Raisonnement et rationalité - PowerPoint PPT Presentation

raisonnement et rationalit l.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Raisonnement et rationalité PowerPoint Presentation
Download Presentation
Raisonnement et rationalité

play fullscreen
1 / 178
Raisonnement et rationalité
192 Views
Download Presentation
huy
Download Presentation

Raisonnement et rationalité

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Raisonnement et rationalité

  2. 3 types de traitement: descriptif - ce qu’on fait et comment on le fait (processus) normatif - comment on devrait faire évaluatif - si ce qu’on fait correspond à ce qu’on devrait faire Tradition rationaliste fondée sur les principes de la logique

  3. Espace d’un problème: l’ensemble de l’état initial, de l’état final ou état but (solution) et des opérateurs qui définissent les contraintes à l’intérieur desquelles le problème peut être résolu

  4. Problèmes dont l’espace est strictement défini (par exemple, problème des cannibales et des missionnaires): se résolvent via des algorithmes ou séquences d’opérations cognitives qui conduisent à la solution avec certitude Problèmes dont l’espace n’est pas strictement défini (par exemple, partie d’échecs ou diagnostic médical): se résolvent via des heuristiques, qui ne garantissent pas la solution mais dont l’expérience nous apprend que la solution peut être atteinte avec une probabilité supérieure à celle du hasard

  5. Point de vue pessimiste sur la rationalité humaine: a émergé au début des années 70(inspiré des travaux de Amos Tversky, Daniel Kahneman)les gens raisonnent et prennent des décisions de telle sorte qu’ils violent les règles familières de la rationalité — étude des heuristiques et des biais de raisonnement

  6. Les gens ordinaires ne possèdent pas la compétence rationnelle nécessaire pour traiter certaines tâches de raisonnement et exploitent alors une série de heuristiques qui entraînent des biais de raisonnement (raisonnements qui vont à l’encontre de règles logiques)supposition: les règles de raisonnement dérivent de théories formelles (la logique, la théorie des probabilités, et la théorie de la décision)

  7. Il faut notamment tenir compte des facteurs sociaux et émotionnels qui peuvent influencer la rationalité humaine. L'apparition et la disparition d'erreurs ou de biais de raisonnement pourrait dépendre de ces facteurs. Illustration: le paradigme de décision "vie ou mort" de Tversky et Kahneman (1981), ou le « problème de la maladie asiatique », mettant en évidence des effets de « framing ».

  8. Dans ce paradigme, les sujets sont confrontés à un grave problème de choix face à une situation où un certain nombre de personnes sont infectées par une maladie mortelleIls doivent choisir entre deux plans de traitement disponibles suivant leur préférence pour les issues respectives, déterministe dans un cas et probabiliste dans l'autre (issue certaine ou risquée, respectivement)

  9. L'issue déterministe conduira à la survie certaine d'un tiers des patients, tandis que l'issue probabiliste résultera dans la probabilité d'un tiers que le groupe complet des patients survivra et la probabilité de deux tiers que personne ne survivra

  10. Dans l'une de leurs expériences initiales, Tversky et Kahneman ont fait référence dans leur problème à 600 patients hypothétiques anonymes« Imaginez que les Etats Unis se préparent à l’occurrence d’une maladie asiatique inhabituelle, dont on s’attend à ce qu’elle tue 600 personnes. Deux programmes alternatifs pour combattre la maladie ont été proposés. Supposez que les estimations scientifiques exactes des conséquences sont comme suit:Si le Programme A est adopté, 200 personnes seront sauvées.Si le Programme B est adopté, il y a une probabilité d’un tiers que les 600 personnes seront sauvées et une probabilité de deux tiers que personne ne sera sauvé.Lequel des deux programmes favoriseriez-vous? »

  11. Description différente du même problème:Si le Programme C est adopté, 400 personnes mourront.Si leProgramme D est adopté, il y a une probabilité d’un tiers que personnes ne mourra et une probabilité de deux tiers que les 600 personnes mourront.Lequel des deux programmes favoriseriez-vous?

  12. Lorsque les choix étaient exprimés positivement en termes du nombre de personnes qui pourraient être sauvées, 72% des sujets ont choisi l'issue déterministe En revanche, lorsque le choix était exprimé négativement en termes du nombre de personnes qui iraient mourir, 78% des sujets ont choisi l'issue probabiliste (risquée)

  13. Ce renversement dans les préférences de choix viole le principe d'invariance de description de la théorie rationnelle du choix, suivant lequel des descriptions différentes des mêmes issues des choix devraient conduire au même ordre de préférence « vies sauvées » ou « vies perdues » aversion de la perte, en particulier de la perte de vie humaine mais ce qui compte comme un gain ou une perte dépend du taux de base et de la formulation (mode d’expression) sémantique

  14. Le « framing » positif conduit les sujets à percevoir les résultats comme des gains (aversion du risque) et le « framing » négatif à les percevoir comme des pertes (recherche du risque) Kahneman & Tversky (1979):entre le choix d’un gain sûr de $3000 et une probabilité .80 de gagner $4000, 80% des sujets choisissent le premierentre le choix d’une perte sûre de $3000 et une probabilité .80 de perdre $4000, 92% des sujets choisissent le second

  15. Cet effet de « domaine » (gain ou perte) est un phénomène distinct de celui du « framing »Une perte de $20 peut être formulée de manière à paraître un gain (si une perte encore plus grande était attendue) mais objectivement est une perte On peut manipuler indépendamment le « framing » et le « domaine » (dans la maladie asiatique, il s’agit de menace ou perte plus ou moins grande) (dans d’autres cas il s’agit d’opportunités) Afin de créer un effet de « framing », la situation de décision doit nous permettre de voir une situation de deux perspectives différentes (un verre d’eau comme moitié vide ou moitié plein)

  16. La Théorie du « prospect » (perspective) rend compte de l’effet de « framing » de la manière suivante: percevoir un résultat comme un gain ou une perte dépend du point de référence (supposéêtre le « statu quo » au moment du choix) La fonction de valeur de préférence, ou valeur subjective, est concave pour les gains, et convexe pour les pertes Les décideurs optent pour une alternative sûre perçue comme un gain plutôt que pour une alternative risquée et l’inverse pour ce qui est perçu comme perte (optent pour perte risquée plutôt que sûre)

  17. Deux étapes dans le traitement de la situation de choix:Editing : les « prospects » sont reformulés et encodés en termes de gains et pertes; le point de référence peut varier selon la formulation Evaluation : les options sont comparées en tenant compte tant des probabilités objectives que de la fonction de valeur subjective

  18. Propriétés de la fonction de valeur subjective: • Point de référence : les déviations du PR définissent des gains et des pertes • Courbe S—> aversion du risque (gains) et recherche du risque (pertes) • Réponse aux pertes plus intense qu’aux gains correspondants

  19. Différences liées au sexe:Fagley & Miller (1990): mort, perte d’emploi, expulsion de l’école...Des effets de « framing » ont été observés chez les femmes pour 4 des 5 problèmes, mais chez les hommes pour un seul et dans le sens opposéà la fois à celui prédit par la théorie du « prospect » et observé chez les femmes

  20. Fagley & Miller (1997)vies humaines versus argentprédiction: l’effet de « framing » serait plus grand pour les vies humaines« Imaginez qu’il y a trois ans vous avez acheté une maison. Il y a six mois elle valait $36000 dollars de plus que ce que vous aviez payé. Maintenant vous êtes transféréà Chicago et vous devez la vendre. Mais le marché a baissé et la meilleure offre c’est seulement $12000 de plusDeux options:Vendre maintenant au meilleur offrant et gagner $12000Vendre à terme, avec probabilité de 1/3 de gagner $36000 et de 2/3 de ne rien gagner »Version négative: perdre au lieu de gagner

  21. Résultats:1. l’effet de « framing » n’était pas plus grand pour les vies humaines que pour l’argent 2. — dans le « framing » positif les sujets ont fait plus de choix risqués pour les vies humaines que pour l’argent (contraire à ce qui était prédit) — mêmes résultats pour le « framing » négatif (conforme à ce qui était prédit)

  22. cf. Wagenaar et al. (1988): avec « framing » négatif, plus de choix risqués en réponse à un scénario de prise d’otage d’enfants (100 enfants de maternelle) qu’à un scénario de maladie dans une île (100 vacanciers gravement atteints)La plus grande valeur attribuée aux vies des enfants aurait-elle conduit à des choix plus risqués?

  23. 3. Interaction entre formulation et sexe: le « framing » a affecté le choix chez les femmes mais pas chez les hommesLes femmes ont fait plus de choix risqués lorsque les résultats étaient formulés négativement que lorsqu’ils étaient formulés positivement

  24. Levin & Chapman (1900), utilisant 6000 (et pas 600) individus à risque, ont modifié la maladie asiatique en « nouvelle épidémie de SIDA »1/3 des sujets: l’épidémie affecterait surtout les hommes homosexuels et bisexuels et les drogués1/3: les hémophiles1/3: pas spécifiéPour les deux derniers groupes, effets habituelsGroupe 1: pas d’effet de « framing »

  25. Raisonnement influencé par des « intuitions morales » (exemple de heuristique dans le domaine des jugements moraux)Cropper et al. (1994) a démontré l’importance du « framing » moral dans le cadre très important, du point de vue moral, politique et juridique, des obligations envers les générations futures:les gens ne distinguent pas entre sauver 1 vie aujourd’hui et 45 dans 100 ansQuestions du type « choisiriez-vous un programme qui sauve 100 vies maintenant ou un nombre plus grand dans 100 ans? »

  26. La réponse pourrait dépendre de l’incertitude sur cette mort (peut-être des progrès technologiques les sauveront).D’autres types de formulation conduisent à des résultats très différents:Frederick (2003) a montré que beaucoup de gens considèrent également « mauvaise » une seule mort de pollution l’année prochaine et une seule mort de pollution dans 100 ans. Donc, les jugements moraux des gens sur les obligations envers les générations futures sont influencés par des effets de « framing »

  27. Autre question importante: est-ce que le gouvernement devrait considérer non seulement le nombre de vies mais aussi le nombre d’années de vie sauvées par les interventions de réglementation?Si on tient compte du nombre d’années de vie, un programme qui sauve des enfants devrait recevoir beaucoup plus d’attention qu’un programme similaire qui sauve des personnes âgées Est-ce immoral?

  28. Les intuitions morales dépendent d’effets de « framing » (Sunstein, 2004)Les personnes rejettent une approche qui compterait chaque personne âgée comme valant moins que ce que vaut un enfant ou un jeune. Mais si on leur demande si elles favoriseraient une politique qui sauverait 105 vieux ou 100 jeunes, beaucoup de gens préfèrent la dernière, ce qui suggère que l’on tient en compte le nombre d’années de vie à sauver

  29. Wang (1996) a réalisé une étude dans laquelle le nombre de patients anonymes hypothétiques était varié: 6, 60, 600 et 6000 Pour les groupes de 600 et 6000 les résultats de Tversky et Kahneman ont été reproduits: plus de choix déterministes lorsqu'on indiquait le nombre de personnes sauvées et de choix probabilistes lorsqu'on indiquait le nombre de personnes condamnées Cependant, pour les groupes de 6 et 60 patients, il n'y avait pas d'effet du mode d'expression verbale du problème, la majorité (relativement faible) préférant l'issue probabiliste

  30. Autre expérience de Wang, destinée à tester les fonctions sous-jacentes aux préférences de choix: la référence au groupe familial de 6 patients hypothétiques était introduite au travers de la spécification de leurs identités Dans cette expérience, indépendamment du mode d'expression verbale du problème, une claire majorité des sujets a choisi l'issue probabiliste Cependant, il y avait une différence dans la tendance à faire ce choix : 72% des sujets l'ont choisie lorsque l'issue était exprimée en termes du nombre de patients sauvés, et 94% lorsque l'issue était exprimée en termes du nombre de personnes condamnées

  31. Donc, l'expression négative a conduit à une augmentation de la nature intrinsèquement négative de la nature du problème de la vie et de la mort dans un contexte familial (sans qu'il y ait, cependant, de renversement irrationnel de la préférence en fonction du mode d'expression) En résumé, la rationalité de la décision est affectée par les relations de parenté. Lorsque la perte de vies implique des personnes apparentées, une famille, nous devenons plus probabilistes

  32. Les résultats indiqués ci-dessus ont été obtenus avec des sujets américains Wang les a reproduits avec des sujets chinois. La seule différence est que l'effet du mode d'expression verbale ne s'est pas manifesté pour le groupe de 600 patients hypothétiques, la tendance majoritaire favorisant le choix probabiliste

  33. Cette différence peut être liée à la "taille" subjective des petits groupes qui serait différente chez les américains et les chinois, étant donné les caractéristiques démographiques de la population chinoise (en particulier, plus grande taille de la famille, interactions sociales plus stables à travers les générations dans la communauté locale, faible mobilité des groupes sociaux)Le nombre de 600 personnes apparaîtrait donc moins grand pour des chinois que pour des américains

  34. Ces résultats appuient la pertinence d'une approche sociale de la rationalité La rationalité des décisions ne dépend pas seulement de la probabilité formelle et de la structure en termes de coûts et bénéfices d'un problème de choix mais aussi, et de manière déterminante, du contenu et du contexte

  35. Théorie combinant effort cognitif minimal à valeur affective (Gonzalez et al., 2004)L’effort cognitif requis pour sélectionner un gain sûr est plus petit que celui requis pour choisir un gain risqué; et celui requis pour choisir une perte sûre est égal à celui requis pour choisir une perte risqué L’effet de « framing » a lieu en raison d’une fonction d’échange entre l’effort cognitif nécessaire pour calculer les valeurs d’une alternative (quand c’est coûteux, on a moins tendance à choisir) et sa valeur affective (on choisit moins si elle est négative)

  36. Résultats: les participants ont préféré des gains sûrs à des gains risqués et des pertes risquées à des pertes sûres fMRI: moins d’activité lors du choix d’un gain sûr (comparéà risqué) et même activité pour le choix de perte sûre ou risquée temps de réaction pour choisir dans les « framing » négatifs (formulés en termes de perte) plus longs que dans les « framing » positifs (formulés en termes de gain)

  37. Mémoire de licence de Valérie Bachérius:Domaines : Santé Argent (Fagley & Miller, 1990: davantage de choix déterministes) Relations affectives (Boon & Griffin, 1996: davantage de choix probabilistes, mais effet de « framing » uniquement chez les sujets qui avaient une relation stable) Examens

  38. Questionnaire sur « l’importance » des 4 domaines (« ratings » de 1 à 7) : * Relations affectives: 6.6* Santé: 5.7* Examens: 5.0* Argent: 4.9 RA > Examens et Argent(mais seulement 14 sujets)

  39. Prédictions:1. En moyenne, plus grande est l’importance du domaine, plus le comportement est « risqué » (= plus il y a de choix probabilistes2. En moyenne, effet de « framing »3.Interaction entre domaine et « framing »

  40. Méthode:296 sujets (150 F, 146 M)8 situations de choix (scripts)2 « framing » différentsContrôle de l’ordre de présentation des 8 scripts (intra-sujets)« Framing » et implication personnelle: facteurs inter-sujets

  41. S600 (S pour santé): “Asian Disease Problem”S2 : survie individuelle suite à 2 types de thérapieArgent: ayant gagné 20 € dans un pari de 60 €, rejouer (probabilité de récupérer les 60 €/perdre tout) ou ne pas rejouerInfidélité: conséquences de la révéler ou non au partenaire (non: un an de plus; oui: stop / pour toujours)“Déclaration”: 1 soirée sûre vs toujours / jamais“Pari” (drague multiple) : 1 sûre vs 3 probabilisteConfiance: un secret (à l’ami 1, sûr pendant 3 mois; à l’ami 2, pas sûr: pour toujours / révélé immédiatement)Examens: 2 méthodes: garantie de succès dans 2/6 examens vs 30% probabilité de 6/6 (70% 0/6)

  42. Domaine p<.0001Formulation p<.068Domaine x Formulation p<.027Sexe p<.006Domaine x Sexe p<.01« Framing » significatif pour santéNon significatif pour examens, relations affectives et argent

  43. Discussion « framing effect ») confirmé que pour 2 scripts (« S600 » & « Pari ») « S2 »: seule très légère tendance: 58% (N) vs 53% (P) choix prob. Infidélité et « Déclaration »: > 80% de choix prob.; « Pari » et Confiance: 47% et 42% —> grandes différences au sein du même domaine Argent : 67% de choix déterministes —> trop peu d’argent? Infidélité : préférence trop claire ? —> expé 2

  44. Expérience 2Argent: x10 (600 euros)« Infidélité 10%»: 10%-90% au lieu de 30%-70%« Infidélité renversé » - conséquences de la révéler sont devenues déterministes: 1 an de plus avec certitude; ne pas révéler: probabiliste« S600 » (pour réplication avec ce groupe)

  45. 185 étudiants (73 F,113 M)nouveaux sujetsProcédure (comme dans Exp. 1) Effet de « framing » pour « S600 » et« Infidélité renversé » Pas d’effet pour Argent : 62% de choix déterministes Pas d’effet pour « Infidélité 10% » : 94% de choix probabilistes

  46. « Infidélité renversé »:le résultat de l’Exp. 1 était probablement dû à un principe moral (dire la vérité);dans l’Exp. 2 il y a ambiguïté, dire la vérité n’est pas satisfaisant affectivement en termes de résultat (1 an de plus)