Logique et raisonnement scientifique - PowerPoint PPT Presentation

jaafar
logique et raisonnement scientifique n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Logique et raisonnement scientifique PowerPoint Presentation
Download Presentation
Logique et raisonnement scientifique

play fullscreen
1 / 26
Download Presentation
Logique et raisonnement scientifique
93 Views
Download Presentation

Logique et raisonnement scientifique

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Logique et raisonnement scientifique Un retour à l’histoire

  2. Aristote et la science • La science établit des propositions universelles • La science est causale • La science est démonstrative

  3. Seconds Analytiques, Organon IV • Est une la science qui est celle d’un genre un, tout ce qui est constitué des éléments premiers du genre c’est-à-dire de ses parties ou de leurs propriétés par soi. Une science est distincte d’une autre quand leurs principes n’ont pas d’origine commune ou que ceux de l’une ne viennent pas de ceux de l’autre. Un signe en est donné quand on en arrive aux indémontrables; il leur faut en effet appartenir au même genre que ce qui est démontré; et un signe de cela est donné quand les conclusions démontrées à travers ces indémontrables sont dans le même genre c’est-à-dire homogènes. (chap 28)

  4. Aristote et la logique • Théorie du syllogisme • 1ère figure : BARBARA, CELARENT, DARII, FERIO • 2ème figure : CESARE, CAMESTRES, FESTINO, BAROCO • 3ème figure : DARAPTI, FELAPTON, DISAMIS, DATISI, BOCARDO, FERISON • 4ème figure : BAMALIP, CALEMES, DIMATIS, FESAPO, FRESION

  5. Le syllogisme aristotélicien • Tous les hommes sont mortels • Socrate est un homme • Donc Socrate est mortel • moyen : homme • majeur :mortel • mineur : Socrate

  6. Figures du syllogisme • Tout M est P • Quelque S est M • Donc quelque S est P (xM P) & (yS M)  (yS  P) 1ère figure (xP M) & (yS M)  (yS  P) 2ème figure (xM P) & (yM S)  (yS  P) 3ème figure (xP M) & (yM S)  (yS  P) 4ème figure

  7. Types de propositions • A : universelle affirmative (tout X est M) • E : universelle négative (aucun X n’est M) • I : particulière affirmative (quelque X est M) • O : particulière négative (quelque X n’est pas M)

  8. … ah! Barbara, comme il pleuvait fort sur Brest ce jour là… • B • A Tout M est S (universelle affirmative) • R • B • A Tout X est M (universelle affirmative) • R • A Tout X est S (universelle affirmative) • NB : le moyen est sujet de la majeure et prédicat de la mineure

  9. celarent • C • E Aucun M n’est S (universelle négative) • L • A Tout X est M (universelle affirmative) • R • E Aucun Xn’est S (universelle négative) • N • T

  10. Logique indienne (à partir du 2ème siècle) • Proposition : il y a du feu sur la montagne • Raison : parce qu’il y a de la fumée sur la montagne • Exemple : comme dans une cuisine, et pas sur un lac • Application : il en est ainsi • Conclusion : donc il y a du feu

  11. La dialectique • De Sophisticis Elenchis : Les Réfutations Sophistiques (dernier livre de l’Organon) • La logique aristotélicienne n’est pas née d’une simple analyse du langage, mais de la pratique du débat dialectique • D’où : similarité avec la tradition indienne et bouddhique (Nagarjuna)

  12. Les 13 types de sophismes selon Aristote • 1ère sous-liste : les sophismes dépendant du langage • 2ème sous-liste : les sophismes non dépendant du langage NB : idée que la logique a à s’affranchir des « pièges » du langage (future démarche de Frege, Russell…)

  13. Sophismes dépendant du langage • Ambiguïté • Amphibolie • Compositions • Divisions • Mauvaise accentuation • Forme d’expression « double arrangement » ce qui est vrai d’une partie est attribué à tort de la totalité (ou l’inverse) ?? Figures de rhétorique…

  14. Sophismes ne dépendant pas du langage • Accident • Utilisation de mots dans l’absolu ou sous un certain rapport (secundum quid) • Erreur de réfutation • Pétition de principe (petitio principii) • Affirmation du conséquent • Non cause vue comme cause • Plusieurs questions en une

  15. Accident et Secundum Quid • Mélange de qualités essentielles et de qualités accidentelles • Ce chien est votre • Ce chien est père • Ce chien est votre père • Procéder de manière non valide du particulier au général • Tout ce que tu as acheté hier, tu le mangeras demain • Hier, tu as acheté de la viande crue • Donc demain tu mangeras de la viande crue

  16. Erreur de réfutation • Croire qu’on a démontré une chose alors qu’on en a démontré une autre • Cas typique : attaque ad hominem

  17. Pétition de principe • « retourner avec de nouveaux mots vers la même chose que celle qui, à l’origine, était motif de la dispute » • L’âme est immortelle parce qu’elle ne meurt jamais • La Terre se meut parce que le Ciel est immobile • de p, on déduit p

  18. Affirmation du conséquent • Les Parisiens prennent le métro chaque jour, • Paul prend le métro chaque jour, donc c’est un Parisien ou: • Les Parisiens prennent le métro chaque jour, • Paul n’est pas parisien, donc il ne prend pas le métro chaque jour

  19. Affirmation du conséquent-2 • Elle apparaît parce que les gens supposent que la relation de conséquence est réversible. Parce que quand, en supposant que A est, B nécessairement est, ils supposent que si B est, alors A nécessairement est. • {A  B, B} |= A • {A  B, A} | B

  20. Non cause vue comme cause • Se représenter comme causes des choses qui ne sont pas des causes, sur la base du fait qu’elles apparaissent en même temps, voire avant l’évènement en question. Ils supposent que, parce que B arrive après A, B arrive parce que A

  21. Plusieurs questions en une • Avez-vous cessé de battre votre père? • Hamblin (Fallacies, p. 216) : deux types de questions : • les questions sûres, (les réponses possibles forment un ensemble d’alternatives exclusives les unes des autres et recouvrant toutes les possibilités de réponse) • Ex : habites-tu à Paris, en banlieue ou en province ? : ?(P, B, V) • les questions risquées, qui sont les autres. • Si A représente : Jean avait l’habitude de battre sa femme et B : Jean bat actuellement sa femme, alors AB représente : Jean a cessé de battre sa femme (ou bien notons-le aussi A – B) et AB représente : Jean continue de battre sa femme (ou bien notons-le aussi A.B). Ce qui fait que la question se représente par : ?(A–B, A.B). • La question n’est pas alors une question sûre car A–B  A.B  T. En effet A–B  A.B = A (autrement dit la présupposition).

  22. Maintenir la cohérence du discours • Jeu de l’obligatio: • (1) B  (A  C) • (2) A  B • (3)  B  C

  23. B (A  C) NON OUI

  24. B (A  C) NON OUI A  B NON OUI Tu perds!

  25. B (A  C) NON OUI A  B NON OUI OUI NON Tu perds!

  26. B (A  C) NON OUI A  B NON OUI OUI NON Tu perds! OUI OUI NON NON Tu perds! Tu perds! B  C