infection cmv n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Infection à CMV PowerPoint Presentation
Download Presentation
Infection à CMV

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 23

Infection à CMV - PowerPoint PPT Presentation


  • 375 Views
  • Uploaded on

Infection à CMV. Dr El Samad Youssef. Introduction. HHV1 = Virus Herpes simplex type 1 (HSV1) HHV2 = Virus Herpes simplex type 2 (HSV2) HHV3 = Virus de la Varicelle et du Zona (VZV) HHV4 = Virus d’Epstein-Barr (EBV) HHV5 = Cytomegalovirus (CMV) HHV6 HHV7 HHV8 = Sarcome de Kaposi.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Infection à CMV' - holt


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
infection cmv

Infection à CMV

Dr El Samad Youssef

introduction
Introduction
  • HHV1 = Virus Herpes simplex type 1 (HSV1)
  • HHV2 = Virus Herpes simplex type 2 (HSV2)
  • HHV3 = Virus de la Varicelle et du Zona (VZV)
  • HHV4 = Virus d’Epstein-Barr (EBV)
  • HHV5 = Cytomegalovirus (CMV)
  • HHV6
  • HHV7
  • HHV8 = Sarcome de Kaposi
introduction1
Introduction
  • Génome : ADN double brin
  • Code pour une ADN polymérase
    • Enzyme clé pour la réplication dans le noyau des cellules infectées (grandes inclusions nucléaires)
    • Cible des molécules utilisées en thérapeutique
pid miologie
Épidémiologie
  • Répartition géographique
    • Évolution sur un mode endémique
    • Prévalence inversement correlée au niveau socioéconomique : 100% dans certaines régions d’Afrique
  • Fréquence des formes asymptomatiques
    • 50 à 80% des adultes de plus de 40 ans ont des anticorps anti-CMV
  • Facteurs associés à la maladie
    • Déficit de l’immunité cellulaire : réactivation
modes de transmission
Modes de transmission
  • Un seul reservoir : l’homme (enfants infectés in utero, immunodéprimés)
  • En relation avec les lieux d’excrétion du virus (20% des adultes excrètent du virus d’une manière continue ou intermittente)
    • Salive, urines : voie oropharyngée
    • Sécrétions génitales : voie sexuelle +++
    • Lait maternel
  • En relation avec la présence du virus (latence du virus)
    • Transfusions
    • Transplantations d’organe, moelle osseuse
  • Dans le contexte materno-fœtal
    • Pendant la grossesse, lors d’une virémie chez la mère (primoinfections +++, réinfections/réactivations?)
    • Pendant l’accouchement ou au cours de l’allaitement et du maternage
physiopathologie
Physiopathologie
  • Primoinfection
    • Le plus souvent asymptomatique
    • Survient chez des individus séronégatifs
    • Persistance de façon latente et définitive
  • Infection secondaire
    • Réactivation de l’infection latente par une immunodépression de type cellulaire
    • Ou à une réinfection par d’autres souches
physiopathologie1
Physiopathologie
  • Primoinfection et réactivation
    • Infection active (virus dans le sang et excrétions biologiques)
  • Latence
    • Virus dans les cellules mononuclées sanguines et moelle
slide9

PRIMO-INFECTION

Transfusion

Allogreffe

Transmission aéropharyngée

sexuelle

mère-enfant

Dissémination aux organes cible

(Tissus glandulaires)

Virémie

REINFECTION

Excrétion virale :

larmes

salive

urines

sperme

sécrétions cervicales

Sang, greffon

REACTIVATION

Stimulation allogénique

immunodépression cellulaire

LATENCE

Physiopathologie de l ’infection à CMV

Cellules endothéliales

Moëlle

Monocytes

formes acquises
Formes acquises
  • Sujet immunocompétent
    • Primo-infection : le plus souvent asymptomatique
    • Elle peut s’exprimer par
      • Fièvre isolée durant 2 à 6 semaines
      • Parfois asthénie, pharyngite, toux sèche
      • Splénomégalie, hépatomégalie, adénopathies cervicales
    • Biologique
      • Syndrome mononucléosique + neutropénie + thrombopénie
      • Cytolyse hépatique modérée et habituelle
      • ↑ Polyclonales des IgM
      • Présence parfois des : AAN, CIC, Facteur rhumatoide
formes acquises1
Formes acquises
  • Sujet immunocompétent
    • Complications
      • PRN de type Guillain-Barré
      • Myocardites, péricardites
      • Pneumopathies interstitielles
      • Colites ulcéreuses
      • AHAI
formes acquises2
Formes acquises
  • Sujet immunodéprimé
    • En transplantation
      • Pneumopathie interstitielle
      • Leuconeutopénie et thrombopénie
      • Fièvre isolée avec cytolyse hépatique
      • Glomérulopathie
      • Myocardite
      • encéphalite
    • Au cours de l’infection au VIH
      • Rétinite
      • Atteinte digestive :oesophagite, cholangite, pneumopathie interstitielle
      • Atteinte neurologique : encéphalite, myélite, PRN, polynévrite)
      • Autres : surrénaliennes, myocardite, infection disséminée
arguments du diagnostic
Arguments du diagnostic
  • Éléments paracliniques d’orientation
    • Signes biologiques de primo-infection
      • Syndrome mononucléosique
      • Neutropénie
      • Thrombopénie
      • Cytolyse hépatique
arguments du diagnostic1
Arguments du diagnostic
  • Éléments paracliniques de confirmation
    • Examen histopathologique
      • MO
        • Signes d’inflammation non spécifique : polynucléaires
        • Effet cytopathogène : cellules à grosses inclusions intranucléaires
      • Détection d’antigène précoce
        • Anticorps monoclonal marqué par la fluorescéine ou peroxydase
    • Isolement viral
      • Culture sur fibroblastes humains
        • Resultats tardifs : 10 à 21 jours
      • Technique rapide sur plaques : resultats en 24 à 48 heures

NB : - Virémie persiste 3 semaines en moyenne

- virurie n’est traduit pas obligatoirement un etat pathologique

arguments du diagnostic2
Arguments du diagnostic
  • Éléments paracliniques de confirmation
    • Antiénémie pp65
      • Phosphoprotéine de la matrice virale présente dans le noyau du sang périphérique (PN)
      • Sa présence peut être révélée par anticorps monoclonaux
    • PCR
      • Détection d’ADN viral ou d’ARN messagers viraux
      • ADNémie plasmatique traduit une replication probablement intense qu’une simple ADNémie leucocytaire
      • L’ADN viral peut être présent dans le LCR signifiant une atteinte neurologique
    • Sérologie
      • ELISA
        • Détection d’IgG affirme un contact antérieur avec le virus et permet de dépister une éventuelle séroconversion
        • Détection d’IgM est un bon marqueur d’infection récente
        • En cas de doute : test d’avidité
traitement1
Traitement
  • Indications
    • Seules les infections des immunodéprimés doivent être traitées
  • Traitement d’attaque
    • Ganciclovir
    • Si infection au VIH
      • Possibilité aussi d’utiliser le foscarnet en première intention
      • Si rétinite à CMV : valganciclovir possible en première intention
    • En deuxième intention
      • Foscarnet
      • Cidofvir : si rétinite à CMV
  • Traitement d’entretien
    • Même molécules mais à mi-dose tant que dure l’immunodépression
  • Traitement associé
    • Restauration de l’immunité
traitement2
Traitement
  • Traitement préventif
    • En transplantation
      • Greffon de donneur CMV séronégatif chez un receveur séronégatif
    • Au cours de l’infection à VIH
      • Diminution de la fréquence des infections à CMV grâce
        • à l’éfficacité des ARV, du fait de la restauration immunitaire
        • et de la prévention primaire et secondaire
        • Transfusion du sang déleucocyté ou CMV-séronégatif chez les patients séronégatifs vis-à-vis du CMV
      • Fond d’œil/mois si le taux de CD4 est < à 50/mm3
complications
Complications
  • Enfants infectés symptomatiques à la naissance : 10 à 15%
    • Décès : 50%
    • Séquelles graves : 50%
  • Enfants asymptomatiques : 85 à 90%
    • Séquelles neurosensorielles (surdité++) : 10 à 15%
  • Retentissement plus grave si primoinfection
complications1
Complications
  • Affections du nouveau-né secondaires à une infection à CMV
    • Hépatosplénomégalie
    • Purpura
    • Pneumonie
    • Microcéphalie
    • Calcifications intracraniennes
    • Surdité
    • Retard psychomoteur
conseils chez la femme enceinte
Conseils chez la femme enceinte
  • Précautions transfusionnelles (sang CMV+ exclu)
  • Contrôle du statut sérologique si travail en crèche ou collectivité avec éviction professionnelle éventuelle
  • Règles simples d’hygiène pour les femmes séronégatives
    • Lavage fréquent des mains
    • Éviter le contact avec les enfants infectés
    • Surveillance échographique et biologie moléculaire chez le fœtus si bésoin