPHIE
  • Orientation étiologique et bilan de sévérité de la maladie
  • Evaluation de la fonction VG globale (dilatation ? Hypertrophie ? Fraction de raccourcissement, fraction d’éjection), cinétique segmentaire
  • Recherche d’une valvulopathie et évaluation de sa sévérité
  • Evaluation de la PAPS
insuffisance cardiaque droite
INSUFFISANCE CARDIAQUE DROITE
  • SIGNES CLINIQUES :
    • Turgescence jugulaire
    • RHJ
    • OMI
    • Hépatalgie d’effort
    • Hépatomégalie
  • ETIOLOGIES :
    • Insuffisance cardiaque gauche+++
    • Cœur pulmonaire chronique post-embolique/EP
    • Tamponnade (aigu)
    • Insuffisance respiratoire chronique
    • Valvulopathies isolées du cœur droit
    • Cardiopathies congénitales.
slide20
Surveillance du poids : peser les patients +++
  • Restriction hydro sodée.
  • Arrêt alcool et tabac.
  • Activité physique / entraînement à l’effort.
  • Compliance thérapeutique.
  • Médicaments déconseillés: AINS, antiarythmiques de classe I, anticalciques, corticoïdes, lithium, antidépresseurs tricycliques.
slide21

Inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (IEC)

    • Chez tous les patients avec FEVG<45%
    • A doses croissantes
    • Effets indésirables : Toux sèche, hypotension, insuffisance rénale, hyperkaliémie, angio-oedème
    • CI : sténose bilatérale des artères rénales, ATCD d’œdème de Quincke sous IEC
slide22

Diurétiques

    • Ils sont indispensables dans le traitement de la rétention hydro sodée.
    • Ils doivent être administrés en association aux IEC à la posologie minimale efficace.
    • Les diurétiques de l’anse sont les plus efficaces et gardent leur efficacité en cas d’insuffisance rénale.
    • Les thiazidiques ont un effet synergique et peuvent être associés dans les formes sévères
slide24
Les bêta bloquants sont recommandés chez tous les patients (classe II à IV de la NYHA) en insuffisance cardiaque stable légère, modérée ou sévère, ischémique ou non, avec FEVG diminuée.
  • En association avec diurétiques et IEC.
  • Bisoprolol (Soprol®, Cardensiel®), carvédilol (Kredex®), succinate de métoprolol (Selozok®), nébivolol (Témérit®, Nébilox®)
slide25
Antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II
    • Ils constituent une alternative aux IEC.
    • En association avec les IEC, ils semblent avoir un effet synergique.
    • Comme pour les IEC, les doses s’étant montrées efficaces dans les essais thérapeutiques doivent être utilisées.
    • Candésartan (Atacand®), valsartan (Tareg®)
slide26
Les digitaliques ont un effet neutre sur la mortalité de l’insuffisance cardiaque.
  • Ils peuvent être utilisés en cas de fibrillation auriculaire pour ralentir la cadence ventriculaire.
  • L’association de digitaliques et de bêtabloquants serait plus efficaces que chaque agent isolément.
slide30

Hospitalisation en USIC

  • Oxygénothérapie nasale au masque HC +/- VNI
  • Monitoring cardio-tensionnel
  • Pose d’une ou plusieurs VVP
  • Diurétiques de l’anse type Lasilix® ou Burinex® IV +/- Soludactone ®
  • Dérivés nitrés type Risordan ® IVSE
  • Surveillance : Saturation en O2, diurèse des 24H, poids, PA, FC, kaliémie, créatininémie GDS, RP.
valvulopathies
1. RETRECISSEMENT AORTIQUE

2. INSUFFISANCE AORTIQUE

3. INSUFFISANCE MITRALE

4. RETRECISSEMENT MITRAL

VALVULOPATHIES
physiopathologie du rao
Physiopathologie du RAo
  • Orifice aortique normal : 3cm2.
  • RA: diminution de la surface aortique avec création d’un obstacle à l’éjection VG et d’un gradient systolique VG-Ao
  • Ra serré : surface < 0.5 cm2 / m2 sc et gradient > 50 mm Hg si débit conservé.
  • Création d’une hypertrophie VG avec altération des propriétés diastoliques puis systoliques
  • Ischémie myocardique par augmentation des besoins (HVG) et baisse des apports
etiologie du r tr cissement aortique
Etiologie du rétrécissement aortique
  • RAo dégénératif ou maladie de Mönckeberg. Le plus fréquent.
  • Bicuspidie aortique. Fréquence d’un anévrysme de l’aorte ascendante associé.
  • Rhumatismal. Sténose rarement pure. Atteinte mitrale souvent associée.
  • Congénital: valvulaire , sous-valvulaire, sus-valvulaire.
circonstances de d couverte
Circonstances de découverte
  • Examen systématique.
  • Devant un symptôme d’effort : dyspnée, angor, syncope ou lipothymie, qui témoigne du caractère serré du RAo.
  • Devant une insuffisance cardiaque ou une autre complication.
diagnostic du rao
Diagnostic du RAo
  • Il est clinique basé sur l’auscultation et repose sur l’audition du SS éjectionnel.
  • Mésosystolique , il irradie aux vaisseaux du cou et se renforce après les diastoles longues.
  • Rude , râpeux souvent musical, il peut prédominer au foyer aortique mais aussi à l’endapex.
  • On peut aussi noter un click protosystolique, un petit SD et un B4.
  • En faveur du caractère serré: son caractère frémissant en cas de RA pur, une abolition du B2 ou un dédoublement paradoxal du B2 en l’absence de BBG.
echocardiogramme dans la rao
Echocardiogramme dans la RAo
  • Confirme un diagnostic clinique: épaississement ou calcification des valves dont l’ouverture est diminuée.
  • Apprécie le degré: gradient et surface (équation de continuité ou planimétrie en ETO).
  • Donne des renseignements étiologiques.
  • Apprécie le retentissement VG ( hypertrophie, fonction systolique et diastolique).
  • Recherche une valvulopathie associée et ou une pathologie de l’aorte ascendante.
exploration invasive
Exploration invasive
  • Le cathétérisme cardiaque est actuellement rarement pratiqué : en cas de doute sur le degré du RAo après l’echo.
  • Mesure du gradient , du débit cardiaque et de la surface aortique (Gorlin).
  • Coronarographie en cas d’angor, d’âge > 50 ans et ou facteurs de risque.
diagnostic de s v rit
Diagnostic de sévérité
  • Symptomatologie fonctionnelle d’effort.
  • Abolition du B2, Insuffisance cardiaque.
  • Calcifications importantes.
  • Hypertrophie VG en l’absence d’HTA.
  • Gradient VG-AO > 50 mmHg.
  • Surface Ao echo ou hémodynamique < 0.5 cm2 / m2 sc
histoire naturelle du rao
Histoire naturelle du RAo

Ross et Braunwald. Circulation. 1968; 38 Suppl V:6

bilan pr op ratoire
Bilan pré opératoire
  • Interrogatoire et examen clinique:

-Y a-t-il une pathologie associée?

  • Recherche de foyers infectieux:

-Bilan ORL et stomatologique

  • Echocardiographie:

-Y a-t-il une pathologie cardiaque associée?

  • Echo-doppler TSA
  • Coronarographie

-Lésions coronaires associées?

g n ralit s
Généralités
  • 3 Etiologies=

-Maladie Annulo-éctasiante,

-Bicuspidie

-endocardite bactérienne

  • Anévrysme de l’aorte ascendante = lésion souvent associée en cas de bicuspidie
complications
Complications
  • Insuffisance Cardiaque
  • Endocardite bactérienne
  • Dissection aortique
  • Mort subite
diagnostic
Diagnostic
  • Dyspnée
  • Souffle diastolique aortique
  • hyperpulsatilité artérielle
  • Elargissement de la différentielle tensionnelle
diagnostic57
Diagnostic
  • ECGHypertrophie VG
  • Radiographie de thorax=dilatation du VG
  • Echocardiographie Trans thoracique ++

-Confirmationetquantificationde la fuite

-Évaluation du retentissement VG

-Lésions associées ? Anévrysme de l’aorte ascendante ?

  • Scanner et /ou IRMétude de l’aorte initiale si difficultés échographiques
traitement
Traitement
  • Fuite sévère symptomatique:

-Pas de traitement médical

-Traitement chirurgical= Remplacement valvulaire

  • Fuite sévère asymptomatique = IEC
  • Fuite modérée

-Prophylaxie de l’endocardite bactérienne+++

-Surveillance régulière

indications chirurgicales dans l iao chronique asymptomatique
Indications chirurgicales dans l’IAo chronique asymptomatique
  • Dysfonction VG: FE < 50%.
  • Dilatation VG: DTD > 70 – 75 mm, DTS > 50 – 55mm ou 25 mm/m2 .
  • Diamètre du culot aortique > 50 – 55 mm ou > 1.3 normale dans le Marfan surtout si une intervention conservatrice est possible.
  • Lésions associées.
insuffisance mitrale65
Insuffisance mitrale
  • Conséquence de la perte d’étanchéité de l’orifice mitral, elle se caractérise par un reflux anormal de sang du ventricule gauche dans l’oreillette gauche pendant la systole.
  • Valvulopathie actuellement la plus fréquente après la sténose aortique.
etiologie de l im
Etiologie de l’IM
  • Im organique.
    • Dégénérative ou dystrophique.
    • Infectieuse.
    • Rhumatismale.
    • Ischémique
    • Autres: congénitale, CMO, calcification de l’anneau, myxome, lupus, traumatique.
  • Im fonctionnelle: maladie du ventricule
prolapsus valvulaire mitral
Prolapsus valvulaire mitral
  • Bombement systolique d’une partie de la valve mitrale en arrière du plan de l’anneau, responsable ou non d’une fuite de volume variable.
  • Valves myxoïdes, redondantes.
  • ECG: troubles de la repolarisation en D2,D3,VF; hyperexcitabilité ventriculaire.
  • Risque d’EI.
circonstances de d couverte69
Circonstances de découverte
  • Examen systématique.
  • Signes fonctionnels tardifs.
    • Asthénie
    • Dyspnée d’effort ou de décubitus
    • Palpitations
  • Complications : IVG, AC/FA, embolies.
examen clinique
Examen clinique
  • Palpation
    • Choc de pointe en place ou dévié en bas et en dehors en cas de dilatation VG.
    • Parfois frémissement systolique.
  • Auscultation
    • Souffle holosystolique, apexien, en jet de vapeur, ne se renforçant pas après les diastoles longues.
    • Irradie classiquement dans l’aisselle, mais dans les atteintes de la petite valve a une irradiation ascendante vers la base.
    • En cas de fuite volumineuse : B3 roulant, EB2 au foyer pulmonaire témoignant d’une HTAP.
diagnostic71
Diagnostic
  • ECG ACFA, Surcharge auriculaire gauche, Signes d’atteintes VG (HVG, Ondes Q….)
  • Radiographie de thorax=dilatation du VG
  • ETT +/- ETO

-Confirmation et quantification de la fuite

-Faisabilité d’une réparation chirurgicale (plastie)

-Évaluation du retentissement VG

-Lésions associées ?

traitement74
Traitement
  • Fuite sévère symptomatique:
    • Pas de traitement médical
    • Traitement chirurgical = Réparation ou Remplacement valvulaire
  • Fuite sévère asymptomatique = IEC
  • Fuite modérée
    • Prophylaxie de l’endocardite bactérienne+++
    • Surveillance régulière
indications op ratoires dans l insuffisance mitrale
Indications opératoires dans l’insuffisance mitrale
  • Patients symptomatiques.
  • FEVG < 60%
  • DTS VG > 45 mm
  • Fibrillation auriculaire.
  • HTAP > 50 mmHg au repos ou > 60mmHg à l’effort.
  • IM volumineuse et forte probabilité de pouvoir réaliser un geste conservateur: influence des lésions,de l’expérience de l’équipe chirurgicale et de l’âge.
g n ralit s77
Généralités
  • Rare en occident
  • rhumatisme articulaire aigu
diagnostic78
Diagnostic
  • SYMPTOMES
    • Dyspnée
    • Roulement diastolique mitral
  • ECG
    • ACFA, Surcharge auriculaire gauche,
  • ETT +/- ETO
    • Confirmationetquantificationde la sténose
    • Faisabilité d’une réparation percutanée ou chirurgicale (plastie)
    • Lésions associées ?
complications79
Complications
  • Insuffisance Cardiaque
  • Embolies périphériques
  • Endocardite bactérienne
  • Mort subite
traitement81
Traitement
  • Sténose sévère symptomatique:
    • Pas de traitement médical
    • Plastie percutanée
    • Traitement chirurgical= Réparation ou Remplacement valvulaire
  • Sténose modérée
    • Prophylaxie de l’endocardite bactérienne+++
    • Surveillance régulière
slide82

CARDIOPATHIES à RISQUE d’EI

Groupe A :

HAUT RISQUE

Groupe B :

RISQUE MOINS élevé

  • Prothèses valvulaires (mécaniques, homogreffes ou bioprothèses).
  • Cardiopathies congénitales cyanogènes non opérées et dérivations chirurgicales (pulmonaire-systémique).
  • Antécédents d‘EI
  • Valvulopathies : IA, IM, RA*,
  • PVM* avec IM et/ou épaississement valvulaire
  • Bicuspidie aortique
  • Cardiopathies congénitales non cyanogènes sauf CIA*
  • Cardiomyopathie hypertrophique obstructive (avecsouffle)

*IA : insuffisance aortique; IM : insuffisance mitrale; RA : rétrécissement aortique; PVM: prolapsus de la valve mitrale; CIA : communication interauriculaire.

slide83

Antibioprophylaxie avant geste dentaire et sur voies aériennes supérieures

  • Soins ambulatoires: 1 heure avant le geste
      • Pas allergie amoxicilline 3 g per os
      • Si allergie pristinamycine 1 g per os
          • clindamycine 600 mg per os
  • Sous AG
      • Amoxicilline 2 g IV (30 mn) + 1 g per os 6 heures plus tard
      • Si allergie: vancomycine 1 g IV (perf ≥ 60 mn) sans 2 ème dose
          • teicoplanine 400 mg IV sans 2 ème dose